Articles avec #a propos de... tag

Publié le 3 Juillet 2012

Il y a quelque temps, je vous présentais ICI mon avis sur le nouveau sérial thriller des Editions J'ai Lu. Pourquoi Sérial Thriller ? Par ce que cette histoire se découpe pour l'instant en plusieurs épisodes (tomes) et ensuite, en plusieurs saisons.

Un thriller français écrit sous le mode américain qui fait le succès des séries policières américaines... et qui vous rend addicte dès le premier tome. Je suis en cours de lecture du 2ème épisode, le 3ème m'attend, et les 3 autres de la saison 1 sortiront d'ici novembre.

 

 

En attendant, les éditions J'ai lu organise un événement national, et sans doute inédit, autour de ce phénomène littéraire. Un bookcrossing géant, au niveau national. En quelques jours, plus de 600 exemplaires vont être déposés à droite à gauche dans les lieux publics les grandes villes de France et de Navarre. Le but du jeu... lâcher des livres... qui sont pris par les passants, qui à leur tour lisent le livre et le redépose quelque part pour un lecteur suivant sans visage, celui qui passe part là et s'en saisira et ainsi de suite. Il a déjà été vu, dans ce principe, des livres qui ont fait des sacrés voyages, qui ont traversés la France, pris l'avion...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Et oui, en cette période de vacances qui approchent, un gros danger règne... L'ennui de ceux qui n'ont pas la chance de partir... ou le désarrois des chanceux qui ne savent pas quel livre emporter en vacances... 

J'ai été l'agent secret qui, il y a quelques jours, a déposé le Sérum dans les rues de Rennes.

 

10 exemplaires de Sérum à déposer dans des lieux publics. Guettez la réactions des gens, s'amuser à mettre ses livres dans des lieux que l'on  espère insolite ou qui, en photo, mettrons aussi en valeur la ville que l'on aime et que l'on représente...

Des exemplaires de Sérum sont en ce moment libérés dans toute la france, dans les trains. Alors levez les yeux quand vous marchez. Au dessus du trottoir et au delà de votre téléphone portable, un autre monde vous attend....

 

 

Et voici quelques photos des 10 exemplaires que j'ai lâché sur Rennes...

Le ciel paraît pas très lumineux... Non, en fait, c'est de la brume de chaleur ! Hum ! Hum

 

 Rennes parlement de bretagne 3-copie-1

 

 

 

 

 

Sur la place du parlement de Bretagne....

 

 

Rennes--parlement-de-Bretagne-1.JPG

 

 

 

 

 

 

Avec des affiches prédisposées....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rennes--Republique.JPG

 

 

 

 

 

 

Rennes République !

 

  

THE manège, place mairie Rennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur The Manège de la place de la Mairie !

 

 

 

rennes-quai-chateaubriant.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le quai Chateaubriand

 

 

 

 

 

Rennes--parc-du-thabor.JPG

 

 Dans le parc du Thabor....

 

 

Les éditions J’ai Lu et iDTGV s’associent de nouveau et vous proposent d’expérimenter le bookcrossing !

Rendez-vous le 27 juin en voiture bar, où une trentaine de livres seront mis à votre disposition.

 Le principe est simple :
-    Lisez le livre et plongez dans l’univers « Serum »
-    Faites le découvrir en le déposant dans un lieu public.
Attention ! Il faut le laisser dans un autre endroit que celui où vous l’avez découvert (merci de laisser le flyer avec le livre dans le sachet plastique pour le protéger).

-    Connectez-vous sur :

http://www.facebook.com/Serumonline

ou flashez le code ci-dessous :

Laissez vos commentaires et surtout…  indiquez l’endroit où vous avez abandonné le livre ! Vous pouvez agrémenter ce commentaire de photos (pour aider vos copains à trouver le livre).

Serum, une série d’Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza.
« Du Hitchcock remasterisé à la sauce 24 heures Chrono ! » Le Point.
Sérum n’est pas un roman comme les autres !
Avant tout, il s’agit d’un roman-série : l’histoire est divisée en six épisodes.
Ensuite, Sérum vous propose – vous n’y êtes pas obligé – d’approfondir l’expérience de lecture en l’agrémentant de musiques, de vidéos, de documents externes qui vous seront offerts au fur et à mesure de l’histoire.
Pour écouter la musique composée pour Sérum, vous pouvez soit utiliser les flashcodes imprimés dans le livre, soit télécharger gratuitement les sur le site.

Les épisodes 1 et 2 sont déjà disponibles. Le 3e épisode sortira le 27 juin.
À paraître :
Sérum, saison 1, épisode 4 : 26 septembre 2012
Sérum, saison 1, épisode 5 : 31 octobre 2012
Sérum, saison 1, épisode 6 : 28 novembre 2012

Pour prolonger l’expérience, visitez le site et découvrez une expérience unique !

