Publié le 21 Août 2008


J'ai trouvé ce jeu sur le blog de Papillon (http://journal-d-une-lectrice.over-blog.net/). Je le trouve amusant. Et comme je n'ai pas envie de dormir... Je relance le jeu à partir d'ici :

Les 4 livres de mon enfance : La série Oui Oui
                                                       La série Flamme et Etalon noir
                                                       Fantômette
                                                       La série les Jeunes Filles en Blanc       

 

 

Les 4 écrivains que je relirais encore et encore : Amelie Nothomb
                                                                                         Maupassant
                                                                                         E.M Schmitt
                                                                                          Catherine Scholes






                  

                            Les 4 auteurs que je n'achèterais ou n'emprunterais plus : Balzac
                                                                                                                                        Cendrar
                                                                                                                                        Duras
                                                                                                                                                                   Grisham






Les 4 livres que j'emporterais sur une île déserte : Le Da Vinci Code
                                                                                             La reine des pluies
                                                                                             La grammaire est une chanson...
                                                                                             La nuit des temps








      Les 4 premiers livres de ma liste à lire : Marie Stuartde Sweig
                                                                                Oscar et la dame rose de Schmitt
                                                                                Africa trek des Poussins
                                                                                Le syndicat des pauvres types d'E. Faye

 

 



 Les 4 X 4 derniers mots d'un de mes livres préférés : "Mais après bien des luttes pour me défaire des vestiges de ma culture droitière, c'est en authentique Gaucher que j'écris cette dernière ligne"
(L'Ile des Gaucher, d'Alexandre Jardin)

 

 

 

 Et j'ajoute mes 4 BD préféres : Tinti et Milou
                                                          Lucky Luke
                                                          XIII
                                                          Largo Winch

 

 

Voilà, c'était aussi l'occasion de "déterrer" de vieux souvenirs pour un grand plaisir visiuel : les couvertures de notre enfance !

Je pose le mêmes questions à : Liza   
http://bibliza.over-blog.com/
                                                            L'Emmerdeuse    http://emmerdeuse.over-blog.net/ 
                                                            Karine
http://moncoinlecture.over-blog.com/
                                                            Canelle56 http://canelle56.over-blog.com/
                              

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost 0

Publié le 21 Août 2008

Résumé : New Hampshire. Hiver 2007. 24 corps sont découverts dans le sable enneigé d'un chantier d'autoroute. 24 cadavres. Tués d'une balle en plein coeur, sans aucune trace de lutte.
Sacrifice de secte ? Suicide assisté ? Gigantesque règlement de comptes ?
Plus incroyable encore : personne ne les réclame. Pas un mari inquiet, pas une mère affolée, pas un collègue de bureau ne prend contact avec la police.
Le même soir, Frank Franklin, 29 ans, jeune professeur de littérature, arrive pour son nouveau poste dans une université qui jouxte le chantier des 24. Très vite, quelque chose l'inquiète sur le campus. Bientôt, il va comprendre qu'il a été entraîné dans un terrifiant jeu de dupes...


                                     

Mon humble avis : Et bien il est partagé !!! Je ne dirais pas que ce roman est mauvais, loin de là. Comme pour tout Thriller qui se respecte, l'histoire nous accroche des les premières pages et ne nous lâche qu'à la dernière.
L'écriture est agréable et l'intrigue assez originale. Mais...
Les personnages ne sortent pas de leur caricature. Pourquoi les flics sont ils toujours décrits comme bourrus, bourrés, barrés, solitaires, désabusés, avec une vie de famille qui part en vrille ? Pourquoi les auteurs français situent -ils presque systématiquement leur histoire aux Etats-Unis ? La même intrigue dans notre bonne vieille France et sa Sorbone aurait été tout aussi frissonnante, voire plus puisque plus concrète et plus proche pour nous lecteurs hexagonaux. Pourquoi cette impression de concours de l'ultime rebondissement qui n'est en fait pas ultime ? Pourquoi cette fin prolongée mais bâclée, qui ne s'explique pas (à moins que tout me soit passé au dessus de la tête, je rappelle ici que je n'écris que mes humbles avis !) Bref, beaucoup de questions qui m'ont laissé une impression mitigée. En conclusion : bon divertissement contournable !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost 0

