Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • LES COUPS DE COEUR DE GERALDINE
  • : Bienvenue sur le blog de mes coups de coeur : livres, rencontres et interviews d'auteurs, cinéma, BD, voyages, photos, musique... Bref, dans l'aspect culturel de ma vie !
  • Contact

Auteur

  • Géraldine
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !
  • Passionnée de lecture, de livres, de musique, d'écriture, de peinture, de photos et surtout, de voyages. Bienvenue dans mon monde !

Barême, challenges et compteurs !

                                            
 BAREME

Décevant

Pas mal


Bon


Coup de coeur





   


 

 Postez vos billets ici 

  0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

logo challenge rentree litteraire 2015

région-copie-1

 

 

 

 

 

  tour-du-monde-1

   
   
 

free-road-trip-games-audio-book

 

 

 

 

 

 

 

challengeamoureux_4     

      

Rechercher

 

 

Compteur de visiteurs en temps réel    Visiteurs connectés 

 

compteur de site gratuit sans pub 

compteur internet

Visites depuis le 28/06/2008 

 

 

A la loupe et en direct !

DES AUTEURS ET LEURS OEUVRES
A

- Abiker David : Le mur des lamentations

- Adam Olivier : A l'abri de rien , 

- Adam Olivier : Des vents contraires
- Adam Olivier : Le coeur régulier

- Aderhold Carl : Mort aux cons
- A.D.G : Kangouroad movie
- Adriansen Sophie : Quand nous serons frère et soeur

- Ag Assari M. : Y'a pas d'embouteillage dans le désert
-Agus Milena : Mal de pierres
- Allende Isabel : La cité des dieux sauvages,

- Allende Isabel:  Le royaume du dragon d'or
- Ancion Nicolas : Nous sommes tous des playmobiles

- Ancion Nicolas. :  Retrouver ses facultés ,

- Ancion Nicolas : L'homme qui valait 35 milliards
- Andrew Russel : L'affaire Gidéon
- Archey Jeffrey : Seul contre tous

- Arnothy Christine : Une rentrée littéraire 

- Arnothy Christine : La vie, d'une manière ou d'une autre

- Asselin Jean Michel : Chroniques Himalayennes
- Asselin Jean Michel : Patrick Eldinger

- Attal Jérôme : Le voyage près de chez moi

- Augier Sylvain : L'instant où tout à basculé
- Austen Jane : Lady Susan
- Austen Jane : Orgueil et préjugés

- Auster Paul : Dans le scriptorium

- Auster Paul : Sunset Park

B
- Bach Richard : Jonathan Linvingston...
- Baldacci David : Des cadavres trop bavards

- Balzac Honoré (de) : Le père Goriot, 

- Balzac Honoré (de) : L'auberge rouge
- Barclay Lindwood : Les voisins d'à côté

- Barclay Linwood : Cette nuit-là

- Barrière Michèle : Souper mortel aux étuves
- Barthes Roland : Fragments d'un discours amoureux

- Bauchau Henry : Déluge

- Bedu Jean-Jacques : Moi, empereur du Sahara

- Beigbeder Frédéric : Windows on the world
- Beigbeder Frédéric :L'amour dure trois ans, 

- Beigbeder Frédéric : Au secours Pardon
- Beigbeder Fréderic : Un roman français

- Beigbeder Frédéric : Premier bilan après l'apocalypse

- Bel Hervé : Les choix secrets

- Benameur Jeanne : Les demeurées

- Benameur Jeanne : Les mains libres
- Benameur Jeanne : Les insurrections singulières

- Benameur Jeanne : Profanes

- Bennet Allan : La reine des lectrices

- Bent Patrick : Hécatombe à Saint Malo
- Bern Stéphane : Oubliez-moi

- Berne Suzanne : Un crime dans le quartier

- Bérot Violaine : Pas moins que lui

- Bertholon Delphine : L'effet Larsen

- Blanc-Gras Julien : Touriste

- Blanc-Gras Julien : Paradis (avant liquidation)

- Blas de Roblès Jean-Marie : La montagne de minuit

- Blondel Jean-Philippe : G 229

- Blondel Jean Philippe :Et rester vivant

- Blondel Jean Philippe : 06H41

- Blondel Jean Philippe : Un hiver à Paris

- Blue-Bosselet Corine : Séparable

- Bohringer Richard : Traîne pas trop sous la pluie

-  Boissard Janine : Loup, y es tu ?
- Boysson (de) Emmanuelle : Le salon d'Emilie

- Bonnet Jacques : Des bibliothèques pleines de fantômes
- Borromée Pierre : L'hermine était pourpre

- Bosson Clément : Larguer les amarres
- Bordage Pierre : Porteurs d'âmes
- Brown Dan : Anges et démons

- Brown Dan : Da Vinci code

- Brown Dan : Forteresse digitale

- Buan Hugo : Cézembre noire

- Buan Hugo : L'oeil du singe

- Buan Hugo : La nuit du tricheur

- Burroughs William S : Junky

C
-
Camus Albert : L'étranger

- Carr Allen : La méthode simple pour...
- Carrère Emmanuel :L'adversaire

- Cauvin Patrick : La reine du monde

- Cauvin Patrick :  Le sang des roses
- Cauvin Patrick : Le silence de Clara

- Cazalot Christian & Eric : Come-Back

- Cendrars Blaise : L'or
- Chateau Nathalie : Le voyage de Thétys

- Chalandon Sorj : Retour à Killybegs

- Chalandon Sorj : Le Petit Bonzi

- Chalandon Sorj : Mon traitre

- Chalandon Sorj : Le quatrième mur

- Chattam Maxime : In Tenebris

- Chattam Maxime : Maléfices
- Chattam Maxime : Le sang du temps

- Chattam Maxime :  Les arcanes du chaos

- Christie Agatha : Passager pour Francfort
- Christin Rodolphe : Passer les bornes

- Claude Hervé : Riches, cruels et fardés
- Claudel Philippe : Le rapport de Brodeck
- Claudel Philippe : Le paquet

- Claudel Philippe : La petite fille de Monsieur Linh

- Claudel Philippe : J'abandonne

- Cliff William : U.S.A 1976
- Coben Harlan : Ne le dis à personne, 

- Coben Harlan : Dans les bois
- Coben Harlan : Sans un mot

- Cohen Thierry : J'aurais préféré vivre

- Cohen Thierry :  Je le ferai pour toi
- Cohen Thierry : Longtemps, j'ai rêvé d'elle

- Cohen Thierry : Si tu existes ailleurs

- Cohen Thierry : Si un jour la vie t'arrache à moi 

- Cohen Thierry : Je n'étais qu'un fou

- Collectif : Chers voisins

- Collins Maxime : Comme si de rien n'était

- Commère Hervé : Des ronds dans l'eau

- Commère Hervé : Le deuxième homme

- Commère Hervé : J'attraperai ta mort

- Constantine Barbara : Et puis Paulette

- Cornwell Patricia : Baton Rouge
- Cossé Laurence : Les amandes amères

- Cusset Catherine : Un brillant avenir

- Cusset Catherine : Une éducation catholique

D
- Dalmas Sam : Les 12 énigmes de Dalmas

- Darrieussecq Marie : Truismes

- Davrichewy Kéthévane : Les séparées

- Deghelt Frédérique : La vie d'une autre

- Deghelt Frédérique : L'oeil du prince

- Delacourt Grégoire : La liste de mes envies

- Delacourt Grégoire : L'écrivain de la famille

- Delacourt Grégoire : La première chose qu'on regarde

- Delaflotte Mehdevi Anne : Fugue

- Demornex Jacqueline : Le pire, c'est la neige
- Delage Samuel : Code Salamandre

- Delaume Chloé : Une femme avec personne à l'intérieur

- Delerm Philippe : Enregistrements pirates

- Delerm Philippe : Je vais passer pour un vieux con

- DeLillo Don : Cosmopolis

- Désarthe Agnès : Le remplaçant

Descott Régis : Pavillon 38  

- Detambel Régine : Son corps extrême

- De Vigan Delphine : No et moi
- De Vigan Delphine : Les heures souterraines
- De Vigan Delphine : Les jolis garçons

- De Vigan Delphine : Jours sans faim

- De Vigan Delphine : Rien ne n'oppose à la nuit

- Descosse Olivier : Les enfants du néant
- Desmazes Yves : Meurtres à l'école de police

- Diome Fatou : Le ventre de l'Atlantique
- Djavann Chahdortt : Je ne suis pas celle que je suis

