G 229, de Jean Philippe BLONDEL

Publié le 27 Mai 2011

Roman - Edition Buchet Chastel - 240 pages -14.50 €

 

 

Parution en janvier 2011

 

 

L'histoire : L'auteur est écrivain mais surtout professeur d'Anglais. Depuis plus de 20 ans, il enseigne la langue de Shakespeare dans le même lycée de province, et surtout la même salle, la G 229. En 20 ans, des choses ont changé et d'autres non. Le téléphone portable sonne en classe, les élèves tombent toujours amoureux, des tours s'effondrent et le prof est toujours là. Ce n'était pas prévu. Le temps passe et Jean-Philippe Blondel raconte...

Les années se suivent, les élèves changent, le prof reste et aime ça !

 

 

Tentation : La blogo et surtout, passage de l'auteur à la Grande Librairie

Fournisseur : La bib'.

 

 

 

  

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis :Parfois, à la télévision, les auteurs vous paraissent si sympathiques, évoquent leur oeuvre avec des mots qui vous conviennent tant que lire leur roman vous devient urgent, comme une obsession. Ô joie, Ô chance, G229 était disponible à la bib le lendemain de la fameuse émission !

Que dire de cette lecture ? Que du bonheur ! L'écriture d'abord. Le style est vif et pêchu, les phrases souvent courtes, le rythme enlevé. Rien de pompant, tout est accessible et nous concerne. Nous sommes tous allés à l'école, au lycée. Nous avons tous eu des profs qui nous ont plus ou moins marqués. Sauf que moi, je n'ai jamais imaginé qu'un prof pouvait voir, deviner, remarquer, se souvenir autant dans une salle de classe. Je n'ai jamais envisagé non plus le lycée comme un lieu de vie. L'idée ne m'est pas venue alors que pourtant... c'est bien cela, je m'en rends maintenant compte à travers le regard (de l'intérieur) de Jean-Philippe Blondel. Un regard loin de la sinistrose médiatique mais si très lucide. Un regard réfléchi emprunt de tendresse, de recul, de nostalgie, d'amour, de passion, de dérision, d'auto dérision, qui questionne et qui répond aussi. Mais surtout, quel humour ! L'institution scolaire est parfois bien raillée à juste titre (ah, les consignes !!!) J'ai ri, j'ai souris, j'ai été émue, car derrière ce portrait d'une classe, c'est aussi plus de deux décennies qui défilent en arrière plan. La société change, les moeurs évoluent, il y a des catastrophes naturelles ou terroristes que personne n'oublie, qui marquent une époque ou des générations entières. Mais le coeur des élèves s'enflamme toujours de la même manière !

Chacun se retrouvera dans les interrogations personnelles du professeur... Et si j'avais fait autre chose, si j'avais réalisé mes projets de bout du monde, que et qui serais-je aujourd'hui ? Suis-je ce que je voulais être ?

Ce roman- très autobiographique- est passionnant et très agréable à lire. J'ai aimé partager le quotidien de ce prof d'Anglais, je me suis enrichie d'un regard que je ne possédais pas. Comprendre et discerner les motivations qui poussent vers un métier ou un autre, ça me passionne, comme tout ce qui me permet de découvrir l'autre.

Tout au long des pages, la notion du temps qui passe est bien présente. La fin rappelle que même si les années se succèdent, on a pas toujours tout son temps.

Quoiqu'il en soit, G 229 met vraiment de bonne humeur et m'a presque donné envie de retourner au lycée !

 

 

"c'est bizarre, des fois, comme c'est. On croirait pas quand on arrive qu'on va rester aussi longtemps. Et puis le temps passe et voilà."

 

" Le drame, c'est le fondement de l'adolescence. Le léger paraît trop léger. Le léger, c'est après qu'on en a besoin, quand les relations humaines deviennent compliquées et les problèmes du quotidien difficilement gérables."

 

" je me demande si un double de moi continue sa vie, à Cuenca. Je me demande comment vit celui que j'aurais pu être."

 

"...Copain d'avant, Facebook... Parce qu'on se rêve centre d'un réseau social alors qu'on est à la périphérie."

 

" Comment veux tu noter les idées après ? C'est comme ci tu notais la vie de l'autre".

  Extraits du livre "G229", de Jean Philippe Blondel.

 

 

L'avis d'Isa Liv-resse

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Tioufout 01/06/2011 19:03



J'avais noté ce livre lors d'un dernier numéro de 'La grande librairie'; ton commentaire me conforte dans mon souhait de le lire.



Géraldine 09/06/2011 23:22



@ Tioufout : Et bien nous avons vu la même émission alors ! Fonce, ce livre est un délice !



Joelle 30/05/2011 08:38



Tu as eu de la chance de trouver ce livre à la biblio le lendemain de l'émission ... je n'ai pas cette chance car depuis son achat par la biblio, il est toujours emprunté ! J'espère quand même y
mettre la main dessus à la rentrée, quand l'effet nouveauté se sera calmé ;)



Géraldine 31/05/2011 19:37



@ Joelle : Et ta bibliothèque ne propose pas la réservation ?


J'arrive tjrs pas à déposer un comm sur ton blog



LV 29/05/2011 18:39



Un professeur qui écrit ? Pourquoi pas, mais rien de vraiement neuf sous le soleil. J'attends le livre des parents d'élèves. Cela changerait notre regard. En attendant, une
question que soulève ce livre : Comment expliquer à la fois la fascination pour l'école, la crise de l'enseignement et de la transmission ?



