ET RESTER VIVANT, de Jean Philippe BLONDEL

Publié le 10 Novembre 2011

Roman - Editions Buchet Chastel -245 pages - 14.50 €

 

 

Parution en Septembre 2011

 

RENTREE LITTERAIRE SEPT 2011

 

 

L'histoire : C'étaitil y a plus de 20 ans. L'auteur en avait 22 quand on lui a apprisa mort de son père, dans un accident de voiture. Quatre ans plus tôt, c'étaitson frère et sa mère qui décédaient dans les mêmes circonstances. "Depuis, quand on me croise, on compatit". Le voici seul et sans attache puisqu'une fois l'héritage effectué, il ne lui reste qu'un pécule mais plus d'objet... Maisil n'est pas si seul. Deux de ses amis, Samuel et Laure, vont l'accompagner dans son obsession : se rendre à Morro Bay, en Californie. Morro Bay, dont le chanteur Lloyd Cole parle dans sa chanson Rich, que Blondel écoute alors en boucle.

Nous suivons dès lors nos 3 jeunes sur les routes américaines...

 

 

 

 

 

Tentation : Mon grand coup de coeur pour G229 du même auteur

Fournisseur : La bib'

 

 

 

 

 

 

 

étoile3etdemi

 

Mon humble avis : Voici un livre que j'ai dévoré en quelques heures sur la même demi journée.Le pitch pourrait promettre du pathos et des larmes. Non, ce n'est pas le cas, parce que l'auteur a laissé des années passer avant d'écrire ce livre. Il y a donc de la distance et le regard de l'auteur qui a grandi, qui a survécu et finalement, bien réussi sa vie. Pas de misérabilisme malgré le titre. J'ai vite reconnu l'écriture de cet auteur dont je ne suis pourtant pas encore très familière. Des phrases courtes, parfois sans verbe. Du rythme. des mots directs qui ne tournent pas autour du pot. Du cynisme et de l'humour pour éviter le mélo et parfois, de la belle poésie, des couleurs, des odeurs...

Une fois nos 3 amis sur les routes californiennes, l'auteur alterne descriptions de son voyage, des ses états d'âmes par rapport à ses amis et des souvenirs de sa jeunesse où les défunts étaient encore vivants.

Ce voyage est une parenthèse dans la vie de ces 3 jeunes, et pour l'auteur l'occasion de réfléchir à comment il va vivre son deuil, user de cette nouvelle liberté, comment il va orienter sa vie après cela. Mais il ne nous assomme pas avec des pages de ses réflexions là. Non le style du livre, c'est vraiment le road book et cela m'a beaucoup plu. En début d'année, je suis allée voir le diaporama d'amis qui avaient effectué un voyage dans le grand ouest américain. Grâce à cela, j'ai pu suivre nos 3 accolytes avec des images précises dans les yeux, notamment dans San Franciso, à l'arrivée à Las Vegas où dans le grand canyon. Et puis, il y a la magie du voyage, des rencontres qui ne durent  parfois que quelques instants mais qui se gravent pour toute une vie dans votre mémoire et les décisions que l'on prend comme ça, sur un coup de tête. Prendre tel bus ou lieu d'un autre et arriver là où l'on ne devait jamais arriver. J'ai vraiment aimé cette partie là du livre, celle qui me fait rêver. Partir. J'ai connu l'ivresse de conduire de belles japonaises rouges sur les highways américains en écoutant de la country et en buvant la canette de soda (moi c'était la côte Est), j'ai connu la déception d'un lieu rêvé depuis des années et que l'on reconnaît à peine lorsque l'on y arrive. A 21 ans, quand je suis arrivée en Floride, je fantasmais sur Miami et .... deux flics à Miami, les Ferrari noires.... Et oh déception ! Les fameuses rues entourées de palmiers où l'on voyait filer cette fameuse ferrari.... Il n' y en a qu'une, c'est toujours la même !

Après le décès de mon père il y a16 ans, moi, c'est à Londres que je me suis enfuie, vivre une autre vie, avec d'autres gens. On se vide en se remplissant d'autre chose. On fuit et l'on revient quand on est prêt. Oui, j'aime ces récits de voyage ou l'on va au bout d'une partie de soi, ce voyage qui vide l'indésirable et rempli d'autre chose loin de tout ce qui est de connu, loin de tout ce qui vous connait. Vous pouvait ainsi rennaitre, redevenir neuf. Reconstruire

Un livre qui a donc eu un certain écho en moi, qui se dévore. Maintenant, pour être honnête, il restera moins dans ma mémoire que G229, qui bénéficiait pour moi de l'effet découverte d'un auteur !

 

  "Je regardais les bicoques et leurs habitants. Des maris, des femmes, des enfants, des cousins, des oncles, des tantes. J’ai ressenti une formidable envie de construire. Pierre après pierre. Mur après mur. Comme après un raz-de-marée. Il y a un état de stupéfaction – et ensuite une frénésie de reconstruction, dans tous les sens –, jusqu’au prochain tsunami."

