MADELEINE, d'Amanda STHERS

Publié le 26 Février 2009

Résumé : À quarante ans, Madeleine vit seule, à Brest. Elle travaille comme agent immobilier, connaît des « amours de passage », comme l’on dit, des hommes qui ne s’attachent pas, qu’elle aimerait bien retenir mais qui se contentent d’une fois, d’une petite fois avec elle et qui disparaissent. Un matin, elle reçoit un appel de Paris à l’agence. Un certain Castellot cherche des maisons dans la région. Il arrivera dès le lendemain. Lui va s’attacher à elle. Au début, Madeleine n’y croit pas vraiment, se raisonne, se dit que cet homme marié et père de famille ne reviendra jamais ni dans son lit ni dans sa Bretagne glacée. Elle se trompe. Castellot revient et, tandis que Madeleine décide qu’il est l’homme de sa vie, lui songe à en changer, de vie, de femme, de climat affectif. On dit souvent qu’un bon roman, c’est la rencontre d’un auteur et d’un personnage. Pour son premier roman chez Stock, Amanda Sthers nous en livre deux, un homme et une femme qui n’avaient rien pour s’aimer ni se comprendre, que l’amour réunit, un amour impossible : un type comme Castellot ne devrait pas s’enterrer à Brest, se coucher dans des draps toujours froids, jamais secs. Tous deux semblent inconsolables mais ce n’est pas le même chagrin qui les étreint ni la même maladie. Celui ou celle qui se sortira le mieux de cette drôle d’aventure n’est évidemment pas celui qu’on croit.

                                                         

Mon humble avis: J'étais impatiente et curieuse de lire une oeuvre de cette auteure. Je l'avoue sans honte, sa "peopolarisation" de ces dernières années n'y est pas pour rien. Mais j'ai aussi vu Amanda Sthers lors de la rentrée littéraire alors qu'elle présentait son dernier né : "Keith me" dans l'émission café littéraire. Là, elle m'a bluffée de classe, de caractère, d'érudition et d'aisance dans son élocution. Ma curiosité était attisée et la sélection du Prix des Lecteurs Livres de Poche 2009 s'est chargé de la satisfaire.

C'est un très beau portrait, très touchant,  que nous livre ici Amanda Sthers, celui de Madeleine. D'ailleurs, son prénom est souvent répété, comme pour représenter le côté répétitif, organisé, banal, triste et surtout morne de sa vie de célibataire dans le Finistère. Le style est en douceur et pudeur et parfois saccadé. La cruauté de la vie apparaît dans la crudité de certains mots et de quelques scènes une fois encore dérangeantes. Comme si de la lecture on devait revenir dans le quotidien, la réalité. Pourquoi ?? Il règne dans cette écriture une atmosphère mélancolique, comme peut en provoquer un crachin breton qui ne cesse pas. Les phrases sont souvent courtes... Comme par brouillard, on n'y voit pas à trois mètres.

Ce n'est pas un livre sur une fille pour les filles loin de là. Ce roman peut-être lu par tous pour comprendre, ne pas juger, ou se sentir compris(e).

Pour moi, le sujet principal de ce livre concerne foule d'entre nous... les célibataires qui approchent la quarantaine seul(e)s, sans vraiment s'expliquer pourquoi... Ces célibataires qui n'ont jamais su aimer ou se laisser aimer, peut-être parce qu'on ne leur a pas appris, peut-être par manque de confiance... Des coeurs trop ouverts ou trop fermés.  Peut-être aussi comme Madeleine ne leur a t-on pas dit qu'ils étaient beaux ou qu'elles étaient belles malgré leurs éventuels défauts. Bref, ces célibataires prêt(e)s à tout pour guérir leur plaie ouverte qui suinte de solitude, de manque d'amour spirituel et sexuel et qui sont prêts à supporter l'insupportable pour panser leur plaie, en pensant être sur le bon chemin bien entendu...

C'est ce que fait notre héroïne lorsqu'elle croise et laisse entrer ce parisien dans sa vie. Comme Madeleine, il doit affronter un deuil, celui de son père. Madeleine, elle, c'est le deuil du temps qui passe. Ce sont deux souffrances qui se soignent d'une curieuse façon. Mais, malgré la mélancolie et une certaine tristesse qui longe l'histoire de Madeleine, il en ressort de l'optimisme.... Le temps, une rencontre, le déclic, l'acceptation de soi, le combat de ses peurs, l'ouverture consciente ou inconsciente de son coeur et de sa vie.... Toutes ces petites choses qui font que parfois tout peut arriver...

En résumé : Un beau livre, un portrait émouvant d'une femme très contemporaine... J'ai été très touchée par ce livre aussi car je "rentre" dans certains critères qui font que je pourrais être une Madeleine.

                                                         Livre lu dans le contexte 
                                                                


L'avis de Belledenuits ICI et de Fleur LA

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Héléna 27/04/2009 16:23

Je l'ai fini hier, j'ai apprécié l'histoire, par contre, comme plusieurs autres personnes, je n'ai pas aimé le vocabulaire assez vulgaire parfois. La langue française permet pourtant d'écrire de très belles choses, pourquoi tant de vulgarité ?A part ça, j'espère que tu vas mieux et qu'on te reverra bientôt en pleine forme !

Géraldine 28/04/2009 14:08


@ Héléna : La vulgarité dans les livres semble en effet de mode actuellement. A y'est, je suis sortie Définitivement de la clinique. net progrès dans le langage, ce qui va au moins me permettre de
reprendre une vie sociale, donc ovésienne ! Pour le reste, la route est encore longue ! A bientôt !


