Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • : Bienvenue sur le blog de mes coups de coeur : livres, rencontres et interviews d'auteurs, cinéma, BD, voyages, photos, musique... Bref, dans l'aspect culturel de ma vie !
  • Contact

Auteur

  • Géraldine
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !

Barême, challenges et compteurs !

                                            
 BAREME

Décevant

Pas mal


Bon


Coup de coeur





    Membre-de-annuaire.png

 

 

 




 

 Postez vos billets ici 

  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

région-copie-1

 

 

 

 

 

  tour-du-monde-1

   
   
 

free-road-trip-games-audio-book

 

 

 

 

 

 

 

challengeamoureux_4     

   

objectif pal

  

Rechercher

 

 

Compteur de visiteurs en temps réel    Visiteurs connectés 

 

compteur de site gratuit sans pub 

compteur internet

Visites depuis le 28/06/2008 

 

 

A la loupe et en direct !

DES AUTEURS ET LEURS OEUVRES
A

- Adam Olivier : A l'abri de rien , 

- Adam Olivier : Des vents contraires
- Adam Olivier : Le coeur régulier

- Aderhold Carl : Mort aux cons
- A.D.G : Kangouroad movie
- Adriansen Sophie : Quand nous serons frère et soeur

- Ag Assari M. : Y'a pas d'embouteillage dans le désert
-Agus Milena : Mal de pierres
- Allende Isabel : La cité des dieux sauvages,

- Allende Isabel:  Le royaume du dragon d'or
- Ancion Nicolas : Nous sommes tous des playmobiles

- Ancion Nicolas. :  Retrouver ses facultés ,

- Ancion Nicolas : L'homme qui valait 35 milliards
- Andrew Russel : L'affaire Gidéon
- Archey Jeffrey : Seul contre tous

- Arnothy Christine : Une rentrée littéraire 

- Arnothy Christine : La vie, d'une manière ou d'une autre

- Asselin Jean Michel : Chroniques Himalayennes
- Asselin Jean Michel : Patrick Eldinger

- Attal Jérôme : Le voyage près de chez moi

- Augier Sylvain : L'instant où tout à basculé
- Austen Jane : Lady Susan
- Austen Jane : Orgueil et préjugés

- Auster Paul : Dans le scriptorium

- Auster Paul : Sunset Park

B
- Bach Richard : Jonathan Linvingston...
- Baldacci David : Des cadavres trop bavards

- Balzac Honoré (de) : Le père Goriot, 

- Balzac Honoré (de) : L'auberge rouge
- Barclay Lindwood : Les voisins d'à côté

- Barclay Linwood : Cette nuit-là

- Barrière Michèle : Souper mortel aux étuves
- Barthes Roland : Fragments d'un discours amoureux

- Bauchau Henry : Déluge

- Bedu Jean-Jacques : Moi, empereur du Sahara

- Beigbeder Frédéric : Windows on the world
- Beigbeder Frédéric :L'amour dure trois ans, 

- Beigbeder Frédéric : Au secours Pardon
- Beigbeder Fréderic : Un roman français

- Beigbeder Frédéric : Premier bilan après l'apocalypse

- Bel Hervé : Les choix secrets

- Benameur Jeanne : Les demeurées

- Benameur Jeanne : Les mains libres
- Benameur Jeanne : Les insurrections singulières

- Benameur Jeanne : Profanes

- Bennet Allan : La reine des lectrices

- Bent Patrick : Hécatombe à Saint Malo
- Bern Stéphane : Oubliez-moi

- Berne Suzanne : Un crime dans le quartier

- Bérot Violaine : Pas moins que lui

- Bertholon Delphine : L'effet Larsen

- Blanc-Gras Julien : Touriste

- Blanc-Gras Julien : Paradis (avant liquidation)

- Blas de Roblès Jean-Marie : La montagne de minuit

- Blondel Jean-Philippe : G 229

- Blondel Jean Philippe :Et rester vivant

- Blondel Jean Philippe : 06H41

- Blondel Jean Philippe : Un hiver à Paris

- Blue-Bosselet Corine : Séparable

- Bohringer Richard : Traîne pas trop sous la pluie

-  Boissard Janine : Loup, y es tu ?
- Boysson (de) Emmanuelle : Le salon d'Emilie

- Bonnet Jacques : Des bibliothèques pleines de fantômes
- Borromée Pierre : L'hermine était pourpre

- Bosson Clément : Larguer les amarres
- Bordage Pierre : Porteurs d'âmes
- Brown Dan : Anges et démons

- Brown Dan : Da Vinci code

- Buan Hugo : Cézembre noire

- Buan Hugo : L'oeil du singe

- Buan Hugo : La nuit du tricheur

- Burroughs William S : Junky

C
-
Camus Albert : L'étranger

- Carr Allen : La méthode simple pour...
- Carrère Emmanuel :L'adversaire

- Cauvin Patrick : La reine du monde

- Cauvin Patrick :  Le sang des roses
- Cauvin Patrick : Le silence de Clara

- Cazalot Christian & Eric : Come-Back

- Cendrars Blaise : L'or
- Chateau Nathalie : Le voyage de Thétys

- Chalandon Sorj : Retour à Killybegs

- Chalandon Sorj : Le Petit Bonzi

- Chalandon Sorj : Mon traitre

- Chalandon Sorj : Le quatrième mur

- Chattam Maxime : In Tenebris

- Chattam Maxime : Maléfices
- Chattam Maxime : Le sang du temps

- Chattam Maxime :  Les arcanes du chaos

- Christie Agatha : Passager pour Francfort
- Christin Rodolphe : Passer les bornes

- Claude Hervé : Riches, cruels et fardés
- Claudel Philippe : Le rapport de Brodeck
- Claudel Philippe : Le paquet

- Claudel Philippe : La petite fille de Monsieur Linh

- Claudel Philippe : J'abandonne

- Cliff William : U.S.A 1976
- Coben Harlan : Ne le dis à personne, 

- Coben Harlan : Dans les bois
- Coben Harlan : Sans un mot

- Cohen Thierry : J'aurais préféré vivre

- Cohen Thierry :  Je le ferai pour toi
- Cohen Thierry : Longtemps, j'ai rêvé d'elle

- Cohen Thierry : Si tu existes ailleurs

- Cohen Thierry : Si un jour la vie t'arrache à moi 

- Cohen Thierry : Je n'étais qu'un fou

- Collectif : Chers voisins

- Collins Maxime : Comme si de rien n'était

- Commère Hervé : Des ronds dans l'eau

- Commère Hervé : Le deuxième homme

- Commère Hervé : J'attraperai ta mort

- Constantine Barbara : Et puis Paulette

- Cornwell Patricia : Baton Rouge
- Cossé Laurence : Les amandes amères

- Cusset Catherine : Un brillant avenir

- Cusset Catherine : Une éducation catholique

D
- Dalmas Sam : Les 12 énigmes de Dalmas

- Darrieussecq Marie : Truismes

- Davrichewy Kéthévane : Les séparées

- Deghelt Frédérique : La vie d'une autre

- Deghelt Frédérique : L'oeil du prince

- Delacourt Grégoire : La liste de mes envies

- Delacourt Grégoire : L'écrivain de la famille

- Delacourt Grégoire : La première chose qu'on regarde

- Delaflotte Mehdevi Anne : Fugue

- Demornex Jacqueline : Le pire, c'est la neige
- Delage Samuel : Code Salamandre

