Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • : Bienvenue sur le blog de mes coups de coeur : livres, rencontres et interviews d'auteurs, cinéma, BD, voyages, photos, musique... Bref, dans l'aspect culturel de ma vie !
  • Contact

Auteur

  • Géraldine
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !

Barême, challenges et compteurs !

                                            
 BAREME

Décevant

Pas mal


Bon


Coup de coeur





    Membre-de-annuaire.png

 

 

 




 

 Postez vos billets ici 

  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

région-copie-1

 

 

 

 

 

  tour-du-monde-1

   
   
 

free-road-trip-games-audio-book

 

 

 

 

 

 

 

challengeamoureux_4     

   

objectif pal

  

Rechercher

 

 

Compteur de visiteurs en temps réel    Visiteurs connectés 

 

compteur de site gratuit sans pub 

compteur internet

Visites depuis le 28/06/2008 

 

 

A la loupe et en direct !

DES AUTEURS ET LEURS OEUVRES
A

- Adam Olivier : A l'abri de rien , 

- Adam Olivier : Des vents contraires
- Adam Olivier : Le coeur régulier

- Aderhold Carl : Mort aux cons
- A.D.G : Kangouroad movie
- Adriansen Sophie : Quand nous serons frère et soeur

- Ag Assari M. : Y'a pas d'embouteillage dans le désert
-Agus Milena : Mal de pierres
- Allende Isabel : La cité des dieux sauvages,

- Allende Isabel:  Le royaume du dragon d'or
- Ancion Nicolas : Nous sommes tous des playmobiles

- Ancion Nicolas. :  Retrouver ses facultés ,

- Ancion Nicolas : L'homme qui valait 35 milliards
- Andrew Russel : L'affaire Gidéon
- Archey Jeffrey : Seul contre tous

- Arnothy Christine : Une rentrée littéraire 

- Arnothy Christine : La vie, d'une manière ou d'une autre

- Asselin Jean Michel : Chroniques Himalayennes
- Asselin Jean Michel : Patrick Eldinger

- Attal Jérôme : Le voyage près de chez moi

- Augier Sylvain : L'instant où tout à basculé
- Austen Jane : Lady Susan
- Austen Jane : Orgueil et préjugés

- Auster Paul : Dans le scriptorium

- Auster Paul : Sunset Park

B
- Bach Richard : Jonathan Linvingston...
- Baldacci David : Des cadavres trop bavards

- Balzac Honoré (de) : Le père Goriot, 

- Balzac Honoré (de) : L'auberge rouge
- Barclay Lindwood : Les voisins d'à côté

- Barclay Linwood : Cette nuit-là

- Barrière Michèle : Souper mortel aux étuves
- Barthes Roland : Fragments d'un discours amoureux

- Bauchau Henry : Déluge

- Bedu Jean-Jacques : Moi, empereur du Sahara

- Beigbeder Frédéric : Windows on the world
- Beigbeder Frédéric :L'amour dure trois ans, 

- Beigbeder Frédéric : Au secours Pardon
- Beigbeder Fréderic : Un roman français

- Beigbeder Frédéric : Premier bilan après l'apocalypse

- Bel Hervé : Les choix secrets

- Benameur Jeanne : Les demeurées

- Benameur Jeanne : Les mains libres
- Benameur Jeanne : Les insurrections singulières

- Benameur Jeanne : Profanes

- Bennet Allan : La reine des lectrices

- Bent Patrick : Hécatombe à Saint Malo
- Bern Stéphane : Oubliez-moi

- Berne Suzanne : Un crime dans le quartier

- Bérot Violaine : Pas moins que lui

- Bertholon Delphine : L'effet Larsen

- Blanc-Gras Julien : Touriste

- Blanc-Gras Julien : Paradis (avant liquidation)

- Blas de Roblès Jean-Marie : La montagne de minuit

- Blondel Jean-Philippe : G 229

- Blondel Jean Philippe :Et rester vivant

- Blondel Jean Philippe : 06H41

- Blondel Jean Philippe : Un hiver à Paris

- Blue-Bosselet Corine : Séparable

- Bohringer Richard : Traîne pas trop sous la pluie

-  Boissard Janine : Loup, y es tu ?
- Boysson (de) Emmanuelle : Le salon d'Emilie

- Bonnet Jacques : Des bibliothèques pleines de fantômes
- Borromée Pierre : L'hermine était pourpre

- Bosson Clément : Larguer les amarres
- Bordage Pierre : Porteurs d'âmes
- Brown Dan : Anges et démons

- Brown Dan : Da Vinci code

- Buan Hugo : Cézembre noire

- Buan Hugo : L'oeil du singe

- Buan Hugo : La nuit du tricheur

- Burroughs William S : Junky

C
-
Camus Albert : L'étranger

- Carr Allen : La méthode simple pour...
- Carrère Emmanuel :L'adversaire

- Cauvin Patrick : La reine du monde

- Cauvin Patrick :  Le sang des roses
- Cauvin Patrick : Le silence de Clara

- Cazalot Christian & Eric : Come-Back

- Cendrars Blaise : L'or
- Chateau Nathalie : Le voyage de Thétys

- Chalandon Sorj : Retour à Killybegs

- Chalandon Sorj : Le Petit Bonzi

- Chalandon Sorj : Mon traitre

- Chalandon Sorj : Le quatrième mur

- Chattam Maxime : In Tenebris

- Chattam Maxime : Maléfices
- Chattam Maxime : Le sang du temps

- Chattam Maxime :  Les arcanes du chaos

- Christie Agatha : Passager pour Francfort
- Christin Rodolphe : Passer les bornes

- Claude Hervé : Riches, cruels et fardés
- Claudel Philippe : Le rapport de Brodeck
- Claudel Philippe : Le paquet

- Claudel Philippe : La petite fille de Monsieur Linh

- Claudel Philippe : J'abandonne

- Cliff William : U.S.A 1976
- Coben Harlan : Ne le dis à personne, 

- Coben Harlan : Dans les bois
- Coben Harlan : Sans un mot

- Cohen Thierry : J'aurais préféré vivre

- Cohen Thierry :  Je le ferai pour toi
- Cohen Thierry : Longtemps, j'ai rêvé d'elle

- Cohen Thierry : Si tu existes ailleurs

- Cohen Thierry : Si un jour la vie t'arrache à moi 

- Cohen Thierry : Je n'étais qu'un fou

- Collectif : Chers voisins

- Collins Maxime : Comme si de rien n'était

- Commère Hervé : Des ronds dans l'eau

- Commère Hervé : Le deuxième homme

- Commère Hervé : J'attraperai ta mort

- Constantine Barbara : Et puis Paulette

- Cornwell Patricia : Baton Rouge
- Cossé Laurence : Les amandes amères

- Cusset Catherine : Un brillant avenir

- Cusset Catherine : Une éducation catholique

D
- Dalmas Sam : Les 12 énigmes de Dalmas

- Darrieussecq Marie : Truismes

- Davrichewy Kéthévane : Les séparées

- Deghelt Frédérique : La vie d'une autre

- Deghelt Frédérique : L'oeil du prince

- Delacourt Grégoire : La liste de mes envies

- Delacourt Grégoire : L'écrivain de la famille

- Delacourt Grégoire : La première chose qu'on regarde

- Delaflotte Mehdevi Anne : Fugue

- Demornex Jacqueline : Le pire, c'est la neige
- Delage Samuel : Code Salamandre

