GUILLAUME SOREL NOUS PARLE DE SA BD : LE HORLA

Publié le 8 Avril 2014

 Peintures-2-9848.JPG Le 25 mars est un grand jour à triple titre ! Vous le savez déjà, c’est celui de mon anniversaire. Mais c’est aussi celui de Guillaume  Sorel ! Chouette coïncidence pour notre rencontre café / croissants chez l’auteur le jour de nos anniversaires, à quelques kilomètres de Rennes ! Notre entretien a duré un peu plus d’une heure trente. Ce billet ci sera donc consacré uniquement à nos échanges concernant le Horla. Un autre billet viendra et évoquera plus l’univers de la BD 
 
 
   http://static6.depositphotos.com/1066172/574/v/950/depositphotos_5747073-Coffee-with-croissant.jpg
 
 
 
Moi : Le Horla, comment y êtes-vous venu ? Ça vous arrive de travailler sur commande ?
GS : Une seule fois, c’était le cas pour « Les derniers jours de Stefan Zweig ». C’est l’éditeur qui me contacte. Comme L.S est chez Flammarion, même entité que Casterman. Ils se dont dit qu’il serait bien d’en faire une adaptation BD. Il se trouve que la directrice de collection avec laquelle je travaille ne me l’a pas demandé par hasard. Il se trouve que je venais de travailler sur un guide pourhorla-guillaume-sorel-maupassant-L-EaI9m0.jpg Prague, j’aime Zweig. J’ai dit oui tout de suite, ça m’intéresse. Après, effectivement,  je me suis posé des questions ! « Travailler avec un écrivain qui veut adapter son roman…. Ca va dépendre de beaucoup de chose dans la rencontre. Je ne voulais pas qu’il me prenne juste pour un illustrateur, je voulais coadapter avec lui puisque j’avais aussi des idées sur le sujet. J’ai vu aussi l’adaptation au théâtre de son livre, donc j’ai pu voir qu’il savait jouer avec ses personnages. Et nous avons pu travailler sur l’histoire du couple.
 Le Horla, c’est vieille envie, très ancienne. Tous mes bouquins, même ceux qui sont très fantastiques, sont toujours inspirés par des auteurs, souvent du 19ème, qui je cite.
En plus, dans la famille on habitait vraiment sur les lieux de l’action. Ca me permettait aussi de redessiner les lieux de mon enfance. D’ailleurs, la forêt dans laquelle il se promène était à 100 mètres de chez moi. D’ailleurs, à 12 ans, on ne regarde plus cette forêt de la même façon après avoir lu le Horla, même si ce n’est pas là qu’il se passe les pires choses !
 
Moi : J’imagine qu’avant de vous mettre au travail, vous avez relu l’œuvre originale ?
GS : Oui, c’est un titre sur lequel je revenais de toute façon régulièrement. Et puis c’était un titre très compliqué à adapté.
 
Moi : Donc plus c’est compliqué, plus ça vous excite ?
GS : Oui ! Faut qu’il y ait un peu de challenge ! Et puis c’est un personnage qui me touche personnellement, parce que je m’identifie pas mal à lui, pas dans sa folie, mais dans pas mal d’autres choses, notamment son enfermement. Le fait que ce soit un journal, qu’il n’y ait pratiquement pas d’action, pas de faits vraiment importants, pas de scènes avec 100 000 figurants mais une rose qui se coupe toute seule… je savais que cela allait être intéressant, prenant.
 
Moi : Alors comment vous y êtes-vous pris ? Brouillon ? Comment donner forme à cette espèce de bête ?
GS Je passe d’abord par écrit, par plans. Je savais que je ne voulais de récitatif, pas de voix Off, de grands encarts de texte. Donc pour amener de la vie et que le lecteur soit au plus proche de sa descente aux enfers, il fallait que j’amène du texte et dialogues. Je n’allais tout de même pas faire une BD silencieuse, même si cela aurait pu être le cas ! Donc c’est ainsi que viennent certaines astuces, comme l’intervention du chat. 
 http://a405.idata.over-blog.com/600x456/2/84/09/33/Album--3/Silhouette-chat-1.jpg
 
