ZAZIE DANS LE METRO, de Raymond QUENEAU

Publié le 23 Décembre 2010

Roman - Editions Folioplus Classiques - 193 pages - 4.50 €

 

 

Parution en 1959

 

 

L'histoire : Zazie, une enfant de douze ans aux manières délurées, arrive de sa province, impatiente de connaître le métro parisien.  Son oncle Gabriel l'attend à la gare et, à la grande déception de Zazie, lui annonce que le métro est fermé pour cause de grève et la jette directement dans un taxi conduit par son ami Charles : direction le café Turandot, au-dessus duquel il vit. Là, Zazie fait la connaissance de Marceline, la femme de Gabriel, et de divers personnages du café : Turandot, le tenancier, Mado P'tits-Pieds, la serveuse... Le lendemain, Zazie s'enfuit avec l'intention de découvrir le métro et découvre le marché aux puces, en compagnie d'un étrange personnage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile1.jpg

 

 Mon humble avis : La veille d'ouvrir ce livre, j'étais si impatiente de rencontrer cette fameuse Zazie, que j'imaginais chipie et malicieuse, et de la suivre dans sa découverte d'un nouveau monde ! 

 Erreur et horreur magistrales. La chute est violente et ma lecture devient un cauchemard et une corvée que je m'emploie stoïquement à achever, histoire de comprendre, et si jamais il y a finalement quelque chose à comprendre...

Zazie se révèle effrontée (pourquoi pas), vulgaire et limitée dans ses propos ("mon cul") et plutôt détestable. Un personnage qui se révèle presque secondaire, donc pas du tout fouillé, entouré par une multitude d'autres qui apparaissent, disparaissent sans que l'on comprenne et retienne qui est qui...  L'histoire n'est qu'une succession de scènes tellement farfelues qu'on baigne dans un non sens qui ne m'a même pas fait rire. Les descriptions sont entrecoupées par d'interminables dialogues qui n'ont ni queue ni tête, aucune logique apparente, qui passent du coq à l'âne et qui finissent en eau de boudin. 

Et que dire du style de l'auteur.... Là aussi, quelque chose m'échappe. Queneau écrit pratiquement phonétiquement,  c'est épuisant à lire.

Ex : Apprends-nous cexé (pour apprends-nous ce que s'est)... Tu le fais esprès... c'est hun cacocalo que j'veux et pas autt chose... un homme lui esplique...dacor, on ne sait jamais, sans xa en ait l'air...

 

Queneau n'hésite pas non plus à inventer des mots par le mélanges d'autres mots, et il use sans modération d'expressions pseudo argotiques qu'il met à sa sauce. Innombrables sont les astérisques qui, en bas de page, donnent la traduction et l'origine de l'invention de l'auteur. De guerre las, j'ai fini par ne plus les lire, me disant que j'arriverais ainsi plus vite au bout de mon calvaire de 19 stations, oups chapitres !

Et là, je suis perplexe. Peut-être n'ai je pas la culture pour apprécier cette oeuvre et d'éventuelles allusions qui s'y cacheraient ? En tout cas, je suis passée complètement à côté de ce livre et m'interroge vraiment sur la légitimité d'une telle renommée qui fait que ce livre est édité dans la collection Folioplus classiques... Si quelqu'un veut (ou peut) m'expliquer ou me démontrer le génie de "zazie dans le métro"... n'hésitez pas, juste en dessous du billet, cliquez et postez votre commentaire, vos explications ou impressions.

 

 

 

ABC

                                                                                                            Q

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Camille 06/06/2013 02:30


Je me dois de poster à la suite de mon billet. Je suis en terminale L et l'éducation nationale a eu la magnifique idée de nous mettre Zazie pour le bac. Oh joie ! 


Je suis d'accord qu'à première vue ce livre semble être un babillage incompréhensible, sans queue ni tête. Mais nous l'avons étudié et là... on comprend mieux. Queneau en écrivant Zazie (il y a
quand même passé 15 ans de sa vie) n'a pas cherché à écrire un livre fascinant. Au contraire, son seul but était de jouer avec les mots, de chercher de nouvelles choses. Il a également cherché à
crritiquer la société sous de nombreux aspect. Comme les homosexuels qui ne peuvent se montrer (Gabriel et Marceline), la société de consommation (avec les produits américains) et la perte
d'identité à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Les gens sont perdus et confus, raison pour laquelle on se perd un peu dans les personnages. 


