Publié le 4 Mars 2013

    http://fr.web.img3.acsta.net/medias/nmedia/18/93/44/45/20423052.jpg
Synopsis : Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes.
Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle.
Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret.
Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres…
 
 
 
Avec Alden Ehrenreich, Alice Englert, Jeremy Irons, Viola Davis
 
 
 
 
 
 
étoile2.5
 Mon humble avis : Alors, après le fin d'action sans surprise (Die Hard), me voici dans une salle obscure pour voir un film mi romance, mi fantastique : Sublimes Créatures. C'est l'adaptation ciné de la série 16 lunes, que je n'ai pas lue... Je suis me suis donc assise dans mon fauteuil rouge sans à priori, avec curiosité et plutôt ne grande attente, puisque j'aime assez ce genre de fantastique, avec des être doués de pouvoir surnaturels.
Hélas, j'ai du attendre un certain temps avant que le surnaturel ne fasse réellement son apparition dans le film. Ensuite, je me suis dit, c'est parti, et bien nom, le film traine un peu en longueur ou peine à trouver son rythme, c'est comme vous voulez. Car l'aspect surnaturel est distillé avec partimonie, de façon un peu radine en fait. J'imaginais que ça aller jaillir de tous côtés et bien non. Alors certes, peut-être que les effets spéciaux nécessaires à ces scènes coûtent très cher. D'ailleurs, c'est bien un bon point que l'on ne peut ôter à ce film, c'est la parfaite réussite des effets spéciaux, des décors et de certains costumes.
Pour une veille quadra peut habituée comme moi à ce genre de film, j'avoue qu'il m'a fallut du temps à m'habituer aux espèces de "couloirs du temps" et à de multiples reprises, je me suis demandé si les personnages rêvaient ou pas.
L'ensemble reste mignon et plein de bons sentiments. Le thème central en est l'amour, le passage initiatique à l'âge adulte, et la personne que l'on choisit d'être quelques soient les éléments extérieurs ou soit disant écrits d'avance. Dommage que les dialogues soit truffés de poncifs et pas plus originaux, que le jeune acteur ait un sourire purement américain scotché au visage du début à la fin. Je ne sais pas à quel point le réalisateur a voulu rester fidèle à la saga d'origine, mais un film plus rythmé, plus sombre et moins clichés m'aurait bien plus séduite. Par contre, à mon âge, j'ai apprécié de retrouver le charme de Jéremy Irons ainsi que la splendide actrice de "La couleur des sentiments", Viola Davis.
J'en ai tout de même eu pour mon argent, toujours grâce à ma carte pass car l'ensemble reste divertissant et le suspens et là.  Mais je pense que pour en avoir réellement pour son argent avec ce film, il faut être adolescent ou very very young adult. D'ailleurs, dans la salle, un part un crâne dégarni aperçu, notre entourage était plus proche du bonnet à pompon !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost 0

Publié le 3 Mars 2013

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/94/29/36/20417688.jpg     Synopsis :  Bruce Willis est de retour dans son rôle le plus mythique : John McClane, le « vrai héros » par excellence, qui a le talent et la trempe de celui qui résiste jusqu’au bout.
Cette fois-ci, le flic qui ne fait pas dans la demi-mesure, est vraiment au mauvais endroit au mauvais moment après s’être rendu à Moscou pour aider son fils Jack, qu’il avait perdu de vue. Ce qu’il ignore, c’est que Jack est en réalité un agent hautement qualifié de la CIA en mission pour empêcher un vol d’armes nucléaires. Avec la mafia russe à leur poursuite et la menace d’une guerre imminente, les deux McClane vont découvrir que leurs méthodes radicalement différentes vont aussi faire d’eux des héros que rien ne peut arrêter.
 
 
 
Avec Bruce Willis, Jai Courtnay, Sebastian Koch....
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
étoile2.5
 
 Mon humble avis : Et bien non, je ne "casserai" pas ce film car avec la série Die Hard, on sait à quoi s'attendre. Donc soit on n'y vas pas donc on ne casse pas, soit on y va et l'on est entièrement responsable de ce que l'on voit !
Ce cinquième opus est assez raccord avec les précédents, sauf que pour éviter que la franchise s'essouffle, Hollywood prépare la relève (un peu comme avec Jason Bourne d'ailleurs) et amène un peu de jeunesse et nouveauté. Exit les US, nous voici à Mouscou. Da ! John Mc Lane y part à la recherche de son cher fiston qu'il croit perdu et camé... pour se rendre compte une fois sur place qu'il est agent de la CIA... Donc voilà  le père et le fils, le jeune et le vieux dans les mêmes galères. Avec de l'animosité au début, forcément, Papa super flic n'ayant pas souvent été super papa là... Et puis les deux Mac Lane vont finir par s'entendre, se compléter, s'amuser, et "veiller l'un sur l'autre". Comme c'est mignon.
On retrouve le lot de ce qui a fait les succès des précédents opus : bagarre bien chorégraphiées, méchants très méchants et souvent mégalo, sauf que là, y'a plus de méchants qu'on ne l'imagine, coups de feu, explosions en tous jours, cascades toujours plus judicieuses que les précédentes, du suspens et beaucoup d'autodérision ! Car je pense que le film se moque un peu de lui même et de son concept. Bien entendu, on ne compte pas les "évidemment", "comme par hasard", le nombre de voitures pliées alors que celle de Willis n'a presque pas une égratignure (belle pub au passage pour Mercédès), et les Mac Lane père et fils se relèvent bien pus facilement d'une dégringolade de 10 étages que moi de mon lit après une bonne nuit. C'est complètement improbable, mais qu'est-ce que c'est drôle, ça change les idées, ça vide la tête. Bref, j'en ai eu pour mon argent (petit rappel, j'ai une carte pass !!! je n'ai pas payé 9.90 €). J'ai eu ce à quoi je m'attendais, même si j'aurais bien supprimé quelques monologues de Mc Lane qui continue à parler tout seul dans les courses poursuite. C'est peut-être pour s'encourager lui même, car p't'être ça d'vient dur. Le Willis, il commence à avoir le front de son âge (57 ans) ! Rupture de stock de botox à Hollywood ? Peu importe, pour moi, le charme opère toujours !
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost 0