ON PEUT EFFACER VOTRE MEMOIRE, PAS VOTRE PASSÉ.
1773 : MESMER INVENTE L’HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SERUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient profond d’Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

Plus d’infos sur Facebook et Twitter.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 24 Avril 2012

Un lien sur Facebook ce matin m'a menée là....

 

Lettre de Philippe Torreton à Jean Ferrat

Jean,

 

 

J'aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J'aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu'à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j'étais à Entraigues il n'y a pas si longtemps et je n'ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c'est sacré !

 

Pardon te t'emmerder, mais l'heure est grave, Jean. Je ne sais pas si là où tu es tu ne reçois que le Figaro comme dans les hôtels qui ne connaissent pas le débat d'idées , je ne sais pas si tu vois tout, de là haut, ou si tu n'as que les titres d'une presse vendue aux argentiers proche du pouvoir pour te tenir au parfum, mais l'heure est grave!

 

Jean, écoute-moi, écoute-nous, écoute cette France que tu as si bien chantée, écoute-la craquer, écoute la gémir, cette France qui travaille dur et rentre crevée le soir, celle qui paye et répare sans cesse les erreurs des puissants par son sang et ses petites économies, celle qui meurt au travail, qui s'abîme les poumons, celle qui se blesse, qui subit les méthodes de management, celle qui s'immole devant ses collègues de bureau, celle qui se shoote aux psychotropes, celle à qui on demande sans cesse de faire des efforts alors que ses nerfs sont déjà élimés comme une maigre ficelle, celle qui se fait virer à coups de charters, celle que l'on traque comme d'autres en d'autres temps que tu as chantés, celle qu'on fait circuler à coups de circulaires, celle de ces étudiants affamés ou prostitués, celle de ceux-là qui savent déjà que

 le meilleur n'est pas pour eux, celle à qui on demande plusieurs fois par jour ses papiers, celle de ces vieux pauvres alors que leurs corps témoignent encore du labeur, celles de ces réfugiés dans leurs propre pays qui vivent dehors et à qui l'on demande par grand froid de ne pas sortir de chez eux, de cette France qui a mal aux dents, qui se réinvente le scorbut et la rougeole, cette France de bigleux trop pauvres pour changer de lunettes, cette France qui pleure quand le ticket de métro augmente, celle qui par manque de superflu arrête l'essentiel...

 

...Jean, la Commune n'en finit pas de se faire massacrer chaque jour qui passe. Quand chanterons-nous "le Temps des Cerises" ? Elle voulait le peuple instruit, ici et maintenant on le veut soumis, corvéable, vilipendé quand il perd son emploi, bafoué quand il veut prendre sa retraite, carencé quand il tombe malade...

 

La suite de cette lettre ici, sur le blog d'origine..

http://bernard-gensane.over-blog.com/article-lettre-de-philippe-torreton-a-jean-ferrat-103855106.html

  http://bernard-gensane.over-blog.com/article-lettre-de-philippe-torreton-a-jean-ferrat-103855106.html

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 24 Février 2012

Voici une activité peu ordinaire, méconnue et très ludique que j'ai eu l'occasion de pratiquer il y a quelques temps : Le light painting... Mais qu'est-ce me direz vous ?

C'est de la peinture de lumière, traduction littérale !

 

c'est est une technique de prise de vue photographique qui consiste à utiliser un temps d'exposition long dans un environnement sombre et en y déplaçant une source de lumière ou en bougeant l'appareil photo.
quelques infos supplémentaires  içi et .

Le matériel :
Un appareil photo doté d'un mode 100% manuel ( tous les automatismes débrayables en meme temps ).
Il doit etre également équipé d'un mode 'pause longue' ( plusieurs secondes d'exposition , 10 minimum , il faut bien cela pour dessiner , 30 sec cela devient confortable ).
Un flash intégré ( s'il est assez puissant ) ou externe peut aussi rendre service.
Un trépied pour assurer la stabilité de l'appareil au moment de la prise de vue. ( ou un endroit stable pour le poser. )
Une ou plusieurs sources de lumière portables ( lampes , torches , leds etc )

Le lieu :
Un endroit calme et pas trop passant , pas trop éclairé non  plus.
 

Bon, l'aspect technique est resté un peu nébuleux pour moi, mais j'ai franchement participé à l'aspect ludique. L'avantage est que c'est une activité collective qui vous mène hors de chez vous et vous fait aussi prendre l'air ! Et tout ce que vous avez à faire, c'est dessiner sur aucun support ni répère, dans le vide, avec différents objets lumineux... Pas toujours facile !

Et voici ce que cela donne, avec l'aimable autorisation de Mrcroq

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ovs_light_painting_nov_2011_020.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà, comme il ne faisait pas chaud chaud, on en a profité pour fêter le Beaujolais nouveau, puisque c'était le lendemain de cet événément national !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 13 Février 2012

Cet été, pendant mes vacances en Indre-et- Loire, j'ai poussé l'aventure jusqu'au département voison, l'Indre et un village qui peut être ne vous dira rien : Nohan Vic. C'est pourtant là que ce trouve un monument national fort visité : La maison de la romancière française George Sand.... Visite...

