RENCONTRE AVEC TAHAR BEN JELLOUN

Publié le 21 Octobre 2012

100_1560.JPG

Il y a quelques jours, Tahar Ben Jelloun venait à l'Espace Ouest France, invité par la librairie Le Failler. Un auteur que je connais très peu, que j'ai lu il y a trop longtemps pour en garder un souvenir précis.

Tahar Ben Jelloun, membre de l'Académie Goncourt, présentait son dernier roman, paru à l'occasion de cette rentrée littéraire : Le bonheur conjugal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Casablanca, début des années 2000. Un peintre, au sommet de sa gloire, se retrouve du jour au
lendemain cloué dans un fauteuil roulant, paralysé par une attaque cérébrale. Sa carrière est brisée et sa vie brillante, faite d’expositions, de voyages et de liberté, foudroyée. Muré dans la maladie, il rumine sa défaite persuadé que son mariage est seul et unique responsable de son effondrement. Aussi, décide-t-il, pour échapper à la dépression qui le guette, d’écrire en secret, avec l’aide d’un ami, un livre qui racontera l’enfer de son couple. Un travail d’autoanalyse qui l’aidera à trouver le courage de se délivrer d’une relation profondément perverse et destructrice.
Mais sa femme découvre le manuscrit dans un coffre de l’atelier et livre sa version des faits, répondant point par point aux accusations de son mari et relisant, à sa manière incisive et
percutante, leur histoire.
Qui a tort, qui a raison dans cette comédie cruelle que se jouent un homme et une femme ? Question épineuse dans une société où le mariage est une institution et une époque où le bonheur conjugal est un leurre.

 

 

 

 

 

 

L'intervenant : Pourquoi interroger le bonheur conjugal ?

TBJ : Je travaille sur la société Marocaine depuis longtemps à travers 

100_1566.JPG

 mes romans et nouvelles, afin de faire le portrait de ce pays très contrasté.

J'ai toujours été surpris par le décalage entre la manière dont les femmes vivent le pays, celles des hommes, et la manière dont les deux vivent la relation conjugale.

La femme au Maroc n'a pas beaucoup de droit donc cela fausse le rapport e force et non en négociation. L'homme a en plus le droit à la justice de son côté. Depuis quelques années, il y a une lutte des femmes pour gagner le respect.

Par exemple, au Maroc, l'avortement est interdit par les religieux, donc il se pratique dans le secret et des conditions sanitaires catastrophiques. Un bateau Européen est venu pour proposer l'avortement dans certains cas et de bonnes conditions. Il y avait forcément deux camps, les pour et les contres. Mais la femme est tout doucement en train de prendre du pouvoir au Maroc.

 

 

 

L'intervenant : On sent le désir d'émancipation de la femme dans le livre...

Et pourquoi avoir réuni des personnes si éloignées en tout ?

TBJ : Le mariage est un contrat social pour fonder une famille, mais contraire à la nature. A l'intérieur d'un couple, il y a deux libertés qui ne doivent pas devenir solitude.

Ils sont différents par l'âge, par le milieu d'origine, par l'environnement socioprofessionnel....

L'homme va se réveiller un jour en réalisant qu'il n'a pas uniquement épousé une femme mais une tribu, tribu qui va l'envahir dans son espace...  Ce n'est pas la personne mais la relation qui devient problématique. c'est donc un livre

100_1550.JPG

 très politique. Il faut que tout le monde s'entende dans un couple, comme dans un pays. Comment peut on vivre avec une personne qui ne se rend pas compte de l'importance qu'ont certaines choses ou personnes pour vous ? S'il n'y a pas cela, il n'y a pas d'harmonie, de complicité.

L'erreur dans l'époque moderne, c'est qu'on est plus ou moins obligés d'avoir un contrat. Pourquoi avoir un secret serait trahir le couple ? "Ta vie est à moi". Hum... La vie des artistes n'est pas souvent intéressante. Elle est souvent médiocre, même s'ils offrent des oeuvres d'art pour la postérité. Regardez Picasso qui consommait les femmes. L'amour ne dure pas forcément 3 ans, mais instinctivement, l'amour se fatigue. Un couple qui traverse toute une vie, c'est merveilleux, même si rien n'est facile.

 

 

 

 

L'intervenant : Pour vos personnages, le mariage est un peu un pari qui a mal tourné. Ils ont eu de l'espoir ?