Publié le 2 Mars 2013

http://bd.casterman.com/docs/Albums/39410/9782203026131.jpgBD - Editions Casterman - 210 pages - 18 €

 

 

 

Parution en Mars 2011

 

 

 

Le pitch : " Il faut être souple si vous voulez espérer un jour devenir danseuse. Si vous n'êtes pas souple à 6 ans, vous le serez encore moins à 16 ans. La souplesse et la grâce ne s'apprennent pas. C'est un don. Suivante... "

 

 

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : La bib

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 étoile2.5

 

 Mon humble avis : En me rendant sur Amazon pour y trouver la date de parution de cette BD, qu'elle ne fut pas ma surprise de lire, à côté du titre : Grand prix de la critique BD 2012 et du BD Awards 2012 du meilleur dessin ! Assez néophyte en BD, je ne connais pas ces prix mais je les imagine prestigieux...Et là, je suis consternée, surtout par celui du meilleur dessin.

Mais prenons les choses dans l'ordre, l'histoire. Nous suivons Polina, une jeune ballerine Russe, depuis ses premiers pas à l'Académie à 6 ans, puis au Théâtre et enfin dans des troupes de danse contemporaine, alors qu'elle est devenue adulte.

Cette BD montre parfaitement la difficulté de cette discipline qu'est la danse de haut niveau, l'enseignement qui y est souvent tyrannique, les doutes des jeunes femmes, voire les découragements et des passions qui s'éteignent sous le poids des contraintes. Tout cela est parfaitement rendu, et la jeune Polina est une héroïne très attachante, très combative malgré les compliments qui tardent à venir.... tout simplement parce que, selon ses profs, les compliments la pousseraient à s'endormir sur ses lauriers. J'ai aimé suivre Polina, dans ses doutes, ses choix, son respect des gens et sa quête dans la question majeur de cette BD : pourquoi danse-t-elle ? Sans bonne réponse, pas de bonne danseuse... J'ai aimé aussi les réflexions naissantes tant chez les personnages, que chez moi lectrice : ce que j'attends de l'art, comment il se ressent, se partage, se transmet, s'apprend, se montre...

Par contre, comme je le disais plus haut, les dessins ne m'ont globalement pas plu. Les scènes de danses sont gracieuses et l'on prend pleinement conscience de l'amplitude et de la beauté d'un corps lorsque l'art s'en mêle. Par contre, j'ai détesté les visages et bien souvent, il m'a semblé que les dessins étaient bâclés... D'une page à l'autre, Adrian n'a pas la même coiffure, ce qui le rend méconnaissable et un instant, je me suis demandé : mais qui est ce nouveau personnage ?

Beaucoup de gribouillis, pour simuler une barbe, un plis de vêtement. Certes, c'est un procédé courant. Mais pour moi, le bon gribouillis est celui qu'on ne remarque pas, qui se fond dans le dessin. Enfin, Polina, la pauvre fille... Affligé d'un nez noir qui, selon les angles, donne l'impression qu'elle a un sparadra noir anti acnée sur l'appendice, ou alors, qu'elle a le nez d'une tête de mort... c'est à dire, un trou à la place du nez ! Enfin, sur certaines pages, des personnages se retrouvent complètement privés d'yeux... A moins qu'il y ait un message caché dans cet acte volontaire, mon impression était vraiment que l'auteur ne prenait pas le temps de finir ses dessins... Un visage sans yeux manque franchement d'expression... 

Enfin, même si le scénario est intéressant, son découpage m'a plus d'une fois laissée sceptique et perdue géographiquement et temporellement. Des transitions sont brutales, inexpliquées et pas assez implicites. Où sommes nous ? Ah bon, donc elle a quitté tel endroit ?.... Jusqu'aux derniers instants, où Polina quitte momentanément Berlin pour fêter les 150 ans du théâtre qui l'a vue grandir en Russie... Là, elle invite une vieille connaissance chez elle... à Paris ? J'ai du loupé une étape !?

bref, une lecture en demi teinte et en contradiction avec les avis en ligne et les prix attribués. Hum hum... Et pourtant, le sujet est bon, à tendance initiaque, intéressant.

 

 

L'avis de Mango, de Lecturissime, de Noukette

 

 

  http://1.bp.blogspot.com/-M4fOQ7CDYcQ/TmddyES7qHI/AAAAAAAAAQM/hMaSM5SkkgQ/s1600/_1014018.jpg

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost 0

Publié le 28 Février 2013

 Roman - Editions J'ai Lu - 191 pages - 4.80 €SAM_1671.JPG  

 

 

Parution chez J'ai lu en mars 2012

 

 

L'histoire : Ah, le couple, l'Amour, les années !

Méfiez vous d'un homme qui devient suprenant et qui s'affale dans un hamac... Cela peut conduire à des ruptures amoureuses et une suite de conséquences inimaginables... 

 

 

 

 

 

 

 

Tentation : Bah, le nom de l'auteur pardit !

Fournisseur : Ma PA J'ai Lu, merci Silvana

 

 

 

 

 

 

 

 

 étoile3etdemi

 

 Mon humble avis : Encore un livre emmené sous les tropiques et finalement lu sous la couette bretonne !