Publié le 20 Août 2008

Robert Langdon, le célèbre professeur d'histoire de l'art, spécialiste de symbologie religieuse, à Harvard, est convoqué au CERN, en Suisse, pour déchiffrer un symbole gravé au fer rouge sur la poitrine d'un éminent homme de science qui a été assassiné. Il fait alors une découverte incroyable : il s'agirait d'un crime commis par une très ancienne société secrète, les Illuminati, laquelle s'est également emparée d'un conteneur renfermant une substance très dangereuse. La secte, qui vient de resurgir après une éclipse de quatre siècles, a juré d'anéantir l'Eglise catholique.
Langdon ne dispose que de quelques heures pour sauver le Vatican qu'une terrifiante bombe à retardement menace !
Dans cette folle course contre la montre, Langdon aura comme alliée, Vittoria, une ravissante jeune scientifique qui l'aidera à décrypter d'archaïques symboles qui d'églises en places romaines le mèneront jusqu'à l'antre des Illuminati…

 

 

 

 

 

 

 

Da Vinci Code

                                                                                       



                                      
Mon humble avis :A la lecture des premières pages, je me suis dit : " tout pareil que dans le Da Vinci Code ! " Et puis, tout comme avec le DVC, j'ai été complètement captivée et passionnée par ce roman. Certes, on retrouve la même écriture, le même traitement de l'intrigue, les mêmes innombrables rebondissements que dans le best seller de référence. Pourquoi se priver d'une recette qui a déjà fait ses preuves ! ? Le héros, Robert Langdon utilise à nouveau sa magistrale connaissance de la symbologie. Par contre, je me suis moins perdue dans les méandres historiques que dans le DVC. Anges et Démons est, à mon sens, moins compliqué à suivre et à comprendre. Le jeu de piste à travers Rome provoque en nous l'envie de nous balader de par ces rues et églises séculaires. Les descriptions du Vatican et de son protocole m'ont intéressée. Et c'est avec fascination que j'ai découvert une autre confrérie historique, les illuminati.... De tels sujets, comme le prieuré de Sion, la Maçonnerie, l'Opus Déi, les Illuminati éveillent en moi une sacrée curiosité. Je devrais prendre le temps d'en développer mes connaissance... Un jour !
Certains voient dans Anges et Démons un nouveau pamphlet de Brown visant à détruire l'Eglise ! Quelle paranoïa !  Dan Bown base son intrigue sur la rivalité, la compatibilité ou l'incompatibilité entre l'Eglise et la Science. Un débat historique ! Dan Brown ne prône pas l'anticléricalisme. Il évoque juste une religion qui serait  plus humaine et plus moderne et une science qui serait plus religieuse. Il appelle juste à plus de réfléxion dans les actes et les conséquences, sans prétendre philosopher non plus.
Bon, pour conclure cet humble avis un peu dispersé : J'ai trouvé dans Anges et Démons un excellent thriller, captivant, très divertissant. A lire au soleil ou comme moi, pendant une semaine de vacances pluvieuses en Bretagne. Comme vous voulez, mais à lire ! 

Du même auteur sur ce blog :

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost 0

Publié le 20 Août 2008

Dans le roman de Dan Brown "Anges et Démons", les Illuminati, conférie historique et mystérieuse, seraient de retour pour achever leur plan en apothéose, par la mise en place d'un Nouvel Ordre Mondial. Fascinée (mais pas passionnée) par ces sociétés serètes, j'ai fait quelques recherches sur Internet. J'ai trouvé des sites qui confirmeraient l'hypothèse de l'existance toujours actuelle de l'organistion secrète.

Voici un extrait et DES lienS explorant ce sujet :

 

Les Illuminati sont une "élite dans l'élite". C'est la plus ancienne et la plus secrète des organisations des "Maîtres du Monde". La plupart de ces organisations ont un siège social et des membres dont on connaît l'identité. Mais les membres des Illuminati ne sont pas connus de manière certaine, même si certains noms circulent avec insistance. Il s'agit de grandes familles capitalistes ou issues de la noblesse, comme par exemple les Rothschild, les Harriman, les Russel, les Dupont, les Windsor, ou les Rockefeller (notamment l'incontournable David Rockefeller, également co-fondateur du Groupe de Bilderberg et du CFR).

Les Illuminati existent sous leur forme actuelle depuis 1776, date de fondation de l'Ordre des Illuminati en Bavière par Adam Weishaupt, un ancien Jésuite. A cette époque, leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir sur la population.

