Présentation

  • : LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • : Bienvenue sur le blog de mes coups de coeur : livres, rencontres et interviews d'auteurs, cinéma, BD, voyages, photos, musique... Bref, dans l'aspect culturel de ma vie !
  • Contact

Auteur

  • Géraldine
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !

ectures en cours, à venir...2

                                              
 

 

 

                 BAREME
Décevant

Pas mal


Bon


Coup de coeur





    Membre-de-annuaire.png

 

 

 




 

 Postez vos billets ici 

  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

région-copie-1

 

 

 

 

 

  tour-du-monde-1

   
   
 

free-road-trip-games-audio-book

 

 

 

 

 

 

challengeamoureux_4     

   

objectif pal

  logo challenge à tous prix

 

 

 

Rechercher

 

 

Compteur de visiteurs en temps réel    Visiteurs connectés 

 

compteur de site gratuit sans pub 

compteur internet

Visites depuis le 28/06/2008 

 

 

A la loupe et en direct !

DES AUTEURS ET LEURS OEUVRES
A

- Adam Olivier : A l'abri de rien , 

- Adam Olivier : Des vents contraires
- Adam Olivier : Le coeur régulier

- Aderhold Carl : Mort aux cons
- A.D.G : Kangouroad movie
- Adriansen Sophie : Quand nous serons frère et soeur

- Ag Assari M. : Y'a pas d'embouteillage dans le désert
-Agus Milena : Mal de pierres
- Allende Isabel : La cité des dieux sauvages,

- Allende Isabel:  Le royaume du dragon d'or
- Ancion Nicolas : Nous sommes tous des playmobiles

- Ancion Nicolas. :  Retrouver ses facultés ,

- Ancion Nicolas : L'homme qui valait 35 milliards
- Andrew Russel : L'affaire Gidéon
- Archey Jeffrey : Seul contre tous

- Arnothy Christine : Une rentrée littéraire 

- Arnothy Christine : La vie, d'une manière ou d'une autre

- Asselin Jean Michel : Chroniques Himalayennes
- Asselin Jean Michel : Patrick Eldinger

- Attal Jérôme : Le voyage près de chez moi

- Augier Sylvain : L'instant où tout à basculé
- Austen Jane : Lady Susan
- Austen Jane : Orgueil et préjugés

- Auster Paul : Dans le scriptorium

- Auster Paul : Sunset Park

B
- Bach Richard : Jonathan Linvingston...
- Baldacci David : Des cadavres trop bavards

- Balzac Honoré (de) : Le père Goriot, 

- Balzac Honoré (de) : L'auberge rouge
- Barclay Lindwood : Les voisins d'à côté

- Barrière Michèle : Souper mortel aux étuves
- Barthes Roland : Fragments d'un discours amoureux

- Bauchau Henry : Déluge

- Bedu Jean-Jacques : Moi, empereur du Sahara

- Beigbeder Frédéric : Windows on the world
- Beigbeder Frédéric :L'amour dure trois ans, 

- Beigbeder Frédéric : Au secours Pardon
- Beigbeder Fréderic : Un roman français

- Beigbeder Frédéric : Premier bilan après l'apocalypse

- Bel Hervé : Les choix secrets

- Benameur Jeanne : Les demeurées

- Benameur Jeanne : Les mains libres
- Benameur Jeanne : Les insurrections singulières

- Benameur Jeanne : Profanes

- Bennet Allan : La reine des lectrices

- Bent Patrick : Hécatombe à Saint Malo
- Bern Stéphane : Oubliez-moi

- Berne Suzanne : Un crime dans le quartier

- Bérot Violaine : Pas moins que lui

- Bertholon Delphine : L'effet Larsen

- Blanc-Gras Julien : Touriste

- Blanc-Gras Julien : Paradis (avant liquidation)

- Blas de Roblès Jean-Marie : La montagne de minuit

- Blondel Jean-Philippe : G 229

- Blondel Jean Philippe :Et rester vivant

- Blondel Jean Philippe : 06H41

- Blue-Bosselet Corine : Séparable

- Bohringer Richard : Traîne pas trop sous la pluie

-  Boissard Janine : Loup, y es tu ?
- Boysson (de) Emmanuelle : Le salon d'Emilie

- Bonnet Jacques : Des bibliothèques pleines de fantômes
- Borromée Pierre : L'hermine était pourpre

- Bosson Clément : Larguer les amarres
- Bordage Pierre : Porteurs d'âmes
- Brown Dan : Anges et démons

- Brown Dan : Da Vinci code

- Buan Hugo : Cézembre noire

- Buan Hugo : L'oeil du singe

- Buan Hugo : La nuit du tricheur

- Burroughs William S : Junky

C
-
Camus Albert : L'étranger

- Carr Allen : La méthode simple pour...
- Carrère Emmanuel :L'adversaire

- Cauvin Patrick : La reine du monde

- Cauvin Patrick :  Le sang des roses
- Cauvin Patrick : Le silence de Clara

- Cazalot Christian & Eric : Come-Back

- Cendrars Blaise : L'or
- Chateau Nathalie : Le voyage de Thétys

- Chalandon Sorj : Retour à Killybegs

- Chalandon Sorj : Le Petit Bonzi

- Chalandon Sorj : Mon traitre

- Chalandon Sorj : Le quatrième mur

- Chattam Maxime : In Tenebris

- Chattam Maxime : Maléfices
- Chattam Maxime : Le sang du temps

- Chattam Maxime :  Les arcanes du chaos

- Christie Agatha : Passager pour Francfort
- Christin Rodolphe : Passer les bornes

- Claude Hervé : Riches, cruels et fardés
- Claudel Philippe : Le rapport de Brodeck
- Claudel Philippe : Le paquet

- Claudel Philippe : La petite fille de Monsieur Linh

- Claudel Philippe : J'abandonne

- Cliff William : U.S.A 1976
- Coben Harlan : Ne le dis à personne, 

- Coben Harlan : Dans les bois
- Coben Harlan : Sans un mot

- Cohen Thierry : J'aurais préféré vivre

- Cohen Thierry :  Je le ferai pour toi
- Cohen Thierry : Longtemps, j'ai rêvé d'elle

- Cohen Thierry : Si tu existes ailleurs

- Cohen Thierry : Si un jour la vie t'arrache à moi 

- Cohen Thierry : Je n'étais qu'un fou

- Collectif : Chers voisins

- Collins Maxime : Comme si de rien n'était

- Commère Hervé : Des ronds dans l'eau

- Commère Hervé : Le deuxième homme

- Commère Hervé : J'attraperai ta mort

- Constantine Barbara : Et puis Paulette

- Cornwell Patricia : Baton Rouge
- Cossé Laurence : Les amandes amères

- Cusset Catherine : Un brillant avenir

- Cusset Catherine : Une éducation catholique

D
- Dalmas Sam : Les 12 énigmes de Dalmas

- Darrieussecq Marie : Truismes

- Davrichewy Kéthévane : Les séparées

- Deghelt Frédérique : La vie d'une autre

- Delacourt Grégoire : La liste de mes envies

- Delacourt Grégoire : L'écrivain de la famille

- Delacourt Grégoire : La première chose qu'on regarde

- Delaflotte Mehdevi Anne : Fugue

- Demornex Jacqueline : Le pire, c'est la neige
- Delage Samuel : Code Salamandre

