RENCONTRE AVEC DAVID FOENKINOS

Publié le 2 Avril 2013

100_2286--2-.JPG     C'était il y a quelques semaines, à Rennes, à l'espace Ouest France... La librairie Le failler invitait David Foenkinos à présenter son dernier et tout nouveau roman "Je vais mieux". Un rendez vous immanquable pour moi qui, en un an et demi, suis devenue fan de l'auteur, fan mais pas aveuglée. J'aime l'univers qu'il développe dans ces romans et l'aura qu'il développpe. Bref, c'est un personnage qui m'ai hautement sympatique... Tant que je ne "connais" pas médiatiquement un auteur, qu'il soit un ange ou le pire des enfoirés m'importe peu. Mais sitôt qu'il m'ait donné de connaitre un auteur médiatiquement ou lors d'une rencontre, si celui ci me déplait et bien j'arrête de le lire. Ca peut paraitre stupide, mais un auteur rentre dans ma vie plus ou moins autant que tout le monde, et j'aime autant choisir à qui je laisse une place de choix.

Il est des artistes qui déplacent leur univers avec eux. Après, on aime ou l'on aime pas. Quand on rencontre Luchini ou qu'on le voit à la TV, on est ravi qu'il nous donne du Luchini dans toute sa splendeur. Il en est de même avec David Foenkinos.

 

 

 http://www.unsushidansmonlit.com/wp-content/uploads/2013/02/je-vais-mieux-foenkinos.jpg

 

extrait de mes petites notes de l'interview menée par un journaliste qui anime les rencontre littéraire de façon récurrente sur Rennes. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le journaliste : La ville de Rennes passe très rapidement dans votre nouveau roman, pourquoi ?

DF : Le beau père du narrateur est hisorien, entre autre car je suis très admiratif de Kundera (qui fut prof à Rennes et qui a habité dans une tour où moi (Géraldine) ai failli habité !). Un jour, j'ai reçu une lettre de Kundera avec des dessins. Ce fut le plus beau jour de ma boite aux lettres. Je l'ai rencontré. C'est assez incroyable de recevoir des messages de Milan Kundera

 

Le journaliste : Est-ce Kundera qui vous a donné envie d'écrire ?

DF : Oui ! Je me suis mis à lire et à écrire sur le tard. Il faut des rencontres littéraires comme Kundéra ou Cohen, qui m'ont propulsé dans mon envie...

 

Le journaliste : Faire un film a-t-il changé votre façon  d'écrire ? ( D. Foenkinos a réalisé la version ciné de son roman "La délicatesse NDLR)100_2289--2-.JPG

DF : C'est possible. Ce roman est un polar du dos. J'ai toujours aimé raconter des scènes, j'aime les détails, je m'amuse. J'ai vraiment le goût des scènes. Mais je n'écris pas des livres pour faire des films. Je suis plus dans le loufoque donc pas forcément dans "l'adaptable". Je m'amuse ave mon personnage qui fait le yo-yo. Je ne voulais pas en faire un roman trop instrospectif sur la douleur.

Je n'ai pas ressenti la douleur de mon personnage, même si c'est le roman où j'ai été le plus corps à corps avec lui. Il y a presque un graphisme médical, même si nous sommes loin du roman médical justement. Heureusement, je n'ai pas vécu les errances de mon personnage ! Mais je voulais traiter de toutes les appararitions d'une douleur dans une vie, d'être seul dans un parcours médicale, de l'intensité de la solitude.

 

Si on est dans la capacité de se créer une douleur, on peut aussi avoir la clé de cette maladie. On est dans un opaque très somatique. Le dos, c'est le symbole, le synonyme des frustrations et des ratages de mon personnage. La douleur va lui donner envie de réparer sa vie. C'est donc l'histoire d'un homme  qui remet sa vie en question par les manifestation de son corps. Personnellement, j'ai l'impression d'être vieux (par erreur, j'ai reçu la carte sénior de la SNCF à 16 ans). Le seul point commun entre "Je vais mieux" et "La délicatesse" est de traiter de sujet grave avec légèreté.

 

Baptême et auteurs 088Le journaliste : Le personnage se retourne en arrière quand il pense être arrivé à la fin ? C'est plutôt un anti-héro ?

DF : C'est un héro sans qualités exceptionnelles. C'est beaucoup plus exaltant pour écrire un roman ar il y a plein de ressources ! J'ai voulu m'amuser ave la possibilié de trouver toutes les origines d'un mal de dos... Les mensonges... le départ de ses enfants. Il fait la liste de tous ses ratages, même anodins, au point qu'il remonte même jusqu'au CE2 ! Un mal de dos peut être le résultat d'un premier amour contrarié !

Je décris la vie en entreprise de façon très dure. Mon personnage a vécu dans une étroitesse pour ne pas faire de vague. Hors là, il va s'exprimer, se révéler.

C'est un livre sur le bilan, sur le moment où l'on est capable de résumer l'essentiel. Le personnage est incapable de mettre des mots sur ce qu'il ressent. Il va tout faire pour trouver le just dosage, quitte à prendre le risque du conflit. C'est un changement total de sa vie (version le mal de dos d'Amélie Poulain !) et ça va ricocher sur la vie des autres. Son mal de dos est un séisme.

 

 

  100_2282--2-.JPG

  Le journaliste : Pourquoi ces fameuses notes en bas de pages ?

DF : Parce que je trouve ça très sexy et c'est un plaisir physique. J'aime trouver l'essentiel dans l'inessentiel. J'aime raconter des histoires et être présent..