Et même s'il est vrai que je n'ai pas vraiment aimé ce livre, je pense que ta critique est un peu dure. Si un auteur est classé classique, c'est que quelque part il y a des raisons. Et Queneau a
tout d'un auteur fantastique qui écrivait ses livres avec des idées derrière la tête. 


Après, je dis surement cela parce que je l'ai étudié et que cela m'a permis d'y voir plus clair. Mais j'espère avoir un peu répondu à ta dernière question. 


Au final, comme un commentaire précédent te le disais, ne regarde pas le film, Louis Malle a chercher à copier les jeux littéraires de Queneau en jeux cinématographiques et ça a très très mal
vieilli. 


Voilà, sur ce lis Gary ! Il est très bon !


 

Géraldine 10/06/2013 11:42



@ Camille : Merci pour tes eclaircissements. Effectivement, le fait d'étudier un livre en classe avec un prof éclairé doit aider à apprécier, ou voir autrement, bon nombre d'oeuvres classiques.



Loo 25/05/2011 01:59



Alors effectivement il ne t'as pas plu



Loo 20/05/2011 21:49



Je l'ai lu l'année dernière en étant assez surprise par le style aussi. Depuis   j'ai trouvé une version commentée qui donne pas mal d'éléments sur le livre et l'auteur. Ca m'a aidé à
avoir un autre regard.


J'avais quand même bien ri à la lecture du livre.



Géraldine 21/05/2011 22:17



@ Loo : J'avais aussi une version commentée, cela ne m'a pas du tout aidée à apprécier l'oeuvre !



lasardine 30/12/2010 17:38



ha c'est clair qu'avec Zazie, c'est tout on rien! on adore ou on déteste!


je fais partie de ceux qui se sont attachés à cette sale gamine! :)



Géraldine 31/12/2010 11:06



@ Lasardine : Bon, de mon côté, je resterai attachée à Zazie la chanteuse !!!



LN 28/12/2010 17:08



Je me rappelle l'avoir bien aimé au lycée. Mais si tu n'as pas aimé le livre, je te déconseille le film. Plus brouillon et incompréhensible tu meurs!



Géraldine 29/12/2010 17:20



@ LN : J'imagine comme le film doit être brouillon, le livre l'est déjà tellement !



Marie 28/12/2010 15:04



Et tu as malgré tout eu le courage de terminer ce roman ? Chapeau... 


 



Géraldine 29/12/2010 11:41



@ Marie : Oui, j'abandonne rarement un livre en cours de route. mais je crois que c'est un tort, car je m'énerve de plus en plus et n'en sort pas en bon état...



zarline 23/12/2010 15:13



Queneau est un auteur qui me fait peur (n'ayant pas peur des mots). En cours de français, on avait eu le choix entre lire ce livre et La vie devant soi de Gary. Je n'ai jamais regretté mon choix
(Gary of course). Depuis, je me dis qu'il faudrait quand même que je m'y mette mais ton extrait, pouah, pas sûre que j'arrive au bout. Je suivrai peut-être les conseils d'Yv...



Géraldine 25/12/2010 13:32



@ Zarline : Ah oui, Zazie est à fuir et félicite toi de ton choix concernant Romain Gary. Cela me rappelle que je ne l'ai toujours pas lu !!!



Yv 23/12/2010 13:51



Pour moi, grand amateur de Queneau, ce n'est pas mon livre préféré, loin de là. J'ai beaucoup plus apprécié, Les Fleurs Bleues, Loin de Rueil, ou encore, On est toujours trop bon
avec les femmes, et le dernier que j'aie lu de lui Un rude hiver. Zazie est très particulier, pas très facile d'accès et je m'étonne moi-même qu'il ait autant de retentissement,
qu'il faut sans doute remettre dans le contexte de l'époque : fin des années 50. Il a dû faire un espèce de scandale autant dans l'écriture que dans le personnage de Zazie, réfractaire à toute
autorité et cela, bien avant 1968. Essaie d'autres livres de Queneau, notamment dans ceux dont je t'ai donné les titres, je pense qu'ils devraient plus te convenir.



Géraldine 25/12/2010 13:31



@ Yv : Merci, je note tes conseils, mais pour plus tard, que je me remettre de mon traumatisme de Zazie !



clara 23/12/2010 08:50



Je l'ai lu il y a des années... et euh... pas de souvenirs !



Géraldine 25/12/2010 13:24



@ Clara : C'est donc que tu n'as pas détesté non plus non ?!!!