Isa 05/03/2009 13:42

je le note même s'il ne sera pas en haut de ma LAL.est que ça va mieux de ton côté ?

Géraldine 05/03/2009 14:51


Sortie (ou presque enfuie de l'hosto), en séjour chez ma mère... L'élocution est loçjn d'être parfaite, tout est une histoire de nerfs trop tendu.
Le pb est qu'à l'hosto, à part des examen pour écarter le gravissime, je n'ai reçu aucun soin et qu'on m'a mis dans une service de dépressif, TS... ce qui n'est as mon cas puisque mois mon poblème
suite à mon AVC, c'est l'incapacité à gérer le moindre stress. Je me suis donc "enfuie" de l'hosto. IL me faut du repos, dormir, rester calme e(t croiser les doigts pour être en forme pour aller au
salon du livre car c'est d'une importance capitale pour moi...)
Merci de ton passage et de la prise de nouvelles.
Pour Amanda Sthers, tu peux effectivement la mettre dans ta LAL... Peut-être qu'un jour elle atteindra le bas de ta PAL, puis le haut !


Isa 04/03/2009 13:34

Je l'avais vu dans la même émission que toi mais j'ai eu une perception inverse de cette femme. Même si ton billet me donne envie de découvrir ce livre, je reste encore sur la réserve.

Géraldine 05/03/2009 13:26


@ ISA  :comme quoi, les perceptions peuvent tant varier d'un être à l'autre. Nhésites pas à lire ce livre, ou un autre, de cette écrivain dont on nous a plus parler du côté people ces
dernières années. Comme cela, tu pourras te faire ta propre idée.


Edelwe 02/03/2009 18:47

Je viens de l'acheter. vu ton commentaire, je ne le regrette pas.

Géraldine 05/03/2009 23:00


Et bien j'attends ton avis et ton billet avec impatience !


Fleur 27/02/2009 19:52

Une belle découverte pour moi, j'ai beaucoup aimé ! Billet à venir prochainement

Géraldine 01/03/2009 15:52


Je l'attends avec impatience pour pouvoir mettre un lien depuis mon billet !


Laure 27/02/2009 17:13

Un petit coucou pendant ma récréation sur la blogosphère! J'espère que ça va mieux... BisesLaure

Géraldine 01/03/2009 16:16


Le chemin sera long. Une fois que j'aurais validé tous mes comm, je vais essayer de poster billets littéraire + des news


Florinette 27/02/2009 14:03

Voilà un billet bien différent de celui que je viens de lire chez Belledenuit, vos deux avis sont très intéressants et me poussent à faire ma propre opinion ! ;-)

Géraldine 01/03/2009 15:58


Et hop dans la LAL , à moins que ce soit direct dans la PAL ???!!!


A_girl_from_earth 27/02/2009 13:07

Mmmh... je préfère ces sujets avec une touche d'humour quand même. Genre à la comédie américaine un peu.

Géraldine 01/03/2009 15:59


Là, c'est pas vraiment le cas.... Imagine vraiment un crachin breton.... C'est toute une ambiance, pas forcément désagréable, mais pas rigolote du tout !


belledenuit11 27/02/2009 07:58

Effectivement, nos avis divergent sur ce livre. Je suis plutôt dans une phase où j'ai envie de "beau" dans l'écriture des livres et là ce n'est pas du tout le cas. Mais bon, tu as déjà lu mon billet là dessus

Géraldine 01/03/2009 16:17


je viens de mettre un lien de mon billet vers le tien.


sylire 26/02/2009 19:27

Une personne de mon club de lecture l'a lu et pas tant que cela apprécié mais vu ce que tu en dis, je ne ferme plus la porte...

Géraldine 01/03/2009 16:04


Tout dépends de l'état d'esprit et de la situation du lecteur ou de la lectrice. Amanda a mis des mots sur des mal êtres du célibat que je ne savais pas nommer...


Anne 26/02/2009 16:54

Moi je ne suis pas une "Madeleine", mais j'aime les beaux romans un peu tristes. Je vais essayer de le trouver. Aïe, un de plus dans ma LAL

Géraldine 26/02/2009 16:57


Se trouve facilement, vient tout juste de sortir en poche !


Mary 26/02/2009 16:01

La solitude, le temps qui passe, une vie terne, monotone.. Une femme comme tant d'autres. Un beau portrait sans doute mais un peu trop triste pour moi. J'ai envie de soleil et  d'optimisme, ce doit être le printemps qui approche ! Bisous ! 

Géraldine 26/02/2009 16:17


Effectivement, ce n'est pas un livre d'une grande gaieté !


Loren 26/02/2009 14:15

Pour vous
 Projet d’art postal  « Une bouteille à la mer » (mail art)
Et
 Projet d’installation d’une oeuvre rencontre « Une bouteille à la mer »Une « oeuvre rencontre » est l’idée d'un partage simple, d’une possible rencontre à travers la création. En chacun de nous sommeille un créateur, son expression singulière est riche. Qu’une œuvre d’un artiste connu voisine avec celle d'un enfant ou d'un peintre amateur.... Que chacun ait une place...Chacun apporte son maillon créatif à une oeuvre collective cohérente.
Pour en savoir +
http://bouteille.a.la.mer.over-blog.com/

canelle56 26/02/2009 10:04

ça donne envie d'etre une "Madeleine"  bonne journée bises

Géraldine 26/02/2009 10:10


Hum... Pas si sûre... Dans ce livre Madeleine est une femme triste avec une morne vie... Je ne l'ai peut-être pas fait assez remarquer dans le billet que je vais peut-être reprendre un peu.
Bonne journée !