 

Pas très classique dans mes lectures ni dans ma culture, je ne connaissais de George Sand que la Mare au Diable que voici... à sec, nous sommes fin août.

 

 

Difficile d'imaginer qu'un lieu d'apparence aussi simple ait pu inspirer un auteur au point de devenir un titre majeur dans son oeuvre.

Durant la visite guidée de la demeure de l'auteure, j'ai appri, à travers les explications passionnées de noter guide, que George Sand avait écrit près d'une centaine de roman et surtout, que c'était un personnage hors du commun. Féministe avant l'heure, indépendante, elle a fréquenté les plus plus grands dans de nombreux domaines...

 

 

 

 

Née à Paris sous le nom d'Aurore Dupin en 1804, elle est élevée par sa grand mère dans la maison de Nohan. Elle est d'une ascendance autant populaire qu'aristrocratique, ce qui expliquera en partie son engagement politique. Séparée de son mari le baron Dudevant dont elle a eu deux enfants, elle prend alors le nom de George Sand. Ce nom, à consonnance masculine, lui permettera d'accèder aux salons littéraires réservés alors aux hommes. Elle vit alors de sa plume grâce à laquelle elle conquiert son indépendance, tout en luttant pour le progrès social et les droits de la femme.

 

 

 

 

 

 

 

 

  George Sand héritera de la maison de Nohan qu'elle pourra entretenir grâce à ses droits d'auteurs. Elle y séjourne souvent, s'y ressource et s'adonne à l'écriture de romans, nouvelles, pièces de théâtre, critiques littéraires, contes, autobiographie . Elles y reçoit aussi nombre de prestigieux invités, notamment Frédéric Chopin.

 

Elle a fait scandale par sa vie amoureuse agitée, par sa tenue vestimentaire masculine, dont elle a lancé la mode, par son pseudonyme masculin, qu'elle adopte dès 1829, et dont elle lance aussi la mode : après elle, Marie d'Agoult signe ses écrits Daniel Stern (1841-1845), Delphine de Girardin prend le pseudonyme de Charles de Launay en 1843.

Malgré de nombreux détracteurs comme Charles Baudelaire ou Jules Barbey d'Aurevilly, George Sand était au centre de la vie intellectuelle de son époque, accueillant à Nohant-Vic ou à Palaiseau : Liszt, Marie d'Agoult, Balzac, Flaubert, Delacroix, et Victor Hugo, conseillant les uns, encourageant les autres.

 

On lui connut de nombreuses aventures plus ou moins longues et passionnées avec Jules Sandeau, Alfred de Musset, Prospère Mérimée, Frédéric Chopin, avec qui elle resta 10 ans.

 

Indiana est le premier roman qu'elle écrivit seule sous le nom de George Sand et  le succès de librairie de Lélia (1933) valut à Sand d'entrer définitivement dans le cercle des grands écrivains de son temps.

 

Dans l'atelier de Delacroix, une sculture de Sand drapée, réalisée par son gendre, Jean Baptiste Clesinger

 

 

George Sand décéda à Nohan en 1876, à 72 ans et y est enterrée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nature tenait une grande place dans la vie de l'auteure. Enfant, elle s'invente même une divinité champêtre, Corambé. Logique que ça maison soit entourée d'un immense jardin qui regroupe allée centrale, pressoir, verger, potager, roseraie, par boisé, un jardin de fleurs... Le tout formant une sorte de labyrinthe végétal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

Mais il est temps de pénétrer maintenant à l'intérieur de la demeure en commençant par les cuisines...

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

La salle à manger...

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

L'escalier qui mène.... à un pièce insonorisée installée par George pour Frédéric Chopin, à la chambre rose, bleue, à la bibliohèque, au théâtre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Le théâtre....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En reliant deux salles, George Sand a fait construire un théâtre de 50 places. C'est là qu'elle testait ses oeuvres avant de les jouer à Paris. Le théâtre de marionnettes, habillées par George elle même, est l'oeuvre de son fils Maurice.

 

Enfin,notre sacrisitie à toutes et tous ici, la bibliothèque de George Sand !