Alors, je peux un peu développer le pitch... Jean Jacques et Claire sont maintenant mariés depuis plusieurs années. Ils ont une petite fille. Ils partagent réussite professionnelle et familiale (quel modèle aux yeux du monde), routine et le repas dominical chez les beaux parents, incontournable, et qui s'achève par le "vous boirez bien une petit prune" que Jean Jacques bois et déteste.

Envie d'autre chose, l'adultère et ses merveilles du début, le soupçon de l'autre, qui pousse chaque membre du couple à se deviner cocu... La séparation et là.... Le manque.

David Foenkinos décortique ici le couple, son usure jusqu'à la ruine... Vous me direz, rien de particulièrement original jusqu'ici. Oui, sauf que sous la plume de Foenkinos, l'amer prend une toute autre saveur ! Ton décalé, tendre et cruel, drôle et cynique mais jamais méchant, même si très vrai... Les travers des uns et des autres, le tout dans l'allégresse d'une écriture dont seul notre auteur fétiche a le secret ! Il faut dire qu'il manie aphorismes et métaphores, aussi pertinentes qu'incongrues, comme personne ! C'est jubilatoire ! Et ce drame que nous lisons se transforme en comédie satirique ! Même si ma culture dans ce domaine est minime et lointaine, j'ai comme l'impression que le procédé de Foenkinos, version 21ème siècle, n'est pas si éloigné de celui d'un certain Molière en fait. Bon que les puriste de Molière me pardonne si je me trompe, mais mon impression est sincère.

On pourrait craindre que l'histoire se perde en longueur, mais c'est sans compter les facéties de l'auteur qui exécute parfaitement deux pirouettes triple salto arrières pour relancer la machine, ce qui fait que la sensation de longueur approchante dans la deuxième partie s'efface très vite.

Dans cet opus, David Foekinos a posé ses obsessions sur les ascenseurs, les portes dans les bureaux,les hamacs, les gigots, la petite prune, la routine...

Mais que l'on se rassure, nous avons affaire à un auteur résolument optimiste, qui croit bien à l'amour d'ici et maintenant, pas à celui d'hier, ni à celui promis par le bureau d'à côté, par la nouveauté et la jeunesse. Non, il croit bien à l'amour lorsque celui ci est reconnu dans son ensemble, et pas forcément dans un petit détail.

Encore un livre qui fut un délice à lire, que j'ai parsemé de petite croix... Allez, j'en partage quelques unes :

 

"La séduction nous pousse à paraître plus qu'à être"

 

" Ce ne sont jamais les couples qui s'effritent ; ce sont les restes du monde et de l'humanité qui, lentement, reprennent leur place ; qui lentement, grignotent le terrain momentanément cédé à l'amour."

 

"Il y a des gens formidables qu'on rencontre au mauvais moment de notre vie. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu'on les rencontre au bon moment de notre vie"

 

"On avait des assurances pour la mort, pour la voiture, et pour la mort en voiture. Mais qui nous protègera du bonheur ? Il venait de comprendre que ce bonheur, en devenant si fort, était la pire chose qui pût lui arriver."

 

"Il était Christophe Colomb. Le corps de Sonia, après temps de monogamie et d'appauvrissement sensuel, son Amérique. Et face à l'Amérique, on se sent toujours un peu petit."

 

 

 Je vous en promets plein d'autres bien meilleurs, mais qui doivent être lues dans leur contexte, sous peine de perdre saveur et drôlerie !

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0

Publié le 26 Février 2013

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/86/40/49/20327758.jpg Synopsis : A travers Oscar, un petit chimpanzé, nous découvrons l’apprentissage de la vie au cœur de la forêt tropicale africaine et suivons avec humour, émotion et angoisse ses premiers pas dans ce monde. Suite à un drame, il va se retrouver séparé de sa mère et laissé seul face à l'hostilité de la jungle. Jusqu'à ce qu'il soit récupéré par un chimpanzé plus âgé, qui va le prendre sous sa protection...
 
 
Film américain et Tanzanien, tourné en Côte d'Ivoire par une société basée en France. La mondialisation a parfois du bon...
 
     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
-toile3.jpg
 
 
 
Mon humble avis : En 1960, les Chimpanzés vivant en milieu naturel étaient 1 million. Ils ne sont plus que 200 000...
Ce film documentaire de Disney Nature nous invite au plus profond de la forêt africaine, histoire de faire plus ample connaissance avec nos cousins primates.
Bien entendu, la prouesse technique est inestimable : superbes vues aériennes sur la jungle embrumée, sur des chutes d'eau... et puis, l'univers intimiste et très dense de cette forêt aux mille et un danger et où il faut bien survivre... Nous passons alors aux gros plans sur les animaux, leurs regards, leurs mimiques...
Oscar, le bébé chimpanzé dont on suit le parcours est forcément trop craquant : bébé, pas très adroit... On le prendrait bien dans nos bras, sauf qu'il est bien mieux chez lui qu'il ne pourrait l'être chez nous ! La vie des chimpanzés n'est pas de tout repos... Il faut défendre un territoire contre des groupes ennemis, et surtout, trouver à manger. Ce qui donnent lieux à des combats et des longs déplacements. Le spectateur que nous sommes découvre de ses yeux ébahis les stratégies d'attaques ou de chasse mises au point par ces grands singes, tout comme leurs techniques pour se nourrir, techniques souvent très judicieuses. Ah, la sucette à fourmis !!!! On en vient presque à les envier car ils nous ressemblent tant... Ils sont, je pense, aussi débrouillard que l'homme des cavernes, ne vivent qu'avec ce dont ils ont besoin, et ne sont pas pollués par l'évolution que notre branche humaine a malheureusement suivi.
C'est souvent très drôle d'assister à l'apprentissage des plus jeunes, qui, pour casser des noix (essentielles dans leur nourriture), se frappent l'orteil avec leur marteau improvisé.
Ce film est vraiment conçu pour plaire aux plus jeunes, dès 6 ans. D'ailleurs, les scènes qui pourraient être difficiles ou choquantes dans la vie animale ne sont pas montrées. Les adultes y trouveront un certain compte, sauf que le côté souvent redondant et puéril de la narration ne leur échappera pas.... d'où l'absence de ma 4ème étoile... Dans le genre, j'ai nettement préféré Félins, l'an dernier... mais qui ne nous épargnait pas dans la violence animale.
Ce film mérite bien sûr d'être vu, déjà pour la beauté de ses images et pour son message de tolérance, d'amour et son aspect éducatif et écologique. D'ailleurs, certains bénéfices du film sont reversés à des associations locales de préservation des animaux... Une raison de plus d'aller rendre visite à nos cousins ! 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost 0