- Delaume Chloé : Une femme avec personne à l'intérieur

- Delerm Philippe : Enregistrements pirates

- Delerm Philippe : Je vais passer pour un vieux con

- DeLillo Don : Cosmopolis

- Désarthe Agnès : Le remplaçant

Descott Régis : Pavillon 38  

- Detambel Régine : Son corps extrême

- De Vigan Delphine : No et moi
- De Vigan Delphine : Les heures souterraines
- De Vigan Delphine : Les jolis garçons

- De Vigan Delphine : Jours sans faim

- De Vigan Delphine : Rien ne n'oppose à la nuit

- Descosse Olivier : Les enfants du néant
- Desmazes Yves : Meurtres à l'école de police

- Diome Fatou : Le ventre de l'Atlantique
- Djavann Chahdortt : Je ne suis pas celle que je suis

- Dollinger Mary : Journal désespéré d'un écrivain raté
- Dollinger Mary : Et le bébé était cuit à point

- Dollinger Mary : Le visiteur de Saoû
- Donoghue Emma : Room

- Dorin Françoise : Les lettres que je n'ai pas envoyées
- D'Ormesson Jean : C'est une chose étrange à la fin que le monde

- Dress Evelyne : Le rendez vous de Rangoon
- Dubois Jean Paul : Vous plaisantez Mr Tanner
- Dubois Jean Paul : Vous aurez de mes nouvelles
- Dupont Jean-François :Ma puce
- Dugain Marc : Avenue des géants

- Dupont-Monod Clara : La passion selon Juette
- Duras Marguerite : Dix heures du soir en été
E

- Eliard Astrid : Déjà l'automne

- Ellory R.J : Seul le silence

- Ellory R.J : Vendetta

- Ellroy James : Le dahlia noir

- Enard Mathias : Rue des voleurs

- Ernaux Annie : L'autre fille

- Expert Jacques : La théorie des six

F
- Faber Michel : Le cinquième évangile

- Faye Eric : Le syndicat des pauvres types
- Faye Eric : Nagasaki

- Faye Eric : L'homme sans empreintes

- Fermine Maxence : Le labyrinthe du temps
- Fernay Alice : Les autres

- Fioretto Pascal : Et si c'était niais ?

- Fioretto Pascal : L'élégance du maigrichon

- Fitzek Sebastian : Thérapie
- Fitzek Sebastian : Ne les crois pas

- Flipo Georges : La commissaire n'aime point les vers
- Flipo Georges : La commissaire n'a point l'Esprit Club

- Flipo Georges : L'étage de Dieu

- Foenkinos David : La délicatesse

- Foenkinos David : Les souvenirs

- Foenkinos David : Nos séparations

- Foenkinos David : Lennon

- Foenkinos David : En cas de bonheur

- Foenkinos David : Je vais mieux

- Foenkinos David : La tête de l'emploi

- Foglino Bernard : Bienvenue dans la vraie vie

- Follet Ken : Code Zéro

- Fontanel Sophie : L'envie

- Fonteneau Pascale : Propriétés privées

- Fohr Daniel : Prière de laisser les armes à la réception

- Fournier Jean Louis : Il a jamais tué personne mon papa

- Fournier Jean Louis : La servante du Seigneur   

- Frain Irène : Les naufrégés de l'île Tromelin
G
-
Gallay Claudie : L'amour est une île

- Gallmann Kuki : Je rêvais de l'Afrique
- Gallerme Gilbert : Au pays des ombres
- Galvada Anna : L'échapée belle

- Gardner Lisa : Derniers adieux
- Gaudé Laurent : Les oliviers du Négus

- Gaudé Laurent : Eldorado

- Gaudé Laurent : Sous le soleil des Scorta 

- Gilbert Elizabeth : Mange prie aime
- Gilbert Elizabeth : Mes alliances

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse 2

- Giraud Brigitte : Une année étrangère

- Glattauer Daniel : Quand le vent souffle au nord

- Gonnet et Moleux : Une année pour soi
- Govart Philippe : Marcq ou crève

- Grangé Jean-Christophe :La ligne noire
- Grimbert Philippe : Un secret

- Grimbert Philippe : La mauvaise rencontre

- Grimbert Philippe : Un garçon singulier

- Grimbert Philippe : La petite robe de Paul

- Grisham John : Le client
- Grossman Lev : Codex le manuscrit oublié
- Groult Benoîte : la touche étoile
- Guez Jérémy : Paris la nuit

- Guillaumot Christophe : Chasses à l'homme

- Guillot Bertrand : Sous les couvertures
- Gwene Faïza : Kife kife demain
- Gloagen Philippe : Mémoires d'un routard
H
- Haden Rosamund : L'église des pas perdus
- Haigh Jennifer : La condition
- Hastoy Gracianne : Une vie plus loin

- Herubel Michel : Tempête sur Ouessant
- Hervé-Gruyer Charles : La femme feuille

- Hervoüet des Forges Catherine : La dernière pluie

- Hislop Victoria : L'île des oubliés

- Hochet Stéphanie : L'éloge du chat

- Homer :L'odyssée
- Horn Mike : Latitude zéro
- Houellebecq Michel : Les particules élémentaires

- Hustvedt Siri : Un été sans les hommes

- Huxley Aldous : Le jeune Archimède

I

- Indridason Arnaldur : La cité des jarres

- Indridason Arnaldur : La femme en vert

- Indridason Arnaldur : La rivière noire 

J    

- James P.D : A visage couvert

- Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman

- Jardin Alexandre : Le roman des Jardin

- Jeanney Christine : Une heure dans un supermarché

- Jeffries Sheila : Les moustaches de la sagesse

- Joffo Richard : L'affaire flamenco

- Joncour Serge : L'écrivain national

- Josse Gaëlle : Les heures silencieuses

- Josse Gaëlle : Nos vies désaccordées

- Josse Gaëlle : Le dernier gardien d'Ellis Island

- Josso Yves : Eté meurtrier à Pont Aven
K
- Kasischke Laura : A moi pour toujours

- Kasischke Laura : Esprit d'hiver

- Kellerman Jesse : Les visages

- Kennedy Douglas : Cul de sac

- Kennedy Douglas : Une relation dangereuse
- Khadra Yasmina : L'attentat
- Khadra Yasmina : L'écrivain

- Khadra Yasmina : L'équation africaine

- Khadra Yasmina : L'imposture des mots

- King Stephen : Différentes saisons
- König Yaël : Les hommes mariés ne font pas...

- Koontz Dean  Breathless

- Kourkov Andreï : Le pingouin

- Kuegler Sabine : L'enfant de la jungle
L
- Labro / Stéphanie : Des cornichons au chocolat
- Laferriere Dany : Tout bouge autour de moi

- Lafon Marie Hélène : L'annonce

- Lafon Marie Hélène : Les pays

- Lama Diana : Huis clos en Toscane

- Lanzmann Jacques : Le fils de l'Himalaya
- Lebey Marie : Mouche'

- Lefèvre Françoise : La grosse

- Le Gall Marie : La peine du menuisier

- Le Gall Serge : Sable mouvant à Bedonet

- Le Gall Serge : Belle Île "amère"