Moi : Pourquoi un chat ?
GS : Pour 2 raisons ! C’est que c’est mon chat, et que je mets mon chat dans tous mes albums. Et puis la raison plus forte, c’est que ayant toujours eu des chats, je sais que je parle avec mes chats…C’est une astuce scénaristique qui m’a paru plausible pour faire parler le personnage. Il y a aussi l’aspect un peu étrange du chat, sa symbolique. Un être un peu entre la vie et la mort, qui perçoit des choses que les humains ne perçoivent pas encore. En même temps, cela m’a fait un peu hésiter, car cela amenait un indice fort sur l’aspect fantastique de la chose. Si le chat ressent aussi quelque chose d’étrange, alors on peut imaginer que le personnage n’est pas fou.
  
Moi : En même temps, le chat peut aussi simplement ressentir le changement sur son maitre ?
GS : Oui, c’est ça, voilà. C’est pour cela que je me suis autorisé à utiliser le chat. Sans compter qu’à chaque fois que j’ai fait un changement par rapport à l’original, c’est tout de même lié à Maupassant. Lui a écrit une nouvelle qui s’appelle « sur les chats », une nouvelle un peu bizarre dans laquelle il explique un peu son rapport aux chats. C’est pareil, autour du Mont Saint Michel, quand il traverse la baie, son guide lui raconte une histoire autour de la création, ce n’est pas dans la Nouvelle le Horla, mais dans une autre nouvelle de Maupassant qui s’intitule « Les gens du Mont Saint Michel ». Je m’amuse à piocher dans son œuvre pour que tout paraisse cohérent et respectueux vis-à-vis de l’œuvre.
 
http://static.skynetblogs.be/media/149064/888749419.jpgPour plein de gens, adapter c’est vulgarisé et faire en sorte que les lecteurs n’aillent pas vers l’original. Chose avec laquelle je ne suis pas du tout d’accord. J’en ai encore eu la preuve avec le Zweig. Beaucoup des lecteurs de la BD que j’ai rencontrés depuis deux ans ce sont amusés à relire du Zweig. Là, si je peux amener les gens à relire du Maupassant, ce sera très bien comme ça. Je pense que le cinéma, auprès d’une génération, remplace le texte. Mais une BD, c’est déjà un objet livre, c’est déjà un effort de lecture, c’est déjà tourner des pages. Donc je pense que cela peut amener plus facilement vers le livre original, même si les 2/3 des lecteurs, ne le lirons pas, s’il y en a 1/3, c’est déjà bien !
   
Moi : Pourquoi ne pas avoir publié chez Casterman ?
GS : Parce qu’il y a eu quelques soucis là-bas…. Le patron est parti pour monter « Rue de Sèvre », avec mon éditrice d’ailleurs ! Autre chose, la BD n’est pas un domaine qui paie bien ! A moins de vendre vraiment beaucoup. Je vends pas mal, mais ce n’est pas suffisant pour mener une vie confortable, donc il vaut mieux avoir quelque chose à côté et être sur plusieurs projets à la fois.
  Peintures-2-9843.JPG
Moi : Comment commence-t-on une BD ? Par le quadrillage des planches ?                           GS : Aucune BD ne peut commencer par des planches. Cela commence toujours par l’écrit. A part peut-être dans les tentatives psychédéliques des années 70 ! On construit une histoire, on l’écrit, on la scénarise après. Pour le Horla, il fallait que je décortique, que je fasse un résumé de l’histoire, scène par scène pour voir comment j’allais m’y prendre. Il y a exemple 150 façons d’aborder l’histoire d’un type qui rentre quelque part ! L’étape scénario est un travail monstrueux et juste passionnant en fait ! On décide du point de vue, des intentions, de ce que l’on veut raconter. Il me fallait voir aussi ce que je voulais raconter à l’intérieur d’une histoire existante. Comment aussi résumer toute l’histoire en une ou deux pages… par exemple avec la scène de l’oiseau, qui n’existe pas dans l’œuvre de Maupassant. L’oiseau qui se cogne à une vitre parce qu’il se frotte à une matière qui n’est pas visible. A résume bien l’histoire du livre, celle d’un être et de son état de panique face à une chose qu’il ne comprend pas… Il y a aussi le symbole de l’enfermement. Tout cela se fait d’abord que par écrit. Comme j’avais déjà pas mal travaillé en amont, j’ai dû réaliser ce travail en un mois environ. Une fois que j’ai tout écrit scène par scène, je transmets cela à mon éditeur, qui donne son aval. Je sais en gros à quoi le visuel ressemblera, mais rien n’est encore dessiné. J’envisage ma mise en scène comme une mise en scène de théâtre assez lente. J’aime bien les silences, le sens des gestes… Il faut que j’aie déjà un peu une idée visuelle pour savoir combien de pages par exemple je vais dédier à telle scène ou telle autre, même si les choses peuvent évoluer dans la réalisation.
 