Publié le 24 Février 2013

http://www.valerietongcuong.com/images/couvertures/latelierdesmiracles.jpgRoman - Editions JC Lattès - 266 pages - 17 €

 

 

Parution en janvier 2013

 

 

L'histoire : Millie, Mariette et Monsieur Mike sont tous les 3 au bout du rouleau. L'un est SDF, l'autre en burn out professionnel et familial, et la dernière Millie... Est bien elle n'a rien, personne, un désert de solitude et le poids de la culpabilité... Tous 3 bien cabossés par la vie, hospitalisés pour des raisons différentes... A leur sortie, ils s'ont accueilli par Monsieur Jean, responsable d'une association caritative, qui leur propose une petite étape par l'atelier des miracles. Là, ils pourront se reposer, se réapporprier leur vie avant de s'envoler à nouveau avec des nouvelles armes pour affronter l'extérieur. Un coup de main pour revenir de plein pieds dans la vie !

 

 

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Ma CB, achat compulsif...

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg 

 

Mon humble avis : J'aime ces livres qui mettent en scène la fragilité des personnages... Sachant que chaque fragilité a son histoire et qu'il n'y a pas un chemin précis pour "en arriver là"... Il suffit d'un abandon ou d'un reproche familial, de la persécution et l'humiliation venant tant des élèves que d'un mari dominant, ou encore, d'un désaccord avec la hierarchie suprême, qui mène à la désertion, donc à l'abandon de l'uniforme, ce qui vous rendait admirable au yeux des autres. C'est en tout cas l'histoire de nos 3 personnages principaux.

Tout d'abord, j'ai été très surprise, tant ce roman m'a fait penser à Tout près, le bout du monde, de Maud Lethielleux. Certes, les 3 personnages de Maud Lethielleux sont des enfants ou des ados... mais ils sont "récupérés" aussi dans un lieu particulier et comme dans l'Atelier des miracles, s'expriment chacun leur tour par chapitre, avec leur style bien à eux. Je me suis demandé s'il n'y avait pas une forte source d'inspiration ici... Mais ce doit être ma pauvaise petite voix...

Il n'empêche que j'ai beaucoup aimé le roman de Valérie Tuong Cong. Car il est criant de vérité et de ne se cache pas les yeux. En effet, le caritatif est mis en exergue bien sûr, mais les jalousies des uns, les mauvaises intentions des autres, les manoeuvres plus ou moins respectables et les motivations pas uniquement altruistes sont mises au grand jour... Comme quoi, nul n'est parfait, même celui qui, à raison, reçoit l'admiration et les remerciements de tous... En même temps, l'objectif est atteint, puisque les pensionnaires se remettent sur pieds et retrouvent leurs propres armes, celles enfouies à l'intérieur d'eux même depuis trop longtemps, voire en découvrent de nouvelles. Cette belle histoire montre bien que lorsque l'on touche le fond, on ne peut s'en sortir seul, sans solidarité, sans chaine humaine... Mais là, attention à qui vous croisez, tout le monde n'est pas forcément bien intentionné. Il s'avère qu'ici, ce Monsieur Jean, même s'il use de méthodes parfois contestables, tire le meilleur de ses portégés et les révèle à eux mêmes... au point qu'il est lui même dépassé par ses révélations et leurs conséquences.
Car la question du livre est la suivante : Faire du bien aux autres, oui, mais à quel prix ? La fin justifie-t-elle les moyens ? J'avoue que je n'ai pas de réponse bien nette dans mon esprit (pour ce qui est des personnages et du roman en lui même).
La lecture est agréable, pleine de révoltes, de bons sentiments et d'espoir renaissant, cela ne nuit à personne. On s'attache au personnage... Celui dont je me suis sentie la plus proche est Millie, bien que Mariette se révèle pleine de ressource admirable. Comme quoi, quand on a pas la tête tenue sous l'eau par la vie, l'entourage, le monde, on peut être une personne formidable et de caractère.

Maintenant, un petit bémol... L'aspect un peu simpliste du message de Jean "la solution est en vous" et la rapidité avec laquelle nos 3 abimés remontent la pente. J'ai un peu de mal à y croire. Mais c'est un roman ! Peut-être me faudrait il un atelier des miracles ?

 

 

 

 

 

 

 

L'avis de Lucie, d'Antigone, Clara

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0

Publié le 22 Février 2013

 

 http://img11.hostingpics.net/pics/97177801MahCapLascars.jpg

 

 

 http://img11.hostingpics.net/pics/69323902MahEgliseJosephdAnseRoyale.jpg Deux jours à Mahé, bien trop courts à mon goût. Pas assez de temps pour flâner, profiter de la beauté des plages, m'y baigner sur chacune d'elle, visiter parcs et jardins.  Deux jours en voiture à m'arrêter tous les 100 mètres "tellement c'est beau". C'est sûr qu'à ce rythme là, ça prend du temps, mais ça le vaut tellement. Si vos pas vous mènent là-bas, prévoyez au moins deux jours de plus....voire plus encore si vos finances le permettent ! Vous aurez le temps alors de vous baigner, de sécher au soleil, de prolonger les conversations et les rencontres avec les Seychellois. Car refuser une invitation par manque de temps est tellement cruel.