- Legardinier Gilles : Demain j'arrête

- Laurain Antoine : Le chapeau de Mittérand

- Lemaitre Pierre : Robe de marié

- Lemaitre Pierre : Travail soigné

- Leon Donna : Les joyaux du paradis

- Lethielleux Maud : Dis oui Ninon

- Lethielleux Maud : D'où je suis je vois la lune

- Lethielleux  Maud : Tout près le bout du monde

- Levy Marc : Les enfants de la liberté

- Levy Marc : Mes amis, mes amours

- Levy Marc : Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

- Levy Marc : Le voleur d'ombres

- Levy Marc : Si c'était à refaire

- Liebig Etienne : Les nouveaux cons

- Loevenbrunck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 1

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 2

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 3

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 4

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 5

- Loenvenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 6

- Sophie Loubière : L'enfant aux cailloux

- Lynch Jim : A marée basse

M

- Mabanckou Alain : Tais-toi et meurs

- Mahani Habiba : La petite Malika

- Malzieu Mathias : Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

- Mankell Henning : Les chaussures Italiennes

- Mankell Henning : La lionne blanche

- Marchand François : Un Week-End en famille

- Marchand Paul.M : Sympathie pour le diable

- Marchand Stéphane : Maelström

- Marciano  Francesca : L'africaine

- Marmet Pascal : A la folie

- Mars Frédéric : Le manuel du serial killer

- Mars Frédéric : Non Stop 

- Marsh Willa : Meutres entre soeurs

- Martinez Carole : Le coeur cousu

- Martinez Carole : Du domaine des murmures

- Massarotto Cyril : Dieu est un pote à moi

- Mayer Corinne : Bonjour paresse

- Mazetti Katarina : Le mec de la tombe d'à côté

- Megnin Jean-Philippe : La voie Marion

- Mendoza Eduardo : L'artiste des dames

- Ménétrier Isabelle : Le diable a osé

- Mesnier Stéphanie : Petits désordres au château

- Meur Diane : Les vivants et les ombres

- Molay Frédérique : La septième femme

- Moore Viviane : Ilianday

- Morgan M :  Message des hommes vrais au monde des mutants

- Morrison Toni : Home

- Mosby Katherine : Sous le charme de Lillian Dawes

- Müller Xavier : Dans la peau d'un autre

- Murakami Haruki : Les Amants du Spoutnik

- Musso Guillaume : Seras tu là ?

- Musso Guillaume : Parce que je t'aime

- Musso Guillaume : L'appel de l'ange

- Musso Guillaume : La fille de papier

- Musso Guillaume : Demain

N

- Newberry Linda : De pierre et de cendre

- Nothomb Amélie : Journal d'Hirondelle

- Nothomb Amélie : Attentat 

- Nothomb Amélie : Ni d'Eve ni d'Adam 

- Nothomb Amélie : Voyage d'hiver

- Nothomb Amélie : Le fait du prince

- Nothomb Amélie : Une forme de vie

- Nothomb Amélie : Tuer le père

- Nothomb Amélie : Barbe Bleue

- Nothomb Amélie : La nostalgie heureuse

- Nothomb Amélie : Pétronille 

-Noyoux Vincent : Touriste professionnel

O

- Ollivier Mickaekl : Noces de glace

- Olmi Véronique : Cet été là

- Ongaro Alberto : La taverne du doge Loredan

- Ono-dit-Bio Christophe : Birmane

- Orsenna Erik :La grammaire est une chanson douce

- Orsenna Erik : Les chevaliers du subjonctif

- Orsenna Erik : La révolte des accents

- Orsenna Erik : Deux étés

- Ovaldé Véronique : Des vies d'oiseaux

P

- Paladini Gipsy : Sang pour sang

- Palou Anthony : Fruits et légumes

- Paris Gilles : Au pays des kangourous

- Paris Gilles : Autobiographie d'une courgette

- Paris Gilles : Lété des lucioles

- Paviot Christophe : Aujourd'hui pour toujours

- Pécassou Bernadette : Sous le toit du monde

- Pépin Ernest : L'Homme-au-Bâton

- Peterson Pia : Instinct primaire

- Pivot Bernard : Oui, mais quelle est la question ?