 

 

George écrivait toute la journée, sans vouloir être dérangée. A 17h, une cloche sonnait l récréation. Elle retrouvait alors famille et amis pour diner, pour des jeux, des lectures à haute voix ou un spectacle au théâtre. Puis George Sand retounait à son bureau et écrivait jusqu'au petit matin ! Et donner naissance à cette liste non exhaustive de ses oeuvres

   

Extrait du manuscrit "Un hiver à Majorque"

  • Kouroglou (1843)
  • Carl (1843)
  • Consuelo (roman, 1843)
  • La Comtesse de Rudolstadt (roman, 1843)
  • Jeanne (roman, 1844)
  • Le Meunier d'Angibault (roman, 1845)
  • La Mare au diable (roman, 1846)
  • Isidora (roman, 1846)
  • Teverino (roman, 1846)
  • Les Noces de campagne (roman, 1846)
  • Evenor et Leucippe. Les Amours de l'Âge d'or (1846)
  • Le Péché de M. Antoine (1847)
  • Lucrezia Floriani (roman, 1847)
  • Le Piccinino (roman, 1847)
  • La Petite Fadette (roman, 1849)
  • François le Champi (roman, 1850)
  • Le Château des Désertes (roman, 1851)
  • Histoire du véritable Gribouille (1851)
  • Le Mariage de Victorine (théâtre, 1851)
  • Les Vacances de Pandolphe (théâtre, 1852)
  • La Fauvette du docteur (1853)
  • Mont Revèche (1853)
  • La Filleule (1853)
  • Les Maîtres sonneurs (1853)
  • Adriani (1854)
  • Flaminio (théâtre, 1854)
  • Histoire de ma vie (autobiographie, 1855)
  • Autour de la table (1856)
  • La Daniella (1857)
  • Le Diable aux champs (1857)
  • Promenades autour d'un village (1857)
  • Les Beaux Messieurs de Bois-Doré (1858)
  • Elle et lui (récit autobiographique sur ses relations avec Musset, 1859)
  • Jean de la Roche (1859)
  • L'Homme de neige (1859)
  • Narcisse (1859)
  • Les Dames vertes (1859)
  • Constance Verrier (1860)
  • La Ville noire (1861)
  • Valvèdre (1861)
  • La Famille de Germandre (1861)
  • Le Marquis de Villemer (1861)
  • Tamaris (1862)
  • Mademoiselle La Quintinie (1863)
  • Les Dames vertes (1863)
  • Antonia (1863)
  • La Confession d'une jeune fille (1865)
  • Laura (1865)
  • Le Don Juan de village (théâtre, 1866)
  • Flavie (1866)
  • Le Dernier Amour (1867)
  • Cadio (théâtre, 1868)
  • Mademoiselle Merquem (1868)
  • Pierre qui roule (1870)
  • Le Beau Laurence (1870)
  • Césarine Dietrich (1871)
  • Journal d'un voyageur pendant la guerre (1871)
  • Francia. Un bienfait n'est jamais perdu (1872)
  • Nanon (1872)
  • Contes d'une grand'mère vol. 1 (1873)
  • Ma sœur Jeanne (1874)
  • Flamarande (1875)
  • Les Deux Frères (1875)
  • La Tour de Percemont (1876)
  • Contes d'une grand'mère vol. 2 (1876)
  • Marianne (1876)
  • L'Orgue du Titan (1873)

 

Alors bien sûr, à la sortie de votre visite, un librairie papéterie pleine de tentation vous attend. De ce fait, ma PAL s'st vue renflouée de :

 

 

 

 

 

                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors si vous passez dans le coin, n'hésitez pas, c'est vraiment une visite passionnante et très instructive.

L'entrée est gratuite pour les mineurs et les plus de 125 ans. C'est toujours bon à savoir !

Prévoir aussi la journée, car je dirais que dans les 20 km alentours, il y a pas mal de sites ayant inspiré l'auteure à voir.

Enfin, si vous ne passez pas dans le coin, voilà une bonne raison de faire un détour où même le but d'un séjour !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 7 Décembre 2011

Suite à mon billet d'hier à propos du film The Lady sur Aung San Suu Kyi, j'ai envie, cette fois, d'ajouter quelques informations supplémentaires sur quelques "secrets" de tournage, picorés sur mon site adoré Allociné.

Car forcément, tourner un film sur une dictature nécessite quelques précautions....

 

 

"Dans la Lumière"

Dès la conception du scénario jusqu'au tournage, le titre de travail de ce projet était "Dans la Lumière", ou "Into the Light" en version anglaise, une appellation volontairement vague qui avait pour but de ne pas susciter l'attention des autorités birmanes. Ce n'est que bien plus tard que le titre The Lady - le surnom de Aung San Suu Kyi - s'est imposé.

 

 

 

La monstruosité des militaires

Pour construire le parcours de Aung San Suu Kyi, Luc Besson  a eu recours à plusieurs livres et documents sur son histoire. En ce qui concerne les militaires, aucun livre et aucune photo n'étaient disponibles, obligeant l'équipe à se fier à des rapports détaillés de l'organisation Amnisty International. Ironiquement, les actes décrits dans ces récits étaient d'une telle violence que Besson a pensé que cela ne serait même pas crédible à l'écran... d'où le besoin d'"édulcorer" les personnages

 

 

 

"Incorporer" Aung San Suu Kyi

Afin d'"incorporer" son personnage, l'actrice Michelle Yeoh  s'est préparée pendant six mois. Elle a regardé plus de 200 heures d'images enregistrées sur l'activiste, en plus d'apprendre à parler le Birman avec perfection. Yeoh a tellement travaillé la gestuelle et la manière de se comporter de son héroïne que, d'après Luc Besson , les 200 birmans qui participaient au tournage ont même demandé s'ils ne se trouvaient pas devant la vraie Aung San Suu Kyi.