 

 

La création des Illuminati marquait le lancement d'un Plan conçu pour se dérouler sur plusieurs siècles, en utilisant le contrôle du système financier naissant pour parvenir une domination totale sur le monde. La réalisation du Plan s'est ensuite transmise comme un flambeau de génération en génération, au sein d'une élite héréditaire d'initiés qui ont su adapter le Plan aux évolutions technologiques, sociales, et économiques.

Contrairement aux autres organisations des Maitres du Monde, les Illuminati ne sont pas un simple "club de réflexion" ou "réseau d'influence". Il s'agit d'une organisation dont la véritable nature est ésotérique ou "occulte".

Les dirigeants politiques ou économiques se présentent au public comme des personnes éminemment rationnelles et matérialistes. Mais le public serait étonné d'apprendre que certaines de ces personnes participent à des cérémonies étranges, dans des sociétés secrètes où se perpétuent le culte des dieux égyptiens et babyloniens: Isis, Osiris, Baal, Moloch, ou Sémiramis.

La suite sur :
http://www.syti.net/Organisations/Illuminati.html
D'autres infos sur : http://www.crystunix.com/mirror/Illuminati/

Enfin, il semble que les Illuminati aient semé leurs symboles dans le logo dans nombreuses marques. La preuve en vidéo :

 

Tout ceci vient d'internet... Par définition, il y en a donc certainement à prendre et à jeter !
Libre a vous d'y croire, de ne pas y croire, de considérer cela comme vérité historique ou
comme excellent diverstissement !!!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0

Publié le 7 Août 2008

Je pars en vacances pour 10 jours. Je reviendrai donc bientôt avec de nouvelles lectures !

Comme je pars sur les côtes Bretonnes, je ne sais si je ressemblerai à ça ...


Ou à ça :


Réponse dans 10 jours !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost 0

Publié le 7 Août 2008

Comment, vous ne connaissez pas Emma Shapplin ?
Celle ci mélange majestueusement le classique, le gothique et l'opéra.
Il y a une dizaine d'années, son disques se plaçait parmi les meilleures ventes.
Ecoutez, regardez... la grâce personnalisée !


Emma Shapplin - Spente Le Stelle

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost 0

Publié le 7 Août 2008

Résumé : Printemps : l'histoire d'un prisonnier innocent qui prépare l'évasion la plus extraordinaire depuis celle du comte de Monte-Cristo... Été : un jeune adolescent découvre le passé monstrueux d'un vieillard et joue avec lui une variante terrible du chat et de la souris... Automne : quatre garçons turbulents s'aventurent dans les forêts du Maine, à la découverte de la vie, de la mort et des présages de leur destin... Hiver : dans un club étrange, un médecin raconte l'histoire d'une femme décidée à accoucher quoi qu'il arrive... 


                                     

Mon humble avis : C'est le seul livre du maître King que j'ai lu pour la bonne et simple raison que je n'aime ni l'horreur, ni l'épouvante ! Mais celui ci m'avait été présenté comme différent des autres.... ce que je ne peux confirmer et pour cause ! Il n'empêche que je garde un souvenir impérissable de cette lecture, même si elle fut parfois pour moi difficilement supportable, malgré l'absence d'horreur.
Dans ces quatre histoires, ma préférence va à la brillante représentante du printemps : les évadés. Cette histoire d'évasion est l'une des plus émouvantes et marquantes qu'il m'ait été données de lire. Elle donne a réfléchir sur la liberté et son contraire, sur la culpabilité et l'innocence, la justice et l'injustice. Mais surtout c'est une histoire modèle sur l'espoir, l'obsession, l'instinct de survie, le courage et la persévérance... (encore que le terme persévérance soit bien faible, je tâcherais que revenir dessus pour le remplacer.)


                                       
LES EVADES - le film

Cette oeuvre de Stephen King a elle aussi été adaptée au cinéma par Frank Darabont, à qui l'ont doit également "La ligne verte".
En tête d'affiche, de ce film sur l'univers carcéral, 2 acteurs de choix, exceptionnels : Morgan Freeman et Tim Robbins.