- Delaume Chloé : Une femme avec personne à l'intérieur

- Delerm Philippe : Enregistrements pirates

- Delerm Philippe : Je vais passer pour un vieux con

- DeLillo Don : Cosmopolis

- Désarthe Agnès : Le remplaçant

Descott Régis : Pavillon 38  

- Detambel Régine : Son corps extrême

- De Vigan Delphine : No et moi
- De Vigan Delphine : Les heures souterraines
- De Vigan Delphine : Les jolis garçons

- De Vigan Delphine : Jours sans faim

- De Vigan Delphine : Rien ne n'oppose à la nuit

- Descosse Olivier : Les enfants du néant
- Desmazes Yves : Meurtres à l'école de police

- Diome Fatou : Le ventre de l'Atlantique
- Djavann Chahdortt : Je ne suis pas celle que je suis

- Dollinger Mary : Journal désespéré d'un écrivain raté
- Dollinger Mary : Et le bébé était cuit à point

- Dollinger Mary : Le visiteur de Saoû
- Donoghue Emma : Room

- Dorin Françoise : Les lettres que je n'ai pas envoyées
- D'Ormesson Jean : C'est une chose étrange à la fin que le monde

- Dress Evelyne : Le rendez vous de Rangoon
- Dubois Jean Paul : Vous plaisantez Mr Tanner
- Dubois Jean Paul : Vous aurez de mes nouvelles
- Dupont Jean-François :Ma puce
- Dugain Marc : Avenue des géants

- Dupont-Monod Clara : La passion selon Juette
- Duras Marguerite : Dix heures du soir en été
E

- Eliard Astrid : Déjà l'automne

- Ellory R.J : Seul le silence

- Ellory R.J : Vendetta

- Ellroy James : Le dahlia noir

- Enard Mathias : Rue des voleurs

- Ernaux Annie : L'autre fille

- Expert Jacques : La théorie des six

F
- Faber Michel : Le cinquième évangile

- Faye Eric : Le syndicat des pauvres types
- Faye Eric : Nagasaki

- Faye Eric : L'homme sans empreintes

- Fermine Maxence : Le labyrinthe du temps
- Fernay Alice : Les autres

- Fioretto Pascal : Et si c'était niais ?

- Fioretto Pascal : L'élégance du maigrichon

- Fitzek Sebastian : Thérapie
- Fitzek Sebastian : Ne les crois pas

- Flipo Georges : La commissaire n'aime point les vers
- Flipo Georges : La commissaire n'a point l'Esprit Club

- Flipo Georges : L'étage de Dieu

- Foenkinos David : La délicatesse

- Foenkinos David : Les souvenirs

- Foenkinos David : Nos séparations

- Foenkinos David : Lennon

- Foenkinos David : En cas de bonheur

- Foenkinos David : Je vais mieux

- Foenkinos David : La tête de l'emploi

- Foglino Bernard : Bienvenue dans la vraie vie

- Follet Ken : Code Zéro

- Fontanel Sophie : L'envie

- Fonteneau Pascale : Propriétés privées

- Fohr Daniel : Prière de laisser les armes à la réception

- Fournier Jean Louis : Il a jamais tué personne mon papa

- Fournier Jean Louis : La servante du Seigneur   

- Frain Irène : Les naufrégés de l'île Tromelin
G
-
Gallay Claudie : L'amour est une île

- Gallmann Kuki : Je rêvais de l'Afrique
- Gallerme Gilbert : Au pays des ombres
- Galvada Anna : L'échapée belle

- Gardner Lisa : Derniers adieux
- Gaudé Laurent : Les oliviers du Négus

- Gaudé Laurent : Eldorado

- Gaudé Laurent : Sous le soleil des Scorta 

- Gautz : Debout-payé

- Gilbert Elizabeth : Mange prie aime
- Gilbert Elizabeth : Mes alliances

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse 2

- Giraud Brigitte : Une année étrangère

- Glattauer Daniel : Quand le vent souffle au nord

- Gonnet et Moleux : Une année pour soi
- Govart Philippe : Marcq ou crève

- Grangé Jean-Christophe :La ligne noire
- Grimbert Philippe : Un secret

- Grimbert Philippe : La mauvaise rencontre

- Grimbert Philippe : Un garçon singulier

- Grimbert Philippe : La petite robe de Paul

- Grisham John : Le client
- Grossman Lev : Codex le manuscrit oublié
- Groult Benoîte : la touche étoile
- Guez Jérémy : Paris la nuit

- Guillaumot Christophe : Chasses à l'homme

- Guillot Bertrand : Sous les couvertures
- Gwene Faïza : Kife kife demain
- Gloagen Philippe : Mémoires d'un routard
H
- Haden Rosamund : L'église des pas perdus
- Haigh Jennifer : La condition
- Hastoy Gracianne : Une vie plus loin

- Herubel Michel : Tempête sur Ouessant
- Hervé-Gruyer Charles : La femme feuille

- Hervoüet des Forges Catherine : La dernière pluie

- Hislop Victoria : L'île des oubliés

- Hochet Stéphanie : L'éloge du chat

- Homer :L'odyssée
- Horn Mike : Latitude zéro
- Houellebecq Michel : Les particules élémentaires

- Hustvedt Siri : Un été sans les hommes

- Huxley Aldous : Le jeune Archimède

I

- Indridason Arnaldur : La cité des jarres

- Indridason Arnaldur : La femme en vert

- Indridason Arnaldur : La rivière noire 

J    

- James P.D : A visage couvert

- Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman

- Jardin Alexandre : Le roman des Jardin

- Jeanney Christine : Une heure dans un supermarché

- Jeffries Sheila : Les moustaches de la sagesse

- Joffo Richard : L'affaire flamenco

- Joncour Serge : L'écrivain national

- Josse Gaëlle : Les heures silencieuses

- Josse Gaëlle : Nos vies désaccordées

- Josse Gaëlle : Le dernier gardien d'Ellis Island

- Josso Yves : Eté meurtrier à Pont Aven
K
- Kasischke Laura : A moi pour toujours

- Kasischke Laura : Esprit d'hiver

- Kellerman Jesse : Les visages

- Kennedy Douglas : Cul de sac

- Kennedy Douglas : Une relation dangereuse
- Khadra Yasmina : L'attentat
- Khadra Yasmina : L'écrivain

- Khadra Yasmina : L'équation africaine

- Khadra Yasmina : L'imposture des mots

- King Stephen : Différentes saisons
- König Yaël : Les hommes mariés ne font pas...