 

 

 

                                                10ème !

 

 

 

 L'avis de Sylire , d'Hélène

 

 

 

Voici les fameuses paroles de la chanson Rich

She left you 1958
When the thought of another fifteen years
Was more than she could face
But did you miss her much well hey
You never gave her too much thought
In your newspaper grey
So waste away to morro bay
You never got around to yesterday
But money is for taking yes
And rich is what to be forsaken grey
And giving it away
And even jesus has a price
You're making credit card donations to television faith healers
Born again missionaries come to morro bay
They saved your body but your mind hey
And everything you earned
You're going to throw it all away
And waste away tomorrow
C.a. is where everybody falls down off the wagon under the wheels
Remember 1970
When the thought of a day without a drink
Was more than you could face
But did you miss her much well hey
You never gave her too much thought
In your newspaper grey
So waste away to morro bay
Saved your body but your mind paid
But money is for taking yes
And rich is what to be forsaken
Grey and giving it away
You're going to hurt somebody if you can
You're going to make somebody understand
Baby you're a rich man
Baby you're a rich man

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Isa 18/11/2011 19:03


Je dois avouer que j'ai été un peu déçue par ce livre. J'ai eu l'impression qu'il n'était pas allé au bout de son ressenti, comme s'il y avait encore une barrière qu'il n'osait pas
franchir. 


Mais, j'aime toujours autant JP BLONDEL et je continuerai à sauter sur ses nouveaux romans !!!!

Géraldine 19/11/2011 13:41



@ Isa : Moi, je compt bien sauter prochainement sur ses anciens romans aussi !!



Anne 11/11/2011 21:53



Quel chouette blog ! (découvert grâce au tag de Manu) J'adore la correspondance avec Amélie Nothomb, même si je n'aime plus cette auteure. J'ai tellement aimé le livre de Delphine de Vigan que
j'ai un peu peur de ce Blondel, qui me semble plus distant... mais je verrai à l'occasion.



Géraldine 13/11/2011 14:37



@ Anne : Merci, je suis touchée . Le livre de blondel est moins lourd à lire que le de vigan, mais mérite franchement
la lecture. D'ici quelques jours, je devrais publié une interview de J.P Blondel qui t'incitera peut-être à lire le livre.



Noukette 11/11/2011 21:12



J'ai lu plein d'avis très variés sur ce titre et je ne sais toujours pas quoi en penser...



Géraldine 13/11/2011 20:49



@ Noukette : Fais moi confiance ! Tu vas le dévorer. Et si je ne suis pas assez convaincante, l'auteur lui même te convaincra ici dans quelques temps !



Manu 11/11/2011 20:48



Un petit TAG t'attend chez moi



Géraldine 13/11/2011 20:50



@ Manu : Voilà, j'ai mélangé avec les questions de Keisha !



SophieLJ 11/11/2011 19:32



Ce livre m'intrigue. Je viens de le découvrir en jeunesse , il faudrait que je lise ce qu'il fait pour adulte.



Géraldine 13/11/2011 20:53



@ SophieLJ : Et bien moi, il faudrait que je découvre les talents jeunesse de cet auteur !



clara 11/11/2011 17:50



J'ai comrpis la démarche de l'auteur.. mais lopint derencontre. Par contre, eheh, j'ai lu Brise Glace en liérttraure juenese et là, yes la rencontre s'est produite!



Géraldine 13/11/2011 20:54



@ clara : Je n'ai encore lu aucun des livres jeunesses de Blondel... Ce serait peut-être un moyen pour moi de faire quelques pas en jeunesse !



keisha 11/11/2011 09:59



Tu es taguée!


Et j'aime bien ton billet, avec tavie dedans aussi... ^_^Bisous



Géraldine 13/11/2011 20:57



@ keisha : Merci ! en même temps, quand je parle de moi, je crie haut et fort ma subjectivité !



Midola 10/11/2011 22:52



Encore un Blondel qui a bonne presse ! Si j'en ai l'occasion, pourquoi pas.



Géraldine 13/11/2011 20:58



@ Midola : Tu le trouveras à la bonne bib de mon coin ! Et normalement, une interview de l'auteur ici même dans quelques temps !



Manu 10/11/2011 12:35



Un auteur qui n'est pas pour moi et ce n'est pas un roman d'auto-fiction qui va me réconcilier avec sa prose. Je passe, donc.



Géraldine 13/11/2011 21:01



@ Manu : Et as tu essayé G229, ce livre fut une véritable révélation pour moi !



Joelle 10/11/2011 09:13



Déjà noté, bien sûr mais je ne sais pas dans quel camp je me situerai : dans celui de ceux qui sont émus ou dans celui de ceux qui sont passés à côté ? J'ai la sensation qu'il va falloir que je
choisisse bien le moment où je vais le lire !



Géraldine 13/11/2011 21:04



@ Joelle : Tu peux être entre les deux avec les lecteurs qui apprécie le genre road movie book !