Ce film est ni plus ni moins que bouleversant. Il se regarde en se préparant, dans le silence, sans popcorn ni téléphone portable à proximité ! Je pense que si vous n'avez ni vu le film ni lu le livre... Mieux vaut commencer par le film. En effet, l'effet de surprise immense de cette fin si inattendue serait bien réduit... Lire le livre vous permettra d'approfondir l'histoire, les personnages et vos émotions. Voir et lire, deux plaisirs à ne pas bouder !

Pour info, le pitch du film est présenté ainsi :

En 1947, Andy Dufresne, un jeune banquier, est condamnéà la prison à vie pour le meurtre de sa femme et de son amant. Ayant beau clamer son innocence, il est emprisonnéà Shawshank, le pénitencier le plus sévère de l'Etat du Maine. Il y fait la rencontre de Red, un Noir désabusé, détenu depuis vingt ans.. 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost 0

Publié le 7 Août 2008

JOURNAL D'HIRONDELLE, d'Amelie NOTHOMB

Résumé : Un homme devient tueur en série à la suite d’un chagrin d’amour…
 









                     


Mon humble avis : Chers lecteurs,
Vous l'ignorez sans doute encore, mais vous êtes ici dans l'antre d'une fan absolue d'Amélie Nothomb !  Cette femme me fascine et ses écrits me captivent. Je n'ai encore présenté ici aucune de ses oeuvres car ma dernière lecture remontait à plus d'un an et mes souvenirs en restent trop flou. Je compte donc les relire un de ces quatre !
Il n'empêche qu'en juin, je guettais depuis quelques mois la sortie en format poche de Journal d'Hirondelle. Soudain, en attendant mon train pour partir en vacances, je "tombe dessus" dans un Relais et l'achète de suite. Une exaltation m'envahit, mes mains tremblent presque d'impatience. Dans la gare de Rennes, je me cherche un siège.. Je relègue au second plan un autre roman déjà entamé pour commencer immédiatement "mon nouveau Nothomb". L'excitation s'arrête là. Amélie, je suis très en colère. Je n'ai trouvé aucun intérêt dans ce livre malsain, qui est long à lire malgré ses 96 pages, qui me semble bâclé et qui m'a mi mal à l'aise. Je n'ai même pas retrouvé votre verve si percutante et vos si belles phrases auxquelles vous nous avez habitués. Rien, tant d'attente pour ça !???


                                                                  


L'EVANGILE DE JIMMY de Didier VAN CAUWELAERT
Résumé : « Je m’appelle Jimmy, j’ai 32 ans et je répare les piscines dans le Connecticut. Trois envoyés de la Maison-Blanche viennent de m’annoncer que je suis le clone du Christ ».


Mon humble avis : IDEE DE DEPART GENIALE / STOP/ HUMOUR OK / STOP / FOUTOIR DANS LES PERSONNAGES / STOP / LONGUEURS / STOP / LECTURE LABORIEUSE STOP / EVOLUTION GORE INSUPPORTABLE STOP / STOP / STOP !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0

Publié le 7 Août 2008

Résumé : A la toute jeune femme qui lui apporte le manuscrit de son premier roman, l’éditeur au bord de la faillite répond que les lecteurs préfèrent les enquêtes sur des faits divers bien sordides et surtout les confessions de vedettes, évoquant de préférence des drames de viol et d’inceste.
Elle voudrait lui laisser son manuscrit, il le refuse. « Je le lirai peut-être un jour, dit-il, si vous me faites un livre bref, avec repérage sur le terrain, sur un meurtre célèbre en Haute-Savoie. » Géraldine construit alors un piège. Oui, elle va faire une enquête, mais sur l’éditeur. Le centre de cette action clandestine sera Senlis, où celui-ci possède une vieille ferme transformée en forteresse. La jeune femme fait parler les voisins. Elle utilise la méthode conseillée par l’éditeur pour entrer dans un univers secret. Elle fait alors irruption dans un monde de ténèbres. Comprendra-t-elle à temps qu’il vaut mieux avoir la vie sauve qu’être publiée ?