- Koontz Dean  Breathless

- Kourkov Andreï : Le pingouin

- Kuegler Sabine : L'enfant de la jungle
L
- Labro / Stéphanie : Des cornichons au chocolat
- Laferriere Dany : Tout bouge autour de moi

- Lafon Marie Hélène : L'annonce

- Lafon Marie Hélène : Les pays

- Lama Diana : Huis clos en Toscane

- Lanzmann Jacques : Le fils de l'Himalaya
- Lebey Marie : Mouche'

- Lefèvre Françoise : La grosse

- Le Gall Marie : La peine du menuisier

- Le Gall Serge : Sable mouvant à Bedonet

- Le Gall Serge : Belle Île "amère"

- Legardinier Gilles : Demain j'arrête

- Laurain Antoine : Le chapeau de Mittérand

- Lemaitre Pierre : Robe de marié

- Lemaitre Pierre : Travail soigné

- Leon Donna : Les joyaux du paradis

- Lethielleux Maud : Dis oui Ninon

- Lethielleux Maud : D'où je suis je vois la lune

- Lethielleux  Maud : Tout près le bout du monde

- Levy Marc : Les enfants de la liberté

- Levy Marc : Mes amis, mes amours

- Levy Marc : Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

- Levy Marc : Le voleur d'ombres

- Levy Marc : Si c'était à refaire

- Liebig Etienne : Les nouveaux cons

- Loevenbrunck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 1

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 2

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 3

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 4

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 5

- Loenvenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 6

- Sophie Loubière : L'enfant aux cailloux

- Lynch Jim : A marée basse

M

- Mabanckou Alain : Tais-toi et meurs

- Mahani Habiba : La petite Malika

- Malzieu Mathias : Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

- Mankell Henning : Les chaussures Italiennes

- Mankell Henning : La lionne blanche

- Marchand François : Un Week-End en famille

- Marchand Paul.M : Sympathie pour le diable

- Marchand Stéphane : Maelström

- Marciano  Francesca : L'africaine

- Marmet Pascal : A la folie

- Mars Frédéric : Le manuel du serial killer

- Mars Frédéric : Non Stop 

- Marsh Willa : Meutres entre soeurs

- Martinez Carole : Le coeur cousu

- Martinez Carole : Du domaine des murmures

- Massarotto Cyril : Dieu est un pote à moi

- Mayer Corinne : Bonjour paresse

- Mazetti Katarina : Le mec de la tombe d'à côté

- Megnin Jean-Philippe : La voie Marion

- Mendoza Eduardo : L'artiste des dames

- Ménétrier Isabelle : Le diable a osé

- Mesnier Stéphanie : Petits désordres au château

- Mesnier Stéphanie : Tueuses mais pas trop

- Meur Diane : Les vivants et les ombres

- Molay Frédérique : La septième femme

- Moore Viviane : Ilianday

- Morgan M :  Message des hommes vrais au monde des mutants

- Morrison Toni : Home

- Mosby Katherine : Sous le charme de Lillian Dawes

- Müller Xavier : Dans la peau d'un autre

- Murakami Haruki : Les Amants du Spoutnik

- Musso Guillaume : Seras tu là ?

- Musso Guillaume : Parce que je t'aime

- Musso Guillaume : L'appel de l'ange

- Musso Guillaume : La fille de papier

- Musso Guillaume : Demain

N

- Newberry Linda : De pierre et de cendre

- Nothomb Amélie : Journal d'Hirondelle

- Nothomb Amélie : Attentat 

- Nothomb Amélie : Ni d'Eve ni d'Adam 

- Nothomb Amélie : Voyage d'hiver

- Nothomb Amélie : Le fait du prince

- Nothomb Amélie : Une forme de vie

- Nothomb Amélie : Tuer le père

- Nothomb Amélie : Barbe Bleue

- Nothomb Amélie : La nostalgie heureuse

- Nothomb Amélie : Pétronille 

-Noyoux Vincent : Touriste professionnel

O

- Ollivier Mickaekl : Noces de glace

- Olmi Véronique : Cet été là

- Ongaro Alberto : La taverne du doge Loredan

- Ono-dit-Bio Christophe : Birmane

- Orsenna Erik :La grammaire est une chanson douce

- Orsenna Erik : Les chevaliers du subjonctif

- Orsenna Erik : La révolte des accents

- Orsenna Erik : Deux étés

- Ovaldé Véronique : Des vies d'oiseaux

P

- Paladini Gipsy : Sang pour sang

- Palou Anthony : Fruits et légumes

- Paris Gilles : Au pays des kangourous

- Paris Gilles : Autobiographie d'une courgette

- Paris Gilles : Lété des lucioles

- Paviot Christophe : Aujourd'hui pour toujours

- Pécassou Bernadette : Sous le toit du monde

- Pépin Ernest : L'Homme-au-Bâton

- Peterson Pia : Instinct primaire

- Pivot Bernard : Oui, mais quelle est la question ?