 

 

 

La rencontre avec Aung San Suu Kyi

De tous les visas demandés par l'équipe pour entrer en Birmanie, l'actrice Michelle Yeoh  a été la seule autorisée à se promener dans le territoire et à parler à Aung San Suu Kyi. Elle a donc apporté une grande quantité de cadeaux de la production ainsi que des messages des producteurs et des acteurs. Yeoh s'est étonnée du calme et de la chaleur de cette dame, ce qui a été déterminant pour construire son personnage.

 

 

Yeoh sur liste noire

Après cette rencontre en sol birman, le projet de The Lady devenait de plus en plus médiatisé, ce qui a suscité la colère du gouvernement local. Michelle Yeoh , actrice très appréciée et connue dans toute l'Asie, a été expulsée du pays, renvoyée par le premier avion. Les autorités birmanes ont refusé d'expliquer les motivations de leur acte, le film étant évidemment lié à leur décision

 

 

La tour de Babel

Malgré le professionnalisme de l'équipe birmane engagée pour le projet, Luc Besson  avoue avoir eu des difficultés de communication : "On traduisait mes demandes en anglais, qui elles-mêmes étaient traduites en thaï puis pour les acteurs en birman."

 

Libération en plein tournage

En novembre 2010, alors que le tournage se déroulait en Thaïlande, l'équipe a eu la nouvelle tout à fait inattendue de la libération de Aung San Suu Kyi, emprisonnée depuis plusieurs années. Selon Luc Besson , "On a d'abord été très heureux, puis déstabilisés, car on faisait ce film pour contribuer à sa libération – et on apprenait qu'elle était libérée avant la fin du tournage", explique-t-il. Malgré l'idée initiale d'abandonner le film, l'équipe a décidé de poursuivre le projet, notamment à cause du manque de liberté toujours imposé à l'activiste, qui n'a pas obtenu l'autorisation de revenir dans son pays si elle venait à le quitter. A l'époque, Aung San Suu Kyi a par ailleurs envoyé un message encourageant à tous les artistes : "Usez de votre liberté pour promouvoir la nôtre."

 

 

 

Le mur de la liberté

A l'occasion de la sortie du film The Lady, un site officiel a été créé, dans lequel les internautes peuvent contribuer au "mur de la liberté" (wall of freedom), en envoyant leur photo et en proposant leur définition de liberté. Le rassemblement de toutes les images forme le portrait d'Aung San Suu Kyi. 

 

je vous invite bien sûr à participer à ce mur de la liberté. C'est très facile. Vos téléchargez une photo de vous depuis votre ordinateur. Et vous indiquez votre notion de la liberté. Pour moi, c'est mission accomplie ! Entrez dans le mur, promenez votre souris sur le visage de The Lady.... Vous verrez apparaitre des visages de personnes qui sont vous et moi, et leur définition de la liberté

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 26 Novembre 2011

Peut-être l'avez vous remarqué, le monde littéraire était en effervescence ces derniers mois. Ils pleuvaient des prix littéraires et sur la blogosphère, on se ruait sur les livres de la rentrée, tentant chacun de défendre sans aucun pouvoir notre auteur chouchou, notre livre coup de coeur ou notre découverte de la rentrée !

 

Bref, c'était la rentrée littéraire... qui se termine. Les prix majeurs ont tous été attribués ou presque et dorénavant, les livres qui sortiront ne seront plus considérés comme appartenant à ce phénomène de la rentrée.

 

Cette rentrée, (depuis mi août jusqu'à ces jours ci), ce sont environs 700 livres qui ont rejoint les étals des libraires. Certains sont hélas passé inaperçu, d'autres n'ont pas été appréciés à leur juste valeur. Beaucoup de postulant pour peu d'élus. Mais certains ont tiré le gros lot, un gros lot mérité, inattendu, espéré, logique, surprenant, déconcertant.... Chacun se fait son idée là dessus.

 

En tout cas, un rappel des grands prix est peut-être nécessaire....

 

 

LE PRIX GONCOURT va a Alexis Jenni, pour "L'art Français de la guerre", un premier roman

 

Je n'ai pas lu ce roman, mais ai assisté à une conférence passionnante de l'auteur. Vous trouverez mon billet récap ici

 

 

 

LE PRIX GONCOURT DES LYCEENS va à Carole Martinez, pour son 2ème roman : Du domaine des murmures

 

J'ai dévoré ce livre et en ai écrit ce billet. J'ai aussi assisté à une conférence qui réunissait à Rennes Carole Martinez et Véronique Ovaldé. Mon compte rendu est là. J'ai eu la chance de revoir Carole Martinez à Bordeaux, de boire un verre avec elle, d'assister à une de ses interviews radio et à une autre conférence. Sans jamais me lasser de ce que j'entendais sur le livre.