9 seychellois sur 10 vivent à Mahé, concentrés surtout sur Victoria et Beauvallon au Nord et à l'est. Sur le reste de l'île, on est au bout du monde. Bon, c'est un peu beaucoup vrai aussi ! Je ne compte pas le nombre de plage où je me suis arrêtée pour prendre "quelques" photos et où il n'y avait PERSONNE !!! Pas d'embouteillage, la tranquillité et des habitants charmants, toujours disposés à vous renseigner ou a entamer la conversation ! 

 

Je parle, je parle.... Mais pendant ce temps, sur votre droite, l'Eglise St Joseph, côte Est... Qui donnerait presque envie d'y retourner, sise comme cela au ras de l'eau turquoise... Bon, pas toujours évident de se situer avec précision sur la carte, car aucun panneau n'annonce le nom des plages que vous voyez. Donc on déduit, on suppose, on demande. Et même si l'on se trompe, ce n'est pas bien grave ! 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/87301606MahAnseParnel.jpg 

Mahé mesure 27 km de long sur 7 de large, soit 144 km ². Le point culminant est le Morne Seychellois : 906 m. Au niveau de la mer, nous voici vers l'Anse Bougainville et l'Anse Forban. Côté plage et côté terre, nous trouvons des blocs de granit de taille impressionnante. 

 http://img11.hostingpics.net/pics/29354207MahAnseroyle3.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/56305705Mahderrierecaplascars2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/31838113MahAnsePolice4.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/37102812MahAnsePolice2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nous voici au bout du chemin du bout de la route où l'on ne peut aller plus loin. Anse police. Y'a quelqu'un ? Non. Bon, en même temps, trop de rocaille pour se baigner, mais le site, entre le gris du granit, le bleu de l'eau, le blanc du sable, le vert des palmiers et le bleu de la mer... J'adore. Je voudrais 6 mois de vacances pour que chaque minute soit un jour ! 

http://img11.hostingpics.net/pics/26444314MahAnsePolice5.jpg

 

 http://img11.hostingpics.net/pics/52377916MahAnseTakamaka2.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/75766115MahAnseTakamaka1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Toujours aussi peuplée, l'Anse Takamaka vue sur la gauche, puis sur la droite. Avec un resto réputé, chez Baptista. Trop tôt ! Takamaka, c'est aussi le nom donné au Rhum Seychellois, dont je vous conseille la version Rhum Coco ! A se damner !!!!   Plus sérieusement, le Takamaka est aussi le nom de l'un des arbres les plus présents sur les plages Seychelloises

http://img11.hostingpics.net/pics/65765917MahBaieLazare1.jpg

  Ah, la baie Lazare, une succession de superbes plages jusqu'à Anse Soleil. On ne le voit pas au premier coup d'oeil, mais c'est dans ces paysages que ce confondent quelques toitures des hôtels les plus luxueux de l'île. 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/22063318mahBaieLazare2.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/69355620Mahbaielazare5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/45650419Mahbaielazare3.jpg

  Toujours anse lazare... A mon arrivée, plus de bateau que d'hommes. Quelqu'un aurait il privatisé l'île pour moi ???

 

 http://img11.hostingpics.net/pics/538388MahversPolicebay.jpg

 

  Deux petits gars super sympa, plus efficace qu'une boussole pour trouver The plage to see d'après le guide ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/18617421MahAnsesoleil.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/24604722MoiAnsesoleil3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière plage de la journée, Anse Soleil, à l'Ouest. Enfin, première baignade délicieuse partagée avec un couple de français recroisé 4 jours plus tard à la Digue. Qui dit côte Ouest, dit COUCHER DE SOLEIL.... Je vous laisse apprécié... Puis, Chez Julien, petit resto au bord de la plage conseillé par des Français rencontré à l'aéroport de Doha... Punch coco, poisson grillé, sorbet coco, les pieds plein de sable et le clapotis de l'eau à 10 mètres, le paradis... 

 

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/51204023MahcouchAnsesoleil1.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/78591123MahcouchAnsesoleil.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/53179524Mahcouchansesoleil2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/72923725MahCouchansesoleil3.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/61365427Mahcouchansesoleil5.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/93050728mahcouchansesoleil6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/42196129Mahcouchansesoleil7.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/45035630mahcouchansesoleil8.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/26996631mahcouchansesoleil9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/65599132Mahcouchansesoleil10.jpg

 

 http://img11.hostingpics.net/pics/128459mahrestochezjulien2.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/721132MahrestochezJulien.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après ce festin, il me faut rejoindre mon hôtel de l'autre côté de l'ile, sur la côte Est. J'y arrive après quelques épingles à cheveux pour découvrir...des voitures stationnées partout, plein de monde. Bref, tout Mahé est là. Chouette, un concert en plein air, sponsorisé par le Rhum Takamaka !!! Bien sûr, je stationne n'importe comment, et me voici engloutit dans une foule qui souris, qui ris, qui danse, et qui boit du Takamaka... que de demande un peu dilué avec du jus de Mangue. J'ai beau regarder autour de moi, je n'en vois pas d'autre. Je suis le seule touriste, la seule blanche en tout cas. Je me pose et me pâme d'admiration pour un danseur qui se donne à fond. Il est noir, il est en sueur, chaque mouvement de danse sollicite un de ses muscles. Il est beau. Dommage, je ne sais pas danser cela.... De toute façon, attention, la danse Seychelloise est très suggestive... Là ou en Guadeloupe on se touche, on se colle, on se frotte... Ici, on ne se touche pas... Je constate que les couples qui dansent ensemble ne se touchent pas !!! Les mouvements du corps n'en sont pas moins éloquents....

