SON CORPS EXTREME, de Régine DETAMBEL

Publié le 13 Septembre 2011

Roman - Editions Actes Sud - 148 pages - 17 €

 

 

 

Sortie le 12 août 2011

 

RENTREE LITTERAIRE

 

 

L'histoire : Un poteau, une voiture pliée.  Alice, la cinquantaine, est désincarcérée de la taule qui la gardait prisonnière déjà comme dans un cercueil. Elle est dans le coma et son corps est brisé de partout. Les jambes surtout.

Par les mots de l'auteur, nous partageons et vivons ce lent, très lent retour à la vie d'Alice. La conscience, puis la réappropriation du corps et sa rééducation.

 

 

Tentatrice : Clara

Fournisseur : Actes Sud, merci pour l'envoi.

 

 

 

 

 

 

 

étoile3etdemi 

  Mon humble avis :Ce sont des ouvriers d'un chantier de nuit, une nuit à étoiles filantes, qui aperçoivent en premier la voiture. On ne sait d'où elle vient... S'il s'agit d'un accident ou non.... D'ailleurs, on ne le saura jamais vraiment, car là n'est pas l'important. Laissons à Alice ce doute, ce secret, cette intimité. Nous retrouvons Alice dans le coma, puis éveillée, de services hospitaliers en autres services, avec des voisines de chambres différentes, plus ou moins rassurantes, plus ou moins encombrantes... Enfin, Alice arrivera dans un centre de rééducation fonctionnelle. Dernière étape, mais pas des moindres. Presque deux ans encore.

 A mes yeux, ce roman brille avant tout par sa haute qualité littéraire. L'écriture est sublime, soignée, polie, délicate, poétique. L'écriture peut être aérienne ou très franche, voire tranchante suivant la situation.

J'ai beaucoup aimé ce livre, même si sa lecture n'a pas été facile. Le sujet est très grave, lourd et n'est pas sans évoquer un épisode interminable de ma vie, même si les proportions ne sont pas les mêmes.

Pour moi, ce fut un AVC... Quoiqu'il en soit, c'est le milieu hospitalier, le rapport avec le personnel soignant (que je trouve plus attentionné dans le roman que dans la réalité. Peut-être parce que justement, dans le roman, les soignants ont le temps... là où dans "la vraie vie", chacun est débordé par le manque de personnel et de moyen). Il est souvent question de douceur au fil des pages... J'aurais aimé la sentir cette douceur quand c'était mon tour... L'hôpital est mécanique, comme un garagiste. On soigne le corps au mépris de l'esprit... On vous interroge sans cesse sur l'échelle de 1 à 10 de votre douleur physique... mais jamais une question sur votre souffrance morale. Bref, petit message personnel en passant. 

Cela mis à part les jours et les nuits de l'hôpital, les bruits, des chariots, des portes, des pas... Tout est parfaitement décrit dans ce roman. Lorsqu'Alice reprend conscience, elle se rapproprie son esprit, ses souvenirs. Entre moments d'abattement et de repos. Un psychiatre l'aide à démêler cela, à fouiller dans un passé que l'on découvre assez sombre.  Je me suis demandée à quelle branche Alice allait se rattraper pour se battre et survivre.... Et trouver le déclic.... Le déclic, ce moment où son cerveau décidera qu'il est temps de ce rapproprier son corps. Je ne sais pas si ce déclic est conscient, choisi ou inconscient... Juste un instinct de survie. Le miracle de l'alliage le plus mystérieux : le corps et l'esprit.

La dernière partie m'a particulièrement émue. La rééducation fonctionnelle où les victoires se calculent en mètres et en mois...

Ce roman est très foisonnant, je vous laisse découvrir la personnalité complexe d'Alice et les différents personnages qu'elle croise tout au long de son retour à la vie, tout comme l'impact inconscient de son patrimoine familial sur sa vie. Vous vous demandez sans doute pourquoi je n'octroie pas 4 étoiles à ce livre qui pourrait grandement les mériter. Parce que la méthode narrative m'a parfois un peu égarée... J'avais l'impression que me retrouvais tantôt dans les souvenirs d'Alice, tantôt dans son présent, sans être prévenue de ce changement par une ponctuation, un changement de style ou un : Alice pensa que.... le psy lui répondit que... même si j'en suis consciente, le style s'en serait alors retrouvé alourdi. Cela m'a perturbée.