 

 

LE PRIX RENAUDOT  va à Emmanuel Carrère pour " Limonov", un récit dans lequel l'auteur dresse le portrait de ce personnage controversé.

 

De même, je n'ai pas encore lu ce livre, mais ai assisté à la conférence que l'auteur a donner à la librairie Mollat de Bordeaux. J'ai partagé ce moment sur ce billet là

 

 

LE PRIX RENAUDOT DES LYCEENS est attribué à Delphine de Vigan pour son roman "Rien ne s'oppose à la nuit'".

Pour ce roman, Delphine de Vigan recçoit aussi le PRIX FNAC et le PRIX FRANCE TELEVISION

 

Lecture incontournable pour moi. Mon billet est ici. Et en juin, Delphine de Vigan m'avait accordé cette interview

 

 

 

LE PRIX FEMINA  récompense cette année Simon Liberati, pour son roman Janes Mansfields 1967

 

Jayne Mansfield 1967 - Prix Femina 2011

Je ne connais ni le roman ni l'auteur... Un jour peut-être !

 

 

LE GRAND PRIX DU ROMAN DE L'ACADEMIE FRANCAISE met en lumière Sorj Chalandon et son roman "Retour à Killibegs."

 

Je n'ai pas lu ce livre, mais de nombreux billets se sont  montré élogieux sur la blogo, notamment celui deLuocine

 

 

LE PRIX MEDICIS est attribué à Mathieu Lindon pour son roman "Ce qu'aimer veut dire"

 

Je ne connais ni le roman ni l'auteur, je ne sais même pas s'il est le fils de Vincent ! 

 

 

Il existe aussi LE PRIX MEDICIS DE L'ESSAI, qui récompense "Dans les fôrets de Sibérie" de Sylvain Tesson.

 

 

je n'ai pas lu ce livre mais connais déjà l'auteur, via certains de ces récits de voyages à quatres mains avec Alexandre Poussin.

 

 

LE PRIX MEDICIS ETRANGER va à l'unanimité à David Grossman pour son roman "Une femme fuyant l'annonce", publié au SEUIL

 

 

 

LE PRIX NOBEL DE LITTERATURE (prix international) récompense un auteur et son oeuvre. Cette année, il s'agit de Tomas Tranströmer, un poète suédois que .... je ne connais pas du tout !

 

Le poète suédois Tomas Tranströmer, le 31 mars 2011 à Stockholm (c) Afp

 

 

 

Reste encore le PRIX INTERALLIE, prix du le jury est composé de journalistes qui récompense un des leurs pour un roman.  Il est attribué à Morgan Sportes pour "Tout, tout de suite", roman contre enquête sur le gang des Barbares

 

Pas lu. Mais à l'instant où je prépare ce billet, je devais assister à une conférence de l'auteur, conférence annulée pour maladie de Morgan Sportes !

 

 

LE PRIX DE FLORE et le PRIX DU PREMIER ROMAN vont tout deux à Marien Defalvard pour "Du temps qu'on existait"

 

 

Pas lu, mais entendu parler. L'auteur a 19 ans et on le compare déjà à Proust. Critiques et auteurs confirmées crient au génie !

 

 

Enfin, the last but not the least : LE PRIX DU ROMAN QUI N'AVANCE PAS est attribué à Moi !!!

 

Mais forcément, avec le temps que je passe à lire et aller au ciné, à rédiger mes billets, à rencontrer des auteurs qui ont tant de talent que j'ai l'impression de ne plus en avoir du tout, et à poser sur les photos !....

 

100_0136.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Avec Carole Martinez, chez Mollat à Bordeaux

 

 

100_0125.JPG

 

 

 

 

 

 

L'enthousiasme de Carole Martinez, qui, à Bordeaux, termine la dédicace de mon livre commencée à Rennes !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2011

 Quand j'étais petite fille j'avais peur.

Puis avec mon père, le 14 juillet est devenu synonymes de défilé du 14 juillet regardé à la TV, suivi d'écoute de musiques militaires à la maison sur le vieil électrophone. J'avais appris à l'époque, à reconnaitre certains corps armées de notre armée....Et notament la légion étrangère... Qui représente toujours un mystère pour moi !

 

Quoiqu'il en soit, le 14 juillet rime toujours pour moi avec feu d'artifice, émerveillement, spectacle....

Cette année encore, j'espère réussir à motiver ma famile pour aller voir le feu d'artifice à St  Malo. On s'assoit sur la plage, on est des milliers, avec une glace, une crèpe ou une barbe à papa à la main. Il y a des enfants, des grands des vieux, des poussettes. Des riches et des pauvres. Pour moi, le feu d'artifice du 14 juillet est l'un des derniers événements qui réunit le peuple tout entier, tout ensemble. Même s'il effrait encore parfois les petits, l'émerveillement se lit dans les yeux de tout le monde.