- Delaume Chloé : Une femme avec personne à l'intérieur

- Delerme Philippe : Enregistrements pirates

- DeLillo Don : Cosmopolis

- Désarthe Agnès : Le remplaçant

Descott Régis : Pavillon 38  

- Detambel Régine : Son corps extrême

- De Vigan Delphine : No et moi
- De Vigan Delphine : Les heures souterraines
- De Vigan Delphine : Les jolis garçons

- De Vigan Delphine : Jours sans faim

- De Vigan Delphine : Rien ne n'oppose à la nuit

- Descosse Olivier : Les enfants du néant
- Desmazes Yves : Meurtres à l'école de police

- Diome Fatou : Le ventre de l'Atlantique
- Djavann Chahdortt : Je ne suis pas celle que je suis

- Dollinger Mary : Journal désespéré d'un écrivain raté
- Dollinger Mary : Et le bébé était cuit à point

- Dollinger Mary : Le visiteur de Saoû
- Donoghue Emma : Room

- Dorin Françoise : Les lettres que je n'ai pas envoyées
- Dress Evelyne : Le rendez vous de Rangoon

- Dubois Jean Paul : Vous plaisantez Mr Tanner
- Dubois Jean Paul : Vous aurez de mes nouvelles
- Dupont Jean-François :Ma puce
- Dugain Marc : Avenue des géants

- Dupont-Monod Clara : La passion selon Juette
- Duras Marguerite : Dix heures du soir en été
E

- Eliard Astrid : Déjà l'automne

- Ellory R.J : Seul le silence

- Ellory R.J : Vendetta

- Ellroy James : Le dahlia noir

- Ernaux Annie : L'autre fille

- Expert Jacques : La théorie des six

F
- Faber Michel : Le cinquième évangile

- Faye Eric : Le syndicat des pauvres types
- Faye Eric : Nagasaki

- Faye Eric : L'homme sans empreintes

- Fermine Maxence : Le labyrinthe du temps
- Fernay Alice : Les autres

- Fioretto Pascal : Et si c'était niais ?

- Fioretto Pascal : L'élégance du maigrichon

- Fitzek Sebastian : Thérapie
- Fitzek Sebastian : Ne les crois pas

- Flipo Georges : La commissaire n'aime point les vers
- Flipo Georges : La commissaire n'a point l'Esprit Club

- Flipo Georges : L'étage de Dieu

- Foenkinos David : La délicatesse

- Foenkinos David : Les souvenirs

- Foenkinos David : Nos séparations

- Foenkinos David : Lennon

- Foenkinos David : En cas de bonheur

- Foenkinos David : Je vais mieux

- Foenkinos David : La tête de l'emploi

- Foglino Bernard : Bienvenue dans la vraie vie

- Fontanel Sophie : L'envie

- Fonteneau Pascale : Propriétés privées

- Fohr Daniel : Prière de laisser les armes à la réception

- Fournier Jean Louis : Il a jamais tué personne mon papa

- Fournier Jean Louis : La servante du Seigneur   

- Frain Irène : Les naufrégés de l'île Tromelin
G
-
Gallay Claudie : L'amour est une île

- Gallmann Kuki : Je rêvais de l'Afrique
- Gallerme Gilbert : Au pays des ombres
- Galvada Anna : L'échapée belle

- Gardner Lisa : Derniers adieux
- Gaudé Laurent : Les oliviers du Négus

- Gaudé Laurent : Eldorado

- Gaudé Laurent : Sous le soleil des Scorta 

- Gilbert Elizabeth : Mange prie aime
- Gilbert Elizabeth : Mes alliances

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse 2

- Giraud Brigitte : Une année étrangère

- Glattauer Daniel : Quand le vent souffle au nord

- Gonnet et Moleux : Une année pour soi
- Govart Philippe : Marcq ou crève

- Grangé Jean-Christophe :La ligne noire
- Grimbert Philippe : Un secret

- Grimbert Philippe : La mauvaise rencontre

- Grimbert Philippe : Un garçon singulier

- Grimbert Philippe : La petite robe de Paul

- Grisham John : Le client
- Grossman Lev : Codex le manuscrit oublié
- Groult Benoîte : la touche étoile
- Guez Jérémy : Paris la nuit

- Guillaumot Christophe : Chasses à l'homme
- Gwene Faïza : Kife kife demain
- Gloagen Philippe : Mémoires d'un routard
H
- Haden Rosamund : L'église des pas perdus
- Haigh Jennifer : La condition
- Hastoy Gracianne : Une vie plus loin

- Herubel Michel : Tempête sur Ouessant
- Hervé-Gruyer Charles : La femme feuille

- Hervoüet des Forges Catherine : La dernière pluie

- Hislop Victoria : L'île des oubliés

- Hochet Stéphanie : L'éloge du chat

- Homer :L'odyssée
- Horn Mike : Latitude zéro
- Houellebecq Michel : Les particules élémentaires

- Hustvedt Siri : Un été sans les hommes

- Huxley Aldous : Le jeune Archimède

I

- Indridason Arnaldur : La cité des jarres

- Indridason Arnaldur : La femme en vert

- Indridason Arnaldur : La rivière noire 

J    

- James P.D : A visage couvert

- Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman

- Jardin Alexandre : Le roman des Jardin

- Jeanney Christine : Une heure dans un supermarché

- Joffo Richard : L'affaire flamenco

- Josse Gaëlle : Les heures silencieuses

- Josse Gaëlle : Nos vies désaccordées

- Josso Yves : Eté meurtrier à Pont Aven
K
- Kasischke Laura : A moi pour toujours

- Kasischke Laura : Esprit d'hiver

- Kellerman Jesse : Les visages

- Kennedy Douglas : Cul de sac

- Kennedy Douglas : Une relation dangereuse
- Khadra Yasmina : L'attentat
- Khadra Yasmina : L'écrivain

- Khadra Yasmina : L'équation africaine

- King Stephen : Différentes saisons
- König Yaël : Les hommes mariés ne font pas...