- Poirier Sophie : Le libraire a aimé

- Poivre d'Arvor Patrick : Les enfants de l'aube

- Parisis Jean-Marc : Les aimants

- Poussin Alexandre & Sonia : Afrika trek 1

- Poussin & Tesson : La marche dans le ciel

Q

- Queneau Raymond : Zazie dans le métro

R

- Rachedi Mabrouck : La petite Malika

- Ragon Claude : Du bois pour les cercueils

- Rahimi Atiq : Singué Sabour

- Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er

- Revah Anne : Manhattan

- Revah Anne : Pôles magnétiques

- Revah Anne : Quitter Venise

- Reznikov Patricia : La nuit n'éclaire pas tout

- Reysset Karine : Les yeux au ciel

- Rheims Nathalie : Le chemin des sortilèges

- Rheims Nathalie : Laisser les cendres s'envoler

- Rheims Nathalie : Le cercle de Megiddo

- Rheims Nathalie : Maladie d'Amour

- Rice Anne : L'heure de l'ange

- Richard Denis : Tes secrets m'appartiennent

- Richard Jennifer D : Requiem pour une étoile

- Roberts Nora : Si tu m'abandonnes

- Roberts Nora : La maison aux souvenirs

- Roger Marie-Sabine : Trente six chandelles

- Rosnay Tatiana (de) : Le coeur d'une autre

- Rosnay Tatiana (de) : Moka

- Rufin Jean-Christophe : Immortelle Randonnée

- Ruggieri Marion : Pas ce soir, je dîne avec mon père

- Rule Ann : Une vengeance au goût amer

S

- Sackville-West Vita : Toute passion abolie

- Sagan Françoise : Un peu de soleil dans l'eau froide

- Salinger J.D : L'attrape-coeur

- Salomé Jacques : Heureux qui communique

- Sam Anna : Les tribulations d'une caissière

- Sam Anna : Mon tour de France des blogueurs

- Sardou Roman : Personne n'y échappera

- Schmitt Eric.E : L'évangile selon Pilate

- Schmitt Eric. E : Oscar et la dame rose

- Schmitt Eric. E :Le sumo qui ne pouvait pas grossir

- Schmitt Eric. E : La femme au miroir

- Schmitt Eric.E : Les deux messieurs de Bruxelles

- Schmitt Eric.E : L'enfant de Noé 

- Schmitt Eric-E : Le poison d'amour

- Schnebert Bruno : L'agrégé

- Schlogel Gilbert : L'enfant de Morn' voie

- Schneider Vanessa : Le pacte des vierges

- Scholes Katherine : La reine des pluies

- Scholes Katherine : La femme du marin

- Scholes Katherine : Les amants de la terre sauvage

- Scott Ann : A la folle jeunesse

- Seksik Laurent : Les derniers jours de Stefan Zweig

- Sender Elena : Intrusion

- Serfaty Thierry : Demain est une autre vie

- Servan Schreiber David : Guérir 

- Shaffer Mary Ann : Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

- Shteyngart Gary :Super triste histoire d'amour

- Signol Christian : Les chênes d'or

- Sirkis N et Michaud A : Kissing my songs

- Smith Tom Rob : L'enfant 44

- Soimaud Sandrine : Tu

- Steinbeck John : Des souris et des hommes

- Sthers Amanda : Madeleine

- Sulitzer Paul Loup : Cartel

- Suskind Patrick : Le parfum

T

- Teulé Jean : les lois de la gravité

- Teulé Jean : Charly 9

- Théorin Johan : L'écho des morts

- Thilliez Franck : La mémoire fantôme

- Thilliez Franck : La chambre des morts

- Thomas Bernadette : Je veux ma place au soleil

- Thu Huong Duong : Itinéraire d'enfance

- Thuret François : J'aurais voulu être éditeur

- Tielrooy Elise : Le bonheur n'est pas un sport de JF

- Tong Cuong Valérie : L'atelier des miracles

- Tran Huy Minh : La double vie d'Anna Song

- Traoré Sayouba : Les moustaches du chat

- Tursten Hélène : Un torse dans les rochers

U

- Upfield Arthur : La loi de la tribu

 V

- Valandrey Charlotte : De coeur inconnu

- Van Cauwelaert Didier : L'évangile selon Jimmy

- Van Cauwelaert Didier : Attirances

- Van Cauwelaert Didier : Le père adopté

- Van Cauwelaert Didier : La femme de nos vies

- Van Cauwelaert Didier : La demi-pensionnaire

- Van der Linden Sophie : La fabrique du monde

- Vanier Nicolas : Mémoires glacées

- Vargas Fred : Debout les morts

- Vargas Fred : L'armée furieuse

- Vargas Fred : Pars vite et reviens tard

- Vaxelaire Daniel : Les buveurs de sang

- Vazquez-Figueroa Alberto : Touareg

- Vecchioni Roberto : Le libraire de Sélinonte

- Vermalle Caroline : Une collection de trésors minuscules

- Verne Jules : Le tour du monde en 80 jours

- Vinson Sigolène : J'ai déserté le pays de l'enfance

- Voltaire : L'histoire du chevalier de la Barre

W

- Wallace Irving : Une femme de trop

- Watson S.J : Avant d'aller dormir

- Werber Bernard : Les fourmis 

- Werber Bernard : Le papillon des étoiles

- Wiesel Elie : Le mendiant de Jérusalem

- Wilde & Co : 1, 2, 3 bonheur

- Will Philippe : Mémoire Fauve 

Y

- Yourcenar Marguerite : Le Coup de Grâce

Z

- Zehrfuss Dominique : Peau de caniche

- Zeller Florian : La jouissance

- Zola Emile : Germinal

- Zorn Fritz : Mars

- Zuiker Anthony E : Level 26

- Zuiker Anthony E : Level 26 tome 2

- Zweig Stefan : La peur

- Zweig Stefan : Lettre d'une inconnue

- Zweig Stefan : vingt quatre heures de la vie d'une femme 

 

 

 

 

 

 

27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 07:00

 

Pourquoi j'ai pas mangé mon père : Affiche

Film de Jamel Debbouze

Avec Jamel Debbouze, Mélissa Theuriaud, Arié Elmaleh, Louis de Funès !

 

 

Synopsis : A partir de 6 ans

L’histoire trépidante d’Édouard, fils aîné du roi des simiens, qui, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même… l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité… celle où on ne mange pas son père. 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Après moulte péripéties, j'ai enfin réussi à voir ce film, et heureusement, car j'ai vraiment adoré... grâce à mon âme d'enfant qui s'émerveille du merveilleux !

Déjà Pourquoi j'ai pas mangé mon père est une performance technique... puisque c'est le premier film tourné en Europe en utilisant la performance-capture. (Des capteurs sont posés sur les comédiens qui joue le rôle, et le résultat de ces capteurs est ensuite inséré dans les personnages numériques. Il y a donc de vrais acteurs derrière cela).

Ce film est l'adaption libre et drôle du best seller "pourquoi j'ai mangé mon père" de Roy Lewis (que je n'ai toujours pas lu...)

Je me suis délectée de l'histoire, et de la "mignonitude" de la mise en scène,  du scénario, des dialogues. Pour être honnête, un adulte sans âme d'enfant et n'étant pas fan de Debouzze n'appréciera peut-être pas la séance. Car la Jamel's touch est partout présente... pour mon grand plaisir (je suis fan), et celui de mes ziggomatiques. Les enfants se régaleront, car c'est vraiment choupinoux, même si les plus jeunes ne réaliseront peut-être pas la super leçon de 'pré'Histoire qui se déroule devant eux. Par contre, avec l'explication des parents, les petiots en garderont en bien meilleur et marquant souvenir qu'avec n'importe quel manuel scolaire ! Par contre, si vous élevez vos enfants dans le créationnisme, le film ira à contre courrant de votre éducation.

Edouard, le héro est vraiment attachant ! Avec lui, je me suis amusée de suivre les premières évolutions de l'Homme qui deviendra plus tard le sapiens sapiens. Edouard se dresse sur ses jambes et découvre un nouveau moyen de transport : les pieds. Puis il découvre le feu, la chasse, la cueillette, les cavernes, l'ensevelissement des défunts, l'animal domestique, la vie en communauté, l'amour, la guerre, les migrations, l'espoir, le tout avec beaucoup d'humeur, d'autodérision, de références actuelles donc anachroniques qui font bien rire les adultes. Un film donc pour tout le monde !

A noté, la technologie et les performances d'un comédien ont permi de créer un personnage avec les traits, la voix et les mimics de Louis de Funès.