Moi : Et la représentation de ce fameux Hora, comment vous est-elle venue ?

GS : Il y a quelques bricoles pour lesquelles je n’ai aucune idée visuelle à l’avance. Par exemple, pour les cases où le Horla intervenait, je ne représentais rien, je laissais des espaces vides. Puis  j’ai dessiné de façon instinctive quelque chose qui me mettrait moi-même vraiment mal à l’aise. 280px-John_Henry_Fuseli_-_The_Nightmare.jpgJ’ai pensé au tableau le cauchemar de Füssli, image qui a été réutilisée pour plein de choses, couvertures, cinéma…. Dans le texte, cette chose l’oppresse, lui pèse sur la poitrine. J’imaginais que cela pouvait être humanoïde, puisqu’il y a toujours cette notion de reflet… C’est d’ailleurs peut-être l’auteur lui-même, ou une excroissance de lui. Alors voilà, je me suis laissé aller. J’ai une technique un peu compliqué. Je commence par un crayonné, après je fais un tracé à l’encre et la plume par-dessus. Après je monte avec un levis d’encore de chine en noir et blanc avec plein de nuance. Après je pose des encres de couleurs et après, je travaille à la peinture par-dessus. Donc ça fait beaucoup de couche et je me suis dit : « Je vais monter  mon truc et probablement qu’à la fin, on sera dans l’obscurité » ! C’est un grand classique ! Quand il y a une scène d’obscurité dans mes albums, on n’imagine pas, mais bien souvent, j’ai tout dessiné et je décide à un moment de faire disparaitre ou pas les choses. Donc j’ai monté mes bleus pour le Horla, on arrive donc à un rappel de l’eau et du reflet. Puis quand l'image m’est apparue suffisamment étrange et malsaine, je me suis arrêté là et j’ai décidé à ce moment-là que l’on verrait le Horla.

 

H9782369810865_pg.jpg

 

J'ai l’impression que le thème de la folie, à différents degrés, revient souvent dans vos albums ?

GS : Ah, je ne sais pas, je n’ai pas analysé ! J’aime le fantastique pour ça. Pour moi, le fantastique s’intéresse vraiment à ce qui est à l’intérieur de l’esprit humain, à l’être humain qui s’intéresse à lui-même et à sa position dans le monde alors que la Science-Fiction s’intéresse plus à la société et l’organisation générale du monde. Au 19ème le fantastique est souvent utiliser comme un moyen. Les personnages se trouvent devant des situations tellement inacceptables qu’ils sont obligés d’aller chercher des réponses en eux-mêmes et de s’interroger sur leur vie, sur ce qu’ils sont et ce qu’ils font. Le fantastique permet de faire réagir les personnages de façon un peu extraordinaire.

     

Moi : L’éditeur vous a-t-il demandé des coupes ou des retouches ?

GS : On ne peut pas me demander de retoucher ou de modifier quoi que ce soit, même à l’écriture scénaristique. Bon, il se trouve que je fais pleinement confiance en l’éditrice avec laquelle je travaille, qui a une bonne connaissance du marché, elle a un vrai regard sur la littérature, sur le scénario. Chacune des remarques qu’elle m’a faites étaient extrêmement judicieuses et cela a enrichi le projet. Donc je tiens compte de ses critiques, même si j’en laisse une partie de côté. Couper dans des planches est juste pour moi pas possible, même s’il y a des éditeurs qui le font et des dessinateurs qui se laissent faire. La seule chose sur laquelle on peut vraiment discuter, c’est sur la couverture. La couverture, c’est la publicité et le métier des éditeurs.