- Koontz Dean  Breathless

- Kourkov Andreï : Le pingouin

- Kuegler Sabine : L'enfant de la jungle
L
- Labro / Stéphanie : Des cornichons au chocolat
- Laferriere Dany : Tout bouge autour de moi

- Lafon Marie Hélène : L'annonce

- Lafon Marie Hélène : Les pays

- Lama Diana : Huis clos en Toscane

- Lanzmann Jacques : Le fils de l'Himalaya
- Lebey Marie : Mouche'

- Lefèvre Françoise : La grosse

- Le Gall Marie : La peine du menuisier

- Le Gall Serge : Sable mouvant à Bedonet

- Le Gall Serge : Belle Île "amère"

- Legardinier Gilles : Demain j'arrête

- Laurain Antoine : Le chapeau de Mittérand

- Lemaitre Pierre : Robe de marié

- Lemaitre Pierre : Travail soigné

- Lethielleux Maud : Dis oui Ninon

- Lethielleux Maud : D'où je suis je vois la lune

- Lethielleux  Maud : Tout près le bout du monde

- Levy Marc : Les enfants de la liberté

- Levy Marc : Mes amis, mes amours

- Levy Marc : Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

- Levy Marc : Le voleur d'ombres

- Levy Marc : Si c'était à refaire

- Liebig Etienne : Les nouveaux cons

- Loevenbrunck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 1

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 2

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 3

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 4

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 5

- Loenvenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 6

- Sophie Loubière : L'enfant aux cailloux

- Lynch Jim : A marée basse

M

- Mabanckou Alain : Tais-toi et meurs

- Mahani Habiba : La petite Malika

- Malzieu Mathias : Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

- Mankell Henning : Les chaussures Italiennes

- Mankell Henning : La lionne blanche

- Marchand François : Un Week-End en famille

- Marchand Paul.M : Sympathie pour le diable

- Marchand Stéphane : Maelström

- Marciano  Francesca : L'africaine

- Marmet Pascal : A la folie

- Mars Frédéric : Le manuel du serial killer

- Mars Frédéric : Non Stop 

- Martinez Carole : Le coeur cousu

- Martinez Carole : Du domaine des murmures

- Massarotto Cyril : Dieu est un pote à moi

- Mayer Corinne : Bonjour paresse

- Mazetti Katarina : Le mec de la tombe d'à côté

- Megnin Jean-Philippe : La voie Marion

- Mendoza Eduardo : L'artiste des dames

- Ménétrier Isabelle : Le diable a osé

- Mesnier Stéphanie : Petits désordres au château

- Meur Diane : Les vivants et les ombres

- Molay Frédérique : La septième femme

- Moore Viviane : Ilianday

- Morgan M :  Message des hommes vrais au monde des mutants

- Morrison Toni : Home

- Mosby Katherine : Sous le charme de Lillian Dawes

- Müller Xavier : Dans la peau d'un autre

- Murakami Haruki : Les Amants du Spoutnik

- Musso Guillaume : Seras tu là ?

- Musso Guillaume : Parce que je t'aime

- Musso Guillaume : L'appel de l'ange

- Musso Guillaume : La fille de papier

- Musso Guillaume : Demain

N

- Newberry Linda : De pierre et de cendre

- Nothomb Amélie : Journal d'Hirondelle

- Nothomb Amélie : Attentat 

- Nothomb Amélie : Ni d'Eve ni d'Adam 

- Nothomb Amélie : Voyage d'hiver

- Nothomb Amélie : Le fait du prince

- Nothomb Amélie : Une forme de vie

- Nothomb Amélie : Tuer le père

- Nothomb Amélie : Barbe Bleue

- Nothomb Amélie : La nostalgie heureuse

- Nothomb Amélie : Pétronille 

-Noyoux Vincent : Touriste professionnel

O

- Ollivier Mickaekl : Noces de glace

- Olmi Véronique : Cet été là

- Ongaro Alberto : La taverne du doge Loredan

- Ono-dit-Bio Christophe : Birmane

- Orsenna Erik :La grammaire est une chanson douce

- Orsenna Erik : Les chevaliers du subjonctif

- Orsenna Erik : La révolte des accents

- Orsenna Erik : Deux étés

- Ovaldé Véronique : Des vies d'oiseaux

P

- Paladini Gipsy : Sang pour sang

- Palou Anthony : Fruits et légumes

- Paris Gilles : Au pays des kangourous

- Paris Gilles : Autobiographie d'une courgette

- Paris Gilles : Lété des lucioles

- Paviot Christophe : Aujourd'hui pour toujours

- Pécassou Bernadette : Sous le toit du monde

- Pépin Ernest : L'Homme-au-Bâton

- Peterson Pia : Instinct primaire

- Pivot Bernard : Oui, mais quelle est la question ?