Mon seul petit reproche : les personnages, souvent surexités, crient un peu trop !

Je ne sais pas, peut-être qu'il y aura une suite qui pourrait s'intituler ; j'ai mangé pour père pour un I.pad un Iphone et un Ipod, qui montrerait bien la petitesse de nos découvertes qui sont désormais bien loin des besoins primaires de l'époque de l'Homme singe !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 07:00

 

Roman - éditions Nouvel Attila -172 pages - 17 €

 

Parution le 28 août 2014 - Rentrée littéraire

 

L'histoire : Debout-Payéest le roman familial d'Ossiri, étudiant ivoirien sans papier atterri en France dans les années 1990 pour démarrer une carrière de vigile. C'est l'histoire d'un immigré, de l'enfer qu'il vit pour se loger et pour travailler, et du regard qu'il pose sur notre pays

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : La bib'

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Ce roman, qui s'est dressé au travers de la blogo depuis septembre, fait figure d'OVNI dans la dernière rentrée littéraire.

Mi roman - mi auto fiction - mi succession de saynettes.

Les saynettes, ce sont celles vécues par l'auteur, alors qu'il était vigile chez Camaïeu Paris Bastille et chez Séphora Champs Elysées. Il y a comme un air de "les tribulations d'une caissière" d'Anna Sam... Vigile, métier sous payé, souvent méprisé et dénigré. Vigile fait partie de ces boulots que le milieu appelle "debout-payé". La mission est de restée debout, et d'être à l'affût du moindre vol susceptible.

Gautz nous offre donc son regard et ses observations d'émigré debout-payé. Nombre de ses confidences sont hilarantes, certaines désespérantes sur l'image qu'elle montre de la mentalité du monde actuel. L'humour devient parfois cynmisme, quand notre vigile explique par exemple les rencontres improbables qui se forment au rayon rouge à lèvres à minuit, sur les Champs : les travelots, les femmes voilées du riche Moyen Orient, et les prostituées qui conseillent ses mêmes femmes voilées alors qu'elles s'apprête à aller retrouver les maris de celles ci... Très drôle aussi la différence comportementale des gens, en fonction de leurs origines éthniques, géographiques ou sociales, quand le BIP du portique de sécurité retentit ! Bref, Gautz voit tout, dissèque tout, analyse tout. Pour combler l'ennui sans doute. Et dans ces saynettes, on y apprend comment repérer un voleur potentiel, comment supporter la musique attroce diffusée dans les magasins toute la sainte journée, les codes qu'utilisent entre eux les vigiles pour décrire les suspects... Bref, jusqu'à maintenant, je disais bonjour au vigile quand j'entrais dans un magasin, maintenant, je vais me demander comment il me "déshabille" LOL !!!

Entre une série de saynettes, se cache le véritable roman. Celui d'une famille ivoirienne, ou les hommes émigrés deviennent vigile de père en fils. La partie roman est franchement intéressante, dans le sens où elle retrace l'évolution des relations entre la Frances et ses anciennes colonnie ces quarante dernières années, et l'influence de cette évolution tant sur la vie des émigrés en France que dans le métier de vigile. Ce métier qui fut aussi chamboulé par l'aire du 11 septembre 2001. Bien sûr, y sont évoqués les drames des squatts, des sans papiers. 

Le tout avec lucidité, justesse, intelligence et humour.

J'ai hélas était parfois perdue parmi les personnages du roman... et comme celui-ci est entrecoupé de série de saynettes, il n'était pas aisé pour moi, entre les saynettes et mes propres interruptions de lecture, de m'y retrouver et de conservé mon intérêt intact pour leur histoire.

Un roman, jamais loin du reportage, que je vous conseille de lire.

 

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

10/6

« Chinois. Avec la quantité énorme d’habits fabriqués au pays de Mao, on peut dire qu’un Chinois dans un magasin de fringues, c’est un retour à l’envoyeur. »

Debout-Payé, de Gautz

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 07:00

 

Dark Places : Affiche

Film de Gilles Paquet-Brenner

Avec Charlize Theron, Nicholas Hoult, Chloë Grace Moretz

 

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans

1985. Libby Day a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben, alors âgé de seize ans, comme le meurtrier. 30 ans plus tard, un groupe d’enquêteurs amateurs appelé le Kill Club convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque. De nouvelles vérités vont émerger, remettant en cause son témoignage clé dans la condamnation de son frère. 

 

 

Mon humble avis :  Dark Places est l'adaptation ciné du roman de Gillian Flynn, paru en France sous le titre : Les lieux sombres.

Recemment, un autre livre de Flynn a été porté à l'écran sous le titre de Gone Girl. Gone Girl était bien plus rythmé et plus thrillant !

Ici, nous sommes dans les tréfonds de l'Amérique avec des personnages d'origine très modeste. Ce  film est un peu une peinture réaliste de la société américaine, en temps de crise mais aussi une véritable tragédie familiale.

L'intrigue prend racine dans le passé, ce qui donne lieu à de nombreux flash back. De ce fait, l'histoire semble prendre plus de temps à se mettre en route, et nous sommes plus dans un film atmosphérique, même si, of course, tout s'accélère dans le dernier quart d'heure.

Bien sûr, Charlize Theron est épatante de sobriété, dans ce rôle qui n'a pas été écrit pour elle a la base, mais dans lequel elle a du, hélas, retrouver l'échos de sa propre histoire.

Film américain, par un réalisateur Français, à ,qui l'on doit, entre autre, la version ciné de : Elle s'appelait Sarah.

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 07:00

 

En équilibre : Affiche

Film de Denis Dercourt

Avec Albert Dupontel, Cécile de France, Marie Bäumer, Patrick Mille

 

 

Synopsis : Marc est cascadeur équestre. Un grave accident sur un tournage lui faire perdre tout espoir de remonter un jour à cheval. Florence est chargée par la compagnie d'assurances de s'occuper du dossier de cet homme brisé. Cette brève rencontre va bouleverser leurs équilibres... 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : J'ai adoré ce film, vu il y a déja une bonne semaine en avant première, en présence de Denis Dercourt et Cécile de France.

En vrac, de très bons arguments d'aller voir ce film... Albert Dupontel, d'une force bluffante une fois de plus. Il ne laisse jamais indifférent, il occupe l'écran, il l'agrandit même. C'est lui qui a effectué toutes les cascades équestres.

Cécile de France, toute en grâce, finesse et subtilité. Elle a appris le piano pour interprêté son rôle, c'est donc elle qui joue les magnifiques passages de piano.

Les images, superbes ! Que ce soient celles d'un cheval au galop sur une plage bretonne, celles tournées dans un box, dans un manège. La proximité des êtres et de l'animal, le tête à tête.

Les couleurs : du vert flamboyant, du bleu azur, le beige du sable.