- Dollinger Mary : Journal désespéré d'un écrivain raté
- Dollinger Mary : Et le bébé était cuit à point

- Dollinger Mary : Le visiteur de Saoû
- Donoghue Emma : Room

- Dorin Françoise : Les lettres que je n'ai pas envoyées
- D'Ormesson Jean : C'est une chose étrange à la fin que le monde

- Dress Evelyne : Le rendez vous de Rangoon
- Dubois Jean Paul : Vous plaisantez Mr Tanner
- Dubois Jean Paul : Vous aurez de mes nouvelles
- Dupont Jean-François :Ma puce
- Dugain Marc : Avenue des géants

- Dupont-Monod Clara : La passion selon Juette
- Duras Marguerite : Dix heures du soir en été
E

- Echenoz Jean : 14

- Eliard Astrid : Déjà l'automne

- Ellory R.J : Seul le silence

- Ellory R.J : Vendetta

- Ellroy James : Le dahlia noir

- Enard Mathias : Rue des voleurs

- Ernaux Annie : L'autre fille

- Expert Jacques : La théorie des six

F
- Faber Michel : Le cinquième évangile

- Faye Eric : Le syndicat des pauvres types
- Faye Eric : Nagasaki

- Faye Eric : L'homme sans empreintes

- Fermine Maxence : Le labyrinthe du temps
- Fernay Alice : Les autres

- Fioretto Pascal : Et si c'était niais ?

- Fioretto Pascal : L'élégance du maigrichon

- Fitzek Sebastian : Thérapie
- Fitzek Sebastian : Ne les crois pas

- Flipo Georges : La commissaire n'aime point les vers
- Flipo Georges : La commissaire n'a point l'Esprit Club

- Flipo Georges : L'étage de Dieu

- Foenkinos David : La délicatesse

- Foenkinos David : Les souvenirs

- Foenkinos David : Nos séparations

- Foenkinos David : Lennon

- Foenkinos David : En cas de bonheur

- Foenkinos David : Je vais mieux

- Foenkinos David : La tête de l'emploi

- Foenkinos David : Charlotte

- Foglino Bernard : Bienvenue dans la vraie vie

- Follet Ken : Code Zéro

- Fontanel Sophie : L'envie

- Fonteneau Pascale : Propriétés privées

- Fohr Daniel : Prière de laisser les armes à la réception

- Fournier Jean Louis : Il a jamais tué personne mon papa

- Fournier Jean Louis : La servante du Seigneur   

- Frain Irène : Les naufrégés de l'île Tromelin
G
-
Gallay Claudie : L'amour est une île

- Gallmann Kuki : Je rêvais de l'Afrique
- Gallerme Gilbert : Au pays des ombres
- Galvada Anna : L'échapée belle

- Gardner Lisa : Derniers adieux

- Gardner Lisa : La maison d'à côté
- Gaudé Laurent : Les oliviers du Négus

- Gaudé Laurent : Eldorado

- Gaudé Laurent : Sous le soleil des Scorta 

- Gautz : Debout-payé

- Gilbert Elizabeth : Mange prie aime
- Gilbert Elizabeth : Mes alliances

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse

- Girard A.S et M.A : La femme parfaite est une connasse 2

- Giraud Brigitte : Une année étrangère

- Glattauer Daniel : Quand le vent souffle au nord

- Gonnet et Moleux : Une année pour soi
- Govart Philippe : Marcq ou crève

- Grangé Jean-Christophe :La ligne noire
- Grimbert Philippe : Un secret

- Grimbert Philippe : La mauvaise rencontre

- Grimbert Philippe : Un garçon singulier

- Grimbert Philippe : La petite robe de Paul

- Grisham John : Le client
- Grossman Lev : Codex le manuscrit oublié
- Groult Benoîte : la touche étoile
- Guez Jérémy : Paris la nuit

- Guillaumot Christophe : Chasses à l'homme

- Guillot Bertrand : Sous les couvertures
- Gwene Faïza : Kife kife demain
- Gloagen Philippe : Mémoires d'un routard
H
- Haden Rosamund : L'église des pas perdus
- Haigh Jennifer : La condition
- Hastoy Gracianne : Une vie plus loin

- Herubel Michel : Tempête sur Ouessant
- Hervé-Gruyer Charles : La femme feuille

- Hervoüet des Forges Catherine : La dernière pluie

- Hislop Victoria : L'île des oubliés

- Hochet Stéphanie : L'éloge du chat

- Homer :L'odyssée
- Horn Mike : Latitude zéro
- Houellebecq Michel : Les particules élémentaires

- Hustvedt Siri : Un été sans les hommes

- Huxley Aldous : Le jeune Archimède

I

- Indridason Arnaldur : La cité des jarres

- Indridason Arnaldur : La femme en vert

- Indridason Arnaldur : La rivière noire 

J    

- James P.D : A visage couvert

- Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman

- Jardin Alexandre : Le roman des Jardin

- Jeanney Christine : Une heure dans un supermarché

- Jeffries Sheila : Les moustaches de la sagesse

- Joffo Richard : L'affaire flamenco

- Joncour Serge : L'écrivain national

- Josse Gaëlle : Les heures silencieuses

- Josse Gaëlle : Nos vies désaccordées

- Josse Gaëlle : Le dernier gardien d'Ellis Island

- Josso Yves : Eté meurtrier à Pont Aven

- Joyce Rachel : La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry
K
- Kasischke Laura : A moi pour toujours

- Kasischke Laura : Esprit d'hiver

- Kellerman Jesse : Les visages

- Kennedy Douglas : Cul de sac

- Kennedy Douglas : Une relation dangereuse
- Khadra Yasmina : L'attentat
- Khadra Yasmina : L'écrivain

- Khadra Yasmina : L'équation africaine

- Khadra Yasmina : L'imposture des mots

- King Stephen : Différentes saisons
- König Yaël : Les hommes mariés ne font pas...

- Koontz Dean  Breathless

- Kourkov Andreï : Le pingouin

- Kuegler Sabine : L'enfant de la jungle
L
- Labro / Stéphanie : Des cornichons au chocolat
- Laferriere Dany : Tout bouge autour de moi

- Lafon Marie Hélène : L'annonce

- Lafon Marie Hélène : Les pays

- Lama Diana : Huis clos en Toscane

- Lanzmann Jacques : Le fils de l'Himalaya
- Lebey Marie : Mouche'

- Lefèvre Françoise : La grosse

- Le Gall Marie : La peine du menuisier

- Le Gall Serge : Sable mouvant à Bedonet

- Le Gall Serge : Belle Île "amère"

- Legardinier Gilles : Demain j'arrête

- Laurain Antoine : Le chapeau de Mittérand

- Le Guilcher Arnaud : Pile entre deux

- Lemaitre Pierre : Robe de marié

- Lemaitre Pierre : Travail soigné

- Leon Donna : Les joyaux du paradis

- Lethielleux Maud : Dis oui Ninon

- Lethielleux Maud : D'où je suis je vois la lune

- Lethielleux  Maud : Tout près le bout du monde

- Levy Marc : Les enfants de la liberté

- Levy Marc : Mes amis, mes amours

- Levy Marc : Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

- Levy Marc : Le voleur d'ombres

- Levy Marc : Si c'était à refaire

- Levy Marc : Elle & Lui

- Liebig Etienne : Les nouveaux cons

- Loevenbrunck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 1

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 2

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 3

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 4

- Loevenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 5

- Loenvenbruck & Mazza : Serum, saison 1, épisode 6

- Sophie Loubière : L'enfant aux cailloux

- Lynch Jim : A marée basse

M

- Mabanckou Alain : Tais-toi et meurs

- Mahani Habiba : La petite Malika

- Malzieu Mathias : Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

- Mankell Henning : Les chaussures Italiennes

- Mankell Henning : La lionne blanche

- Marchand François : Un Week-End en famille

- Marchand Paul.M : Sympathie pour le diable

- Marchand Stéphane : Maelström

- Marciano  Francesca : L'africaine

- Marmet Pascal : A la folie

- Mars Frédéric : Le manuel du serial killer

- Mars Frédéric : Non Stop 

- Marsh Willa : Meutres entre soeurs

- Martinez Carole : Le coeur cousu

- Martinez Carole : Du domaine des murmures

- Massarotto Cyril : Dieu est un pote à moi

- Mayer Corinne : Bonjour paresse

- Mazetti Katarina : Le mec de la tombe d'à côté

- Megnin Jean-Philippe : La voie Marion

- Mendoza Eduardo : L'artiste des dames

- Ménétrier Isabelle : Le diable a osé

- Mesnier Stéphanie : Petits désordres au château

- Mesnier Stéphanie : Tueuses mais pas trop

- Meur Diane : Les vivants et les ombres

- Molay Frédérique : La septième femme

- Moore Viviane : Ilianday

- Morgan M :  Message des hommes vrais au monde des mutants

- Morrison Toni : Home

- Mosby Katherine : Sous le charme de Lillian Dawes

- Müller Xavier : Dans la peau d'un autre

- Murakami Haruki : Les Amants du Spoutnik

- Musso Guillaume : Seras tu là ?