- Poirier Sophie : Le libraire a aimé

- Poivre d'Arvor Patrick : Les enfants de l'aube

- Parisis Jean-Marc : Les aimants

- Poussin Alexandre & Sonia : Afrika trek 1

- Poussin & Tesson : La marche dans le ciel

Q

- Queneau Raymond : Zazie dans le métro

R

- Rachedi Mabrouck : La petite Malika

- Ragon Claude : Du bois pour les cercueils

- Rahimi Atiq : Singué Sabour

- Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er

- Revah Anne : Manhattan

- Revah Anne : Pôles magnétiques

- Revah Anne : Quitter Venise

- Reznikov Patricia : La nuit n'éclaire pas tout

- Reysset Karine : Les yeux au ciel

- Rheims Nathalie : Le chemin des sortilèges

- Rheims Nathalie : Laisser les cendres s'envoler

- Rheims Nathalie : Le cercle de Megiddo

- Rheims Nathalie : Maladie d'Amour

- Rice Anne : L'heure de l'ange

- Richard Denis : Tes secrets m'appartiennent

- Richard Jennifer D : Requiem pour une étoile

- Roberts Nora : Si tu m'abandonnes

- Roberts Nora : La maison aux souvenirs

- Roger Marie-Sabine : Trente six chandelles

- Rosnay Tatiana (de) : Le coeur d'une autre

- Rosnay Tatiana (de) : Moka

- Rufin Jean-Christophe : Immortelle Randonnée

- Ruggieri Marion : Pas ce soir, je dîne avec mon père

- Rule Ann : Une vengeance au goût amer

S

- Sackville-West Vita : Toute passion abolie

- Sagan Françoise : Un peu de soleil dans l'eau froide

- Salinger J.D : L'attrape-coeur

- Salomé Jacques : Heureux qui communique

- Sam Anna : Les tribulations d'une caissière

- Sam Anna : Mon tour de France des blogueurs

- Sardou Roman : Personne n'y échappera

- Schmitt Eric.E : L'évangile selon Pilate

- Schmitt Eric. E : Oscar et la dame rose

- Schmitt Eric. E :Le sumo qui ne pouvait pas grossir

- Schmitt Eric. E : La femme au miroir

- Schmitt Eric.E : Les deux messieurs de Bruxelles

- Schmitt Eric.E : L'enfant de Noé 

- Schmitt Eric-E : Le poison d'amour

- Schnebert Bruno : L'agrégé

- Schlogel Gilbert : L'enfant de Morn' voie

- Schneider Vanessa : Le pacte des vierges

- Scholes Katherine : La reine des pluies

- Scholes Katherine : La femme du marin

- Scholes Katherine : Les amants de la terre sauvage

- Scott Ann : A la folle jeunesse

- Seksik Laurent : Les derniers jours de Stefan Zweig

- Sender Elena : Intrusion

- Serfaty Thierry : Demain est une autre vie

- Servan Schreiber David : Guérir 

- Shaffer Mary Ann : Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

- Shteyngart Gary :Super triste histoire d'amour

- Signol Christian : Les chênes d'or

- Sirkis N et Michaud A : Kissing my songs

- Smith Tom Rob : L'enfant 44

- Soimaud Sandrine : Tu

- Steinbeck John : Des souris et des hommes

- Sthers Amanda : Madeleine

- Sulitzer Paul Loup : Cartel

- Suskind Patrick : Le parfum

T

- Teulé Jean : les lois de la gravité

- Teulé Jean : Charly 9

- Théorin Johan : L'écho des morts

- Thilliez Franck : La mémoire fantôme

- Thilliez Franck : La chambre des morts

- Thomas Bernadette : Je veux ma place au soleil

- Thu Huong Duong : Itinéraire d'enfance

- Thuret François : J'aurais voulu être éditeur

- Tielrooy Elise : Le bonheur n'est pas un sport de JF

- Tong Cuong Valérie : L'atelier des miracles

- Tran Huy Minh : La double vie d'Anna Song

- Traoré Sayouba : Les moustaches du chat

- Tursten Hélène : Un torse dans les rochers

U

- Upfield Arthur : La loi de la tribu

 V

- Valandrey Charlotte : De coeur inconnu

- Van Cauwelaert Didier : L'évangile selon Jimmy

- Van Cauwelaert Didier : Attirances

- Van Cauwelaert Didier : Le père adopté

- Van Cauwelaert Didier : La femme de nos vies

- Van Cauwelaert Didier : La demi-pensionnaire

- Van der Linden Sophie : La fabrique du monde

- Vanier Nicolas : Mémoires glacées

- Vargas Fred : Debout les morts

- Vargas Fred : L'armée furieuse

- Vargas Fred : Pars vite et reviens tard

- Vaxelaire Daniel : Les buveurs de sang

- Vazquez-Figueroa Alberto : Touareg

- Vecchioni Roberto : Le libraire de Sélinonte

- Vermalle Caroline : Une collection de trésors minuscules

- Verne Jules : Le tour du monde en 80 jours

- Vinson Sigolène : J'ai déserté le pays de l'enfance

- Voltaire : L'histoire du chevalier de la Barre

W

- Wallace Irving : Une femme de trop

- Watson S.J : Avant d'aller dormir

- Werber Bernard : Les fourmis 

- Werber Bernard : Le papillon des étoiles

- Wiesel Elie : Le mendiant de Jérusalem

- Wilde & Co : 1, 2, 3 bonheur

- Will Philippe : Mémoire Fauve 

Y

- Yourcenar Marguerite : Le Coup de Grâce

Z

- Zehrfuss Dominique : Peau de caniche

- Zeller Florian : La jouissance

- Zola Emile : Germinal

- Zorn Fritz : Mars

- Zuiker Anthony E : Level 26

- Zuiker Anthony E : Level 26 tome 2

- Zweig Stefan : La peur

- Zweig Stefan : Lettre d'une inconnue

- Zweig Stefan : vingt quatre heures de la vie d'une femme 

 

 

 

 

 

 

24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 08:00

 

L'IMPOSTURE DES MOTS - Yasmina KHADRARoman - Editions Pocket - 168 pages - 5.80 €

 

Parution d'origine en janvier 2002 chez Julliard

 

L'histoire : En 2001, l'officier supérieur de l'armée Algérienne Mohammend Moulessehoul a déjà révélé qu'il était aussi Yasmina Khadra, auteur reconnu de romans policiers. Il a alors démissionné de l'armée, et arrive en France, avec femme et enfants. Il y est attendu par son éditeur français, son attachée de presse et se lance dans la promotion de son dernier roman. Sauf que l'attente et les questions des uns et des autres ne sont pas celles qu'il espérait.

 

Tentation : J'aime l'auteur et l'homme

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

Mon humble avis : Mes 3 précédentes lectures de Khadra m'avaient autant subjuguée que bouleversée. J'aime beaucoup l'homme, passionnant à écouter lors des rencontres littéraires, et qui fait preuve de beaucoup de bonhommie. Il est aussi accessible puisqu'il y a quelques années, il avait accepté de répondre à l'une de mes interviewes.

Mais, j'avoue, je n'ai pas accroché avec ce texte. Déjà, la vraie quatrième de couv est trompeuse. Elle semble annoncer un témoignage sur l'époque où Khadra a révélé sa véritable identité et vis et versa. Et bien non, celui-ci débute plus tard.

Certes, il y a la belle écriture de l'écrivain, des passages très touchants et des sujets intéressants abordés. Comment réapprendre à "être" après 30 ans d'armée, d'obéissance et de guerres. Comment évoquer une armée telle qu'on la vécue, une armée décriée par l'opinion internationale, politique ou médiatique, qui lui reproche à tort des faits qui ne sont pas de son fait ? Comment faire oublier le commandant militaire pour exister en tant qu'écrivain ?

Il y a aussi de belles questions, universelles, bien posées : est-ce la souffrance qui fait le rêve ou le rêve qui fait la souffrance ?

Alors oui, il y a de bonnes choses dans ce livre, même de très bonnes.

Mais le choix narratif ne m'a pas particulièrement plu. Le narrateur (Khadra lui même, l'imposture des mots étant hautement autobiographique), converse beaucoup avec des personnages dont on met un moment à comprendre d'où ils viennent : à savoir, de ses précédents roman ou de l'au-delà. J'ai trouvé ses passages maladroits, peu convaincants.

Ensuite, j'ai eu l'impression de lire un long apitoiement de l'auteur (on ne m'aime pas, on ne me comprend pas, je suis malheureux, je veux qu'on m'aime, qu'on me lise), qui passe son temps à s'auto sermoner comme pour se faire pardonner en public cet auto apitoiement d'où transparaitait presque une certaine taille d'égo. En tous cas, c'est ainsi que je l'ai perçu, même si je sais, pour avoir rencontré Yasmina Khadra à de multiples reprises, que Khadra est un homme adorable, simple, presque ingénu, et avec un humour subtil et délicieux.

Bref, il semble que je n'ai pas capté l'objectif de ce récit.

 

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:00

The Voices : Affiche

Film de Marjane Satrapi

Avec Ryan Reynolds, Gemma Arterton, Anna Kendrick

 

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans

Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataire, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona - la délicieuse Anglaise qui travaille à la comptabilité de l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire - du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments... 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Un thriller et une comédie dans le même film ? Si si, c'est possible, avec The Voices !  Pris au premier degré, ce film est on ne peut plus tragique et thrillant, mais la mise en scène originale en fait une comédie bien drôle et originale. En fait, tout dépend si l'on voit se film a travers le regard de Jerry qui prendrait gentiment ses médicaments mais qui, du coup, voit le monde qui l'entoure et sa vie tels qu'ils sont... Où s'il ne prend pas ses médocs et alors, il voit la vie en rose, c'est le cas de le dire.

Jerry entend des voix. Pas n'importe lesquelles... Celle de son chien, toujours arrangeante, et celle de son chat, plutôt dangereuse, qui le pousserait bien à tuer un peu plus.

C'est la dualité du personnage de Jerry qui transparait à travers ces deux voix. On peut penser que Jerry serait atteint de schizophrénie majeure, depuis son départ pas facile dans la vie, à l'époque de son enfance. Bref, notre brave Jerry porte de lourds bagages.

Il y a deux ou 3 scènes difficiles, certains moments très thrillants et d'autres hilarants ! J'ai adoré les dialogues entre chien et chat, qui représente bien les caractères de chaque espèce. "Etouffe toi avec tes boules de poils" dit le chien !

Bref, c'est un film qui ose le délire et qui sort des habituels films où les animaux parlent et qui sont le plus souvent, des comédies un peu basiques et faciles. un mélange des genres aussi, puisque l'on approche par moment de l'horreur, mais le tout, plus en parodie qu'en réel objecif. Bref, un exercice de style franchement originale, qui scotche au siège et distrait bien aussi.

En rentrant chez moi, j'étais rassurée. Certes, je parles à mes chats, mais ils ne me répondent pas (encore) oralement !

 

 

 

 

Un homme idéal : Affiche

Film de Yann Gozlan

Avec Pierre Niney, Ana Girardot, André Marcon

 

Synopsis : Mathieu, 25 ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant chez son oncle qui dirige une société de déménagement…
Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de décéder. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom...
Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Et bien l'Homme idéal est glaçant de machiavelisme ! Donc mieux vaut un homme moins idéal !