- Poirier Sophie : Le libraire a aimé

- Parisis Jean-Marc : Les aimants

- Poussin Alexandre & Sonia : Afrika trek 1

- Poussin & Tesson : La marche dans le ciel

Q

- Queneau Raymond : Zazie dans le métro

R

- Rachedi Mabrouck : La petite Malika

- Ragon Claude : Du bois pour les cercueils

- Rahimi Atiq : Singué Sabour

- Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er

- Revah Anne : Manhattan

- Revah Anne : Pôles magnétiques

- Revah Anne : Quitter Venise

- Reznikov Patricia : La nuit n'éclaire pas tout

- Reysset Karine : Les yeux au ciel

- Rheims Nathalie : Le chemin des sortilèges

- Rheims Nathalie : Laisser les cendres s'envoler

- Rheims Nathalie : Le cercle de Megiddo

- Rheims Nathalie : Maladie d'Amour

- Rice Anne : L'heure de l'ange

- Richard Denis : Tes secrets m'appartiennent

- Richard Jennifer D : Requiem pour une étoile

- Roberts Nora : Si tu m'abandonnes

- Roberts Nora : La maison aux souvenirs

- Roger Marie-Sabine : Trente six chandelles

- Rosnay Tatiana (de) : Le coeur d'une autre

- Rosnay Tatiana (de) : Moka

- Ruggieri Marion : Pas ce soir, je dîne avec mon père

- Rule Ann : Une vengeance au goût amer

S

- Sackville-West Vita : Toute passion abolie

- Sagan Françoise : Un peu de soleil dans l'eau froide

- Salinger J.D : L'attrape-coeur

- Salomé Jacques : Heureux qui communique

- Sam Anna : Les tribulations d'une caissière

- Sam Anna : Mon tour de France des blogueurs

- Sardou Roman : Personne n'y échappera

- Schmitt Eric.E : L'évangile selon Pilate

- Schmitt Eric. E : Oscar et la dame rose

- Schmitt Eric. E :Le sumo qui ne pouvait pas grossir

- Schmitt Eric. E : La femme au miroir

- Schmitt Eric.E : Les deux messieurs de Bruxelles

- Schmitt Eric.E : L'enfant de Noé 

- Schnebert Bruno : L'agrégé

- Schlogel Gilbert : L'enfant de Morn' voie

- Schneider Vanessa : Le pacte des vierges

- Scholes Katherine : La reine des pluies

- Scholes Katherine : La femme du marin

- Scholes Katherine : Les amants de la terre sauvage

- Scott Ann : A la folle jeunesse

- Seksik Laurent : Les derniers jours de Stefan Zweig

- Sender Elena : Intrusion

- Serfaty Thierry : Demain est une autre vie

- Servan Schreiber David : Guérir 

- Shaffer Mary Ann : Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

- Shteyngart Gary :Super triste histoire d'amour

- Signol Christian : Les chênes d'or

- Sirkis N et Michaud A : Kissing my songs

- Soimaud Sandrine : Tu

- Steinbeck John : Des souris et des hommes

- Sthers Amanda : Madeleine

- Sulitzer Paul Loup : Cartel

- Suskind Patrick : Le parfum

T

- Teulé Jean : les lois de la gravité

- Teulé Jean : Charly 9

- Théorin Johan : L'écho des morts

- Thilliez Franck : La mémoire fantôme

- Thilliez Franck : La chambre des morts

- Thomas Bernadette : Je veux ma place au soleil

- Thu Huong Duong : Itinéraire d'enfance

- Thuret François : J'aurais voulu être éditeur

- Tielrooy Elise : Le bonheur n'est pas un sport de JF

- Tong Cuong Valérie : L'atelier des miracles

- Tran Huy Minh : La double vie d'Anna Song

- Traoré Sayouba : Les moustaches du chat

- Tursten Hélène : Un torse dans les rochers

U

- Upfield Arthur : La loi de la tribu

 V

- Valandrey Charlotte : De coeur inconnu

- Van Cauwelaert Didier : L'évangile selon Jimmy

- Van Cauwelaert Didier : Attirances

- Van Cauwelaert Didier : Le père adopté

- Van Cauwelaert Didier : La femme de nos vies

- Van Cauwelaert Didier : La demi-pensionnaire

- Vanier Nicolas : Mémoires glacées

- Vargas Fred : Debout les morts

- Vargas Fred : L'armée furieuse

- Vargas Fred : Pars vite et reviens tard

- Vaxelaire Daniel : Les buveurs de sang

- Vazquez-Figueroa Alberto : Touareg

- Vecchioni Roberto : Le libraire de Sélinonte

- Vermalle Caroline : Une collection de trésors minuscules

- Verne Jules : Le tour du monde en 80 jours

- Vinson Sigolène : J'ai déserté le pays de l'enfance

- Voltaire : L'histoire du chevalier de la Barre

W

- Wallace Irving : Une femme de trop

- Watson S.J : Avant d'aller dormir

- Werber Bernard : Les fourmis 

- Werber Bernard : Le papillon des étoiles

- Wiesel Elie : Le mendiant de Jérusalem

- Wilde & Co : 1, 2, 3 bonheur

- Will Philippe : Mémoire Fauve 

Y

- Yourcenar Marguerite : Le Coup de Grâce

Z

- Zehrfuss Dominique : Peau de caniche

- Zeller Florian : La jouissance

- Zola Emile : Germinal

- Zorn Fritz : Mars

- Zuiker Anthony E : Level 26

- Zuiker Anthony E : Level 26 tome 2

- Zweig Stefan : La peur

- Zweig Stefan : Lettre d'une inconnue

- Zweig Stefan : vingt quatre heures de la vie d'une femme 

 

 

 

 

 

 

29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 11:17

Humour - Editions J'ai Lu - 160 pages - 5 €

 

Parution le 22 octobre 2014

 

Le sujet : Les deux auteures nous livrent d'autres arguments  et conseils de choc pour que nous arrêtions de culpabiliser devant la femme parfaite, qui est forcément une connasse et qui plus est, immortelle, d'où ce deuxième tome !

 

Tentation : Ma lecture du 1er tome

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Le premier tome m'avait rendue complètement "hilarde" ! En même temps, je l'avais lu avec des copines, sur une plage de Guadeloupe, sous un cocotier, à deux pas de l'eau turquoise 28° et la peau cramoisie de coups de soleil... Donc en mode presque connasse ;) !!!

"La femme parfaite est une connasse, le retour" m'a juste accompagnée sous ma couette solitaire, en Bretagne, fin octobre !

Sans doute, si je n'avais pas autant apprécier le tome 1 et son aspect novateur, j'aurais adoré celui ci aussi. Mais ce n'est pas tout à fait le cas, même si, bien sûr, le moment de lecture est toujours divertissant et agréable, sans prise de tête. Mais pour moi, la surprise de la nouveauté n'a pas sifflé deux fois et j'ai parfois eu une sensation de réchauffé, où d'exploitation maximale d'un bon filon, car avouons le, le tome 1 était vraiment une chouette trouvaille !

Ici, il m'a semblé que conseils, théories et constatations, voire consternations, volaient moins haut, ou plus au niveau de la culotte.... même si tout ici est toujours à prendre au second, voire troisième degré !

Mais ce pamphlet est tout de même truffé de véritées vraies !

Nous ne vivons pas dans une comédie romantique américaine car il ne se met jamais à pleuvoir subitement quand on se met à courir vers notre amoureux !----- Encore faut il avoir un amoureux !

La chaise magique, ou la chaise qui transforme miraculeusement vos vêtements à priori sales en vêtements presque propres, donc portables, en 3 jours !

Quelles sont les soirées d'où il faut fuir à toutes jambes ? J'en ai vécu, j'ai pas osé fuir... par politesse, où cause de covoiturage qui vous emprisonne dans un bled paumé !

Comment trouver une adresse quand l'indication fournie est : "tu descends la rue"... Ok, mais dans quel sens ? Celui des numéros, du nord vers le sud, de la pente, des voitures ?

Comment savoir si l'on été populaire au collège ? C'est clair, je ne l'étais pas, où alors pas pour les bonnes raisons ! Mais en même temps, le collège ne dure pas toute la vie... et la roue tourne !!!

Les status facebook qui manquent cruellement de... pudeur ou de délicatesse !

Plus les gens sont "importants", plus ils s'octroyent de droit d'être désagréables ! Ben oui, déjà, n'importe quel client, à partir du moment où il est client, pense qu'il a ainsi le droit d'être désagréable !

And on, and on.... Exemples bien entendus non exhaustifs !

Ce qui est rassurant, à la lecture de "la femme parfaite est une connasse, le retour", c'est de ce dire que je suis loin d'être parfaite, donc toujours pas connasse, malgré tous mes efforts pour y parvenir !

 

 

"Soyez vous même, les autres sont déjà pris"

Oscar Wilde

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Livres autres - divers
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:00

Roman - Editions du Rouergue - 277 pages - 20 €

 

Parution le 20 août 2014 - Rentrée littéraire.