- Musso Guillaume : Parce que je t'aime

- Musso Guillaume : L'appel de l'ange

- Musso Guillaume : La fille de papier

- Musso Guillaume : Demain

N

- Nelson Jessica L :Tandis que je me dénude

- Newberry Linda : De pierre et de cendre

- Nothomb Amélie : Journal d'Hirondelle

- Nothomb Amélie : Attentat 

- Nothomb Amélie : Ni d'Eve ni d'Adam 

- Nothomb Amélie : Voyage d'hiver

- Nothomb Amélie : Le fait du prince

- Nothomb Amélie : Une forme de vie

- Nothomb Amélie : Tuer le père

- Nothomb Amélie : Barbe Bleue

- Nothomb Amélie : La nostalgie heureuse

- Nothomb Amélie : Pétronille 

- Nothomb Amélie : Le crime du comte Neville

-Noyoux Vincent : Touriste professionnel

O

- Ollivier Mickaekl : Noces de glace

- Olmi Véronique : Cet été là

- Ongaro Alberto : La taverne du doge Loredan

- Ono-dit-Bio Christophe : Birmane

- Orsenna Erik :La grammaire est une chanson douce

- Orsenna Erik : Les chevaliers du subjonctif

- Orsenna Erik : La révolte des accents

- Orsenna Erik : Deux étés

- Ovaldé Véronique : Des vies d'oiseaux

P

- Paladini Gipsy : Sang pour sang

- Palou Anthony : Fruits et légumes

- Paris Gilles : Au pays des kangourous

- Paris Gilles : Autobiographie d'une courgette

- Paris Gilles : Lété des lucioles

- Paviot Christophe : Aujourd'hui pour toujours

- Pécassou Bernadette : Sous le toit du monde

- Pépin Ernest : L'Homme-au-Bâton

- Peterson Pia : Instinct primaire

- Pivot Bernard : Oui, mais quelle est la question ?

- Poirier Sophie : Le libraire a aimé

- Poivre d'Arvor Patrick : Les enfants de l'aube

- Parisis Jean-Marc : Les aimants

- Poussin Alexandre & Sonia : Afrika trek 1

- Poussin & Tesson : La marche dans le ciel

Q

- Queneau Raymond : Zazie dans le métro

R

- Rachedi Mabrouck : La petite Malika

- Ragon Claude : Du bois pour les cercueils

- Rahimi Atiq : Singué Sabour

- Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er

- Revah Anne : Manhattan

- Revah Anne : Pôles magnétiques

- Revah Anne : Quitter Venise

- Reznikov Patricia : La nuit n'éclaire pas tout

- Reysset Karine : Les yeux au ciel

- Rheims Nathalie : Le chemin des sortilèges

- Rheims Nathalie : Laisser les cendres s'envoler

- Rheims Nathalie : Le cercle de Megiddo

- Rheims Nathalie : Maladie d'Amour

- Rice Anne : L'heure de l'ange

- Richard Denis : Tes secrets m'appartiennent

- Richard Jennifer D : Requiem pour une étoile

- Roberts Nora : Si tu m'abandonnes

- Roberts Nora : La maison aux souvenirs

- Roger Marie-Sabine : Trente six chandelles

- Rosnay Tatiana (de) : Le coeur d'une autre

- Rosnay Tatiana (de) : Moka

- Rufin Jean-Christophe : Immortelle Randonnée

- Ruggieri Marion : Pas ce soir, je dîne avec mon père

- Rule Ann : Une vengeance au goût amer

S

- Sackville-West Vita : Toute passion abolie

- Sagan Françoise : Un peu de soleil dans l'eau froide

- Salinger J.D : L'attrape-coeur

- Salomé Jacques : Heureux qui communique

- Sam Anna : Les tribulations d'une caissière

- Sam Anna : Mon tour de France des blogueurs

- Sardou Roman : Personne n'y échappera

- Schmitt Eric.E : L'évangile selon Pilate

- Schmitt Eric. E : Oscar et la dame rose

- Schmitt Eric. E :Le sumo qui ne pouvait pas grossir

- Schmitt Eric. E : La femme au miroir

- Schmitt Eric.E : Les deux messieurs de Bruxelles

- Schmitt Eric.E : L'enfant de Noé 

- Schmitt Eric-E : Le poison d'amour

- Schmitt Eric-E : La nuit de feu

- Schnebert Bruno : L'agrégé

- Schlogel Gilbert : L'enfant de Morn' voie

- Schneider Vanessa : Le pacte des vierges

- Scholes Katherine : La reine des pluies

- Scholes Katherine : La femme du marin

- Scholes Katherine : Les amants de la terre sauvage

- Scott Ann : A la folle jeunesse

- Seksik Laurent : Les derniers jours de Stefan Zweig

- Sender Elena : Intrusion

- Serfaty Thierry : Demain est une autre vie

- Servan Schreiber David : Guérir 

- Shaffer Mary Ann : Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

- Shteyngart Gary :Super triste histoire d'amour

- Signol Christian : Les chênes d'or

- Sirkis N et Michaud A : Kissing my songs

- Smith Tom Rob : L'enfant 44

- Soimaud Sandrine : Tu

- Stedman M.L : Une vie entre deux océans

- Steinbeck John : Des souris et des hommes

- Sthers Amanda : Madeleine

- Sulitzer Paul Loup : Cartel

- Suskind Patrick : Le parfum

T

- Teulé Jean : les lois de la gravité

- Teulé Jean : Charly 9

- Théorin Johan : L'écho des morts

- Thilliez Franck : La mémoire fantôme

- Thilliez Franck : La chambre des morts

- Thilliez Franck : Fractures

- Thomas Bernadette : Je veux ma place au soleil

- Thu Huong Duong : Itinéraire d'enfance

- Thuret François : J'aurais voulu être éditeur

- Tielrooy Elise : Le bonheur n'est pas un sport de JF

- Tielrooy Elise : La simplicité du coup de massue

- Tong Cuong Valérie : L'atelier des miracles

- Tran Huy Minh : La double vie d'Anna Song

- Traoré Sayouba : Les moustaches du chat

- Tursten Hélène : Un torse dans les rochers

U

- Upfield Arthur : La loi de la tribu

 V

- Valandrey Charlotte : De coeur inconnu

- Van Cauwelaert Didier : L'évangile selon Jimmy

- Van Cauwelaert Didier : Attirances

- Van Cauwelaert Didier : Le père adopté

- Van Cauwelaert Didier : La femme de nos vies

- Van Cauwelaert Didier : La demi-pensionnaire

- Van Cauwelaert Didier : Jules

- Van der Linden Sophie : La fabrique du monde

- Vanier Nicolas : Mémoires glacées

- Vargas Fred : Debout les morts

- Vargas Fred : L'armée furieuse

- Vargas Fred : Pars vite et reviens tard

- Vasquez Juan Gabriel : Les réputations

- Vaxelaire Daniel : Les buveurs de sang

- Vazquez-Figueroa Alberto : Touareg

- Vecchioni Roberto : Le libraire de Sélinonte

- Vermalle Caroline : Une collection de trésors minuscules

- Verne Jules : Le tour du monde en 80 jours

- Vinson Sigolène : J'ai déserté le pays de l'enfance

- Voltaire : L'histoire du chevalier de la Barre

W

- Wallace Irving : Une femme de trop

- Watson S.J : Avant d'aller dormir

- Werber Bernard : Les fourmis 

- Werber Bernard : Le papillon des étoiles

- Wiesel Elie : Le mendiant de Jérusalem

- Wilde & Co : 1, 2, 3 bonheur

- Will Philippe : Mémoire Fauve 

Y

- Yourcenar Marguerite : Le Coup de Grâce

Z

- Zehrfuss Dominique : Peau de caniche

- Zeller Florian : La jouissance

- Zola Emile : Germinal

- Zorn Fritz : Mars

- Zuiker Anthony E : Level 26

- Zuiker Anthony E : Level 26 tome 2

- Zweig Stefan : La peur

- Zweig Stefan : Lettre d'une inconnue

- Zweig Stefan : vingt quatre heures de la vie d'une femme 

 

 

 

 

 

 

3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 07:00

Dheepan : Affiche

Film de Jacques Audiard,

Avec 

  , ,

 

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs 

Fuyant la guerre civile au Sri Lanka, un ancien soldat, une jeune femme et une petite fille se font passer pour une famille. Réfugiés en France dans une cité sensible, se connaissant à peine, ils tentent de se construire un foyer.