 

 Peintures-2 9841

Moi : Est-ce Maupassant qui vous a inspiré pour les traits du personnage ?

GS : Oui, même s’il était plus empâté. Et puis j’étais intéressé d’y glisser une image de dandy du 19ème siècle.

    

 

Moi : Une planche originale, à quoi cela ressemble –t-il, et combien d’heures de travail représente-t-elle ?

Les planches du Horla m’ont occupé entre 9 et 10 mois, soit entre 30 et 40 heures par planche. Leur taille est de 50 x 65 cm. Je les réalise sur du papier de 400 à 450 grammes, avec des encres et de la gouache. Je ne mets jamais d’aquarelle sur mes planches. L’aquarelle est réservée à mon plaisir personnel en extérieur. Entre autre parce que j’aime faire mes pigments moi-même, ce qui prend trop de temps ! Impossible en BD !

 

 

 

  Peintures-2-9847.JPG

 

 

  Et pour finir, le Selfie du jour !

 

Peintures-2-9850.JPG 

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Interviews exclusives !

Repost 0
Commenter cet article

G Sorel 13/10/2015 17:00

Bonjour Géraldine,
Juste pour vous dire que vous trouverez de nouvelles images sur le site www.guillaumesorel.com qui vient d'être mis en ligne.
Au plaisir de vous revoir.
Guillaume

Arieste 02/05/2014 11:33

Très belle interview ! Bravo !

Didi 22/04/2014 22:09

Bonsoir Géraldine,
très intéressante interview je te remercie je n'ai pas encore lu de BD de ce dessinateur mais ton interview et nombre de billets sur la blogo concernant Le Horla m'incite fortement à la lire et l'apprécier.
Bisous

Géraldine 27/04/2014 21:30

@Didi : Ah oui, là, il y a obligation de découverte !

Midola 15/04/2014 21:12

Et voilà, je m'absente deux mois de la blogo et te voilà en train d'interviewer des auteurs de BD ?! Je suis contente d'avoir contribué à ça ;-)

Géraldine 17/04/2014 16:14

@ Midola : Hein, c'est dingue tout de même ! Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais !!!

Valérie 13/04/2014 21:08

Dis-donc, c'est passionnant !

Géraldine 17/04/2014 16:14

Valérie : Merci ! Ce fut effectivement une rencontre inattendue et passionnante !

Noukette 09/04/2014 23:48

Tu es vraiment une sacrée veinarde ! Quel beau cadeau cette rencontre !!

Géraldine 13/04/2014 20:07

@Noukette : C'est clair que cette rencontre est gravée dans ma mémoire !

Violette 09/04/2014 22:37

super!!! Bravo ! Bon, je ne te cache pas que je viens juste, aujourd'hui, d'abandonner la lecture d'une BD de Sorel, Mâle de mer...

Géraldine 13/04/2014 20:06

@ Violette : Que ça ne t'empêche pas de faire d'autres tentatives avec Sorel !!!

clara 09/04/2014 07:59

tu me donnes envie de lire des BD ! Oui !!!

Géraldine 09/04/2014 14:27

@ Clara ! J'espère bien ! C'est un univers tellement riche aussi !!!

A_girl_from_earth 08/04/2014 22:42

La grande Géraldine, le retour ! Superbe interview comme ça faisait longtemps que je n'en avais pas vu ici. Des questions pertinentes, des réponses intéressantes et instructives, et un chat dans l'histoire !^^
Tiens, en passant, superbes tes nouvelles photos de profil sur ce blog !

Géraldine 09/04/2014 14:27

@AGFE : Merci ! Cette interview a été facilité du fait que ce fut une vraie rencontre individuelle, donc plus une conversation qu'une interview, puisque chacun pouvait rebondir aux propos de l'autre !
Pour la photo, merci aussi !!! Oui, il était temps de changer, l'autre ayant plus de 6 ans, et je ne parvenais pas à la changer sur l'ancienne version d'OB ! C'est d'ailleurs pour l'instant mon seul réel point positif de la nouvelle version d'OB !

luocine 08/04/2014 10:50

bel article!
merci
luocine

Géraldine 09/04/2014 14:24

Merci ! Ce fut un super moment !