 

L'autre jour, au travail, alors que nous étions quelque peu désoeuvré au travail, nous avons discuté sur le sujet. Certains considéraient le feu d'artifice comme un formidable gâchis, d'autres, comme moi, se réjouissaient de cette fête qui réunit tout le monde. Et vous, qu'en pensez vous ?

 

En attendant, si toutefois vous n'avez pas la chance de vous déplacer pour assister au feu d'artifice de votre ville ou de la cmmune la plus proche, voici un extrait du feu d'artifice de St Malo de l'an dernier !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 1 Mars 2011

Il y a quelques temps, je vous faisais visiter ce château, celui de Cheverny...

 

aout 2010 103

 

Ce château, vous le connaissez tous.... Si si, suffit de lui ôter  ses deux ailes et vous le reconnaîtrez...

 

aout-2010-006.JPG

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

Oui, nous avons bien le château de Moulinsart... C'est de Cheverny qu'Hergé s'inspiré pour créer le home sweet home du capitaine Haddock et de ses copains Tintin et Milou.

Ce château appartenait  au chevalier François de Haddock (pour service rendu à la couronne) ancêtre du célèbre capitaine. Hergé nomma ce château Moulinsart, toponyme obtenu en inversant les termes de Sart-Moulin, petite ville belge du Brabant Wallon. Après de longues aventures animée, le Capitaine Haddock, aidé de Tintin et du professeur Tournesol, retrouvera la jouissance du château qui sera désormais le point de départ des nouvelles aventures de Tintin et apportera un changement radical dans la façon dont Hergé conte les histoires de notre héros.

 

aout 2010 060

Depuis quelques année, une exposition Tintin s'est installée dans les dépendances du château. Voyage dans le monde de Tintin, le célèbre et intrépide reporter. Reportage de cette visite toujours effectuée avec keisha. Ensemble, nous avons retrouver notre âme d'enfant !

 

Suivons les traces...

 

aout-2010-035.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Et croisons tous ces personnages que nous connaissons bien :

 

aout-2010-033.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nestor, dans des positions délicates !

 

aout-2010-039.JPG

 

 

 

 

Vite, nous rencontrons Tintin, et je suis ravie de lui faire une bise ! C'est pas tout les jours qu'on rencontre son héros et qu'on le fait rougir...

 

aout-2010-032.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le professeur Tournesol a raison de s'inquiter. Dans la salle d'à côté, il y a un véritable orage. Les lumières clignotes, les miroirs se brisent, les fenêtres claquent... Et au milieu de tout cela, le téléphone sonne. Je décroche et , je vous le jure, j'entends "Allo, allo, boucherie Sanseau ?"!!!

aout 2010 041Ensuite, avec Tintin, tous les moyens sont bons pour découvrir le fameux trésor de Rackham le Rouge

 

aout-2010-037.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le capitaine ne ménage pas ses efforts non plus !

 

aout-2010-056.JPG

  aout-2010-058.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne vais pas tout vous montrer, il faut aussi vous laisser le plaisir de la découverte si vous passez par là, mais sachez que nous passons dans la salle de bain, dans le bureau de Pr Tournesole,  dans la garde robe de Tintin. Objets et planches rappelants les multiples aventures de Tintin de manquent pas ! A bientôt !

Et vous pouvez aussi passer par la boutique !  Ca, ce fera l'objet d'un autre billet, car bien sûr, je ne suis pas sortie les mains vides !

aout-2010-055.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2010

Cet été, mes vacances m'ont conduite chez Keisha, dans le Loir et Cher, à deux pas de la Sologne. Et à trois pas, il y avait Cheverny.... Visite maestro ! Bon, vous aurez ici les meilleures photos prises en trois exemplaires... Sous un ciel gris, entre les gouttes puis, ô surprise, sous un lumineux soleil !

 

aout-2010-103.JPG

 

Le Château de Cheverny est aujourd'hui habité par les descendants des Hurault, le Marquis et la Marquise de Vibraye, dont les appartements de trouvent dans l'aile droite. Ce n'est donc pas un monument national mais un château privé... Le Marquis et la Marquise ont eu la gentillesse de nous laisser entrer dans leur "palais enchanté" contre la modique somme de... je ne sais plus. Mais le patrimoine, ça s'entretient, alors pani pwoblem !

Cheverny est le château de la Loire le mieux meublé.

aout-2010-065.JPG

 

 

La chambre des naissances permettait aux mères de présenter leurs nouveau-nés...

Sachez que les paravents placés devant les portes n'étaient pas pour ce cacher comme on en use maintenant, mais comme leur nom l'indique, étaient destinés à éviter les courants d'air. Cela paraît basique, mais je l'ignorais. Il est des ustensiles dont nous devrions changer le nom puisque nous en avant changé l'utilisation.

 

aout-2010-068.JPG

 

 

 

 

La salle a manger familiale, où l'on découvre la vaisselle "Un automne à Cheverny" spécialement créée pour la famille.