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Audiard, la Palme d'Or à Cannes, ma carte Pass... J'y vais.

Bon, veuillez m'excusez, je ne nommerais pas les acteurs par leurs noms et pour cause, ce sont des noms Sri Lankais... C'est d'ailleurs pour cela que sous l'affiche, je me suis contentée d'un "copier/coller" !

Alors le film ? Bon évidemment. Mais vraiment pas gai. Moi, cela m'a plutôt donné le cafard sur l'état d'une partie de la société Française : celles de certaines banlieues très chaudes, où j'ai la chance de ne pas vivre. D'ailleurs, j'ai trouvé dommage que le sujet principal - une "fausse" famille de migrants Sri Lankais tente de s'intégrer et de devenir une vraie famille - devienne secondaire devant cette violence urbaine qui occupe bientôt tout l'écran. Pour vraiment affronter son sujet, Audiard avait-il besoin de confronter ces migrants dans un contexte aussi extrême ? La situation dramatique des 3 migrants était suffisante, pas besoin d'y ajouter cette violence environnementale.

Même si la fin n'est pas vraiment surprenante (ben faudrait pas un suicide collectif à la sortie des salles), je ne serai pas aussi dithyrambique que certains magazine pour qui Dheepan est "un hymne à l'espérance". Ce n'est pas ce que j'ai vu. Ou alors de l'espérance peut-être, mais pour 3 personnes sur combien ?

Bien sûr, la mise en scène est parfaite, bien sûr, les comédiens sont excellents, surtout pour des non professionnels. C'est le cas de l'acteur qui joue Dheepan. D'ailleurs, il est très touchant dans son rôle. Le choc des cultures est flagrant, l'envie de s'intégrer aussi. Le courage et les conditions de vie de cette fausse famille ne laissent pas insensible, loin de là. 

La fausse mère n'a pas réussi à m'émouvoir, d'ailleurs, les émotions du début disparaissent derrière la guerre urbaine qui se déclenche. On a plus l'impression d'assister à un grand gâchis (pas cinématographique hein !), mais un grand gâchis sociétal.

Qui plus est, il m'a manqué des éléments de "la vie d'avant" de ces personnages Sri Lankais pour vraiment saisir leur nature, leur fuite, leur urgence.

En fait, je pense vraiment que j'aurais adoré l'histoire de ces 3 migrants dans un cadre différent.  Car ce cadre amène du spectaculaire là où le sujet méritait de la simplicité, de la sobriété pour être apprécié pleinement. Là, j'ai l'impression qu'Audiard a voulu traiter 2 sujets et que de ce fait, aucun des deux n'est approfondi. Dommage.

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 07:00

Une famille à louer : Affiche

Film de Jean-Pierre Améris

Avec Benoît Poelvoorde, Virginie Efira, Philippe Rebbot, Calixte Broizin-Doutaz, Pauline Serieys

 

 

Synopsis : Paul-André, la quarantaine, est un homme timide et plutôt introverti. Riche mais seul, il s'ennuie profondément et finit par conclure que ce dont il a besoin, c'est d'une famille ! Violette, quadragénaire pleine de peps, est menacée d'expulsion et a peur de perdre la garde de ses deux enfants. Paul-André propose alors un contrat en tout bien tout honneur pour louer sa famille contre le rachat de ses dettes. Pour le meilleur et pour le pire… 

 

 

 

Mon humble avis : Une famille à louer est une petite comédie familiale sympathique, pas désagréable à regarder, mais qui ne me laissera pas de souvenirs impérissables. Il m'est arrivé de pouffer de rire, mais jamais de grands éclats ni d'abdominaux mis à mal ! 

En fait, c'est mignon, c'esy frais et bien souvent touchant, mais il manque quelque chose pour que ce film soit une grande comédie. Un peu plus de surprises sans doute, de piquant et de fantaisie aussi. Disons que tout m'est paru un peu trop convenu. Bref, on est loin de la réussite totale que fut "les émotifs anonymes", du même réalisateur.

Certes, les acteurs servent le film à merveille. Poelvoorde est émouvant dans sa maladresse et sa solitude, comme il sait si bien le faire, ce n'est pas la première fois qu'il incarne ce genre de personnage. Virginie Efira illumine l'écran et apporte un sacré peps, tout comme les jeunes comédiens qui jouent ses enfants.

Si l'on observe bien, il y a des détails bien trouvés. Par exemple, en début de films, les ingrédients du petit déjeuner qui envahissent la table proviennent tous de distributeurs low cost. Et sur la fin, ce sont des célèbres marquent qui remplacent le "pas cher".

Bien sûr, ce film a un très bon fond et démontre la difficile cohabitation entre des classes d'origines socioculturelles différentes. Mais surtout, une famille à louer prouve une fois de plus que l'argent ne fait pas le bonheur, même s'il peut y contribuer !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma Français
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 07:00

Je vous propose un dimanche tout doux, un dimanche qui chatonne ! En compagnie de certains chatons que j'ai pu rencontrer et photographier ces dernières semaines. Tous ces chatons ont été recueillis par l'association à laquelle j'appartiens : Félin Possible

Tous ont été remis sur pied, et nombre d'entre eux ont été biberonnés par des bénévoles. En effet, il n'est pas rare de trouver des chatons abondonnés à l'âge de quelques jours/semaines, complètement incapables de subvenir à leurs besoins, donc promis à une mort certaine.

Une fois biberonnés, en bonne santé, vaccinés au premier kilo atteint, ils sont proposés à l'adoption... qui ne sera effective qu'aux 3 mois du chaton. En effet, avant 3 mois, un chaton n'est pas fini ! Si le sevrage alimentaire se fait vers 2 mois, le sevrage affectif et éducatif se fait à 3 mois. En effet, si des chatons ont la chance d'avoir leur maman, celle ci les éduque jusqu'à leur 3 mois avant de s'en désintéresser. Si les chatons sont séparés de leur mère avant ces 3 mois, il y a de forte chance pour qu'ils développent par la suite un comportement anormal d'agressivité, de non différenciation entre le jeu et la vrai bagarre, de désobéissance, de pipis à droite à gauche.

C'est pour cela que les chatons recueillis par l'assocation, une fois leur quarantaine de précaution de 2 semaines achevée, sont automatiquement pris en charge par des familles d'accueil qui possèdent des chats adultes. Ainsi, les chats "maison" éduquent les chatons qui ainsi toutes les chances de développer un comportement équilibré.

Cela, je l'ai aussi constaté l'an dernier alors que j'étais famille d'accueil. J'ai vu de mes yeux vu ma grande Aya éduquer fermement les chatons qui m'ont été confiés.

 

Allez, place aux photos ! Et bonne nouvelle, depuis que j'ai pris ces photos, tous ces chatons ont eu la chance d'être adoptés par une famille pour la vie !

Zhaan, arrivée à à peine 10 jours avec 2 frères et soeur, tous adoptés depuis !

Zhaan, arrivée à à peine 10 jours avec 2 frères et soeur, tous adoptés depuis !

Ysisse, arrivée vers 2 mois, adoptée peu après ses 3 mois et renommée Pixelle par ses adoptants !

Ysisse, arrivée vers 2 mois, adoptée peu après ses 3 mois et renommée Pixelle par ses adoptants !

Jodila, en famille d'accueil chez moi à 3 mois, adoptée à 4 mois et demi !

Jodila, en famille d'accueil chez moi à 3 mois, adoptée à 4 mois et demi !

Blaise, arrivé à vers 2 mois, adopté à vers 4 mois !

Blaise, arrivé à vers 2 mois, adopté à vers 4 mois !

Kaori, arrivée vers 2 semaines avec 2 frères et soeur, biberonnée et adoptée à 3 mois !

Kaori, arrivée vers 2 semaines avec 2 frères et soeur, biberonnée et adoptée à 3 mois !

Kyla, adopté vers ses 4 mois !

Kyla, adopté vers ses 4 mois !

Ganeisha, arrivée vers 1 mois et demi / 2 mois, adoptée à ses 3 mois !

Ganeisha, arrivée vers 1 mois et demi / 2 mois, adoptée à ses 3 mois !

Plumette, soeur de Ganesha, adoptée vers ses 3 mois et demi !

Plumette, soeur de Ganesha, adoptée vers ses 3 mois et demi !

Missouri, arrivée vers ses 3 semaines avec ses frères et soeurs, biberonnée et adoptée à 3 mois. En bas à droite, avec sa soeur Moutonne !

Missouri, arrivée vers ses 3 semaines avec ses frères et soeurs, biberonnée et adoptée à 3 mois. En bas à droite, avec sa soeur Moutonne !

En haut, Ysisse et Kaori, en bas, Zhann et Max (frère de Missouri !)

En haut, Ysisse et Kaori, en bas, Zhann et Max (frère de Missouri !)

I'm a small, small girl in a big big world...

I'm a small, small girl in a big big world...

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Un monde de chat
commenter cet article
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 07:00

Récit - Editions Albin Michel - 183 pages - 16 €

 

Parution le 2 septembre 2015 - Rentrée Littéraire

 

L'histoire : L'année de ses 28 ans, Eric Emmanuel Schmitt n'est pas encore l'auteur que l'on connait, mais philosophe et enseignant en cette matière. Il s'engage avec un ami dans un voyage dans le sahara. Ceci, dans le but de repérer les lieux pour le tournage prochain d'un film sur Charles de Foucault. Au cours de se périple, Eric Emmanuel s'égare seul dans le désert pendant 24 heures. L'athée qu'il était alors ne sera plus jamais le même. Il a une révélation. Désormais, "il ne sait pas si Dieu existe mais il y croit"

 

 

Tentation : Le pitch, la couv, le lieu, l'auteur !

Fournisseur : Gilles Paris, Merci pour l'envoi.

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Si le désert vous laisse de glace, si votre esprit est fermé au point que tout questionnement et discussion ouverte autour de l'existence de Dieu vous agace, j'ignore si ce livre vous plaira. En cas contraire, je n'en n'ai aucun doute !

Eric Emmanuel Schmitt met son âme à nu dans cette nuit de feu. Avec humilité, enthousiasme, simplicité, honnêteté. Il nous narre son voyage au coeur du Hoggar Algérien avec un groupe de 10 personnes menées par un Touareg. Entre les paysages grandioses et infinis, le froid glacial de la nuit, le rythme lent des dromadaires, la majestuosité et la sagesse targui; l'étroitesse de certains occidentaux, nous retrouvons la plume délicieuse et jamais prétentieuse d'Eric Emmanuel Schmitt : De la poésie, des réflexions, des passages philosophiques et d'autres plus cocasses. 

Il est question ici de la découverte et de l'acceptation de la foi et non d'une conversion à une religion quelconque. C'est sans doute ce qui m'a plu aussi dans ce livre, qui ne laisse pas la place au prosélytisme. Même si Schmitt témoigne et espère transmettre sa confiance, il avoue en épilogue qu'il ne se fait guère d'illusion à ce sujet.

D'ailleurs, le chapitre de "la révélation" est le seul que ne m'ait pas convaincu ! Pourquoi donc ? Je vais d'abord répondre avec les mots d'Eric Emmanuel Schmitt :

"Face au questionnement sur l'existence de Dieu, se présentent 3 types d'individus honnêtes, le croyant qui dit "je ne sais pas mais je crois que oui", l'athée qui dit "je ne sais pas mais je crois que non" et l'indifférent qui dit "je ne sais pas et je m'en moque". L'escroquerie commence dans l'affirmation: je sais que Dieu existe/je sais que Dieu n'existe pas".

Je suis à mi-chemin entre le 2ème et le 3ème type car rien ne me prouve que Dieu n'existe pas mais de toute façon, peu m'importe. Je n'ai pas vécu Dieu, j'ai vécu la religion, la religion tellement obligation qu'elle ne permet pas la réflexion intime et personnelle de Dieu ou peu importe le nom qu'on lui donne. Et de toute façon, je déteste ce que les religions monothéistes font de Dieu s'il existe, leur façon de se l'accaparer, de l'imposer, de l'interpréter et d'établir des lois là où il ne devrait y avoir que liberté personnelle.

"Les amis de Dieu restent ceux qui Le cherchent, pas ceux qui parlent à Sa place et prétendent L'avoir trouvé. ...Les certitudes ne créent que des cadavres"

Alors, que l'on soit croyant ou athée, ce livre est un formidable accompagnateur de réflexions individuelles ; sur nos croyances, leur pourquoi et leur comment, sur nos importances, sur nos rapport à l'autre, au temps, à la nature, au ciel étoilé, à l'infiniment grand, au dénuement, à nous même. Cette nuit de feu est aussi un livre de sage qui prône l'union, le respect, la tolérance. Très actuel à une époque ou comme par le passé, les religions séparent le monde plutôt que de l'unir.

"Nous devons reconnaitre et cultiver notre ignorance. L'humaniste pacifique coûte ce prix là. Tous, nous ne sommes frères qu'en ignorance, pas en croyance. Ce ne sera qu'au nom de l'ignorance partagée que nous tolérerons les croyances qui nous séparent."

And last but not the least pour moi, même first dans l'absolu... L'Algérie, le Hoggar, Tamanrasset, l'Ermitage du Père de Foucault, l'Assekrem, le sable, les dunes, les ergs, les regs, les oueds à sec, les petites plantes rachitiques, le feu de camps allumé par les Touaregs,  la galette de pain des Touaregs, les bivouacs, le soleil, la nuit froide, le ciel étoilé dépollué de tout éclairage artificiel, le vide à l'infini mais le paysage qui change constamment. Tout cela je l'ai vécu il y a exactement 10 ans, au même endroit, lors d'une randonnée d'une semaine dans cette majestueuse et splendide région du monde. Alors Monsieur Schmitt, merci de m'avoir permis de marcher dans vos pas, sur mes propres pas, dans mes souvenirs, d'avoir accueilli le désert et sa magie dans ma chambre !

 

logo challenge rentree litteraire 2015

 

Alors, en cadeau pour vous, si vous manquez d'image durant votre lecture...

Lever de soleil depuis l'Ermitage du Père de Foucault.

Lever de soleil depuis l'Ermitage du Père de Foucault.

LA NUIT DE FEU, d'Eric Emmanuel SCHMITT
LA NUIT DE FEU, d'Eric Emmanuel SCHMITT
LA NUIT DE FEU, d'Eric Emmanuel SCHMITT
LA NUIT DE FEU, d'Eric Emmanuel SCHMITT

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans récits ou romans de voyages
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 07:00

American Ultra : Affiche

Film de Mima Nourizadeh

Avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Topher Grace

 

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Une comédie d’action à propos de Mike Howell dont la vie paisible et sans ambition avec sa petite amie Phoebe se retrouve soudainement chamboulée. À sa grande surprise, Il est en fait un agent dormant surentrainé dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer. Il va alors devoir faire appel à ses capacités insoupçonnées d’agent secret pour survivre. 

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Y'a pas à tortiller, j'adore les films (et livres) d'espions, d'action, de CIA etc...

Et celui-ci, je l'ai trouvé particulièrement jubilatoire ! Car on ne sait pas trop si l'on est dans une comédie, un film dégeanté, un pur thriller... Sans doute un peu, même beaucoup tout à la fois.

Pas un seul temps mort dans cette histoire, qui va crescendo, où le spectateur est aussi ahuri que Mike, le personnage principal.

Comme Mike et Phoebe sont des habitués de nombre de substances hallucinogènes, le film en tient compte tout du long dans l'image, les couleurs, le rythme de la caméra. Bref, on est dans un trip (mauvais pour Mike et Phoebe) mais excellent pour nous. Surtout qu'au milieu du film, un petit détail que l'on n'a pas vu venir, et qu'on découvre en même temps que Mike, fait basculer l'histoire dans le style plus classique du genre espion - du moins dans la narration - toujours pas dans la réalisation.

Bien sûr, c'est violent, mais drôle à la fois. Le T.Shirt blanc de Mike est de moins en moins blanc et sa tête sera bientôt celle d'un rescapé de l'enfer. Bagarres (le mot est gentils), fusillades, explosions, rien ne manque. 

D'ailleurs, ne manquent pas non plus les émotions car Mike et sa copine sont touchants, voire très attachants. D'anti-héros de base, ils se transforment en super héro... mais pas par magie ! (je ne spoilie pas trop) Je n'espère qu'une chose : une suiiiiiite SVP ! (on verra si je suis exaucée).

Pour info, American Ultra, c'est le nom de code d'une mission de la CIA. En même temps, ce film est ultra Américain, depuis la haute technologie, la CIA, jusqu'à l'Amérique profonde.

Un film qui se déguste à plusieurs degrés, dont je ne saurais dire lequel est le premier : la parodie ou le bon film d'espionnage.

Avec des acteurs plus que convaincants... Alors, partant pour un trip, oups, un film pas comme les autres ?

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 07:00

Roman - Editions Belfond - 238 pages - 17 €

 

Parution août 2015 : Rentrée littéraire

 

L'histoire : Angie est prof de Français à Paris. Elle est aussi l'auteur d'un premier roman "Bébé de Brume". A ce titre, elle est invitée sur un plateau de télévision pour promouvoir son livre. Entre un acteur vieillissant et un député aux dents longues, Angie assiste à l'émission plus qu'elle n'y participe, laissant libre court à ses réminiscences et livrant un combat sans merci contre "L'ombre".

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Belfond ou Gilles Paris, je ne sais plus, mais merci !

 

 

 

 

Mon humble avis : Première lecture de cette Rentrée Littéraire pour moi et une chouette surprise ! Enfin disons que ma curiosité a été récompensée, car si je crois qu'un livre ne va pas me plaire et bien je l'évite. Donc j'ai bien fait d'accueillir ce roman chez moi.

Tandis que je me dénude est un roman surprenant, à plusieurs titres.

Sa construction est très originale. L' "action" se déroule sur les 2h30 que dure une célèbre émission télé. Je mets des guillemets à action car il n'y en n'a pas vraiment, puisque chacun reste assis sur son tabouret. Il se transforme en roman choral, car les interventions de différents personnages à la première personne se succèdent, pour revenir à celles d'Angie, l'héroïne de l'histoire. Se suivent donc les pensées de différents membres de la famille d'Angie qui, devant leurs écrans de télévision, la regarde "se dénuder". Bien sûr, il n'est point question d'effeuillage vestimentaire, mais de la sensation d'Angie d'être nue, ou mise à nue devant les (télé)spectateurs, et aussi lors de cette méditation où le voile se lève sur un même. Nous avons aussi les pensées et observations de l'acteur vieillissant, du député, d'un élève d'Angie, d'une spectatrice qui n'a qu'une idée en tête (être sous les feux de la rampe), du Bouffon (alias le Chroniqueur), du Homard, ennemi réel, virtuel ou imaginé d'Angie.

De ce fait, le style change pour chaque confession pour coller au plus près du caractère des confidents. Mais l'écriture est toujours soignée, fluide, parfois faites de phrases très courtes, courtes mais percutantes et d'autres plus classiques. Il y a beaucoup de réflexions intéressantes sur la société actuelle gavée de médias, de réseaux sociaux et débordée d'égo en tous genres. Le texte foisonne de sujets abordés ou développé. Le tout saupoudré tantôt d'une jolie poésie, ou tantôt d'un réalisme froid. Je n'ai pas eu l'impression de tourner les pages, comme si j'étais sous hypnose quelque part. Et qui dit roman choral, dit un lien qui unit chaque protagoniste, lien qui se précise au fil des pages.

L'auteur, Jessica L.Nelson a longtemps été chroniqueuse littéraire pour les émissions Vols de nuit et au Field de la nuit. On imagine donc qu'elle a eu l'occasion d'observer le déroulement de ce type d'émission et d'en tirer une chouette inspiration. Ce ne sont pas les coulisses d'une émission qu'elle livre ici, mais les coulisses intérieures de chacun des protagonistes, les fissures, les comportements, le regard de la caméra, l'observation du voisin, l'hypocrisie, les animateurs qui n'ont pas lu le roman, qui coupent leurs invités etc...

Bien sûr, Jessica L.Nelson ne prend pas pour modèle UNE émission en particulier, mais effectue un mix bien parlant. Pour moi, il y a un peu de C à vous, un peu du Petit/grand Journal, beaucoup de Thierry Ardisson, d'on n'est pas couché, de Laurent Baffi (ici le Bouffon). Bon, là, c'est mon interprétation, à ne pas prendre pour argent comptant.

Pour conclure, je dirais que Tandis que je me dénude est un roman d'une belle originalité, plein d'émotions, un roman à tiroir. Bref, une réussite.

 

« Et si en revêtant un masque on en disait plus sur soi parce que, enfin, on se sent libre ? »

 

 

logo challenge rentree litteraire 2015

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature française
commenter cet article
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 07:00

Mission: Impossible - Rogue Nation : Affiche

Film de Christopher McQuarrie

Avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Rebecca Ferguson, Simon Pegg

 

 

Synopsis : L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat. 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Un film à 150 millions de dollars qui vaut bien le prix d'une place de ciné. Car oui, on en a pour notre argent en spectacle, explosion, courses poursuites (en moto notamment), cascades etc ! Le show est assuré, le 5ème opus de la franchise Mission Impossible n'a rien à envier aux précédents (dont j'avoue ne pas avoir vu le 4ème).

Pas une minute d'ennui pendant les 2h12 pour tout spectateur fan du genre, ou genre, même pas fan, car ce type de cinéma est forcément fait pour être captivant, quelques soient vos goûts en matière de ciné.

L'intrigue (qui débute à la toute fin du 4ème opus) se suit très facilement, même si, of course, on doute beaucoup de l'intégrité du personnage féminin. Donc on ne sait jamais trop si c'est une gentille ou une méchante, ce qui amène quelques bons tremblements sur le sort d'Ethan. C'est d'ailleurs une première dans la franchise. Un personnage féminin qui occupe presque autant l'écran que Tom Cruise, dont le rôle est primordial, et non secondaire dans l'intrigue, le glamour et l'action du film. Ethan a presque trouvé son alter égo... invincible version femme ! Comme une suite est annoncée, je gage que Mission Impossible pourrait compter un membre supplémentaire. 

Bien appréciable aussi, l'humour qui ponctue régulièrement ce film, apportant un peu de légèreté bienvenue. Et ce que j'aime toujours dans ces films, c'est qu'en 2 heures, on fait presque le tour du monde, avec des images... Wahou... Londres, Vienne, Maroc, Cuba, Maroc. Faut dire que tous ces espions prennent l'avion comme on prend le métro !

Enfin, je rends à César ce qui lui appartient, même si je n'apprécie pas vraiment l'homme qui est notre César du jour : Tom Cruise. C'est lui qui réalise toutes ses cascades, même celle d'ouverture du film où il se retrouve accroché à la porte d'un avion à 1500 mètres de hauteur. Cette scène est réalisée sans effets spéciaux et a été tournée 8 fois en tout ! De même, la scène qui nous ferait fuir tout milieu aquatique jusqu'à la fin de nos jours.... L'acteur s'est mis à l'Apnée.

Rebecca Ferguson mérite aussi bien ses lauriers. Elle n'a eu que quelques semaines pour apprendre l'art des cascades, des combats and co.

Bref, un excellent moment de détente, un bon film d'espionnage ou tout le monde fait extrêmement bien son boulot ! Donc pourquoi se priver ?!

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 07:00

Roman - Editions Pocket - 405 pages - 7.70 €

 

Parution en poche en octobre 2013

 

L'histoire : Sexagénaire retraité menant une vie on ne peut plus morne, Harold Fry semble sans histoire. Un jour, il reçoit une lettre de Queenie, qui lui annonce qu'atteinte d'un cancer, elle n'a plus que quelque temps à vivre. Queenie, c'est une ancienne collègue d'Harold, ils ne se sont pas vus depuis 20 ans... Harold lui répond et part poster sa missive... De boite aux lettres en boite aux lettres, Harold peine à se résoudre à poster cette enveloppe. Et, comme une révélation, il décide de partir à pied sur le champs retrouver Queenie dans son centre de soins palliatifs.... à 800 kilomètres de là.

 

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Ma CB

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Comme le temps, et même les années passent vite. Je me préparais à dire que j'avais repéré ce titre l'année dernière lors de sa parution et de son tabac. Et bien tout cela remonte déjà à 2012. Hum Hum.

Comme d'habitude, je n'ai pas eu ce à quoi je m'attendais et ce que m'annonçait la 4ème de couv. Je n'ai ni ri ni pleuré. Mais une émotion grandissante au fil de pages, on pourrait dire ici au fil des kilomètres parcourus par Harold, s'est réellement emparée de moi.

Ce roman se lit et s'apprécie comme une très loooongue marche. Il est en fait la propre allégorie de la marche d'Harold. Cela commence lentement, tellement que je ne voulais marcher plus vite, que les découragements d'Harold me lassaient. Plus, lorsque l'on prend le rythme, il y a une espèce d'euphorie qui s'installe, même si cela n'empêche ni les doutes ni les cailloux dans les chaussures (les cailloux étant ici métaphorique, car ce brave Harold se coltinera de sacrés boulets.

Je me suis attachée très fort au personnage d'Harold, alors qu'il m'agaçait au début en s'engageant dans défi sans aucune préparation ni matériel adéquat. Et puis son évolution psychologique autant que physique m'a plu, car l'homme modifiait l'essence même de sa marche au fil des jours et des rencontres qui nous sont racontées. J'ai adoré notamment sa rencontre avec la médecin/femme de ménages slovène. Un moment très fort, d'une grande intelligence qui m'a permis de voir dans l'obstination/aveuglement d'Harold sous un autre angle, et d'ainsi, de vivre pleinement ce roman.

Mais Harold ne serait rien sans Maureen, son épouse depuis 40 ans, avec qui il "partage" un mariage usé jusqu'à la moelle. Maureen subit le départ de son mari en restant à la maison bien propre. Mais la marche de son époux va autant la changer elle qu'elle changera Harold pour le restant de leurs jours.

L'histoire est ponctuée des souvenirs d'Harold et Maureen, souvenirs joyeux mais enfouis sous une épaisse couche de souvenirs douloureux. Même si l'on devine assez vite la nature du fardeau d'Harold, on n'en reste pas moins attaché à savoir comment il va digérer ou du moins accepter celui-ci.

Ce roman est une ode à la marche, à la foi en quelque chose,  à la notion de "voir autrement", à l'ouverture de soi aux autres et à leurs bizarreries, (sachant qu'on est tous le bizarre de quelqu'un), à la relation avec la nature et le juste nécessaire. Rachel Joyce, l'auteur, dénonce également d'une plume non masquée tous ces gens parasites, ces médias et autres qui font de votre défit personnel et intime un événement médiatique qu'ils finissent même par s'approprier, dénaturant ainsi jusqu'à la racine la démarche entreprise.

Mais La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry est avant tout pour moi une puissante leçon de courage, de vie, et surtout, d'Amour. A lire, passionnément !

 

 

logochallengeamoureux

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Littérature d'ailleurs
commenter cet article
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 07:00

 

Les 4 Fantastiques : Affiche

Film de Josh Trank

Avec Miles Teller, Kate Mara, Michael B.Jordan

 

 

Synopsis : Adaptation moderne et résolument nouvelle de la plus ancienne équipe de super-héros Marvel, le film se concentre sur quatre jeunes génies qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif et dangereux, qui modifie leurs formes physiques mais aussi leurs vies de façon radicale. Ils devront apprendre à maîtriser leurs nouvelles capacités et à travailler ensemble pour sauver la Terre d’un ancien allié devenu leur ennemi. 

 

 

LES 4 FANTASTIQUES, film de Josh TRANK

 

Mon humble avis : Dieu sait comme je suis devenue une inconditionnelle des Marvel depuis quelques années, au point que je vais aveuglément au ciné à chaque nouvelle sortie. Et bien cela m'apprendra à être aveugle !

Cette nouvelle version des 4 Fantastiques est à mes yeux un raté total !

Déjà, le film met dix fois plus de temps à démarrer vraiment qu'à se développer et à se finir. Peut-être les prochains opus de cette franchise Marvel seront captivants plus vite, les personnages étant enfin installés après plus de deux heures de film.

Mise à part les super pouvoirs, je n'ai rien retrouvé ici de ce qui m'attire dans les Marvel. Pas d'humour, des dialogues d'une platitude déconcertante et sans 2ème ni 3ème degré. Des personnages lisses à pleurer, et de surcroît pas franchement bien interprétés. Aucune empathie, aucune sympathie ne s'est développée envers eux chez la spectatrice pourtant bon public que je suis pour ce genre là. Même pas de quoi fantasmer sur le charme, la musculature, le sourire ou autre de l'un d'entre eux ! Non mais !

Qui plus est, le film est bourré de poncifs hors sujets et même anachroniques. Alors que "l'action", disons l'histoire commence en 2007 dans une salle de classe américaine, on se croirait sorti d'une école des années 50 avec un instit d'une autre ère...

Bon, bien sûr, il y a les effets spéciaux. Mais c'est le minimum attendu quand on va voir un comics. Donc on va dire que mon étoile ne va pas pour la copie et l'encore, ni pour la bobine à l'ère du tout numérique, mais aux effets spéciaux, même si ceux-ci n'apportent rien de franchement nouveau.

Bref, les 4 fantastiques, une franchise Marvel qui ne me comptera pas parmi ses inconditionnels, loin de là. Donc, je ne vous encourage pas vraiment aller en salle obscure, mais plutôt à profiter du bon air estival !

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Cinéma d'ailleurs
commenter cet article
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 07:00

ImageCe n'est plus un secret pour personne ici, depuis un an et demi, je suis presque devenue monomaniaque. Le sujet de mon obsession : Mes (les) chats.

Aussi, ce billet sera surtout orienté "chat", mais il peut aussi être valable pour le monde canin.

De même, je prendrai comme exemple l'association Félin Possible, où je suis bénévole. Félin Possible officie sur Rennes et tout le département d'Ille et Vilaine (35) Toutes les asso de sauvetage animal ne fonctionnent pas de manière identique, mais il y a de nombreux dominateurs communs.

Alors, si aimer vos animaux ne vous suffit pas et que vous souhaitez vous investir, ou juste aider ponctuellement...

Ou Alors, si votre vie ne vous permet pas de vivre avec un animal de compagnie, mais que vous êtes sensibles à la cause animale, vous pouvez aussi donner un sacré coup de main. 

 

Les associations de sauvetage félin débordent d'avril à novembre... Printemps et été voient la Imagenaissance de nombreux chatons ("sauvages" ou chez des particuliers), donc de nombreux abandons, cumulés à ceux des chats abandonnés par leurs maîtres au profit de vacances au bout du monde, de la France...). Certains de ces chatons sont abandonnés alors qu'ils n'ont que quelques jours. Le sauvetage est donc urgent, les chatons ne survivant pas par eux mêmes

En hiver, plus ou peu de chatons. Mais il est très dur psychologiquement de laisser les chats adultes dehors alors que les températures extérieures avoisinent de zéro.

Aussi, pour les asso, pas vraiment de répit....

 

 

VOICI DONC 6 MOYENS D'AIDER LES ASSO DE PROTECTION ANIMALE

(du plus simple... au plus prenant...)

 

1/ IDENTIFIEZ VOTRE ANIMAL

Image

Si votre chat se perd ou s'échappe... S'il est identifié et qu'il est ramassé par la fourrière, il évitera l'euthanasie. Et la fourrière vous contactera pour vous informer que votre chat est retrouvé.

S'il est récupéré par une asso... vous n'imaginez pas le temps gagné dans la recherche de propriétaires... et de ce fait pour recueillir d'autres animaux en réel besoin. Nous ne prenons jamais de chat en charge sans effectuer une très longue recherche de propriétaire (internet, mairie, voisinage, recherche de puce d'identification...)

 

De même, si vous trouvez un chat errant, emmenez le chez le vétérinaire qui vérifiera gratuitement si celui ci est identifié, si c'est un mâle ou une femelle, sérilisé ou non, ce qui vous aidera sans doute très vite à retrouver les propriétaires. Un chat errant n'est pas forcément abandonné, il peut être juste perdu à quelques rues de chez lui, ou bien plus loin parfois. Vérifiez sur internet, sur des sites tels que chatperdu.org si une annonce ne correspond pas au chat trouvé et au besoin, passez vous même une annonce.

 

 

Image

 

 

2/ STERILISEZ VOTRE ANIMAL

 

Image

Stérilisez votre chat, que ce soit un mâle ou une femelle. Un mâle entier en balade peut-être responsable de plusieurs portées au fil des minettes rencontrées. De même, un mâle entier va se bagarrer beaucoup plus avec ses congénères, ce qui accroît le risque de transmission de maladies telle que le sida du chat (FIV+)

Une chatte n'est pas faite pour affronter de multiples grossesses et portées (parfois plusieurs par saison). Stériliser une chatte permet de limiter les portées, les naissances régulières de chatons, et de ce fait, les abandons. Il nait beaucoup trop de chatons chaque année, et ceux ci sont le plus souvent "donnés contre bons soins sur "Le bon coin" a des gens qui n'ont pas forcément réfléchi à leur acte d'adoption, ou encore abandonnés en forêt, dans des poubelles, sur des aires d'autoroute, dans un carton, devant la porte d'un vétérinaire, ou par dessus sa grille.

Rassurez vous, même avec de plus en plus de chats stérilisés, il restera toujours assez de chats à adopter.

Les asso aiment les chats et les protègent, mais luttent contre leur prolifération !

 

 

3/ N'ABANDONNEZ PAS VOTRE ANIMAL

 

ImageOn n'abandonne pas un chat parce qu'il fait des bêtises, on réfléchit avant d'adopter si l'on est prêt à "subir" ses bétises.

On n'abandonne pas un chat parce qu'il urine là où il ne faut pas. Déjà, on le stérilise, ce qui évite le marquage. Ensuite, un chat qui urine ailleurs que dans sa litière a soit un problème de santé (cystite par exemple), soit un problème comportemental qui se résoud, s'il le faut avec une comportementaliste après avoir tout essayé.

On n'abandonne pas un chat parce qu'il devient vieux ou malade. On réfléchit avant d'adopter si nos moyens financiers nous permettront de payer des frais vétérinaires insoupçonnés.

On n'abandonne pas un chat parce qu'il n'a plus la frimousse qu'il avait chaton. Comme tout être, un chat grandit, et même sa couleur peut changer (notamment chez les typés siamois etc).

On n'abandonne pas un chat parce qu'on se sépare de son/sa compagnon)

Et enfin et surtout, on n'abandonne pas un chat pour partir en vacances. Le chat est attaché à vous, n'est pas un objet de consommation dont on se débarasse dès que pointe la première gêne ou la première lassitude.

 

Parce qu'avant d'adopter un chat : on réfléchit à tout ce qu'il y a derrière la belle frimousse, on réfléchit s'il le faut en faisant une colonne "Pour" et une Colonne "Contre", qui sera sans doute différente pour chacun.

 

 

4/ DONS FINANCIERS

 

ImageUne association comme Félin Possible vit avec l'argent des adoptions (qui ne couvre que les frais vétérinaires basiques effectués sur le chat : tests, indentification, vermifuges, vaccins et stérilisation). Chez Félin Possible l'adoption est à 190 €... Ce qui est peu comparé aux frais de base que vous auriez sur votre chat, car les associations bénéficient souvent de tarifs "asso" auprès des vétérinaires.

L'asso récolte aussi de l'argent en participant à des braderies, des ventes d'objets...

Ensuite, il y a les dons financiers. Par chèque, par PayPal.(Déductibles des impôts)

Parce que certains chats sont récupérés en très mauvais état, mais tout à fait viables, et génèrent de grosses dépenses vétérinaires.

Enfin, si vous ne pouvez pas avoir de chat chez vous, vous pouvez aussi parrainer un matou pour une modique somme mensuelle  de 15 €. Ont besoin de parrain/marraine les chats adultes/âgés/malades ou handicapés qui auront plus de mal à se faire adopter et qui, par leur présence plus longue au sein de l'asso, coûtent plus cher.

 

 

5/ DONS MATERIELS

 

Image

Une association a aussi besoin de matériel, de médicaments, de nourriture.

Caisses de transport, maisons de toilette, gamelles, griffoirs, arbres à chat, jeux pour chats.

 

Si vous possédez ce type de matériel mais n'en avez plus besoin, plutôt que d'en tirer une misère en les vendant sur "Le bon coin", donnez les à une association. Il y a des associations comme Félin Possible partout en France, et sinon, il y a aussi la SPA...

 

 

6/ DEVENEZ FAMILLE D'ACCUEIL

 

ImageCertaines asso fonctionnent en refuges. D'autres, comme Félin Possible, fonctionnent grâce à un réseau de familles d'accueil

Etre famille d'accueil est une formidable aventure humaine et animale. Il s'agit d'accueillir chez vous le chat que l'association vous confie et d'en prendre soin jusqu'à ce qu'une famille d'adoption pour la vie soit trouvée.

L'association prend en charge les frais vétérinaires, la nourriture, prête du matériel si besoin. Elle apporte son soutien logistique,  son aide et ses conseils à la famille d'accueil. Car dans une asso, il y a une équipe de chargés des adoptions, d'autres de la diffusion d'annonces sur internet et dans la presse, une équipe chargée de coacher et de recruter des familles d'accueil.

La famille d'accueil prend soin du chat comme si c'était le sien, et le met en valeur (photos, descriptions) sur le forum de l'asso, forum parcourru par les futurs adoptants. Ces futurs adoptants viennent rencontrer le(s) chat(s) pour lesquels ils craquent chez la famille d'accueil, dans un environnement de vie habituel, où le caractère du chat peut bien s'exprimer et est connu (du moins pour les adultes)

Un accueil peut durer quelques semaines, comme plusieurs mois, en fonction de l'âge du chat et de ses éventuels problèmes de santé. Mais rassurez vous, l'asso trouve une famille d'accueil de remplacement pendant vos propres vacances où si, au bout de quelque temps, vous ne souhaitez plus être famille d'accueil.

Vous pouvez accueillir des chatons, des adultes, des séniors, des chattes avec leurs portées, des chats timides à sociabiliser. Pour les plus disponibles, vous pouvez aussi accueillir des chatons de quelques jours/semaines qu'il faut alors biberonner. Attention, c'est mignon, mais c'est très contraignant (toutes les 3h, jours et nuits, semaines et WE). Mais c'est aussi très gratifiant.

Etre famille d'accueil est aussi un bon moyen de voir si vous êtes fait pour vivre avec un chat, comme un bon moyen d'avoir un chat chez vous de façon ponctuelle si votre vie ne vous permet pas de vous engager envers l'animal pour 15 ou 20 ans. Si vous savez que vous serez mutés au bout du monde dans 1 an, si vous êtes étudiants etc...

POUR FINIR....

 

Image

Le chat tout mimi qui vous a accompagnés tout au long de ce long (!!!) billet est Sherpa ! Recueilli par l'asso fin mai, il a trouvé une famille adoptive début juillet et s'appelle désormais Rio. Sherpa était un de mes grands coups de coeur dans l'asso. Si je n'avais pas eu déjà 2 chats chez moi, je l'aurais adopté !

Un chat ne s'achète que si vous souhaitez un pur race. Sinon, il ne s'achète pas, il s'adopte ! D'où le fameux "adopt don't shop" que vous pouvez voir un peu partout sur les réseaux sociaux.

Un chat ne s'achète pas en animalerie où les conditions sanitaires ne sont pas remplies.

En adoptant votre chat par une association, vous faites un sauvetage, et je vous jure que cela intensifie encore la future relation avec l'animal. Vous donnez une seconde chance à un chat qui en a cruellement manqué au début de sa vie. Et vous permettez à l'asso de recueillir un autre matou.

Mais surtout, vous adoptez un chat qui est forcément passé par la case vétérinaire (si l'association est sérieuse, bien entendu). Le chat a donc déjà son carnet de santé. Le chat est testé au sida et à la leucose, pas de mauvaise surprise ensuite. Il est vacciné et si son âge le permet, déjà stérilisé. Et son caractère est connu (chat Ok enfant, Ok chien, Ok autre chat, Ok appartement, Ok maison etc...) Sauf pour les chatons dont le caractère est amené à évoluer durant toute une année. Mais pas exemple, un chaton qui évolue dans une famille d'accueil avec enfants sera donc habitué à cette compagnie pas toujours délicate !

 

J'ai donc pris comme exemple Félin Possible(ille et Vilaine) mais comme dit plus haut, il existe une multitude de ce type d'asso à travers la France, dont des asso qui s'occupent aussi de chiens, de NAC etc.

Pour les trouver, Google est votre ami. Tapez quelques mots du genre : adopter un chat à Strasbourg, à Lille, en Aquitaine ou ailleurs, il y a fort à parier que Google ne restera pas muet !

 

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout, et ensemble prenons soin de toutes ces boules de poils qui donnent au moins autant d'affection que celle qu'ils recoivent.

N'hésitez pas à visionner la vidéo ci dessous, vous y retrouverez quelques infos de ce billet en images et en son !

 

Image

Partager cet article

Published by Géraldine Géraldine - dans Un monde de chat
commenter cet article