Le sujet... inspiré d'une histoire vécue. Le synopsis pourrait laisser craindre des flots de larmes, de rage, de colère... Il n'en n'est rien. Pas l'ombre d'un pathos ni d'une pitié, que se soit de la part du réaliseur ou des personnages. Le sourire se dessine et s'agrandit sur nos lèvres au fil du film.

C'est l'histoire d'un combat contre l'injustice de la vie. C'est la passion, c'est l'homme qui ne s'abandonne pas dans l'amertume, mais au contraire, se bat et met tout en place pour vivre le plus possible comme avant, pour remonter à cheval. Cet homme cloué dans un fauteuil va bousculer Florence, enlisée dans une vie de réussite à l'opposé de ses aspirations d'origine.

En équilibre est un film classe, sobre, qui interroge sur les choix que la vie nous impose ou non dans la vie : fait on ce que l'on veut, ce que l'on peut, ou trouve t'on un équilibre entre les deux ?

 

 

Qui c'est la star ? Cécile ou moi ?

Qui c'est la star ? Cécile ou moi ?

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 07:00

Les Enfants de l'aube | [Patrick Poivre d'Arvor]Roman - Editions Audiolib - 3h45 d'écoute - 13.50 €

 

Parution d'origine du roman : 1983

 

L'histoire : Après le suicide de son père, Alexis, 12 ans, trouve un écrit de celui ci. Un écrit comme un testament, où Tristan lui raconte son histoire, celle de sa recontre trop éphémère avec Camille, sa mère, dans un sanatorium alors qu'ils étaient adolescents, et malades tous les deux.

 

 

Lu par Patrick Poivre d'Arvor

 

Tentation : le pitch et pourquoi pas ?

Fournisseur : la bib'

 

-toile2.jpg

 

Mon humble avis : Il (mon avis) m'étonne et détonne de ceux que j'ai pu parcourir sur des sites de vente en ligne. Certains parlent de chef d'oeuvre, de larmes versées, d'émotions bouleversantes...

Rien de tout cela pour moi, même si je me suis régalée cependant de l'écriture très soignée, souvent poétique de l'auteur.

C'est plus le contenu même du livre qui me dérange un peu, car je le trouve impudique. Qu'un père, qui sait son propre suicide proche, se livre ainsi à son fils de 12 ans me paraît indécent. En effet, le narrateur explique à son fils Alexis d'où il vient, de quel amour fulgurant il est le fruit. 

Tristan, le père, n'avait pas 15 ans quand il a rencontré Camille, qui en avait 16 alors. Tous deux séjournée en convalescence dans un sana en Suisse. Ils se sont aimés passionnément malgré la maladie. Tristan conte donc son initiation sexuelle avec quelques crus détails, crudité souvent atténuée par des métaphores poétiques. Puis vient l'époque de sa dépravation sexuelle de jeune adulte. Pour moi, la vie sexuelle des parents ne regarde pas les enfants, même si celle-ci peut justifier un comportement antagonique avec la paternité.

Pourtant, l'histoire d'amour est belle, mais elle a pour moi été entachée par trop de confessions.

 

free-road-trip-games-audio-book

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 07:00

Allez, un dimanche avec des boules anti-stress, des chats. Mais pas les miens ! Même si certains ont croisés mon chemin pour un bon bout de temps.

Je ne sais pas si vous savez, mais fin décembre 2013, c'est par le biais d'une association de sauvetage félin qui s'appelle Félin Possible. 

Depuis, je me suis investie bénévolement dans l'association : Je gère le compte Twitter, publie des annonces de chats à l'adoption sur un site internet spécialisé. Et depuis juillet, je suis Famille d'Accueil (F.A) Il s'agit d'accueillir des chats de l'asso, récupérés dans la rue, abandonnés chez des vétérinaires etc. Mais avant d'arriver dans la FA, tous les chats ont une période de d'isolement obligatoire de 15 jours, dans des famille qui disposent d'une pièce disponible à l'isolement des chats, ou qui n'ont pas d'autres chats. Ceci, afin d'éviter les proliférations des maladies. En 15 jours d'isolement, le chat a le temps de déclarer les éventuelles maladies (parfois mortelles) qu'il aurait contracté dehors. Il reçoit ensuite ses premiers vaccins, antipuce et vermifuge avant de rejoindre sa famille d'accueil, donc moi parmi tant d'autres.

J'ai accueilli ainsi 3 chatons et demi ! Le demi, c'est mon Tsingy, puisqu'en l'accueillant chez moi, j'avais dans l'idée de l'adopter. Depuis, je n'en n'ai pas pris d'autres, pour laisser à mon Tsingy le temps de grandir tranquillou, sans intrus ! Je vais reprendre du service dans quelques semaines, puisque, hélas, la saison des chatons reprend... Parce que certains propriétaires de chats trouvent bien plus simple d'abandonner les chatons plutôt que de stériliser leur animal...

 

je reviendrais sur le rôle et le fonctionnement des familles d'accueil lors d'un autre billet !

A gauche, Roocky, sauvé l'an dernier avec sa mère et ses frères, adopté quelques semaines plus tard. A droite, Habanita, sauvée l'an dernier à 3 jours, biberonnée et adoptée à 3 mois. En bas, Voyou, adopté à 5 ans en décembre dernier.

A gauche, Roocky, sauvé l'an dernier avec sa mère et ses frères, adopté quelques semaines plus tard. A droite, Habanita, sauvée l'an dernier à 3 jours, biberonnée et adoptée à 3 mois. En bas, Voyou, adopté à 5 ans en décembre dernier.

Le rouquin, c'est Diabolot, adopté en janvier. L'autre minette, c'est Tixine, toujours à l'adoption.

Le rouquin, c'est Diabolot, adopté en janvier. L'autre minette, c'est Tixine, toujours à l'adoption.

En HG, Pixine. En BG, Newt récupérée l'été dernier, chatonne, dans le moteur d'une voiture. Newt a été adoptée en décembre. A droite, Galaxie, adoptée l'an dernier par sa famille d'accueil.

En HG, Pixine. En BG, Newt récupérée l'été dernier, chatonne, dans le moteur d'une voiture. Newt a été adoptée en décembre. A droite, Galaxie, adoptée l'an dernier par sa famille d'accueil.

Ca, c'est Jodila, que j'ai accueillie pendant un mois et demi l'été dernier, alors qu'elle avait 3 mois, le temps de lui trouver une famille d'adoption. J'ai eu l'occasion de la revoir en février chez ses adoptants.

Ca, c'est Jodila, que j'ai accueillie pendant un mois et demi l'été dernier, alors qu'elle avait 3 mois, le temps de lui trouver une famille d'adoption. J'ai eu l'occasion de la revoir en février chez ses adoptants.

En haut à G, le petit Roocky. En haut à droite, une petite chatonne d'une portée de 6, récupérée à à peine 10 jours. J'ai aidé un aprem au biberonnage. Malheureusement, la minette n'a pas survécu.