Le saviez vous : C'est Louis XV qui a décidé de retourner les fourchettes avec les dents tournées vers la table, lassé de piquer la dentelle de ses manches... Et oui, tout s'explique !

 

aout-2010-069.JPG

 

 

   

Le lit du roi, dans la chambre du même roi ! Le lit à Baldaquin n'est pas aussi petit qu'il paraît puisqu'il mesure 2m X 1.60. Des broderies persanes di 16ième siècle le recouvrent. Ce lit servit à Henri IV lors d'un passage au château. On imagine que son cheval blanc dormait lui aux écuries !

 

A l'époque, on dormait assis car la position couchée était réservée aux morts et on avait également peur d'avaler sa langue (j'imagine la panique !). Le Baldaquin et les tapisseries servaient à conserver la chaleur (même si le lieu en manque franchement pour moi !). Le lit est un signe ostensible de richesse. Il repose sur une estrade dans le but de mettre en valeur mais aussi d'isoler de l'humidité. Et oui, les duvets et tentes Quescha n'existaient pas encore !

 

 

 

 

Forcément, avec Keisha, en tant que grande lectrice, nous avons cherché et trouvé... ceci ! 

 

aout-2010-073.JPG

aout-2010-074.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bibliothèque du roi, bien rangée n'est-ce pas......                 Et ici, nous avons la PAL du roi, à moins que ce ne soit le contraire ! En tout cas, il y a plus de 2000 ouvrages (je suis battue, même en m'alliant avec Keisha), avec des collections complètes.

 

aout-2010-061.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aout-2010-089.JPG

 

    

La façade sud est la plus connue. Le plan général de Cheverny est inspiré par le palais du Luxembourg. A droite, la façade nord,  depuis le jardin contemporain (crée en 2006), qui mène à l'Orangerie (l'orangerie sert pour les réceptions, les séminaires, les mariages... Si vous ne savez pas où vous marier, voilà une idée !). Jardins et parc et les jardins potagers sont magnifiques. Une pelouse plus douce que la moquette la plus luxueuse de chez St Maclou, des arbres rares et splendide (tilleuls, Séquoia, Cèdres...) et des effets microscopiques...

 

aout-2010-011.JPG

aout 2010 082

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

  

Mais avant de terminer cette visite, comment ne pas passer par le chenils qui abritent une centaine de chiens français tricolores avec le V de Vibraye, au flan droit de chaque, marqué au ciseau. Pourquoi tant de chiens ? Pour la chasse à cours pardi !

Déjà un chien, ça ne sent pas toujours bon, mais imaginez 100 chiens, avec la pluie... Oui, ça pue le chien très mouillé ! Et puis, c'est impossible aussi à faire poser pour la photo !

  

 

aout-2010-104.JPG

 aout 2010 102

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

     

Voilà, j'espère que cette visite non exhaustive du Château de Cheverny vous a plus. N'oubliez pas la petite pièce (oups, le petit commentaire !) pour votre guide... Je précise que ce ne sont pas mes parents qui m'ont coupé les pieds à la naissance. C'est juste Keisha qui me les a coupés pour la photo. Elle a du se dire que cela attiserait votre pitié et vos comm' !!!!

 

Et vous vous dites, je connais ce château.... Je suis sûre... Et votre mari vous dit : Mais non Chérie, on n'est jamais allés dans ce trou paumé.... Que cesse cette dispute, tout le monde a raison. Car ce château, vous l'avez déjà vu... avec d'autres habitants très célèbres. On en parlera lors d'un prochain billet !

 

aout-2010-060.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 4 Octobre 2010

 

Aujourd'hui, c'est à 12H50 que mon téléphone portable a sonné... J'étais occupée à me faire un thé dans la cuisine au bureau... Le temps que j'arrive près de mon sac et que je fouille dans ses entrailles, le téléphone ne sonnait plus... Une minute ou deux après, le "glig" d'un message...

 

"Bonjour Géraldine, c'est à nouveau Amélie Nothomb, je vous remercie pour la lettre dans laquelle vous me remerciez pour l'interview, je suis ravie qu'elle vous ait procurré autant de joie...."....

Amélie papote sur ma messagerie et finit par être coupée. Elle rappelle pour conclure son appel par toutes les formules de politesse et les bons encouragements. Et Zut Zut, Zut, je suis entrain d'écouter son premier message quand elle me rappelle !!! Je la loupe une 2ème fois !

 

Attention Amélie, je vais finir par m'y habituer !!!! Vous croyez que je lui renvoie une lettre qui la remercie de me remercier ???!!!!

 

Bon, en tous cas, demain, ici même, c'est Roger J . Ellory (Seul le silence, Vendetta...) qui répond à mes questions. Monsieur est Anglais alors pour l'instant, je traduis ! Interview qui sera publiée en VO et en VF !

 

Pour celles  ou ceux qui seraient passer à côté de l'interview d'Amélie Nothomb, elle est ICI

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0