Après Yves Saint Laurent, Pierre Niney brille tout autant dans la peau d'un homme vivant dans l'angoisse d'être démasqué dans son imposture. Plus son angoisse grandit, plus l'atmosphère du film devient lourde et stressante.

Ce Matthieu, à qui l'on donnerait le bon dieu sans confession, devient de plus en plus calculateur et sans état d'âme. On serait prêt à lui pardonner son premier pêché, presque humain... mais la suite.... oh que non.

Heureusement, la fin, grandiose, montre bien qu'aucun crime ne peut-être impuni. Si ce n'est pas par la loi, ce sera par la vie !

Maintenant, le reproche que j'adresserai à ce film et que la spirale infernale dans laquelle tombe Matthieu Vasseur fait un peu preuve de facilités scénaristiques et de "comme par hasard". De même, ce qu'il advient du zodiac (voir le film pour se poser la question) que Vasseur empreinte et abandonne en pleine nuit et mer... Personne ne sait, mais personne ne s'étonne, ne s'interroge, ni semble en remarquer l'absence logique au ponton.

Il reste que ce film se regarde bien, que l'ambiance est étouffante, notamment dans l'aspect huit clos ensoleillé et qu'il confirme le talent d'un acteur dont on n'a pas fini d'entendre parler, et qui mérite bien son récent César !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:00

BD - Editions Futuropolis - 144 pages - 20 €

 

Parution en octobre 2013

 

L'histoire : Fabien est agent de surveillance au Louvre. Il aime son métier. Depuis quelques semaines, il aime aussi Mathilde. Celle-ci décide d'aller présenter son ami à sa famille, le clan Benion, comme elle l'appelle. Puisqu'ils ont désormais sous la main un «expert», les Benion tiennent absolument à soumettre à Fabien un tableau qui moisit dans le grenier depuis des décennies, et qui a été peint par l'aïeul Gustave. Une pauvre toile représentant un chien qui louche. La question des Benion est claire : Le Chien qui louche a-t-il droit au Louvre ? Dans un premier temps, n'osant pas décevoir sa (presque) belle-famille, Fabien ne fournit pas de réponse catégorique... Il aurait dû !

 

Tentation : Un incontournable... du Davodeau, j'aime !

Fournisseur : La bib'

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Cette BD n'atteint pas néanmoins les sommets atteints par Davodeau dans "Les ignorants", sa précédente oeuvre, qui était royalement subjugante et passionnante.

Bien sûr, le moment de lecture est agréable et divertit grandement. Il pousse même à sourire ou à rire, tant le trait de caractère des personnages est poussé à l'extrême, au trop peut-être ?. Mais ces caricatures extrêmes ne sont pas ce qui amuse le plus dans cet album. Les sourires viennent des petites choses plus discrètes que vous remarquerez (ou pas) lors de votre lecture.

En fait, l'histoire de cette BD est plutôt farfelue et peu crédible, donc ne m'a pas passionnée. Par contre, je me suis régalée de l'environnement de l'histoire. Le Musée du Louvre... Que l'on pénètre par la petite porte, sans faire la queue, puisque nous suivons pas à pas Fabien gardien de musée de son état. Nous découvrons ainsi l'envers du décor, comment travaillent les gardiens, l'amour qu'ils éprouvent pour certaines chefs d'oeuvre, les salles qu'ils préfèrent. Comment ils regardent encore ses oeuvres qu'ils voient tous les jours. Et surtout, il y a ce défilé quotidien et immuable de touristes et leur comportement hélas.... si prévisible, analysé et observé avec amusement ou agacement par les gardiens. Et oui, chaque matin, entre gardiens, les paris sont ouverts : combien de temps avant le premier "où est la Joconde", même si de grandes flèches trace le chemin.

L'histoire est donc pour moi anecdotique, mais permet de retourner dans ce Louvre où je n'ai pas mis les pieds depuis des années, voire décennie. Et elle aboutit à une postface intéressant sur le fonctionnement des acquisitions de nouvelles oeuvres au Louvres.

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans BD...
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:00

Selma : Affiche

Film d'Ava DUVERNAY

Avec David o, ,

 

 

Synopsis : Selma retrace la lutte historique du Dr Martin Luther King pour garantir le droit de vote à tous les citoyens. Une dangereuse et terrifiante campagne qui s’est achevée par une longue marche, depuis la ville de Selma jusqu’à celle de Montgomery, en Alabama, et qui a conduit le président Jonhson à signer la loi sur le droit de vote en 1965. 

 

 

Mon humble avis :  C'était il y a 50 ans... Je ne connaissais rien de cet épisode de l'Histoire, et de la vie de Martin Luther King. De Luther King, je ne savais que le début d'un discours célèbre et sa fin tragique. Le film rappelle aussi, de façon anecdotique, qu'il a reçu le prix Nobel de la Paix en 1964.

Selma montrer parfaitement la nature du combat de Luther King, dans le fond et dans la forme. La discrimination a été abolie dans la loi Américaine, mais dans les faits, il y a encore un long chemin à parcourir pour parvenir à l'égalité des droits des citoyens américains, quelques soient leurs races et leurs couleurs. Ici, sur cette période, c'est précisément l'obtention du droit de vote des noirs américains qui occupe Luther King et son mouvement, qui ont choisi la voie pacifiste, au contraire du mouvement de Malcom X.

Le film est très intéressant, tant sur le contexte historique, que sur la vie personnel du héros de l'histoire. L'engagement de Luther King pour la cause se fait bien sûr aux dépens de sa vie de famille, sans compter les menaces de mort reçues régulièrement.

Nous faisons la connaissance du Président Johnson et de son hypocrisie. Hoover n'est pas loin. Il y a encore une différence notoire entre le Nord et le Sud. Les noirs n'ont pas le droit de vote, donc ne peuvent élire les juges du comté, ni être membre d'un jury. De ce fait, les crimes racistes envers les noirs ne sont jamais punis, puisque jugés par des jurys de blanc. etc...

Même si le film souffre de petites longueurs, il nous prend à la gorge et aux tripes, parce que nous vivons là un moment historique méconnu, mais qui a bouleversé l'Histoire au point que, moins de 50 ans plus tard, c'est un américain noir qui préside à la maison blanche.

Mais ce combat ne s'est pas mené sans heurt. Selma montre aussi bien la grandeur humaine, que la bêtise, la haine gratuite, la haine raciale, qui vous juge que sur votre couleur, mais aucunement sur vos qualités, vos défauts, vos richesses intérieures. La terreur vécue par les noirs est extrêmement bien montrée par des scènes d'une violence physique et psychologique parfois insoutenable. Mais des hommes et des femmes les ont vécus, quitte à en périr, pour gagner l'égalité des droits, et surtout, celui d'être maitre de leur destin par l'accès aux élections.

Un film de mémoire à voir bien entendu, un film qui fait dire, en sortant : après avoir vu ça, mon droit de voter devient vraiment un devoir, pas le choix, je vais voter la semaine prochaine.

Et oui, quelle que soit notre couleur, nos droits ont tous fait l'objet d'un combat, d'une lutte. Ne pas perde nos droits en les transformant en devoir. Et faire en sorte qu'un parti basé sur le racisme, cette haine de l'autre, cette haine qui mène aux horribles scènes de tabassage d'hommes et de femmes déjà à terre vues dans le film, ne sorte victorieux. En tant qu'humain, nous valons mieux et avons d'autres solutions.

 

Inherent Vice : Affiche

Film de Paul Thomas Anderson

Avec Joachim Phoenix, Josh Brolin, Owen Wilson, Resse Whitherspoon

 

Synopsis : L'ex-petite amie du détective privé Doc Sportello surgit un beau jour, en lui racontant qu'elle est tombée amoureuse d'un promoteur immobilier milliardaire : elle craint que l'épouse de ce dernier et son amant ne conspirent tous les deux pour faire interner le milliardaire… Mais ce n'est pas si simple…
C'est la toute fin des psychédéliques années 60, et la paranoïa règne en maître. Doc sait bien que, tout comme "trip" ou "démentiel", "amour" est l'un de ces mots galvaudés à force d'être utilisés – sauf que celui-là n'attire que les ennuis. 

 

 

Mon humble avis : Encore une séance de ciné très... expérimentale !!! Je pense que pour apprécier pleinement ce film à sa sans doute juste valeur, il faut bien ouvrir ses chakras avant, en usant des substances de votre choix, puisque dans le film, les personnages s'en interdisent très peu... Il faut donc déjà être un peu décollé pour adhérer à ce film désynchronisé ! Moi, j'ai carburé aux Carambar pendant la séance. Insuffisant pour entrer dans le trip total, même si la sensation d'hallucination permanente était bien là !

Il faut savoir que Inherent Vice est à la base un roman jugé inadaptable du romancier Américain Thomas Pychon, considéré comme encore plus secret que J.D Salinger. C'est peu dire !

Nous sommes donc dans les années 70, en Californie. Les années hippies, mais loin de l'image colorée que nous en avons souvent. Le film est plus sexe, drugs and traffic que peace & love.

L'un des sujets du film, c'est la paranoïa... celle liée à l'abus de substance, celle de la police, celle qui fait croire voir des gens partout, ou se sentir accusé et/ou coupable de tout. C'est aussi sous fond de paranoïa politique des années Nixon.

Les situations sont parfois étranges, absurdes, loufoques voire hallucinogènes, les dialogues souvent décalés. Mais l'ensemble ne manque pas d'humour, qui passe du 1er au 10ème degré en moins d'un pétard qu'il ne faut pour le dire.

Mais tout de même, on est pris dans ce film sensoriello-labyrinthique, on essaie de coller les morceaux et l'on se demande où l'on va atterrir. Et quand la lumière de la salle obscure se rallume, on a vraiment l'impression de revenir d'une autre planète, il nous faut quelque temps pour quitter cette sensation d'appesanteur inoculée tant par les couleurs, les images du film, que par les stupéfiants qui consumment les personnages.

Donc vous l'aurez compris, ce film est space à souhait et servi magistralement par l'interprétation plus qu'inspirée de Joachim Phoenix !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 08:00

Roman - Editions Audiolib - 9h d'écoute - 22.90 €

 

Parution d'origine : août 2012 (existe aussi en format poche)

 

L'histoire : Tanger. Lakhdar et Bassam sont deux adolescents qui regardent en rêvant les ferries traverser le dédroit de Gibraltar. Leur vie semble pourtant toute tracée au Maroc.

C'est alors que Lakhdar est surpris en posture indésirable avec sa cousine Meryem. En fuyant les coups de son père, Lakhdar fuit sa famille pour la vie. Une vie qu'il construira, étape par étape, alors que le monde se transforme.

 

 

Lu par Othmane Moumen

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Comme j'ai aimé cette histoire, on ne peut mieux servie par la voix d'Othmane Moumen. Charmée comme un serpent, hypnotisée, captivée par le destin de Lakhdar, hors du commun pour moi mais sans doute, et hélas, assez universel à l'heure actuelle.

Comme j'aurais aimé être assise à la terrasse d'un café, multipliant les bières fraiches, accompagnée de Lakhdar qui m'aurait ainsi raconté lui-même sa vie. Nous serions devenus amis, car c'est un profond sentiment d'amitié, teinté d'admiration, que j'ai ressenti pour lui. C'était au-delà de l'empathie.

Lakdhar, qui regarde ce détroit de Gibraltar, avec en face, l'Espagne. Dans le mot "détroit", il y a "étroit". Et le monde, il est bien trop étroit pour Lakhdar qui rêve de liberté, et qui longtemps, sera sauvé par sa passion pour la lecture (la lecture de polar en français, ce qu'il trouve dans les librairies de Tanger). Sa culture et son ouverture d'esprit sont alors bien plus large que celle des siens et de son entourage.

Ce jeune homme croisera nombre de personnes qui influenceront son destin, en bien, en mal... Quoique, Lakhdar est un garçon qui garde son libre arbitre et sa clairvoyance.

De l'errance, il sera sorti par les Frères Musulmans qui lui offrent un poste de libraire au groupe de La diffusion de la pensée coranique. Son pote Bassam n'est alors pas très loin, pour l'instant. Puis il y aura Judith, la touriste espagnole rencontrée à Tanger, avec qui il liera une relation tant amoureuse qu'amicale et culturelle.

Lakdhar, courageusement, ira de petits boulots en petits boulots, qui le mèneront sur la Méditerranée, qui le coinceront des semaines dans un port espagnol. Là, Lakdhar devient un "sans papier", mais son chemin se poursuit jusqu'à Barcelone.

Lakdhar est un personnage vraiment intéressant, dans ses réflexions et son regard sur le monde. D'ailleurs, ce roman est très ancré dans l'époque. Il y est question de l'attentat de la place Jeema el Fna à Marrakech, des Printemps Arabes, des émeutes Grecques ou Espagnoles. Un monde en mouvement, en crise, tant identitaire, religieuse, qu'économique. Il y a des soupçons de terrorisme, de mystérieux voyages au Moyen Orient...

Ce roman est d'une richesse incroyable sur l'humain, sur ce qui le retient ou pas de basculer. Sur l'envie, sur les barrières, sur la religion, sur les espoirs d'une jeunesse, sur l'exil, sur la découverte de l'ailleurs au-delà des idées que l'on en avait, sur la liberté possible ou non à travers une religion.

Je me souviendrai longtemps de Lakdhar. Un garçon qui devient, au fil des pages, un homme. Un homme bien et bon, même s'il ne fait pas toujours bien, il fait le bien. Où que tu sois et qui que tu sois Lakhdar, je te tire mon chapeau, je pense à toi, j'admire ton cran et ta fidélité à toi même. Tu m'as vraiment émue et touchée.

 

free-road-trip-games-audio-book

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 08:00

Thriller - Editions J'ai Lu - 475 pages - 7.10 €

 

Parution d'origine en 2010

 

L'histoire : En 1983, Cynthia a 14 ans. Un matin, alors qu'elle se réveille, la maison est silencieuse et vide. Ses parents et son frère se sont volatilisés.

Vingt cinq ans plus tard, l'enquête est close depuis longtemps. Aucun corps n'a été retrouvé et le mystère reste entier. Cynthia est mariée à Terry et ensemble, ils ont eu Grace. 

Et un jour, un coup de téléphone mystérieux va faire remonter le passé en surface et plonger le couple dans un véritable cauchemar.

 

 

 

Tentation : La blogo, y'a longtemps

Fournisseur : Ma PAL 

 

 

Mon humble avis : Il y a quelques années, Cette nuit-là envahissait la blogosphère. Le temps que ce roman paraisse en poche, que je l'acquiers et que je le laisse bonifier un bon moment sur mes étagères... le voilà !

Il n'y a pas de quoi écrire un roman sur ce thriller, parce qu'il dispence parfaitement tous les codes du genre, avec la touche outre-atlantique en sus, et répond on ne peut plus à ce qu'on attend de lui : distraire et surtout, nous garder captifs de ses pages.