Géraldine 30/05/2011 16:32



@ LV : Si mes sources sont bonnes, ce roman est le 14ème de l'auteur. Ce n'est donc pas un prof qui d'un seul coup décide de jouer à l'écrivain en parlant de l'école. C'est beaucoup plus aboutit
que cela et une lecture vraiment agréable, rafraichissante. Tentez le, ce serait intéressant de croiser votre avis avec celui de Blondel !



isa 28/05/2011 20:46



Comme tu le sais j'ai adoré. Un des meilleurs Blondel à mon avis.



Géraldine 30/05/2011 16:20



@ ISa : Je compte lire le babysitter dès que possible !



keisha 28/05/2011 06:40



Un Blondel (numéro 2) qui m'a bien plu (et pourtant, les bouquins educ nat...j'évite souvent, mais là c'est vécu, sensible, etc...)


Voyons Géraldine, tu ignorais que les profs savent tout (ou presque) ont des yeux dans le dos, lisent dans les pensées? On est au courant des histoires d'amour (ça démarre en 6ème maitenant, le
gamin veut passer au vrai bisou, j'ignore s'il va concrétiser -le bisou- avant juin...); on sait plein de trucs sur le milieu familial, etc, mais motus et bouche cousue!



Géraldine 30/05/2011 16:19



@ Keisha : Et bien oui, je n'avais jamais imaginé tout cela, je n'y avais jamais pensé en fait. Comme quoi, la littérature est utile. Je ne me souviens pas non plus à l'époque m'être demandé qui
étaient mes profs au delà de leur identité de prof...



sylire 27/05/2011 22:11



J'aime beaucoup Blondel mais je n'ai pas lu ses derniers livres. Il y a du rattrapage en vue...



Géraldine 28/05/2011 14:07



@ Sylire : Tout comme pour moi qui n'ai lu que le dernier !!!



A_girl_from_earth 27/05/2011 22:10



Ah ben j'ai raté cette émission, dommage! Je sens que ce livre me parlerait beaucoup! Noté! Je vais encore faire un tour à la bib' demain, j'espère qu'il y sera!



Géraldine 28/05/2011 14:07



@ AGFE : Je n'aurais raté cette émission pour rien au monde, il y a avait aussi Philippe Grimbert (un de mes nouveaux chouchou) et Jeanne benameur. Mais va voir sur le net, je suis sûre que tu
peux a retrouver et la revisionner. Grande librairie france 5, c'était en avril.



saxaoul 27/05/2011 20:34



Je suis passée complétement à côté de ce livre, peut être parce que je n'e l'ai pas lu au bon moment... Sinon, une anecdote : un jour, je suis allée en stage en tant que documentaliste dans le
lycée ou j'avais été élève. En salle des profs, je croise un prof qui me dit "on se connait ?". Il m'a fallu un peu de temps avant de réaliser que c'était mon prof d'anglais de première (prof que
j'amais beaucoup d'ailleurs !). Lui se souvenait de l'année scolaire, de ma classe, de la place où j'étais assise et de la copine qui était à côté de moi ! J'ai été complétement bluffée !



Géraldine 28/05/2011 14:05



@ saxaoul : je pense, peut-être à tord que finalement, les élèves prennent plus d'importance dans le coeur des profs que le contraire. Personnellement, je me souviens pas avoir "humaniser" tant
que cela un prof. A quelque exception près, les profs étaient de l'autre camps...



latite06 27/05/2011 14:16



Je le note en gros, en large, et en fluo :-D 


Ton billet me donne très envie de le lire, je pense que ca me fera à mon futur métier de prof ^^


Merci pour la découverte, bonne journée à toi !


Grosses bises !!! 



Géraldine 28/05/2011 14:04



@ Latite : Ah ton enthousiasme fait plaisir ! Je te souhaite une bien agréable lecture !



Irrégulière 27/05/2011 14:14



J'évite comme la peste les livres parlant de l'Education Nationale...



Géraldine 28/05/2011 14:02



@ Irrégulière : Ce livre ne parle pas que de l'éducation nationale loin de là : il parle de prof, d'élèves, d'un homme qui traverse et regarde les années, du temps qui passe et de la société qui
n'est jamais loin.



mango 27/05/2011 10:48



J'ai vu l'émission hier et plusieurs livres présentés m'ont fait envie dont celui-ci: tu confirmes donc qu'il est très bien. tant mieux. 



Géraldine 28/05/2011 14:01



@ Mango : Je ne sais pas ce que tu as pensé de l'émission, mais pour ma part, j'ai trouvé la deuxième partie bien plus intéressante que première ou c'était plus un  étalage de culture sur
les mouvements littéraires, genre de blalbla auquel je suis complètement imperméable ! Alors que les bibliotthécaires parlait beaucoup plus avec le coeur qu'avec le savoir !



Alex-Mot-à-Mots 27/05/2011 08:33



Un roman qui semble plus profond qu'il n'en a l'air.



Géraldine 28/05/2011 13:58



@ Alex : Oh oui, tu peux en avoir deux lectures... Car mine de rien, temps qui passe et ce qui s'y passe, ce n'est pas anodin du tout.



clara 27/05/2011 08:25



toujours pas tentée par ce livre.. 



Géraldine 28/05/2011 13:57



@ Clara : Et pourtant, je suis sure que tu te régalerais... Réflechis bien !!!