Ecrire, c'est long, cela demande beaucoup d'énergie. Je travaille beaucoup le texte, les phrases mais cela ne m'empêche pas le rapport ludique, j'en ai besoin. Il y a une forme de profondeur dans la futilité.

Mes premiers romans étaient plus loufoques. Je deviens plus réaliste donc je mets un peu plus de moi dans mes romans, mais ils ne sont pas personnels pour autant. Je n'ai pas eu mal au dos mais j'ai été gravement malade d'une maladie de vieux étant jeune. D'où les questions sur la mort, la maladie...   

 

 

 

Puis ce fut les questions du public... J'en ai posé 3 légères, alors que je sortais tout juste de ma lecture de "En cas de bonheur"... Si vous avez lu ce roman récemment... Sachez que David Foenkinos privilégie l'ascenseur aux escaliers... Donc, selon sa théorie, il serait un homme bien dans sa peau... Et si, comme moi vous êtes fan des hamacs que David Foenkinos considère plus comme un tue l'amour rassurez vous, celui ci reste "open" !

 

100_2284--2-.JPG 

 

Baptême et auteurs 093

 

 Moi, je trouve que l'on va bien ensemble... ne me reste plus qu'à faire éditer mon roman pour passer de fan à "jeune" collègue débutante ! je mets "jeune" puisque notre auteur est plus jeune que moi !

 

Pour info, l'année dernière, David Foenkinos avait eu l'extrême "délicatesse" de répondre à une de mes interviews maison !

 

 

 Viens maintenant l'instant délicat de compléter ma collection de photos d'effets de mains d'auteurs. Et oui, au fil des ans, j'ai remarqué que tous les auteurs s'exprimaient énormément avec leurs mains... Mon jeu est de faire des photos plus ou moins ratées, où si elles sont réussies, les photos ne sont pas en défaveur du physique de l'auteur mais apportent un flou artistique aux fameuses mains. Bon, là, j'ai eu un peu de mal a avoir les deux en même temps. Cela donne ceci...

 

100_2271.JPG

 

 

 

 

 100 2279

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

100_2285.JPG 

 

100_2280bis.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

100_2287.JPG

 

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Auteurs : rencontres et conférences

Repost 0
Commenter cet article

Manu 06/04/2013 10:20


Ahlala pas encore lu !!!! J'aime beaucoup ta photo avec lui (tu as une nouvelle coiffure très réussie)

Géraldine 09/04/2013 14:01



@ Manu : Ben alors  ?! Pour la coiffure... coiffeur quelques jours plus tôt, donc encore tout impeccable !



Sophielit 05/04/2013 19:34


Super billet. J'admire la simplicité de David. Contrairement à tant d'autres, il ne change pas d'un pouce dans son rapport aux autres... et il est aussi sympa que ce qu'on imagine en le lisant.

Géraldine 09/04/2013 13:59



@ Sophielit : Oui, son succès ne lui monte pas à la tête et ne descend pas dans ses chevilles non plus !



sylire 04/04/2013 13:06


Foenkinos, j'aime bien aussi. Mais j'ai cessé de le lire systématiquement à chaque sortie pour ne pas me lasser de son style un peu répétitif d'une certaine façon...

Géraldine 09/04/2013 13:51



@ Sylire : De mon côté j'ai lu  5 livres de lui en 1 an et demi, et je ne m'en lasse pas. J'adore son univers.



gambadou 04/04/2013 09:58


Zut, j'ai loupé la rencontre. Heureusement que je peux suivre grâce à toi... et je confirme, vous allez très bien ensemble

Géraldine 09/04/2013 13:51



Gambadou : Merci  Et puis tu as loupé aussi Tatiana de rosnay la semaine dernière...



kikine 03/04/2013 02:49


Ravie que tu aies apprécié cette rencontre.


Je ne suis pas fan du tout de Foenkinos mais il en faut pour tous les goûts

Géraldine 04/04/2013 20:13



@ Kikine  : Je ne pouvais qu'apprécier, j'aime ses livres et je trouve l'homme touchant et amusant !



A_girl_from_earth 02/04/2013 21:06


Il n'est pas avare de commentaires déjà, c'est bon signe, tes questions l'ont bien inspiré.  En tout cas, je
vois que Rennes est toujours la ville-vedette des écrivains.;)

Géraldine 04/04/2013 20:14



@ AGFE : Et encore, j'ai 2 billets de retard niveau "rencontres d'auteurs" : Teulé et de Rosnay !



mary 02/04/2013 19:54


Une belle rencontre, merci de nous la faire partager ! et un auteur à découvrir si ce n'est déjà fait .

Géraldine 04/04/2013 20:15



@ Mary : Oh oui, un auteur que je continuerais à suivre aussi longtemps que possible, même si son dernier titre m'a moins plu Mais dire qu'il y a un an et demi je n'avais rien lu de lui... me
voilà fan, 5 livres plus tard !



L'Irrégulière 02/04/2013 15:50


Ahhh, mon David ♥

Géraldine 04/04/2013 20:20



@ L'irrégulière : Bon, je vais être sympa, je vais partager ! Alors, je vais dire Ahhh, notre David



clara 02/04/2013 08:27


Plus jeune? Il paraît plus âgé que toi.. ( commentaire hyper construcrtif mais  je le pense)

Géraldine 04/04/2013 20:22



@ Clara : Je venais de faire mes racines, c'est pour ça... Mais tu verras quand je publierai ma photo avec Tatiana de Rosnay, ca ne fait pas la même chose... Et puis Foenkinos est plutôt mince et
moi bouboule, cela donne un aspect plus poupon au visage....