 

L'histoire : Il est 11h00, le jour de son trente-sixième anniversaire.... Mortimer est prêt à mourir, puisque depuis des générations, les hommes de sa famille meurent de façon subites ou étonnantes le jour et à l'heure de leur 36ème printemps ! Mortimer a tout réglé et tout prévu, jusqu'à sa tenue d'enterrement qu'il porte déjà. 11h01, il est toujours vivant. Idem à midi... Que se passe-t-il pour qu'il soit le premier, à priori, à échapper à la malédiction familiale ?

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Depuis toujours, Mortimer connait le jour et l'heure de sa mort ! Sauf qu'au final, il y a erreur, la mort est en retard au rendez vous !

Je ne sais pas s'il me restera beaucoup de ce roman dans quelques mois, si ce n'est le souvenir d'un très agréable moment de lecture.... Ce qui est déjà très bien !

"On ne connait ni le jour ni l'heure". C'est vrai pour tout le monde, sauf pour Mortimer. A partir de là, Marie-Sabine Roger se penche sur l'intérêt de connaitre l'heure H du moment fatal et du comportement qui en découle tout au long de la vie qui précède. Quand on connaît le jour et l'heure et bien.... Finalement, on se croit immortel jusqu'à cette mort programmée, alors on fait les quatre-cent coup. On brûle sa vie dans les derniers jours... On ne fait aucun projet à long terme, donc finalement, on passe à côté de sa vie. Alors, mieux vaut ne pas connaitre son jour !

Surtout, si la prophétie se révèle inexacte !!! Mortimer se retrouve alors SDF, sans boulot, sans voiture.... Mais il lui reste Paquita et Nassardine, ses amis !

Paquita et Nassardine forment un couple hors du commun, haut en couleurs et d'une profondeur humaine exceptionnelle. Ils tiennent depuis plus de 20 ans un camion "crêperie", n'ont jamais quitté leur ville, rêvent du bout du monde, mais aiment leur vie et surtout leur ami Mortimer. La relation qui unit ses trois là fait vraiment plaisir à voir. Amitié, relation filiale à peine déguisée, franchise, attachement, fidélité. A coup de déduction et d'interrogation, ils aideront Mortimer à savoir "pourquoi pas lui" ?

Trente-six chandelles est une histoire truffée d'humour et d'humanité. Très fraiche, rythmée par une écriture fluide, elle amène qui veut à s'interroger sur l'essentiel ou à juste se divertir ! Car oui, ce livre est très distrayant, grâce notamment aux personnages aussi cocasses que les situations qu'ils vivent. Petite mention spéciale aussi au personnage de Jasmine, dont la spécialité est de pleurer dans la rue pour sauver les gens de leur propre morosité ! C'est bien trouvé, j'adore !

Un livre à ne pas bouder donc  !

 

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

4/6

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 07:00

Synopsis : Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d'obtenir ses papiers, alors qu'elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu'au jour où leurs destins se croisent... Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d'imagination qu'eux ?

 

Avec Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim, Izia Higelin

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : J'ai adoré ce film "salade de fruits" ! Il donne la pêche, la banane. Bien sûr, dans le fond, il y a le goût amer du citron. Et puis il y a tous ses fruits exotiques qui font tout pour sauver leur pomme et échapper au panier à salade, tout en étant finalement les bonnes poires d'un système qui les réduit en jus. Mais heureusement, il y a les fruits de la passion.... LOL !

Bref, tout ça pour pour dire que...

Samba est le nouveau film des réalisateurs d'Intouchables, alors bien sûr, il est attendu au tournant et subira peut-être trop les comparaisons.

Moi, je ne les compare pas. Samba m'a émue, m'a touchée, m'a amusée, m'a révoltée, m'a fait franchement rire, donc carton plein !

Le noyau central du film est les émigrés sans papiers en France. Ces sans papiers qui ont 100 papiers mais pas le bon. Pour moi, Samba vaut tout les reportages réunis des sans papiers tout en restant dans le divertissement. Mais on vit vraiment le quotidien de ces hommes. Oui, ici, il s'agit surtout des hommes qui font la queue des heures pour trouver quelques heures de boulot. Qui sortent "libres" d'un centre de rétention mais avec obligation de quitter le pays. Le film met le doigts sur l'aberration du sytème, des lois et l'hypocrisie de l'ensemble. Il montre aussi le dévouement (parfois jusqu'à s'arracher les cheveux" des bénévoles qui aident ces sans papiers à en obtenir quelques uns, ou à ne pas se retrouver dans un charter retour simple. On suit aussi Samba qui tremble à chaque sortie dans la rue, où à chaque travail journalier, devant la possibilité d'un contrôle de police. Une vie qui n'en n'est pas vraiment une, à nos yeux d'occidentaux nantis tant par notre régime politique, qu'économique ou social. Alors oui, dans un sens, ce film révolte. Mais heureusement, il est traité sur le mode comique, ce qui est de toute façon bien plus efficace pour toucher la cible qu'un énième cours magistral. Alors on rit beaucoup, on sourit, on s'émeut, on se régale des dialogues, des situations parfois rocamolesques, le tout, comme pour Intouchables, en prenant une claque !

Et puis, il y a les acteurs. Izia Higelin en pile électrique, Charlotte Gainsbourg en paumée du burn out, Omar Sy, Tahar Rahim en irrésistible Coca Light Man. Bref, ils sont tous en magnifique diapason et nous offrent aussi de chouette moment de bonheur d'être juste ensemble, avec la richesse des différences. Et là, ce fut pour moi un moment de grâce !

J'ai été particulièrement marquée par un fait que j'ignorais. C'est qu'à force de tout faire pour obtenir des papiers, une identité et une présence légales sur notre territoire, ces hommes de l'ailleurs finissent par perdre leur identité, ne plus savoir vraiment qui ils sont. Pour comprendre le pourquoi de cette phrase, et bien il vous faudra aller voir le film !!!

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 07:00

Polar - Editions Thélème - 13h10 d'écoute - 25 €

 

Parution en audio chez Thélème en 2009

 

L'histoire : 1947 à Los Angeles. Le corps de Betty Short est découvert, découpé en deux, sur un terrain vague. Parmi d'autres, deux policiers du L.A.P.D, amis et anciens boxeurs, sont mis sur l'enquête. Betty Short, qui se vêtait de noir, devient le dahlia noir et sera l'obsession des deux hommes pendant des années, une obsession qui les mènera à leur perte.

 

Lu par Elodie Huber

 

 

Tentation : La réputation du livre et de l'auteur

Fournisseur : La bib'

 

-toile3.jpg

Mon humble avis : Depuis le temps que je devais me frotter à l'un des plus célèbres romanciers américains de polar noir ! Check ! Et sans aucun regret.

Mon billet ne vous apprendra sans doute pas grand chose car je ne trouve pas les mots pour expliquer vraiment la sensation que cette écoute m'a procurée.

