SUPER TRISTE HISTOIRE D'AMOUR, de Gary SHTEYNGART

Publié le 22 Juillet 2012

 Roman - Editions de l'Olivier - 410 pages - 24 €

 

 

 

Parution en janvier 2012

 

  

L'histoire : Lenny aime Eunice. Lenny a 39 ans et est moche , Eunice 15 de moins et est magnifique. Il est juif. Elle est coréenne. Dans une Amérique future où tout est fait pour rester jeune tout en gardant les préjugés d'en temps, c'est un amour difficile : entre les questions personnelles et le regard des autres. Surtout qu'en toile de fond, c'est tout l'empire Américain qui s'effondre.

Roman d'anticipation ? Pas si sûr. L'effondrement de l'occident n'a -t-il pas déjà commencé ?

 

 

 

 

Tentatrice : AGFE

Fournisseur : La bib'

 

 

 

 

  

  

étoile2.5

 

 

Mon humble avis : Ce livre peut être considéré comme un roman d'anticipation. Il est en tout cas une satire de haut vol de notre avenir proche... A moins qu'il soit une parodie de notre présent... Une super triste histoire d'amour évoque le déclin de l'empire américain, et pourquoi pas celui de notre bonne vieille Europe, mais surtout, la fin d'un monde, d'une époque, d'une humanité. Et honnêtement, à bien y regarder autour de nous, aux infos ou notre propre nombril, on peut dire que ce livre parle de demain et qu'il fait déjà nuit.

J'ai vraiment beaucoup aimé la façon qu'a l'auteur de décrire justement ce New York et cette Amérique de demain, ainsi que ses braves petits habitants, qui sont mi humain mi wifi, dont la vie n'est que bips et clignotements, qui considèrent le livre comme un objet obsolète qui PUE (!!!). D'ailleurs, l'un des personnages réponds "qui" quand on lui parle d'un livre et non "quoi" ! C'est une époque où quand on est pas geek on est déglingeek, ou lorsqu'on n'est pas branché sur Criseinfo H24 ont est out. Où le téléphone portable n'existe plus, remplacé par l'äpärät.... Petit appareil qui contient tous les avantages de l'Iphone actuel + une connexion à tout et partout pour vous renseigner et renseigner la planète entière sur votre degré de baisabilité, votre beauté ou votre laideur parmi les 30 personnes qui vous entourent, le contenu de votre compte en banque, votre récupérabilité devant la vieillesse : en quelques mots, avez vous les moyens de vous payer la jeunesse éternelle ? Sinon, vous ne servez à rien et l'on vous éjecte du centre ville pour vous parqueren extrême banlieue. Moi, je trouve que cela ressemble déjà bien à nos vies actuelles. Les hommes, en achetant la jeunesse éternelle, pense célèbrer la vie et critiquent les autres, qui veillissent naturellement et seraient donc obsédés par la mort. Hum.hum.

Si l'on ajoute à cela que les créanciers de l'Amérique sont la Chine, la Norvège et l'Arabie Saoudite, on se dit que l'auteur n'a pas eu besoin d'une boule de cristal pour inventer le futur dans ce livre.

En tout cas, j'ai "adoré" les idées de l'auteur quand à notre avenir et sa façon de les mettre en images comme en mot. On peut y voir du 2ème, voire du 3ème degré. Mais, comme l'Homme est déjà bien pathétique en 2012, moi j'y ai vu plutôt du 1er degré en fait, même si cela reste aussi amusant que déprimant à lire.

Voilà pour les bons côtés... Passons  de l'autre côté de la force...

Entre ces belles vagues de trouvailles, il y a eu pour moi, hélas, de longues plages d'ennui. Heureusement que ses trouvailles revenaient à rythme régulier pour maintenir mon intérêt et "m'obligeait" à poursuivre une lecture que je considérais parfois comme fastidieuse. Les moments qui évoquent la politique ou l'économie me sont plutôt passés au dessus de la tête. Le livre démontrant larelative superficialité d'une époque, et bien les dialogues suivent le mouvement et sont souvent inintéressants et vulgaires. Le personnage d'Eunice parvient tout de même à nous toucher mais ce n'est pas non plus un déferlement d'émotion.