TBJ : Spinoza disait qu'on ne change jamais. Dans la forme peut-être, mais pas dans le fond. Comment négocier avec ses propres angoisses ? Certains s'en sortent, d'autres non. Je ne suis pas d'accord  avec le peintre qui accuse sa femme de son propre AVC. Sa femme n''est pas un cholestérol. J'ai bien aimé le personnage de la femme. C'est marrant, je parle de mon livre comme si ce n'était pas moi qui l'avait écrit !

 

100_1556.JPG

 

 

L'intervenant : Il y a un certain goût de vengeance dans ce roman...

TBJ : Un être qui a été humilié, blessé, se venge toujours, même si je ne suis pas pour la vengeance. La femme de mon roman va se venger de quelqu'un qui est devenu dépendant d'elle pour tout. L'artiste de peut plus peindre à cause de son AVC. J'ai quelques amis à qui un AVC est arrivé... Il faut penser à ceux qui deviennent dépendant, qui avait une autre vie et qui ne peuvent plus bouger le petit doigt. Il ne faut pas non plus oublier les conséquences psychologiques. Le petit geste de chasser une mouche, de ne plus pouvoir le faire, c'est terrible.... C'est pour cela que j'aime la littérature. On imagine, on s'ouvre à la vie des autres.

 

Il y a l'infirmière et la kiné qui passent chez le peintre et le soulagent, ce qui amène un peu de tendresse et d'espoir dans ce livre. Jusqu'au bout, malgré le handicape, le peintre restera un séducteur. Comme quoi, on ne change jamais.

Le couple, c'est deux.

La fusion est dangereuse.

Une personne est un individu avant tout.

L'amour, c'est beau quand il y a des différences, une relation d'échanges. Quel intérêt d'être deux clones ?

 

100_1549.JPG

 

 

 

  Mon roman "Le bonheur conjugal" est une illustration du choc des cultures. C'est politique car apprendre à vivre ensemble est eminament politique, c'est une pédagogie que l'on doit apprendre à l'école.

 

Je n'ai pas introduit d'enfant dans l'histoire car je ne voulais pas en faire un roman familial.

 

Le couple est un projet qui n'est jamais terminé. L'usure dans un couple peut-être aussi jolie qu'un visage ridé. Le seul élément du visage qui ne change jamais, ce sont les yeux.

 

Le couple de ce roman est très marocain. Les personnages, on les crée et ensuite, on les habille avec beaucoup d'autres personnes que l'on connait. Un personnage de roman est presque une synthèses des connaissances plus ou moins proche d'un auteur.

 

 

 

 

 

Et pour poursuivre ma collection de photos "effets de mains d'auteurs"

100_1565.JPG

 

100_1554.JPG

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Auteurs : rencontres et conférences

Repost 0
Commenter cet article

Catherine 27/10/2012 15:25


Quelle rencontre intéressante ! Mais je n'ai pas très envie de lire le roman...


Bon weekend

Géraldine 30/10/2012 18:49



@ Catherine : je n'ai pas acheté ce roman, puisque le personnage principal y est victime d'un AVC... ce qui fut mon cas il y a un peu plus de 4 ans. Donc pas envie de plonger dans ce sujet. Par
contre, j'ai acheté et fait dédicacer un autre livre au titre bien plus alléchant : "partir".



mary 22/10/2012 15:25


Un auteur que j'aime beaucoup, ses propos sur le couple sont vraiment pertinents...


merci encore pour ce beau partage .

Géraldine 26/10/2012 17:07



@ Mary : Oui, et c'est encore mieux quand on peut l'entendre. Dommage que les conférences soient courtes !On aimerait écouter ces auteurs pendant des heures !



Philippe D 22/10/2012 05:38


Un auteur que je n'ai pas encore lu.


Bonne semaine. 

Géraldine 26/10/2012 17:04



@ Philippe : Pour moi, c'est comme si je ne l'avais jamais lu puisque mes souvenirs sont trop lointain. mais je vais me rattraper avec un titre que j'ai acheté et fait dédicacer : "partir"



L'Irrégulière 21/10/2012 09:46


Il en passe du beau monde par chez toi !

Géraldine 22/10/2012 14:14



@ L'irrégulière : N'est-ce pas... Voici un avantage à noter pour s'éloigner de la capitale...