En haut à G, le petit Roocky. En haut à droite, une petite chatonne d'une portée de 6, récupérée à à peine 10 jours. J'ai aidé un aprem au biberonnage. Malheureusement, la minette n'a pas survécu.

Apsara m'a fait chavirer le coeur. Je l'ai accueilli à 2 mois et demi en octobre, le temps qu'elle ait 3 mois et des adoptants pour la vie !

Apsara m'a fait chavirer le coeur. Je l'ai accueilli à 2 mois et demi en octobre, le temps qu'elle ait 3 mois et des adoptants pour la vie !

Apsara once again. Et les deux rouquins, Ozil et Pirlo. Fin août, Pirlo est resté 2 jours chez moi et Ozil, 3 semaines.

Apsara once again. Et les deux rouquins, Ozil et Pirlo. Fin août, Pirlo est resté 2 jours chez moi et Ozil, 3 semaines.

Ozil, mon pensionnaire de fin août. Adorable comme tout. Mais contente de le voir partir, car il tétait ma minette qui bien sûr, n'avait rien à lui donner mais se laisser faire.

Ozil, mon pensionnaire de fin août. Adorable comme tout. Mais contente de le voir partir, car il tétait ma minette qui bien sûr, n'avait rien à lui donner mais se laisser faire.

Ma pensionnaire de juillet août Jodila, entre son 3ème et son 4ème mois.

Ma pensionnaire de juillet août Jodila, entre son 3ème et son 4ème mois.

Des illustres inconnus, croisés à Lille, St Malo ou en Bourgogne

Des illustres inconnus, croisés à Lille, St Malo ou en Bourgogne

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Mes couleurs du monde
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 07:00

Les Châteaux de sable : Affiche

Film d'Olivier JAHAN

Avec Emma de Caunes, Yannick Renier, Jeanne Rosa, Alain Chamfort

 

 

Synopsis : Éléonore, la trentaine, vient de perdre son père. Il lui a légué sa maison en Bretagne, dans les Côtes d’Armor. Elle est photographe, a connu un certain succès mais les affaires ne marchent plus comme avant. Il faut absolument qu’elle vende cette maison.
Elle s’y rend avec Samuel, son ancien compagnon dont elle s’est séparée il y a quelque temps, parce qu’elle ne se sent pas d’aller seule dans cette maison où elle n’est pas retournée depuis la mort de son père. Mais elle joue avec le feu - car elle sait bien que leur relation ne s’est pas franchement apaisée, même si elle a eu depuis quelques aventures et que Samuel vit à présent avec Laure. Claire Andrieux, l’agent immobilier, s’est occupée d’organiser des visites durant les deux jours où Éléonore et Samuel vont rester dans la maison.
 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : J'ai bien aimé ce film intimiste, qui se déroule presque en huit clos. Cependant, j'avoue que je suis dubitative quant au postulat de départ. En effet, si mon amoureux m'annonçait partir en Week End avec son ex, même pour les meilleures raisons du monde, je dirais "Ok, mais je t'accompagne" ! Or ici, la jolie Laure laisse partir son beau Samuel avec la décomplexée ex Eléonore... Bon passons.

C'est la bande annonce qui m'a attirée vers ce film. On n'y voyait de beaux paysages bretons, notamment sous la forme de clichés photos. En fait, presque tous ces paysages sont montrés dans la bande annonce. Le film ne révèle pas beaucoup plus des Côtes d'Armor, car il se déroule surtout à l'intérieur de la maison dont Eléonore vient d'hériter de son père défunt. Dans la maison, sur la terrasse, dans le jardin.

Il n'empêche que le charme discret de ces Châteaux de sable m'a touchée. Les personnages sont intéressants, bien creusés et évidemment bien interprêtés. Quel plaisir de retrouver Emma de Caunes sur le grand écran ! Le personnage de Claire, la jeune agent immobiliaire, m'a particulièrement parlé. Gaffeuse, voulant bien faire, enthousiaste mais toujours un peu à côté de la plaque. Mais sa méthode fonctionne. Un peu perdante aussi, elle se motive elle même tous les matins. Tous les jours ou presque, un train passe dans sa vie, mais elle n'y monte jamais. Elle se retrouve toujours "là", à reprendre courage.

Et puis il y a aussi la "belle mère" qui n'a jamais été aussi importante que la "mère" aux yeux du "père" pour être présentée à la "fille". Elle a aimé discrètement, secrètement mais follement.

La réalisation m'a bien plu aussi. Il y a une voix off narratrice (presque comme dans un livre) qui nous invite à observer les personnages, qui nous en dit plus que ce que ceux ci veulent bien avouer. Sauf que, parfois, ces mêmes personnages s'arrêtent face à la caméra et s'expriment, devenant narrateurs à leur tour. J'ai trouvé le procédé original.

Les châteaux de sable... il est question de deuil, d'amour, d'Oedipe, de passion, de rancune. De passage...

Le titre du film vient d'une chanson de Brassens. Les chateaux de sable sont construits, détruits, reconstruits... fragiles.

Un beau film, plaisant, atmosphérique... Un film français, avec ce qui va avec... dont la subtilité !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 07:00

Roman - Editions Fayard - 235 pages - 18 €

 

Parution le 25 février 2015

 

L'histoire : Un odieux personnage vous pourrit la vie ? Votre belle mère, votre associé parti avec la caisse, votre patron, voire votre mari ? Si votre cas est vraiment sérieux, il peut être alors étudié par un mystérieux club, si discret que certains doutent de son existence. A sa tête, des femmes puissantes, connues ou non mais qui ont toutes un point commun.... Un "encombrant" feu ou en devenir, dans leur vie. Le club des bloody Ladies vous débarrasse de votre "encombrant" en élevant le crime au rang d'art. Pour entrer dans ce club très privé... C'est simple, vous débarrassez une autre adhérente de son empoisonneur de vie. Pour Camille, c'est la chance de sa vie. Pour Georges Hellis, célèbre présentateur du 20h, cela pourrait être le début de la fin.

 

 

Tentation : L'éditeur et le Pitch

Fournisseur : Les éditions Fayard, merci pour l'envoi.

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Mesdames, si vous lisez ce livre, vous vous amuserez drôlement et vous direz : "Non, je ne suis pas seule". Messieurs, vous risquez de trembler quelque peu si votre conscience n'est pas limpide, en constatant que le mal nommé sexe faible possède de sacrées ressources. Enfin, hommes ou femmes qui pourrissez diaboliquement la vie de quelqu'un, ce roman pourrait vous ranger des voitures et vous faire faire profil bas !