                             

Mom humble avis : "Une rentrée littéraire", un sujet qui va très prochainement revenir sur le devant d'une certaine scène médiatique ! Alors, autant vous présenter ce livre maintenant ! Je l'ai lu il y a deux ans, aussi, mon commentaire sera succinct...
Aimantée par le titre une fois de plus, j'ai acheté ce roman par pur et réel intérêt pour le monde littéraire. Christine Arnothy nous offre ici un triller exceptionnel, absolument machiavélique. Son héroïne se prénomme Géraldine, comme moi, ce qui m'a encore plus aidée à m'identifier au personnage : elle est bornée, fonceuse, idéaliste et a le don pour se mettre dans le pétrin. Oui oui, c'est tout moi ! Sauf que son pétrin est on ne peut plus diabolique ! Au delà de son côté "thriller" tout à fait réussi, cette oeuvre est fascinante. En effet, dans cette histoire, on découvre une facette ignorée (ou soupçonnée) du monde de l'édition. Une facette cruelle faite de dessous de table, de chantages, d'alliances, de concurrence, de course aux prix littéraire, de déception, de surprises.
Bref, encore un livre à ajouter à votre PAL qui ne vous fera plus appréhender une rentrée littéraire de la même façon !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost 0

Publié le 7 Août 2008

Un peu plus loin sur ce blog, j'ai donné mon avis sur le recueil de nouvelles de Nicolas Ancion "Nous sommes tous des Playmobiles". Un avis personnel franc et honnête, sans complaisance.
Quelques jours plus tard, à savoir ce matin, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir sur mon blog un commentaire à modérer... Un commentaire de Nicolas Ancion lui même ! Attention blogueurs et blogueuses littéraires, les auteurs de nos lectures guettent sur le net !!! Ce commentaire a été le rayon de soleil de ma journée. Même s'il ne me fait pas changer d'avis sur "Nous sommes tous des playmobiles" (je suis incorruptible !!!!), je suis ravie que Nicolas Ancion ait pris à son tour le temps de me lire et de nous écrire, puisque la raison d'un blog est d'être lu par un plus grand nombre de personne possible !
Ce fameux commentaire, que je vous livre ci-dessous,  donne accès au blog de Nicolas Ancion. Voici le lien :
link
N'hésitez pas à aller faire plus ample connaissance avec cet auteur et son oeuvre.


  • Bonjour Géraldine,
    Merci pour ta lecture, tout d'abord, ça fait plaisir de lire tes commentaires, même s'ils ne sont pas strictement enthousiastes et laudatifs. ;-) Sérieusement, ça aide à comprendre ce qui fonctionne ou pas dans un texte, mêm si ça varie largement d'une lectrice à l'autre...
    Je me permets tout de même de répondre à ton idée que les éditeurs ne liraient pas les manuscrits. Si je confirme volontiers que les éditeurs ne lisent qu'une partie des manuscrits qui ne les séduisent pas, je peux t'assurer qu'ils lisent, relisent, font lire et relire, tous les textes qu'ils publient. Dans le cas de ce recueil, c'est avec l'éditeur original que la sélection des nouvelles s'est établie, que l'ordre a été choisi, de même que le quatrième de couverture.
    A ce sujet, d'ailleurs, c'est à chacun de voir quel genre d'information il souhaite trouver dans un titre et sur la couverture d'un livre. Pour ma part, j'aime les titres évocateurs et les résumés qui ne résument pas (vas-y pour résumer dix nouvelles en une demi page, c'est un exercice impossible). Le quatrième de couverture est un complément aux nouvelles qu'on trouve dans le bouquin. Une porte d'entrée possible ou une grille de lecture, comme on voudra.
    Une de mes couvertures de bouquin préférée reste celle de l'Automne à Pékin de Boris Vian, où le texte de présentation s'achève sur cette merveilleuse invitation : "Inutile d'ajouter que rien dans cette histoire ne concerne l'automne, ni Pékin."
    Après avoir lu cette phrase, j'ai dévoré le bouquin. C'est bien à ça que sert la présentation, à donner envie de lire l'intérieur. Est-ce de la publicité mensongère? Je pense que cette expression est un pléonasme, de toute façon, toutes les pubs mentent ;-) Mais un titre de livre ne ment pas, il sert à tant de choses (donner envie de lire, mais aussi associer le livre à une étiquette pour le stocker dans la mémoire, présenter en quelques mots l'univers, prévenir le lecteur qu'il y aura de l'humour....) qu'il serait un peu réducteur de le limiter à une annonce du contenu.
    Les nouvelles sont amusantes, j'esprère, surprenantes, parfois, le titre et la présentation du livre leur ressemblent, je crois...


Et sur ce blog, une interview exclusive de Nicolas Ancion

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost 0