 

Pour moi, "Son corps extrême" est un vibrant hommage à tous les cassés de la vie, accidentés ou en longue maladie, qui ont la force, le courage de se battre, de survivre, de revivre... Et surtout, la patience de prendre le temps. Ce temps nécessaire autant au corps qu'à l'esprit pour se renconstruire. La patience, c'est tellement dur quand le temps a failli s'arrêter. Et pourtant, le temps, on est les seuls à pouvoir se le donner vraiment.

 

Voilà, je redoutais la rédaction de ce billet que je reportais depuis plusieurs jours. C'est tout ce que je peux donner, même si c'est peu devant la brillance et la richesse de ce livre. 

 

 

"Telle est la mission de l'alitement forcé, faire qu'on s'arrête et qu'on regarde mieux... pour que le cours de la vie reste cohérent et fluide"

 

"Alice comprit qu'elle voulait que tout ait un sens, il fallait toucher les gens. Elle parlait beaucoup du regard"

 

"Alice écrit que vivre sans terre ferme sous ses pieds, c'est vivre sans droit et sans liberté".

 

"... Tout ce populo est bien résolu à  former un corps digne de ce nom à nouveau. Croire en la passivité d'un malade est un affront. Des transformations silencieuses. On imaginerait à tort la vie d'Alice comme une vie murée et incapable."

 

" Quand donc a commencé la guérison ? Une chose est sûre, tout a changé sous les yeux d'Alice sans qu'elle s'en aperçoive. Un grand chavirement s'est produit et maintenant, voilà que le déclin lui même décline.... Pendant quelques mois, guerir est plus rapide que vieillir et même renverse la vapeur. On rajeunit";

 

"Lorsque l'on veut comprendre quelque chose de sa propre vie, il faut en parler avec le premier venu. Nul besoin d'un esprit particulièrement pénétrant, l'illumination viendra en parlant."

  

"Elle jubille.Le lendemain, elle réclame un chronomètre. Parcourir 4 mètres lui prend une minute et 54 secondes, ce qui représenterait un sprint de 100 mètres en un peu moins d'une heure..."

 

 

Juste après ma lecture, après la dernière page, je suis sortie, je suis allée prendre l'air. Avec mon podomètre, je suis allée marcher dans la compagne tourangelle. Chacun de mes pas avait une autre saveur, une autre valeur...

 

 

 

 

 

 Les avis de ClaraLeiloona et de LilibaRL2011b

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Stephie 20/09/2011 12:08



Ah mais je parlais de la dureté du sujet hein ;)



Géraldine 21/09/2011 08:34



@ Stéphie : J'ai bien compris. La difficulté à lire ce livre dépendra sans doute de ton vécu, mais sinon, il n'est pas si difficile. Beaucoup de mots ne sont pas dit. Ce n'est pas médical.



Stephie 18/09/2011 15:56



Je continue à me demander si je suis capable de lire ce roman



Géraldine 20/09/2011 11:32



@ Stephie : je n'en doute pas une seconde, puisque tu aimes la qualité littéraire.



Loo 18/09/2011 12:25



Si je dois lire ce livre ce sera parce que tu le présente très bien écrit. Par contre le sujet fait un peu hésiter tout de même. Merci pour cette présentation.



Géraldine 20/09/2011 11:34



@ Loo : C'est un livre enrichissant, qui nous fait mettre à la place de ceux que nous ne sommes pas, dans un univers qui nous est souvent inconnu. A moins que tout cela nous soit hélas connu,
alors on comprend mieux.



Liliba 16/09/2011 09:16



J'imagine qu'en effet ce roman doit toucher au plus profond quand on a comme toi connu ces établissements hospitaliers et la douleur physique, la peur, l'angoisse de ne plus remarcher ou
récupérer.


Sans pour ma part avoir vécu de drame pareil, j'ai été aussi extrêment touchée par cette écriture qui, comme tu le dis si bien, est vraiment absolument magnifique.


Un livre à lire, même si le sujet n'est pas facile !



Géraldine 18/09/2011 20:22



@ Liliba : Oui, je pense que c'est un livre très fort pour cette rentrée.



clara 16/09/2011 08:51



Un livre d'autant plus fort quand il trouve un écho en nous...Ton billet est très beau parce que tu y mets tes ressentis, toute ta sincérité et ton vécu.


 



Géraldine 18/09/2011 01:19



@ Clara : Merci, c'est vrai que j'ai eu du mal, je ne savais pas par quel bout entamé ce billet. J'ai pris la voie de l'aorte !!!



Elfe 16/09/2011 08:51



Déjà dans ma liste de lecture, et ton commentaire me donne encore plus envie de le lire.