Ce roman aurait mérité une coupe d'un tiers et, à mon humble avis, aurait du choisir  de se concentrer plus sur le couple Lenny/Eunice et leur époque matérialiste (mais où finalement chacun cherche l'amour et l'approbation des autres) plutôt que de s'embarquer dans des histoires de guerre et de bombardements où l'on ne sait plus trop qui est qui. Plutôt que "super triste histoire d'amour", je dirais super longue histoire d'amour qui n'est pas à PTDR !

Une lecture en demi teinte : cynique à souhait, originale mais bien trop longue, que je suis contente d'avoir lue, et surtout d'avoir fini. Donc comme souvent, à vous de voir !

 

 

L'avis de OreilleInterne; de AGFE, de Luocine

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost 0
Commenter cet article

Isa 24/07/2012 13:07


Alors là je passe. C'est le genre de lecture qui ne me fait pas du tout envie en ce moment.

Géraldine 30/07/2012 08:41



@ Isa : Je ne ferai rien pour te retenir sur ce livre. Par contre, si tu veux du voyage, de la découverte, de l'exotisme, voire du soleil, je t'invite à t'inscrire au petit challenge que je viens
de lancer : "des livres et des îles" ! Je compte sur toi !



Philippe D 23/07/2012 21:27


Ce titre ne m'intéresse pas. Et heureusement!


Bonne soirée.

Géraldine 30/07/2012 08:37



@ Philippe : Oui, je pense qu'il y a des livres moins déprimant à lire ! AU fait, toi qui aime les challenge, je t'invite à t'incrire au challenge que j'ai lancé hier et qui nous emmènera d'île
en île !



A_girl_from_earth 22/07/2012 13:39


Aaah cet avis que j'attendais depuis des lustres !  Je te rejoins sur la longueur et lassitude que j'ai
ressenti sur la fin, dans mon billet je parlais du dernier quart/tiers du livre, ce qui semble correspondre aussi à la partie que tu aurais bien enlevé du récit, mais je pense avoir été plus
sensible au second degré à la dérision générale que tu as bien perçu et qui me laisse du coup un souvenir plus enchanté que désenchanté de l'ensemble. Cela dit, il doit être plus normal de
ressentir du désenchantement face à ce portrait cynique de nos sociétés et de leurs travers.:) 

Géraldine 23/07/2012 21:26



@ AGFE : En fait, je pense que le 2ème degré ne cache pas assez le premier degré et que cela rend l'ensemble très pessimiste et démoralisant.



luocine 22/07/2012 12:36


j 'attendais ton texte , et je suis bien d'accord avec toi, mais je vois que la langue t'a moins choquée que moi .


je crois que ce roman contient de très bonnes idées mais qu'il est terriblement mal écrit ou mal traduit


Luocine (merci pour le lien)


 

Géraldine 23/07/2012 21:24



@ Luocine : J'ai été assez choquée au début, sans doute plus par les propos que les mots réellement et puis, je ne sais pas, sois l'auteur s'est calmé, soit je me suis habituée. Mais en tout cas,
ce n'est pas un livre que je conseillerai, sauf aux adeptes du genre.



Manu 22/07/2012 09:15


Je pense en effet que ce n'est pas de l'anticipation mais bien du réel ! Ce n'est plus l'anglais qu'il faut enseigner aux enfants mais le chinois ! Pour le roman, je passe, si tu n'es pas
totalement enthousiaste. 

Géraldine 23/07/2012 21:22



@ Manu ; Oui, et je pense hélas, comme dans de nombreux cas (qui aurait imaginé il y a 20 ans le 11/09/2001), la vérité dépassera encore la fiction. J'espère ne plus être de ce monde d'ici là !