La voix d'Elodie Huber n'est sans doute pas étrangère à cette espèce de fascination qui m'a habitée tout du long, car Elodie Huber est vraiment une interprête remarquable, même lorsqu'elle lit à la première personne du singulier... au masculin !

Le style, l'écriture de James Ellroy sont aussi remarquables, comme envoutants. Clairs, efficaces et plus que ça, mais les mots me manquent.

L'histoire maintenant... Et bien, la mise en place semble un peu longuette, au point que je suis allée sur le net vérifier que c'était bien le Dahlia noir que j'écoutais, ce Dalhia n'étant point cité de suite. L'oeuvre s'ouvre sur la naissance de la relation amicale, puis professionnelle entre les deux amis flics qui se rencontrent tout d'abord sur un ring de boxe.

Et c'est ainsi que l'on comprend que le Dahlia noir n'est pas un polar comme les autres. Déjà, James Ellroy s'est inspiré d'un fait divers de l'époque, fait divers jamais résolu et qui faisait écho, pour Ellroy, à l'assassinat de sa propre mère quand il était enfant.

En fait, l'enquête policière est presque secondaire, même si elle est omniprésente dans la vie des protagonistes et que tout y est lié. Mais Le Dahlia noir est surtout un portrait de l'Amérique d'après guerre, des services de police gangrénés par la corruption et l'approche d'élections par exemple. Le Dahlia noir est un roman atmosphérique par dessus tout.

C'est aussi une plongée dans la noirceur de l'âme humaine, dans les bas-fond d'une population mise de côté par le rêve américain.

Ce qui m'a un peu échappé, c'est le pourquoi de la fascination morbide d'un des deux policiers pour cette jeune femme assassinée.

Ce qui m'a souvent perdue, au point que je me suis concentrée plus sur l'atmosphère et l'écriture d'Ellroy, c'est une fois de plus la multiplicité des personnages, et les liens hierarchiques ou familiaux qui les unissent pas toujours faciles à distinguer. Mais j'ai aimé la part d'ombre et de complexité des principaux personnages, qui font que ce roman est tout sauf manichéen. Il est juste ensorcellant, sans que je puisse me l'expliquer vraiment !

 

 

 

 

free-road-trip-games-audio-book

 

 

 

LE DAHLIA NOIR, de James ELLROY

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans thrillers polars étrangers
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 07:00

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?

 

Thriller avec Ben Affleck, Rosamund Pike

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Si vous avez lu le livre "Les apparences" de Flynn, dont ce film est l'adaption, ne me demandez pas si celle-ci est fidèle au roman, puisque je ne l'ai hélas point lu.

Quant au film, au delà d'être machiavélique et diabolique à souhait, il est surtout génialissime !!!

Je ne me souviens pas avoir déjà vu un film où la notion de manipulation soit aussi forte et aussi invisible à l'oeil nu. Nous sommes manipulés par le réalisateur David Fincher bien sûr, mais c'est la manipulation des personnages entre eux qui est terrifiante. L'illusionnisme est parfait, de ce fait, les claques sont plus fortes, les rebondissements  sont multiples, magistraux, inattendus, puissants. La vérité, qui change constamment au fil des 2h19 que dure Gone Girl, est glaçante, effroyable, où qu'elle se situe. Et la fin, mon dieu... Quel cauchemar !

Gone girl parle de l'enfer que peut être le mariage,  de l'ampleur des dégats commis par une surmédiatisation à l'américaine, de la manipulation des êtres entre eux et on le comprend dans la deuxième partie, de la folie... Folie qui restera hélas invisible aux yeux de tous... sauf d'une poignée de personnes impuissantes.

Ce thriller est captivant, fascinant, envoutant. Il nous cloue à notre fauteuil tout en nous tirant par le nez jusqu'à la dernière seconde. On en ressort un peu K.O finalement, tant tout ce qui s'y passe paraît inimaginable. Et pourtant...

Bien entendu, deux ou 3 improbabilités, qui sont là manifestement pour assurer le spectacle sont à noter, mais à ne pas divulguer sous peine de spoiler.

Mais la tension est bien là, elle nous sert la gorge, tant elle est servie avec brio par les comédiens et une réalisation exceptionnelle.

A voir, assurément ! En enfilant une bonne laine, histoire de ne pas avoir trop froid dans le dos !!!

 

 

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 07:00

Roman - Editions Gallimard - 132 pages -15.90 €

 

Parution le 21 août 2014 (Rentrée Littéraire)

 

L'histoire : Officiellement : La narratrice de "Un brillant avenir" revient sur son éducation religieuse, ses rapports entretenus avec la religion au cours de son enfance, ses premiers émois et la naissance du désir. Officieusement, c'est une toute autre histoire (à mon humble avis)

 

Tentation : Le pitch et ma lecture d'Un brillant avenir"

Fournisseur : Ma CB :(

 

 

 

 

Mon humble avis : Peut-être me trouverez vous sévère alors que je n'affiche qu'une étoile pour ce livre. Sans doute, si je n'avais pas connu l'auteure, je me serais faite plus clémente, car "Une éducation catholique" n'est pas mal écrit, le style paraît agréable même s'il se simplifie au fil des pages. Non, une seule étoile, c'est pour démontrer la distance presque "intersidérale" entre mes attentes et... le résultat. Bref, je suis en colère parce qu'en plus, ce bouquin, je l'ai acheté en étant sûre de mon choix et non pas "pour voir".

En fait, le problème majeur de cette oeuvre, c'est son titre. Tapageur dans un sens, à surfer sur une certaine vague dans notre siècle sensé être spirituel. Ce titre est un leurre, un attrape nigauds. Car d'éducation catholique, il n'est question que dans les premières pages. Ensuite, on passe plutôt à une éducation d'un autre genre qui se veut ici initiatique, mais qui est franchement sexu*lle.

Déjà, ce roman n'en n'est pas vraiment un, puisqu'il est de notoriété publique qu'il s'agit d'une autofiction. Ca ne m'aurait pas dérangée s'il avait traité du sujet qu'il semblait promettre. Mais non. Point de philosophie ni de questionement religieux. Il ne devient qu'un étalage impudique et qui plus est, assez factuel, des premières expériences amoureuses platoniques puis physique de la narratrice. Une narratrice qui se cherche, autant auprès des femmes que des hommes. S'il y avait eu quelque délicatesse, mon intérêt aurait pu demeurer. Mais non. Catherine Cusset flirte même (à mon humble avis) avec une certaine vulgarité. (je ne veux pas lire Christine Angot et voilà que j'ai l'impression de me retrouver dans un de ses livres. ) Il est ici souvent (trop souvent) question de s*xe énorme, ou de s*xe qui ne bandent pas, et de "boucher un trou". Ces passages trop récurrents sont servi d'un style qui parfois se veut poétique, mais pour moi, de la poésie de collégienne et surtout, l'analyse psychologique qui pourrait en découler brille par son absence.