Cette histoire, fraichement cynique, angéliquement amorale et diaboliquement morale (quand la justice légale est impuissante) se lit comme du petit lait. Ce qui est fait une violente comédie, c'est que les cas traités (tant chez les postulantes que chez les encombrants) ne sont point à plaindre... financièrement. Ici, nous côtoyons jet set, femmes ou veuves d'affaires, actrice sur le déclin, religieuse haute en couleur, journaliste phare de la First, patronne de célèbre agence de mannequins... Tous ces personnages sont succulents et truculents, bien croqués jusqu'au trognon de leurs travers, vices et qualités. Jusqu'au trognon donc jamais loin de la caricature hilarante. Bref, la principale préoccupation des protagonistes n'est pas de trouver le pain quotidien. S'il en avait été ainsi, nous aurions plus avoir un thriller sanglant et dramatique.

Bien sûr, à travers la galerie de personnages, chacun s'amusera d'y découvrir des célébrités, même si toutes ressemblances avec quelques "dignitaires" réels ou ayant existé serait fortuite ! Mais certains indices laissent peu de place à la méprise

Le Président de la République est ici renommé Ventre Mou par exemple. Dans la maitresse du club, Angela, je verrai bien un clone de la femme la plus riche de France, voire du monde. Ensuite, il doit bien y avoir de savoureux mélanges des pires défauts des uns et des autres pour donner un seul et même personnage.

Le style est enjoué, soigné, moqueur à souhait. Mine de rien, chacun en prend pour son grade. J'ai pu reproché quelques petites longueurs lors des réunions secrètes de ces "drôles de dames" et la fin, qui vient bien trop vite... laissant sur le trottoir Jacky, odieuse belle-mère. Même si je ne doute pas un instant de son avenir très raccourci, j'aurais aimé assister à son agonie. Mais qui sait, celle-ci fera-t-elle l'objet d'un deuxième tome qui verrait la liquidation jubilatoire de bien d'autres "encombrants", propre, nette et sa bavure. Car le crime parfait est celui qui n'en devient jamais un !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 07:00

 

Big Eyes : Affiche

Film de Tim Burton

Avec Amy Adams, Christoph Waltz, Dany Huston

 

Synopsis : BIG EYES raconte la scandaleuse histoire vraie de l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. À la fin des années 50 et au début des années 60, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante et choquante vérité a cependant fini par éclater : ces toiles n’avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier. Le film se concentre sur l’éveil artistique de Margaret, le succès phénoménal de ses tableaux et sa relation tumultueuse avec son mari, qui a connu la gloire en s’attribuant tout le mérite de son travail. 

 

 

Mon humble avis : Les fans de Tim Burton seront peut-être surpris, car la Burton's touch habituelle n'est pas franchement flagrante. 

Je ne connaissais pas cette histoire vraie, celle d'une des plus grandes impostures de l'histoire de l'art. Et c'est avec un réel enthousiasme que je l'ai découverte.

Burton nous replace avec talent dans l'époque d'alors, fin des années 50 et années 60. C'est coloré, c'est fantasque, c'est le monde qui se découvre. Le personnage de Walter Kean, joué avec une énergie dantesque par Christoph Waltz est inénarrable, comme s'il était branché sur piles inépuisable.

Margaret, l'épouse et la véritable artiste du couple, offre un intéressant portrait de femme d'époque, qui se cherche dans l'émancipation difficile, voire ratée, avant d'exploser dans toute sa splendeur en reclamant son dû de femme, et d'artiste.

Enfin, l'histoire des Kean, c'est aussi la toute première méga commercialisation de l'art à portée de tous. En effet, Kean fut le premier à mettre en vente des copies d'affiche, des cartes postales de "ses" oeuvres. Bref, même s'il n'avait pas le talent du pinceau, il était un redoutable business man doublé d'un sacré mégalomane.

Le film est un régal à ne pas bouder. Tantôt drôle, tantôt touchant, tantôt interloquant. Et ces tableaux, mon Dieu qu'ils sont magnifiques, à admirer les yeux grands ouverts. Pas assez riche pour m'acheter un original, je pourrais peut-être m'en offrire une reproduction format carte postale !

 

 

 

Still Alice : Affiche

Film de Richard Glatzer

Avec Julianne Moore, Alec Baldwin, Kristen Stewart...

 

 

Synopsis : Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration. 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Ffff, bouleversant et bien remuant ce film. Mais pas larmoyant pour autant. Bon, après, cela dépend peut-être du ressenti et de la sensibilité de chacun.

L'objectif premier de ce film n'est évidemment pas de divertir, mais plutôt d'informer. Et il n'y a pour moi pas plus marquante comme information que celle distillée par l'art, qu'il soit septième, littéraire, musical...

Still Alice montre bien l'effroi d'une femme atteinte d'un Alzeimer précoce (à 50 ans) lors de l'apparition des premiers symptômes, les mille et unes astuces qu'elle met elle même en place pour contrer au maximum la maladie et la combattre, même si elle sait qu'à plus ou moins long terme, ce sera peine perdue. Alors qu'elle était si brillante, elle voit ses facultés intellectuelle diminuer jour après jour. Enfin, son isolation qui se fait de plus en plus marquante. Et bien entendu, il y a autour sa famille qui se sert les coudes et qui, tant bien que mal, tente aussi de faire face.

Still Alice permet de comprendre ce que vivent les patients atteinte de cette maladie, mais aussi, leur entourage. Et comme personne ne peut prétendre avec certitude être épargné à jamais de ce diabolique trouble neurologique...

Et que dire du casting qui interprête magistralement cette famille atteinte en son coeur... Julianne Moore est une Alice bouleversante. Elle a reçu un Oscar pour ce rôle cette année.

Kristen Stewart, qui joue l'une des filles d'Alice, s'est vue attribuée un César en France pour un film dont elle partageait l'affiche avec Juliette Binoche.

Enfin, Alec Baldwin, trop rare sur les écrans, porte parfaitement le rôle d'époux et de père de famille.

Bien sûr, j'ai vécu ce film de façon particulière, car même si je n'ai pas Alzheimer, mes manques du mot réguliers depuis mon AVC ressemblent de près aux premiers symptômes d'Alice.

Un film vrai, juste, pudique qui donne la parole à ceux qui ne peuvent plus exprimer leurs sentiments.

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 07:00

9Un petit coin de campagne rennaise photographié en tout début de printemps l'an dernier. Mais pas que... je triche et joins à ce billet quelques photos prises dans la Sarthe, en hiver, il y a déjà 2 ans ! Des petits coins buccoliques, inspirant à la méditation, à l'observation de l'entourage.

Bonne promenade !

Dans la Sarthe !

Dans la Sarthe !

Dans la Sarthe

Dans la Sarthe

En Bretagne, près de Liffré

En Bretagne, près de Liffré

En Bretagne, près de Liffré !

En Bretagne, près de Liffré !

En Bretagne, près de Liffré

En Bretagne, près de Liffré

UN DIMANCHE EN CAMPAGNE !
Près de Liffré

Près de Liffré

UN DIMANCHE EN CAMPAGNE !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Mes couleurs du monde
commenter cet article