JOY, film de David O.RUSSEL

Publié le 11 Janvier 2016

 

Joy : Affiche

Film de David O.Russel

Avec Jennifer Lawrence, Bradley Cooper, Robert de Niro

 

 

Synopsis : Inspiré d'une histoire vraie, JOY décrit le fascinant et émouvant parcours, sur 40 ans, d'une femme farouchement déterminée à réussir, en dépit de son excentrique et dysfonctionnelle famille, et à fonder un empire d’un milliard de dollars. Au-delà de la femme d’exception, Joy incarne le rêve américain dans cette comédie dramatique, mêlant portrait de famille, trahisons, déraison et sentiments.

 

 

 

Mon humble avis : Joy est un biopic, à savoir que ce film est inspiré d'une histoire vraie : celle d'une américaine modeste qui devint richissime en inventant un balais serpillère révolutionnaire.

Il est aussi pour le réalisateur l'occasion de remettre en scène ses trois acteurs fétiches : Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert de Niro, qui fait ici effet de faire valoir.

David O.Russel a voulu rendre hommage à la femme en générale, mais en particulier à celle qui s'est sacrifiée pour sa famille, en oubliant ses rêves. Celle qui gère tout chez elle tant bien que mal, depuis ses parents encombrants, à ses enfants, en passant par un ex qui s'incruste paresseusement. Jusqu'à la fameuse invention et le parcours du combattant pour faire reconnaitre celle-ci.

L'idée du film et son casting me séduisait. Mais la bande annonce laisse penser à un film dynamique, limite avec de l'action. Hors il n'en n'est rien. Joy dure 2 heures, mais il m'a semblé durer bien plus que cela. En fait, le sujet réel du film n'apparait qu'à la moitié, la première heure servant à présenter l'héroïne, sa vie et son entourage. Et cette présentation m'a laissée de glace. En effet, David O.Russel a entouré son héroïne d'une famille on ne peut plus loufoque et tout cela m'a paru bien peu vraisemblable. Même si drôle cinq minutes, elle devient bien lassante. Pire, cela me révoltait, que Joy soit si faible pour accepter l'invasion d'une telle famille. Joy ne m'inspirait pas d'empathie mais de l'agacement, j'avais envie de lui botter les fesses et de lui ouvrir grand les yeux. Dommage, une famille plus normale et moins envahissante aurait laissé plus de place au sujet principal du film. 

De même m'a énervé l'improbable présentation du type chargé de vendre ce fameux balais sur une chaine de télé-achat. Le type qui n'a même pas testé le produit avant de passer devant les caméras.

Bref, malgré le talent de Jennifer Lawrence, Joy est pour moi une déception.

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost 0
Commenter cet article

Tiphanie 12/01/2016 21:36

Je te rejoins un peu, je n'ai pas trop su quoi penser en sortant du film, je n'ai ni aimé, ni pas aimé, je me suis surtout demandé pourquoi il y avait un tel engouement autour de ce film. En bref ce n'est pas vraiment un incontournable! Je reviens vers toi pour la LC sur Partir, pourquoi pas, par contre le 14 avril je rentrerai de vacances alors pas vraiment le temps pour un billet, du coup est-ce qu'on peut dire le 16 plutôt?

Géraldine 13/01/2016 10:03

Le 18 alors, car le 16 de chaque mois, je participe au challenge lire un livre audio ;)

Frankie 11/01/2016 10:50

C'est un film qui me fait très envie car j'ai beaucoup aimé la bande-annonce, j'espère qu'il me convaincra plus qu'à toi.

Tiphanie 14/01/2016 22:11

c'est noté!