Et la religion dans tout cela ? La narratrice raconte effectivement sa petite enfance entre un père croyant et une mère athée. L'importance de Dieu tout puissant et la découverte pour la narratrice que "ce Dieu qu'elle vénère est celui des faibles". J'espérais que Catherine Cusset évoquerait les conséquences heureuses ou malheureuses de son éducation catholique au cours de sa vie, que cela soit au lycée ou dans sa vie d'adulte, car une telle éducation a forcément un impact sur l'évolution de chacun.

Mais non, encore une fois. Certes, temps qu'elle est dans la large tranche d'âge primaire/fin de lycée, la narratrice souffre de sa soumission aux autres, aux tout puissants et de son sentiment de culpabilité, ce qui résume assez bien pour moi ce qu'impose toute religion dogmatique. Mais ensuite, il semble bien que Marie, la narratrice ait mis toutes les miettes de son éducation dans un tiroir. Car les valeurs morales que l'on peut recevoir d'une éducation religieuse semblent la déserter (toujours selon mon humble avis). Qui plus est, je n'ai ressenti aucune empathie ni affection pour cette Marie qui, d'agaçante de mièvrerie et de soumission, devient détestable de caprice et d'exigence envers les autres. Elle se plaint de son égocentrisme, mais que fait elle pour en sortir ? Elle change d'avis comme elle change de chemise, tombe "amoureuse" tous les 2 jours de sa prof de français, de sa meilleur amie, d'un type rencontré en vacances, puis passe son temps à grincher dès qu'on la quitte, alors qu'elle exige de son premier petit ami "sérieux" qu'il lui reste fidèle alors qu'elle lui raconte ses frasques "extra-conjugales". Et pour moi lectrice, tout cela est qui plus est devenu très redondant.

Bref, pour moi, ce livre est vide, il n'en sort rien sauf une interrogation : comment une telle auteure, qui a écrit des chefs d'oeuvre, peut ainsi râter sa rentrée littéraire ? C'en fut au point qu'à une trentaine de page de la fin, je suis allée lire quelques critiques sur Babelio, afin de savoir si mon ressenti et ma colère m'étaient strictement personnelles, ou si ma dernière heure de lecture m'apporterait une bonne surprise. Ma colère et mon impression de perte de temps étaient telles que j'ai renoncé à aller écouter Catherine Cusset en conférence à Rennes le lendemain soir. Gâchis, consternation et dégoût, voilà un résumé de mes impressions à la lecture d'"Une éducation catholique"

 

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

 

 

UNE EDUCATION CATHOLIQUE, de Catherine CUSSET

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 07:00

Cette année, pour cause de chômage (et l'adoption d'une minette qui a un peu vidé mon compte en banque, il n'y a pas eu voyages aux Seychelles, en Guadeloupe ou ailleurs. En même temps, j'ai tellement profité ces 20 dernières années, que j'apprécie un peu de calme et de proximité. Cela tombe bien, j'habite une région tellement riche et variée, que si je prends mon temps, je n'en n'aurais pas encore vu les moindres recoins en arrivant à la retraite !

Alors, fin juin, avec des amies, je me suis offert 2 jours à l'île de Batz, dans le Finistère, à à peu près un quart d'heure de bateau de Roscoff. L'île de Batz, qui fait partie des Iles du Ponant, offre un dépaysement garanti dès le ponton ! 507 habitants sur 3.5km de long et 1.5 km de large pour 10 km de côte, le tout se parcourant pédibus ou pédalibus ! Pour nous, ce fut pédibus ;) . Les quelques voitures croisées ne sont que celles des iliens et de toute façon, on en est venu à penser que sur cette ile, il y avait plus de tracteurs que de voitures !

Là-bas, tout n'est que luxe (celui de se contenter de peu), calme et volupté. Une tranquilité qui en devient presque assourdissante et des paysages à couper le souffle ! (Par contre, précision, nous n'y étions pas lors d'un week end prolongé ni pendant les vacances scolaires !)

Nous sommes arrivées par temps gris et menaçant et, au fil des heures, le soleil s'est fait une grande place dans le ciel. De même, l'intérêt de rester deux jours dans un tel coin, c'est de le vivre à marée haute comme à marée basse, et de profiter du calme olympien du soir après le départ de la dernière navette, ou du matin avant l'arrivée du premier bateau.

UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ
UN DIMANCHE A L'ILE DE BATZ

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Mes couleurs du monde
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 07:00

BD - Editions Gallimard - 57 pages - 12.10 €

 

Première parution en 2000

 

L'histoire : Laurent Aubier se réveille d’un coma de dix heures dans une clinique des Pyrénées. Il a été victime d’un accident de voiture. Une infirmière, Janine, lui remet le cahier dans lequel elle a noté tout ce qu’il avait dit lors de son coma. Selon Janine, cela ouvre la voie vers sa boite noire, c’est-à-dire son inconscient. Ce cahier contient une mine de souvenirs enfouis sur lesquels Laurent va enquêter et découvrir des choses anodines ou bouleversantes.

 

 

Tentation : Le nom Benacquista et le titre, dont j'ai déjà entendu parler

Fournisseur : La bib'

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Cet album est l'adaption BD de la nouvelle éponyme de Tonino Benacquista, qui s'est vue aussi, il y a quelques années adaptée au ciné ou à la télé, je ne m'en souviens plus. Et comme je ne l'ai ni lue ni vue, cette lecture était donc pour moi une totale découverte.

Bon, ce n'est pas la BD du siècle pour qui serait exigeant et ellitiste dans le domaine. Mais, honnêtement, le divertissement est bien là, tout comme l'intérêt, même s'il est un peu brutalisé par une fin plutôt abrupte, qui aurait pu être un peu plus développée dans une suite par exemple.

Le graphisme est agréable, et j'ai aimé la façon dont Ferrandez nous fait comprendre que le personnage voit sa vie défiler où qu'il zappe devant sa télé.

Sans doute l'introduction est un peu longue par rapport à la descente aux enfers du personnage en nombre de page, mais en même temps, a-t-on envie de voir un homme sombrer sur une demi BD, pas forcément. On comprend bien ce qui ce passe, le pourquoi du comment, donc c'est pour moi suffisant.

La boite noire est notre inconscient, ce qui nous construit aussi à notre insu. Cette BD effleure donc un sujet intéressant : est-ce bon de se souvenir de tout ou en tout cas, d'avoir soudain accès à nos souvenirs les plus enfouis. Ne vaut il pas mieux se contenter de ce que nous sommes au présent ? L'accès à notre inconscient a t-il plus de chance d'être profitable ou destructeur. Est-ce important de savoir qui nous sommes vraiment depuis les âges qui précèdent notre conscience. Moi, j'ai ma réponse, à vous de vous constituer la vôtre.