Tout à coup, on me frappe l'épaule. Je crois que ma position gène la vue de quelqu'un, alors, je me décalle. Non, c'est Cécilia, une Seychelloise, qui m'invite à venir discuter avec elle et son mari puisque je suis seule... 

 

  En distance et en tout minuscule résumé, nous avons parcouru la moitié de Mahé. La  suite au prochain numéro ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost 0

Publié le 20 Février 2013

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782877634359.jpgRoman - Editions Orphie - 264 pages - 17 €

 

 

 

Parution fin 2008

 

 

 

L'histoire : L'histoire vraie et romancée (par lacunes historiques) de Sitarane, personnage célèbre à la Réunion, enterré au cimetière de St Pierre. Depuis plus de 100 ans, un culte survit autour de sa tombe... On l'invoque pour commettre un méfait plus ou moins grave et il provoque toujours la terreur.

Car Sitarane, faisait partie de la bande du Sud, bande menée par Saint Ange Gardien, alias Pierre Elie Calendrin.

La bande du Sud, de menus larcins, est passée à l'étape de voleurs hors paire avant de passer à l'irrévocable statut de tueurs en série faisant régner la terreur dans toute la Réunion du Sud. Ils deviennent alors la bande des buveurs de sang, puisqu'ils boivent le sang de leurs victime.

Un roman entre Histoire, légende et vérité, supposée sorcellerie, magie noire, meurtres, mais surtout, la naissance d'une secte.

 

 

 

Tentation : Achat à Hellebourg, après la visite du cimetière de St Pierre de la Réunion. Donc grosse curiosité bien récompensée !

Fournisseur : MA CB et ma PAL !

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

Mon humble avis : Amis lecteurs, pas d'inquiétude, je ne me passionne pas d'un seul coup pour la bite litt... Non, juste une curiosité pour l'Histoire de la Réunion visitée récemment... Nous sommes loin ici des vampires, mais bien plus proche de la magie noire qui a court dans certaines îles aux croyances confondues.

Tout d'abord, un petit mot sur l'auteur, afin de donner toute crédibilité à ce roman -récit : Daniel Vaxelaire est un écrivain et historien français, devenu spécialiste de l'île de la Réunion.

L'histoire commence en 1906... Saint Ange Gardien, alors misérable hère en fuite, demande pour une nuit le gite et le couvert chez Marie et sa fille Pauline. Il ne repartira plus jamais de chez elles. Dominateur, manipulateur, pervers et narcissique, Saint Ange vient de créer la bande du sud. Avec Pauline, il parcourt les villages et, de ses soit disant dont de guérisseurs et de connaisseurs de plantes, guérira et exorcisera les cas les plus possédés. Ainsi, sur toute cette partie de l'île, il gagnera une réputation et deviendra un homme admiré et respecté.... La population ignorant tout de ses activités nocturnes.... Au fil des mois, Saint Ange recrute pour agrandir sa bande.... Et ainsi, à la moitié du livre, apparait Sitarane, grand noir engagé du continent, aux dents taillés en pointes, au regard aussi inquiétant que son impassibilité en toute situation. L'histoire vous dira pourquoi, de second couteau dans l'histoire, l'Histoire ne retiendra que lui... Peut-être une erreur de signature, au plus haut degré de l'Etat...

Pourquoi ai-je tant aimé ce livre... Déjà, parce que le mystère est intact.. Tout au long du livre, on se pose la question : mais pourquoi Sitarane dans l'Histoire, et non Saint Ange...

L'écriture est agréable, soignée, parfois quelque peut désuette, tout à fait adéquate à la description du début du 20ème siècle. Et puis, le livre est parsemé de quelques dialogues en créole, ce qui ajoute un charme et un exotisme certain à l'ouvrage. Vous n'y connaissez rien en créole : rassurer vous, soit ces dialogues restent tout à fait compréhensibles ou alors, ils ne sont pas nécessaires à la compréhension de l'action.

Les buveurs de sang nous ramène dans la Réunion de 1906, et cet arrière plan historique et local est très intéressant. A l'époque, la Réunion n'était qu'une colonie délaissée par la France, un paquebot arrivait par mois.... Alors que 100 ans plus tard, ce sont au moins deux avions qui viennent de Paris chaque jours... Une Réunion délaissée par la France plus intéressée par ces nouvelles colonies (Madagascar et autre), une réunion où règne une pauvreté extrême, car la crise du sucre est passée par là. Une Réunion créole, ou le mélange des races et leur hiérarchie est bien expliquée. Une Réunion où 5 heures de train séparaient St Denis de St Pierre, où l'on marchait pied nus. Une réunion où l'esclavage n'avait plus lieu d'être et où les esclaves étaient alors remplacé par ces Africains engagés "volontairement" et que l'on ne traitait guerre mieux. Bref, nous avons là une leçon d'histoire... du bout du Monde, et d'un bout de France.

Enfin, il y a l'histoire pour elle même... J'avoue avoir ressenti quelques longueurs, mais vite oubliées par l'effet hypnotique du livre. Car cette histoire pourrait être on ne peut plus actuelle dans le fond. C'est la naissance d'un gourou, d'une intelligence extrême, qui se fera perdre par son excès de croyance en ces pouvoirs qu'il n'avait pas. Il est sidérant de constater comment un tel homme peut ainsi prendre l'ascendant sur ces troupes, même si l'obéissance est plus obtenu ii par une certaine terreur que par une réelle conversion.

Enfin, le livre est postfacé par l'auteur, qui ainsi, fait la part de la fiction et de l'Histoire et s'amuse tout de même à laisser planer un doute. A savoir que la tombe de Sitarane fait toujours l'objet d'un culte plus ou moins sataniste, plus de 100 ans après...

Une lecture très instructive et plaisante, que je ne regrette absolument pas !

 

PS : Conseil, si vous voulez acheter ce livre, rendez vous directement sur le site de l'éditeur.... Car sur d'autres sites marchant, comme A....Zon, il est proposé d'occas à 20 € de plus par un vendeur peu scrupuleux.

 

 

 

 

SAM_2074.JPG  SAM_2075.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la fameuse tombe du triangle de la bande des buveurs de sang, au cimetières de St Pierre de la Réunion : Saint Ange, Fontaine et Sitarane... 3 personnages autant vénérés que craints...

 

 

 

 

 

ILE-DESERTE2

                                                                            Pour l'île de la Réunion

 

 

 

 

 

Logo Lystig

                                                ème participation, avec La Réunion, puisque les DOM sont acceptés.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0

Publié le 18 Février 2013

http://fr.web.img3.acsta.net/medias/nmedia/18/93/38/48/20442455.jpgSynopsis : C’est l’histoire de quatre potes, quatre petits Français : le Grec (l’ostéopathe), Fifi (qui vit chez sa mère, concierge), Fortuné (l’Antillais qui travaille à la Cogex), et Freddy (le flambeur). Ils fréquentent assidument un PMU parisien, Le Balto. Fatigués de perdre le peu qu’ils ont, ils veulent arrêter de jouer au Turf… Oui mais, selon la devise bien connue des turfistes : Jour de perte, veille de gain, le destin frappe au carreau ! Un destin qui porte des costumes de grand faiseur, un joueur de légende, connu comme le loup blanc sur tous les hippodromes, de tous les turfistes et… de la Police des Jeux : Monsieur Paul. Ce "gentleman" de retour aux affaires leur propose d’acheter un crack, en réalité une vielle carne : Torpille. Ils sont quatre… et décident d’acheter chacun une patte du canasson ! La bande du Balto entre alors dans le monde des propriétaires, des combines et des milliardaires d’Auteuil à Monte-Carlo.
Vont-ils triompher ou tout perdre, même leur amitié ? Les chevaux sont sous les ordres !
 
 
 
Avec Edouard Baer, Alain Chabat, Lucien Jean Baptiste
 
 
 
 
 
 
   étoile1etdemi
 
     
  Mon humble avis : Vous me direz, c'était couru d'avance, oups, galopé d'avance si je suis l'humour du film. Certes, je ne m'attendais pas à voir le film du siècle, mais j'aime Edouard Baer,  Chabat et Lucien Jean Baptiste et je me disais que cela pouvait donner une sympatiqe comédie sans prétention.
Alors, si vous avez vu la bande annonce, vous avez presque tout vu. Il vous manque le gag qui ne devait pas en être un à l'origine, lors du tournage du film qui doit forcément remonter à environ 1 an.... Depardiouv (c'est le dernier film que je vois avec lui, mais j'avais prévu Turf avant son exil, si si, j'ai un programme ciné parfois sur plusieurs mois à l'avance...) y joue un gros truand escroc des courses qui, exilé au Qatar, revient en France en disant "La France me manquait déjà". Sur le tournage, ça ne devait faire rire personne, les quelques pékins de la salle ont ri à l'unisson. Oui, faut que je vous dise, peu de gens dans la salle, ce soir là, à mon Gaumont, tout le monde était à l'avant première de Mobius, 3 salles complètes, en présence de Monsieur Jean Dujardin himself .
Bon, moi, j'étais avec les bourrins. Heureusement qu'ils sont là les chevaux d'ailleurs ! J'ai aimé me retrouver de le milieu hippique, que ce soit sur un hippodrome ou dans un poney club. Cela me rappelle des bons souvenirs et me fait dire que j'aimerais bien remonter.
Bon enfin bref, le film. Sympatoche, sans plus, drôle un peu, long parfois, convenu souvent, improbable tout fait, bâclé, certainement, malgré quelques dialogues percutants. Une belle brochette d'acteurs qui, je pense, effaceront au plus vite ce film de leur filmographie car il ne rend pas hommage leur immense talent. Même Chabat semble plus proche du figurant que du rôle principal. Le seul qui tire vraiment son épingle du jeu et qui m'a émue, c'est Sergi Lopez, dans une rôle d'homme qui murmure aux oreilles des chevaux.
 
Bon, le choix de mon prochain film devrait être plus judicieux...Au bout du conte, en avant premiere, de et avec Jaoui et Bacri et en présence du couple himself ! Bon, en même temps, pas de regret, je me dis que voir des films pas terribles permet d'apprécier encore plus les excellents films ! c'est la pensée positive du jour  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost 0

Publié le 16 Février 2013

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782356415684.jpgNouvelles - Editions Audiolib - 7h d'écoute - 19 €

 

 

 

Parution Audiolib : Janvier 2013

Albin Michel : 31 octobre 2012

 

 

L'histoire : Donc les histoires, 5 nouvelles plus ou moins longues.

Un couple homosexuel qui se marie symboliquement dans la cathédrale Bruxelloises en même temps qu'un couple hétéro, et la vie parallèle de ces deux couples, jusqu'à la jonction.

Un médecin qui semble n'aimer que les chiens, les chiens d'une race précise... Durant la guerre 39-45, jeune juif enfermé dans un camp, il doit son retour à la vie à un chien...

Une veuve d'un artiste raté épouse en secondes noces un baron qui tombe en amour pour le défunt et son oeuvre et fera tout pour la faire connaitre.

En Islande, deux soeurs, deux fils différents... La tante qui préfère son neveux à son fils... jusqu'au décès de celui ci.... et la transplantation cardiaque du neveux...

Un couple séparé... alors qu'auparavant, ils étaient un modèle de l'Amour. Ils avaient même résisté à la douleur d'un avortement, le foetus étant atteint d'une maladie grave... Jusqu'au jour où un accident place cet enfant qu'ils n'ont pas eu sur leur chemin.

 

 

 

Tentation : L'auteur et le lecteur ne sont qu'une seule et même personne, et pas n'importe laquelle !

Fournisseur : Chloé, d'Audiolib, merci pour l'envoi !

 

-toile4.jpg

 

 Mon humble avis :

1/ Résumer un livre n'est point chose aisée... Allumer l'envie sans en dire trop... Résumer 5 nouvelles aussi denses en si peu de lignes relèvent de l'exploit, et je trouve que je m'en sors fort bien !

2/ Quand j'ai rencontré E.E Schmitt l'an dernier, je lui ai avoué l'un de mes fantasmes... Avoir 5 ans, être sa petite fille pour qu'il puisse me raconter des histores avant que je m'endorme... Et bien avec cet Audiolib, certes, j'ai toujours 40 ans, mais j'ai eu E.E Schmitt pour moi toute seule et il m'a raconté des histoires, de belles histoires :

 

- Les deux messieurs de Bruxelles : Je pense que c'est ma nouvelle préférée, même si la suivante m'a profondément émue dans la symbolique. Un couple d'homosexuels, au fond d'une église, profite d'un mariage officiel pour se promettre amour, assistance... pour le reste de sa vie. Et toute leur vie, ces hommes s'aimeront et garderont un oeil protecteur sur leur couple jumeau et sa descendence, sans que ceux ci n'en savent rien. Nouvelles qui tombent à pique dans l'actualité de notre pays. Le mariage, l'amour, l'enfantement pour les homosexuels. Le parti pris de l'auteur est net, parfait, il rejoint le mien. Beaucoup de tendresse dans ce texte, de l'humour aussi, et de la douleur. Un début et une chute orginaux qui encadrent ce réçit et qui prouve que l'engagement et l'amour sont aussi forts ou fragiles, quelques soient le sexe des amants. En conclusion, l'auteur explique qu'un couple homosexuel, une fois qu'il est accepté, à même parfois plus de chance de réussir qu'un couple hétéro...En effet, on attend rien d'un couple homo, pas de déscendance, rien, donc pas de pression sociale... Alors que les hétéros la subissent... Il faut montrer le bonheur parfait !

 

- Le chien : l'histoire de ce médecin, qui vient de se suicider à la mort de son chien, Argos, un Beauceron. Le village reprochait au médecin de préférer les bêtes aux hommes... Où l'on découvre que depuis des dizaines d'années, ses chiens ont toujours été des Beaucerons et se sont tous nommés Argos.

Il est encore question d'amour, d'humanité. Un récit dur, qui se passe en partie dans les camps que E.E SChmitt d'écrit d'un réalisme glaçant... A l'époque, le jeune garçon avec la peau sur les os, traité comme moins qu'une bête par les Allemands, était à un doigt de la tombe... Jusqu'au jour où, à travers le grillage, apparait un chien... le jeune homme joue avec, partage avec lui sa nourriture..A la libération, les deux êtres ne se quitteront plus...

Un texte bouleversant ou la nature s'inverse. C'est l'animal qui rend à l'homme sont humanité et c'est lui aussi qui empêche ce même homme de tomber dans la bestialité. Un chien, qui ne suit et ne répond à aucune idéologie, prend comme il est celui qui le regardera et l'aimera. Et il lui rendra au centuple... bien plus fidèle et bien plus humain que certains hommes qui ne seront délivrés de leur honte (si toutefois ils en ressentent), que par la mort.

 

- Ménage à trois : Une jeune femme se retrouve veuve, avec des enfants et les dettes de son mari sur le dos. Son mari, un coureur de jupon et un artiste raté... Pour sa bonne fortune, un baron danois la demande en mariage. Ce baron se voue d'une passion sans borne pour l'époux défunt et son oeuvre. Il n'a de cesse que de lui rendre justice, tant son talent était immense. J'avoue, cette nouvelle me touchait moins, je la trouvais moins saine... Un mort entre deux vivants... Jusqu'à ce que viennent la dernière phrase (qui commença par me révolter), puis le dernier mot, qui me fit sourire et rire de mon ignorance. Toute cette nouvelle m'est apparue sous un jour nouveau et montre, en un seul mot, l'immense talent de l'écrivain. Renverser une situation avec un seul mot, inattendu, et le dernier ! Il s'est bien joué de moi !

 

Je n'en dirais pas plus et vous laisse découvrir les histoires suivantes, qui ont en commun avec les premières de parler d'amour, d'amour différent, caché, sous-jacent... Il est question en fait de l'invisible amour sous celui de surface... Qu'il soit léger ou beaucoup plus lourd à porter.

Gros bonus de cette version Audiolib, 3 plages de lectures sont consacrées au journal d'écriture d'E.E.Schmitt. Ces sources d'inspirations, la construction de ses personnages, le fil central de ce recueil qui ne lui apparait qu'à la fin et bien sûr, de bonnes réflexions philosophiques à méditer.... Donc à réécouter !

 

 

L'avis d'Yv , de Leiloona

 

Si l'envie vous prend, et je vous comprends : http://www.audiolib.fr/livre-audio/les-deux-messieurs-de-bruxelles-de-eric-emmanuel-schmitt-lu-par-eric-emmanuel-schmitt

 

 

Livres lu dans le cadre de... et bien 3 challenges !

 

 

free-road-trip-games-audio-book

 

chez Val 2ème                    Chez hérisson  10/7                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0