Les seuls reproches que je peux lui adresser sont récurrents aux romans de ce style : Un style léger, une traduction pas toujours précise et des coquilles dans le texte. Et puis, la mise en place de l'intrigue est toujours assez longue, en général un quart du livre. Cette nuit-là ne fait pas exception... Sauf que les moults détails qui m'agaçaient et retardaient l'entrée réelle dans le vif du sujet se trouvent pour la plupart justifiés par la suite.

Et puis Lindwood Barclay sait vraiment s'y prendre pour manipuler autant ses personnages que ses lecteurs. Le doute est partout, le suspens bien évidemment est présent dès le début mais le rythme s'accélère tant dans le dernier quart du bouquin qu'il est impossible de le poser. Barclay n'est pas avare en retournements de situations et en dénouements. Car attention, un dénouement peut toujours en cacher un autre !

Un thriller de très bonne facture qui vous emmène au coeur de la nuit pour savoir ce qui s'est passé "cette nuit-là"

 

challenge thriller 2015 logo5

 

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans thrillers polars étrangers
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 08:00

Birdman : Affiche

film d'Alejandro GONZALES INARRITU

Avec Mickael Keaton, Edward Norton, Emma Stone, Amy Ryan

 

Synopsis : À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego…
S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir... 

 

 

Mon humble avis : Voici le fameux film aux 4 Oscars... Meilleur film (?) Meilleur Réalisateur (Pourquoi pas), Meilleure Photo (?????) et meilleur scénario (Si c'est pour récompenser l'originalité, alors pourquoi pas).

Bref, je ne suis pas trop d'accord avec le tout Hollywood qui déclare ce film comme le meilleur de l'année (puisque j'en ai vu d'autres). Pour autant, je ne peux pas dire que j'ai détesté ce film, comme je suis incapable d'en dresser un éloge magistral ! Je suis dubitative et pour résumer, je qualifierais Birdman de film... euh... expérimental !

Pour être original, il l'est, c'est sûr ! Rarement, voire jamais vu quelque chose de semblable. Les dialogues sont très denses, passent vite du coq à l'âne et la mise en scène peu courante. Tout est en plan-séquence ce qui fait que chaque scène est interconnectée avec la précédente. Le personnage ouvre la porte de sa loge pour se retrouver directement sur scène par exemple. Pour le spectateur, c'est assez déstabilisant. Nous sommes en presque huit-clos dans un théâtre New-Yorkais, dont nous parcourrons sans cesse les longs couloirs etc.

Pris séparément, les différents thèmes abordés par Birdman sont intéressants. Il y a l'immédiateté des réseaux sociaux, indispensables désormais à l'existence d'une célébrité. Sans réseau social, un acteur n'est pas. Il y a l'éphémirité de la célébrité, notamment celle des acteurs qui ont joué un grand héros de série, et se trouve "reconnu et nommé" par le monde entier par le nom de ce fameux héros. Ces acteurs n'existent pas aux yeux du public comme des hommes et des femmes, mais comme des héros dont il est très difficile de s'affranchir.

Il y a ces acteurs qui jouissent d'une réputation excellente sur les planches. Les qualificatifs et superlatifs ne manquent jamais pour décrire leurs jeux. Sauf que ceux-ci ne jouent pas sur scène, ils sont. Ils ont besoin des stimuli réels de la vie pour ressentir, et donc transmettre, émotions, joies, peines, colères... Ces acteurs, c'est dans la vie qu'ils sont comédiens, pas sur scène.

Enfin, il y a la guéguerre entre les comédiens de Broadway qui s'estiment légitimes devant les  acteurs des gros blockbusters hollywoodiens.

Alors comme ça, oui, cela semble sympa. Sauf qu'au final, j'ai eu l'impression d'un grand méli-mélo, auquel s'ajoute une grande dose de délire scénaristique... Et au final, peu d'émotions et pas mal d'interrogation sur cet OVNI cinématographique qui fait beaucoup de bruit pour, à mon humble avis, rien d'exceptionnel !

En fait, j'ai apprécié certaines séquences du film, mais pas sa globalité. Voilà un résumé précis de mon ressenti.

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:00

Roman - Editions Buchet Chastel - 288 pages - 15 €

 

Parution le 1er janvier 2015

 

L'histoire : Victor, jeune bachelier provincial, débarque à Paris où il est admis dans une grande classe préparatoire d'hypokhâgne. Sa première année se déroule dans un désert relationnel, tant il est invisible aux yeux des autres étudiants. La deuxième année, arrive Matthieu, à priori aussi peu à sa place que Victor dans cette prépa. Les deux garçons lient connaissance en partageant quelques clopes dans la cours. Quelques jours plus tard, Matthieu se suicide à l'intérieur de l'école. Tout le monde entend le cris, puis le bruit de la chute. Ami supposé de la victime aux yeux de tous, Victor n'est alors plus transparent...

 

 

Tentation : Mes précedentes lectures de l'auteur.

Fournisseur : Dominique, merci pour le prêt !

 

 

Mon humble avis : Comme les autres oeuvres de Jean-Philippe Blondel, Un hiver à Paris prend racine dans un événement autobiographique. Ce suicide a eu lieu alors que l'auteur était lui même étudiant dans cette prépa. La réalité occupe donc quelques pages dans le livre. Elle est brute, métallique, rapide, sans appel. Le reste, c'est le talent de Jean-Philippe Blondel qui nous plonge dans un destin en pleine construction, entre certitudes, étonnements, découvertes, remises en question et décisions.... dans un monde de requin, dans un monde où votre naissance est sensée tracer votre vie. Et déroger à cette vie tracée, c'est un peu quitter son monde, s'en écarter par différences, malgré l'amour.

Jean-Philippe Blondel évoque ici, avec grand tact, délicatesse, justesse, émotions (mais émotions point dégoulinantes) le grand écart qui sépare les provinciaux de la vie parisienne. De cet écart, va naitre la solitude de Victor. Il n'est pas né "dedans", alors on ne le voit pas, on l'ignore. Le milieu populaire dont il est issu le prive de popularité dans cette micro société dont il ne possède pas les codes. Il est transparent aux yeux des autres. Ce thème de la transparance aux yeux des autres m'a beaucoup touchée, me rappelant sans doute de douloureux souvenirs. A l'école, j'étais celle qu'on choisissait en dernier pour composer une équipe de sport. J'étais celle dont on ne se souvenait pas. De là vient peut-être mon réflexe de pitrerie qui fait que bien souvent, et hélas, maintenant, on ne voit que moi, on n'entend que moi trop souvent, sans que je ne puisse lutter contre cette image déformée que j'offre de moi.

Enfin bref, revenons en au roman, qui dénonce la brutalité et la concurrence imptoyable que l'on trouve dans ces grandes écoles de prépa. Cette concurrence est parfois bien plus entretenue par les profs que par les élèves eux mêmes... pas préparés, à la sortie de l'adolescence, à l'âge où l'avenir se joue, à se battre contre ça. Le comportement de certains profs qui s'acharnent à humilier les élèves, à les enfoncer plus bas que terre est bien montré ici... tout comme les conséquences que cela peut avoir. Mais attention, il y a dans ces pages beaucoup de nuance et aucun manichéisme.

Le suicide. Celui ci était en 1984... mais tous les ans, il y en a d'autres, dans le même établissement ou dans des collèges et lycées. Parce qu'il manque une main tendue, une parole, un regard, un "je te vois, je connais, je partage". Chacun s'interroge sur le pourquoi de l'acte, parfois par des réflexions toutes faites, mais peu se penchent sur le "comment éviter cela".