Géraldine 18/09/2011 01:21



@ Elfe : C'est vraiment un livre de grande qualité, qu'il faut être prêt pour le lire quelque part. On ne le lit pas pour se distraire.



Philippe D 15/09/2011 20:06



Je n'ai pas trop envie de lire ce genre de livre pour l'instant. De plus, la couverture ne me plait pas du tout ... ce qui ne devrait pas entrer en ligne de compte pourtant...


Passe une bonne soirée.



Géraldine 18/09/2011 01:06



@ Philippe : La couverture (artistique) est pourtant très représentative du livre, de la fragilité du corps et de la possibilité de chute (voire de la tentation de chute) qui en découle.



Manu 15/09/2011 15:54



Un livre qui me tente. Ton avis est bien sûr d'autant plus intéressant. Je le note !



Géraldine 18/09/2011 01:00



@ Manu : je t'encourage à le lire, c'est vraiment un beau livre qui montre l'intérieur de l'être dans la maladie. L'écriture est vraiment superbe.



gambadou 13/09/2011 21:57



pas facile comme thème, même la couverture est dure... j'hésite



Géraldine 15/09/2011 16:17



@ Gambadou : Le plus beaux livres sont souvent les plus durs. Pour la couv... hum hum.... J'ai lu devant un neveu de 10 ans qui me demandait pourquoi elle tombait, pourquoi elle est nue... bref,
dur d'expliquer l'art aux enfants !!!!



A_girl_from_earth 13/09/2011 21:13



Très beau billet mais le sujet... dur...



Géraldine 15/09/2011 16:22



@ AGFE : Ce sont les sujets les plus durs qui permettent souvent de comprendre le plus de choses... Ce livre est vraiment bien écrit et rien que pour cela, il mérite lecture.



mary 13/09/2011 18:03



Très émouvant ton billet le livre doit l'être aussi . Le sujet est grave difficile c'est vrai mais il ne peut que nous toucher quand on a dû faire face à la maladie, la sienne ou celle d'un
proche.Tu écris si bien Géraldine... 



Géraldine 15/09/2011 16:23



@ Mary : Merci Mary  Et pourtant, la rédaction de certains billets me parait parfois tellement insurmontable...



lacazavent/Hélène 13/09/2011 17:31



Ton billet est très beau. Je le notesurtout si tu lui attribue un label HQL ("haute qualité littéraire")



Géraldine 15/09/2011 16:26



@ Lacazavent : Effectivement, dans les abréviations blogosphériques, on pourrait garder HQL !



Noukette 13/09/2011 14:43



Ton billet est très beau, pudique aussi... Ce roman me fait très envie aussi, même si le sujet est douloureux...



Géraldine 15/09/2011 16:27



@ Noukette : merci ! le livre est tout aussi pudique je pense. Beaucoup de choses son suggérées, sans être vraimet dites...



Alex-Mot-à-Mots 13/09/2011 13:36



Je me demande encore qi je vais lire ce roman, malgré tout le bien que tu en dis. Le sujet me retient.



Géraldine 15/09/2011 16:28



@ Alex : je pense que Leiloona le fait voyager, tente donc ta chance, tu ne regretteras pas la qualité littéraire. Aorès le sujet, c'est à la discretion de chacun...



L'Irrégulière 13/09/2011 10:30



Je l'ai noté pour ma deuxième vague de lectures de la rentrée littéraire, il a l'air très touchant !



Géraldine 15/09/2011 16:29



@ L'irrégulière : Tu as raison. Je pense que dans la masse, ce livre ne devrait vraiment pas rester innaperçu et laissera des traces (voire plus) dans la littérature...



canelle56 13/09/2011 09:44



Bonjour Geraldine , lire ce genre de livre ne pouvait pas te laisser indifferente d'ou evidemment cet echo...


Je n'aime pas suite à "ma maladie "me replonger dans ce contexte , tant en lecture , que d'en voir un film...donc je comprends ton envie d'aller te promener


Bises Geraldine



Géraldine 15/09/2011 16:31



canelle : C'est plus fort que moi, ces livres autour de ces sujets m'attirent, même si je sais m'attendre à des lectures douloureuses parfois, mais tellement éclairantes.



Sandrine(SD49) 13/09/2011 08:07



Je n'ai pas eu le même ressenti que le tien sur ce livre sauf sur le fait d'être parfois perdue en passant d'un moment à un autre, d'une personne à une autre.



Géraldine 15/09/2011 16:34



@ Sandrine : là, je réponds à mes comm, puis je m'attaque à mon GR, donc je vais venir voir chez toi ce que tu en dis !