ILS SONT PARTOUT, film d'Yvan ATTAL

Publié le 5 Juin 2016

Ils sont partout : Affiche

Film d'Yvan Attal

Avec Yvan Attal, François Damiens, Charlotte Gainsbourg, Valérie Bonneton...

 

 

Synopsis : Yvan se sent persécuté par un antisémitisme grandissant et il a l’habitude de s’entendre dire qu’il exagère, qu’il est paranoïaque. Lors de séances chez son psy, Yvan parle donc de ce qui le concerne : son identité, être français et juif aujourd’hui. Mais ces rendez-vous sont aussi et surtout une sorte de fil rouge reliant entre elles plusieurs histoires courtes qui tentent de démonter, sur le mode tragi-comique, les clichés antisémites les plus tenaces.

 

 

Mon humble avis : Yvan Attal, acteur réalisateur, s'attaque à un sujet sensible qui le touche de plein fouet : l'antisémitisme. Mais à travers ce film, il s'interroge sur tous les racismes primaires accompagnés bien entendus de clichés et d'idées préconçues. Donc ce film pourrait très bien s'adapter au racisme de couleur, d'origine ethnique ou sociale.

La forme de ce film est originale. Yvan consulte un psychiatre, car sa femme le trouve obsédé par l'antisémitisme. On assiste donc à ses séances, et entre chaque séance, un sketch met en scène un préjugé envers les juifs. Chaque sketch est interprété par une sacrée brochette d'acteurs. Là, y'a pas à dire, on est gâtés ! Certains sketchs sont juste comiques, d'autres tragi-comiques. Celui des rabbins qui étudient le Talmud et tentent de résoudre l'énigme des ramoneurs blanc et noir est juste hilarant et mériterait de rentrer dans les annales, dans la culture collective au même titre que la célèbre réplique du Diner de cons : "il s'appelle Juste Leblanc"...

Le premier sketch, qui met scène une "copie" à peine dissimulée de Marine Le Pen est franchement bien trouvée. Par contre, le sketch avec Gilles Lellouche, qui permet à un agent du Mossad de remonter dans le temps à l'époque de Jésus m'a paru partir en vrille, même s'il fut le préféré ou presque des amis qui m'ont accompagnée au ciné.

L'ensemble est audacieux, qui pose les bonnes questions, qui montrent aussi le ridicule de certaines d'entre-elles. Ils sont partout interroge sur la question primordiale : "qu'est-ce qu'être juif" et pourquoi tant de haine primaire. Qu'est-ce qu'être juif, je m'attendais à des réponses plus poussées et approfondies car ce que je comprends, c'est que quelque part, nous sommes tous un peu juifs. Oui, car être juif, c'est transmettre. Et après tout, nous sommes bien tous sur terre pour transmettre non ? Que ce soit de façon individuelle auprès des nôtres ou de façon collective et inter-générationnelle ?

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost 0
Commenter cet article

Valérie 10/06/2016 16:37

Ton avis est à l'exact opposé de ceux lus dans les médias. J'ai rarement vu un film se faire autant descendre.

Alex-Mot-à-Mots 06/06/2016 13:16

J'hésitai à aller le voir. Après avoir lu ton billet, j'irai le voir.

Rebecca G. 05/06/2016 11:53

Cette chronique me va droit au cœur, Géraldine... Et cela me met aussi une bonne couche de baume par-dessus... Parce que j'ai entendu que suite à ce film et à son passage chez Ruquier, Yvan Attal avait été couvert d'insultes et d'attaques antisémites sur Twitter...! J'en étais toute retournée, parce qu'évidemment, même si je vis à présent en Israël, je me sens concernée par la situation des Juifs de France (qui ne me paraît pas bien rose...). Merci à toi, donc, pour cette chronique bienveillante. (Ps: je n'ai pas vu le film, je ne peux donc pas juger de sa qualité en tant que tel. Mais je prends en compte le message qu'il véhicule). GROS BISOUS. <3