Je l'ai dit plus tôt, la fin est plutôt abrupte, mais elle était inattendue pour moi, aussi, j'ai aimé la route prise par cette histoire. Par contre, si j'avais été auteure, j'aurais sans doute développé un autre élément révélé par la boite noire qui aurait ainsi pu orienter cette BD vers le genre thriller, poursuite, en parallèle à la quête personnelle de ce Laurent Aubier !

 

 

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans BD...
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 07:00

Synopsis : Muriel est esthéticienne. Elle est bavarde, un peu menteuse, elle aime raconter des histoires souvent farfelues. Depuis 20 ans, Muriel estaussi la première fan du chanteur à succès Vincent Lacroix. Avec ses chansons et ses concerts, il occupe presque toute sa vie.
Lorsqu'une nuit Vincent, son idole, sonne à la porte de Muriel, sa vie bascule. Elle est entrainée dans une histoire qu’elle n’aurait pas osé inventer.

 

Avec Sandrine Kiberlain, Laurent Lafitte, Pascal Delomon.

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Ce film est tout bonnement surprenant si l'on n'est pas trop informé à son sujet. En lisant le pitch, je m'attendais à une comédie amère. Et bien non ! C'est un drame, un polar, un thriller qui nous donne quelques bonnes occasions de rire mais ce n'est pas son objectif principal !

Elle l'adore est avant tout machiavélique à souhait ! Le scénario est pour moi franchement original et devient de plus en plus jubilatoire au fil du film. De même, la réalisation est très maitrisée, on se demande tout au long de l'histoire où celle ci va nous mener.... le tout dans une atmosphère très subtile. Point de fan hystérique, point de chanteur déjanté. Des gens presque normaux...

Les dialogues sont savoureux, les quiproquos ne manquent pas et certaines situations deviennent acadabrantesques tout en restant on ne peut plus logiques. Le spectateur est aussi ahuri et baladé que ne l'est la police enquêtant sur la disparition de l'amie du chanteur. Lorsque vous irez voir ce film, je suis sûre que vous vous régalerez de la démonstration par A+B de Sandrine Kiberlain à propos du peigne de Tina Turner. Sandrine Kiberlain, une fois de plus excellente en fausse naïve désopilante, fait tourner bourrique la police tout en gardant un calme et une distance olympiens lors d'une garde à vue mémorable.

Le personnage du chanteur, joué par Laurent Laffite, fait vraiment froid dans le dos. Tellement calculateur, manipulateur, sans scrupule et d'un sang froid. Brrr, dorénavant, si Nicola Sirkis vient sonner chez moi à 3h du mat', je me méfierai.

A part 2 ou 3 ficelles bien posées pour justifier un événement suivant, je n'ai aucun reproche à faire à ce film excellent, qui traite de la manipulation, de la "fan attitude" et quelque part, de l'instinct de survie même si chacun n'y montre pas son profil le plus flatteur ! A voir, vous allez l'adorer !!!

 

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 07:00

 

Roman - Editions Albin Michel - 395 pages - 19€

 

Parution le 4 juin 2014

 

L'histoire : En 1903, Jacques Lebaudy, fantasque richissime héritier de la raffinerie sucrière Lebaudy quitte une France décevante pour débarquer sur une côte déserte de l'Afrique Occidental. Son projet n'est rien d'autre que de créer un empire, l'Empire du Sahara. Il se déclare donc empereur Jacques 1er, exige qu'on l'appelle Sir et règne ainsi sur un empire fantôme, reconnu de lui seul, mais qui fait bien parler de lui et inquiète certains Etats colonialistes.

 

 

Tentation ; Le pitch

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi !

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Le propre d'un roman est d'être romanesque ! Celui ci l'est à tous points de vue, à ceci près qu'il est inspiré d'une histoire vraie, et c'est ce qui paraît incroyable ! En effet, à une époque où l'on réalise hélas que la bêtise humaine est sans limite, et bien vous vous direz en lisant ce texte que les bornes des limites avaient déjà été largement dépassées il y a plus de 100 ans, par ce fameux Jacques Lebaudy, alias Jacques 1er ! A la différence près qu'en 1903, ces aventures avaient sans doute fait pleurer une poignée d'hommes mais provoquaient l'hilarité générale dans toute l'Europe qui s'est régalée des milliers d'articles de journeaux parus alors sur cet individu exécrable en premier lieu, mais surtout loufoque à souhait, ubuesque, bref, complètement barré ! Et surtout aussi fier et pédant que bête comme ses pieds ! Son égo déborde de son corps de laidron, ses ambitions dépassent l'entendement, sa naïveté et son inculture sont aussi vaste que le Sahara sur lequel il prétend régner !

A titre d'exemple.... La mer est salée parce qu'il s'y trouve des morues salées, dans son empire, il devra y avoir autant de femmes infidèles que de maris cocus....Sa Majesté ne voudrait pas qu'on le prenne pour un bouc hémisphère. Il trouve les chameaux très peu pratiques de couleur car ils se confondent avec les dunes. Il faudra donc songer à les peindre tels des zèbres, voire à créer le chaval, mélange de chameau et de cheval. Pour marquer ses "conquêtes" territoriales, Jacques 1er enterre dans le sable une boite de thon à l'huile. And on, and on, and on. Jacques 1er ira jusqu'à envisager prendre la place de Roosevelt !

J'ignore, dans toutes ses allocutions impériales, lesquelles sont issues de l'imagination de l'auteur ou de la réalité rapportée par la presse d'alors ou par les protagonistes de l'histoire, mais c'est vraiment hilarant et c'est avec les yeux ronds d'étonnement devant tant d'abérration et un plaisir non feint que j'ai lu ce livre (non sans faire un petit tour sur Wikipédia afin de m'assurer que j'avais bien affaire à une histoire vraie !!!)

Ah oui, il y a une harangue, parmi tant d'autres de Jacques 1er, qui m'a particulèrement fait rire : Moi, empereur, je ferai ceci, moi, empereur, je serai ceci, moi empereur, j'exigerai cela.... bref, vous voyez bien de qui l'auteur se moque (aussi !)

Mais Moi, empereur du Sahara n'est pas qu'une histoire délirante ! C'est aussi le reflet d'une certaine époque et d'une certaine classe sociale désoeuvrée devant sa montagne d'argent, c'est aussi une réflexion sur l'expansionnisme et le colonialisme, le portrait d'une Europe à deux pas de la première Guerre Mondiale. la mégalomanie par excellence.

Mais ce n'est pas toujours pas tout !. C'est aussi, et surtout, l'histoire d'un homme qui savait rêver !

Alors moi, Impératrice de ce blog qui demain sera connu dans le monde entier et dans tout le système solaire, moi Géraldine 1ère, exige que vous lisiez ce livre !!!!

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog