SHADOW DANCER, film James MARSH

Publié le 15 Février 2013

http://fr.web.img1.acsta.net/medias/nmedia/18/86/82/68/20400605.jpgSynopsis : Collette, jeune veuve, est une républicaine, vivant à Belfast, avec sa mère et ses frères, de fervents activistes de l’IRA. Suite à son arrestation après un attentat avorté au cœur de Londres, Mac, un agent secret du MI5, lui offre le choix : passer 25 années en prison et ainsi perdre ce qu’elle a de plus cher, son fils, ou espionner sa propre famille. Elle décide de faire confiance à Mac, et retourne parmi les siens…
 
 
 
Avec Clive Owen, Andrea Riseborough, Gillian Anderson
 
 
 
 
 
 
Hitchcock d'Or, Grand prix du Jury, festival du film britannique de Dinard 2012
 
 
 
 
 
 
 
 
 -toile3.jpg
 Mon humble avis : Si l'on a lu Mon Traitre et Retour à Killlibegs de Sorj Chalandon, on ne peut voir ce film sans penser à ces deux romans... C'est d'ailleurs pour cela que je suis allée voir Shadow Dancer, hors de mon cinéma habituel, hors de ma carte d'abonnement. Une curiosité immense, mettre des images sur des mots et comprendre encore un peu plus.
Je suppose que Shadow Dancer représente parfaitement la vie des Irlandais partisants de l'IRA pendant la guerre. Tout est filmé avec une sobriété glaçante, même les dialogues sont minimalistes. C'est donc avant tout un film atmosphérique et qui nous met un peu en double posture... Spectateur et "invité" car nous rentrons vraiment dans la vie, les maisons de ces gens, la tension de leur quotidien, la violence qui peut venir de n'importe où...même de son propre camp, quand on en a encore un.. ... Etrange impression, nous sommes troublés et dérangés. Les Irlandais que la raison pousserait à choisir entre patrie et famille, et qui préfèrent se sacrifier...
Et puis, être arrêtée, ne pas avoir le choix, devenir traître parmi les siens en échange de 25 ans de prison loin de ses enfants...Être prise dans un étau et surveillée de partout : de ce qui vous soupçonne et de ceux qui vous "couvrent". Bref, difficile de parler de ce film, à la force émotionnel puissante et au suspens qui nous garde prisonniers.
Dommage cependant qu'à mes yeux et celles de mes accompagnantes, l'impression à la sortie était de n'être pas sûres d'avoir tout compris. Beaucoup de zones d'ombres, de raccourcis et de pourquoi et comment...
Mais bon, auprès du MI5 (les services secrets britannique), a shadow dancer est un dossier classé confidentiel... En tout cas, le film ne se veut pas moralisateur... Et je n'y ai détecté aucun parti pris. Mais je suis assez ignorante sur le sujet alors, le mieux est que vous vous fassiez votre idée par vous même.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost 0
Commenter cet article

Tiphanie 24/02/2013 20:46


Je pense que c'est parce qu'il ne voulait pas dévoiler quel était son réel contact en fait.

Géraldine 01/03/2013 22:19



@ Tiphanie ; Oui, tu as sans doute raison.



Tiphanie 20/02/2013 21:33


Comme toi j'y suis allée avec les romans de Sorj Chalandon à l'esprit... et j'ai tout autant aimé, le minimalisme en effet contribue à nous faire ressentir les conditions de vie des
nords-irlandais. J'ai trouvé l'actrice principale vraiment très douée! Si tu as envie de discuter du film sans spoiler pour éclaircir peut-être certaines zones d'ombres on peut le faire via mail
si tu veux.

Géraldine 23/02/2013 13:27



@ Tiphanie : Ben disons que j'ai pas trop compris quand l'autre agent du MI 5 parlait par exemple qu'il travaillait à la recherche d'une autre taupe depuis un an... Et pourquoi abandonner si vite
la nouvelle taupe...



mary 15/02/2013 17:40


Un dilemne terrible pour cette femme ! ce doit être un film poignant.

Géraldine 23/02/2013 13:44



@ Mary : Oui, très poignant et stressant en même temps... On a toujours peur qu'elle soit découverte...



Luocine 15/02/2013 10:24


j 'attendais ton avis avec impatience.
J 'espère qu'un jour tu viendras au festival du film britannique qui offre ce genre de films et bien d'autres .
C 'est vrai qu'on a l'impression de ne pas tout comprendre mais quand on réfléchit bien (et les dicussions avec les festivaliers aident bien pour cela -on passe son temps à confronter nos
avis-pendant le festival) ce film est bien construit et hélas implacable.


Et évidemment, je suis bien d'accord avec toi,le livre de Sorj Chalandon éclaire dans les mêmes teintes cette période


Luocine

Géraldine 23/02/2013 13:45



@ Luocine : Il faudrait efffectivement que je vienne faire un tour à ce festival un de ces 4 !