Enfin, il y a le "reste" du roman... Le vie de Victor qui, suite à ce suicide, prend un tournant inattendu. Parce qu'il a fumé quelques clopes avec Matthieu, chacun en déduit qu'ils étaient amis. Victor devient alors victime, victime de la victime, tout le monde le voit, l'approche, lui parle, cherche son amitié. Le succès soudain de Victor est lié à un malentendu. Et malgré lui, Victor va profiter de ce malentendu et deviendra l'absent des autres : le frère qui a fui, le fils décédé etc... lors de rencontres et de relations très touchantes.

C'est un roman magnifique, servi par un style efficace, des phrases courtes et sans fioritures, un roman dont j'ai du mal a parler alors mieux vaut que vous le lisiez vous même, certainement d'une traite !

 

Comme j'ai eu la chance d'assister à une rencontre littéraire avec Jean-Philippe Blondel ce mercredi, j'ai repris ma petite collection de photos "d'effets de mains d'auteurs" !

Comme j'ai eu la chance d'assister à une rencontre littéraire avec Jean-Philippe Blondel ce mercredi, j'ai repris ma petite collection de photos "d'effets de mains d'auteurs" !

UN HIVER A PARIS, de Jean-Philippe BLONDEL
UN HIVER A PARIS, de Jean-Philippe BLONDEL
UN HIVER A PARIS, de Jean-Philippe BLONDEL
UN HIVER A PARIS, de Jean-Philippe BLONDEL

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 08:00

Le Dernier loup : Affiche

Film de Jean-Jacques Annaud

Avec , , a

 

Synopsis : 1969. Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un représentant régional de l'autorité centrale décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.

 

 

Mon humble avis : On le sait depuis longtemps, Jean-Jacques Annaud excelle dans le film à tendance animalière. Une fois de plus, il ne déroge pas à sa réputation en "s'attaquant" aux loups de Mongolie. Les images de ses animaux mystérieux et fascinants sont sublimes. Comme le sont aussi les paysages de la steppe mongolienne. Esthétiquement, Le dernier loup est donc une belle réussite. L'arrière-plan est aussi intéressant culturellement, même si pas assez développé : les traditions Mongoles, la révolution Maoïste en Chine et l'impérialisme chinois. Et puis il y a la complexité de la nature. Les loups attaquent les troupeaux, mais sans les loups et leur place dans la chaine alimentaire, la steppe et son herbe verte ne survivraient pas, donc les hommes non plus.

Dommage qu'à côté de ces aspects, le film soit plus que décevant. Le scénario est simplissime, les acteurs mauvais pour la plupart, les personnages sont ultra stéréotypés et les dialogues frôlent une pauvreté déconcertante. Les situations et "rebondissements" sont bien souvent attendus. Bref, Annaud est bien plus doué avec les animaux qu'avec les hommes. En fait, mon impression fut que d'anciennes bobines de films des années 60 avaient été un peu dépoussiérées pour être intégrées au Dernier Loup.

Enfin, un dernier reproche qui tient vraiment de mon ressenti personnel... Le film frotte vraiment trop souvent nos cordes sensibles devant le traitement qui attend ses jolies bêtes. Et à chaque fois qu'un louveteau ou autre périssait, j''y voyais mes petits félins...

 

 

 

J'ai vu aussi : 

 

 

Kingsman : Services secrets : Affiche

Film de Matthew Vaughn

Avec Colin Firth, Samuel.L Jackson et Mickael Caine

 

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costumes trois pièces, est à la recherche de sang neuf. Pour recruter leur nouvel agent secret, elle doit faire subir un entrainement de haut vol à de jeunes privilégiés aspirant au job rêvé. L’un d’eux semble être le candidat « imparfaitement idéal » : un jeune homme impertinent de la banlieue londonienne nommé Eggsy. Ces super-espions parviendront-ils à contrer la terrible menace que fait peser sur le monde l’esprit torturé du criminel Richmond Valentine, génie de la technologie? 

 

 

Mon humble avis : Ce film décomplexé et cinglé devait être hilarant. Mouais, ça n'a pas vraiment pris sur moi. Même si l'ensemble est très divertissant et offre une caricature assumée des films d'espionnage à la sauce british et à l'humou tout aussi british mais pas assez pour moi !

C'est bourré de clins d'oeil et de références ciné ou littéraires, après faut avoir la culture pour les remarquer !

La trame du scénarion est intéressante, mêlant lutte des classes et risques grandissants et potentiel de la communication à tout prix, voire à tous prix, voire gratos !

Ca valse, ça dépote, les têtes volent, les bras s'arrachent et en même temps, y'a la classe britanique et sans doute une nouvelle génération de 007 !

Alors oui, mais sans plus pour moi !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 08:00

 

American Sniper : Affiche

Film de Clint Eastwood

Avec Bradley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes

 

Durée : 2H13 - Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Synopsis : Tireur d'élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d'innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de "La Légende". Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu'il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l'angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s'imposant ainsi comme l'incarnation vivante de la devise des SEAL : "Pas de quartier !" Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu'il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : C'est du Clint Eastwood, et du bon, même très bon. C'est du Bradley Cooper, plus recruté ici pour ses talents d'acteur que pour sa bouille glamour quelque peu mise à mal ici. Bradley Cooper est ici métamorphosé par les épreuves vécues par son personnage.

C'est du cinéma américain, c'est l'Histoire américaine.... Donc oui, c'est patriotique.

Mais c'est aussi universel, puisque la guerre l'est hélas, et que des soldats qui partent au front, il en est de tous pays, ou presque

American Sniper est  un film bluffant de réalisme, qui nous emmène au coeur des zones de combats, et nous fait suivre les soldats à la semelle. C'est l'avantage du ciné par rapport au journalisme sur ce sujet... Au ciné, les balles sont à blanc, donc les caméras peuvent nous plonger en plein milieu de tirs croisés.

Ce film est inspiré d'un personnage réel, celui d'un texan qui est devenu le sniper le plus efficace de l'histoire de l'armée Américaine. Au point de devenir une vraie "légende" qui vit pas forcément bien sa célébrité. Son rôle, sauver les vies de ses collègues G.I en tuant l'ennemi. Pas facile, terrible même quand dans son viseur, l'ennemi place des enfants. Alors oui, il y a des scènes insoutenables psychologiquement, même si l'hémoglobine nous est assez épargnée.

American Sniper est autant un film de guerre qu'un drame psychologique. Il s'intéresse aussi aux familles, aux épouses qui, en Amérique, attendent leurs maris alors sur le front. Et puis, il y a le retour du soldat entre deux missions, puis le retour définitif. Le soldat qui est là sans être là... qui est encore dans la poussière et les bombardements. Le soldat qui subit l'Etat de Stress Post Traumatique.

Car de toutes façons, les Etats Unis sont traumatisés par toutes leurs guerres, et le disent.

Mais ce que veut montrer avant tout Clint Eastwood ici, ce sont les horreurs de la guerre, même si nous les supposons bien depuis notre canapé. Même si, des fois, on préfèrerait "ne pas savoir". Mais en même temps, l'existence d'hommes qui ont tant de courage pour défendre les leurs me rassure. Des sur-hommes en sorte, même si les méthodes sont inhumaines.Et puis les guerres, maintenant, ce ne sont plus dans des tranchées épargnant relativement les civils, mais au coeur des villes, de la population et que tout le monde y joue un rôle, même les plus innocents, plus si innoncents que cela malgré leur bas âge. La guerre, c'est vraiment nul. Tout le monde le sait et pourtant...

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article