RENCONTRE AVEC CLAUDIE GALLAY

Publié le 26 Octobre 2013

SAM_3955.JPG En octobre, la romancière Claudie Gallay a répondu présente à l'invitation de la librairie Lefailler... Dans une médiathèque Rennaise, elle a donc présenté son dernier ouvrage, intitulé Une part de Ciel.

Bien sûr, j'ai assisté à cet événement et j'ai pris quelques notes, dont voici des extraits !

 

 

http://cache.20minutes.fr/illustrations/2013/07/16/part-ciel-1370525-616x0.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'histoire de Carole, qui retourne dans sa famille au coeur de la Vanoise. Elle y a rendez-vous avec son père, l'absent.. rendez vous fixé via une boule de neige...

 

 

 

 

 

SAM_3964.JPG   CG : La première idée et image de ce livre, ce fut le lieu. Tous mes romans partent d'un lieu. Je voulais aussi traiter de la fratrie. J'aime les lieux géographiques forts, rudes. Je suis native du Dauphiné, donc je connais ces montagnes. Et puis il y a eu le personnage de Gaby, un peu rustre, qui n'a jamais quitté ce lieu. C'est donc l'histoire d'un lieu et de quelqu'un.

 

 

 Arnaud, l'interviewer : Pourquoi Carole veut voir son père, qu'elle n'appelle même pas Papa ?

CG : Oui, c'est un père un peu absent, qui partait mais qui revenait toujours. La mère aimait ses retours, elle s'apprêtait.... On ne sait pas trop où ce père habite... Et puis, il convoque ses enfants et ses 3 enfants vont se retrouver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SAM_3957.JPG Arnaud : Pourquoi vouloir rassembler 3 solitudes au même endroit ?

CG : Il fallait qu'ils soient seuls tous les 3, à un moment où ils sont sans conjoint, pour pouvoir se retrouver. Avec un frère ou une soeur, si les conjoints sont là, on ne dit pas les mêmes choses. Le cocon, ce sont les souvenirs car la maison n'est plus là, elle a brûlé. Ils vont devoir retrouver ensemble ces souvenirs et se réconcilier autour de ça.

 

 

 

Arnaud : Celui qui s'en va est il le plus fort ou le plus faible ?

CG : Carole n'est pas très à l'aise dans ce lieu C'est difficile de revenir, on est toujours étrangère... elle se laisse donc doucement réapprivoiser.

 

Ecrire l'attente et l'absence n'est pas compliqué mais il fallait oser la lenteur, admettre la lenteur des détails. Je ne pouvais pas faire un livre de 200 pages. Une fois ce fait accepté, je me suis dit que ce livre ne pouvait pas être écrit autrement...

 

 

 

CG : Au début, pour moi, c'était Gaby qui était faible, fragile. Elle est au quotidien, c'est la débrouille sans son mari. Finalement, celle qui est la plus fragile, c'est Carole, celle qui revient

SAM_3968.JPG et a besoin de Gaby. J'aime ce lien indestructible entre les deux soeurs. Gaby a beaucoup changé depuis ma première version du roman.

 

 

Arnaud : La mère a-t-elle aimé à égalité ses enfants et en fonction de l'ordre dans lequel elle les a évacué lors de l'incendie ?

CG : C'est une question terrible que peuvent se poser des frères et soeurs. Ai-je été aimé, mieux, pareille, moins ? C'est une question essentielle par rapport aux parents. C'est le noeud du livre. La première scène que j'ai écrite, c'est la fin du livre. Je savais que je voulais aller là-bas, sans savoir par où l'allais passer.

 

 

Arnaud : Il y a une forte dimension visuelle dans ce livre....

CG : C'est important pour Carole, alors ça le devient pour moi. Au départ, ce sont des taiseux qui disent beaucoup de choses par des gestes, des regards... C'est un livre à lire lentement car beaucoup de choses sont dites autrement que par le verbe. Il y a des silences qui cachent des choses et d'autres qui en révèlent. Il y a des choses qu'il faut deviner et qui ainsi prennent un poids de vérité car elles sont découvertes.

 

 

 

 Arnaud :  Comment avez vous inventé ce village ? Comme le bout du monde ou comme le lieu le plus beau du monde ?

CG : Difficile à dire. Ce sont des villages où personne ne s'arrête alors que si on s'y arrêtait, on y trouverait de la vie. C'est aussi le bout du monde... car il faut marcher sur les chemins pour les garder vivants.

 

 

Arnaud : Pourquoi en faire un village à l'avenir précaire ?

CG : C'est porreux avec ma propre histoire. Ca me touche beaucoup ces villages qui évoluent avec le progrès. J'ignore si c'est une bonne chose ou pas, cette modernisation. Je ne suis pas paséiste, mais j'ai toujours mal aux paysages qui disparaissent. Quand j'aime un paysage, je voudrais qu'on y touche jamais.

 

 

Arnaud : Vous évoquer la lenteur pour ce roman et pourtant, vos phrases sont courtes. Comment avez vous décidé cela ?

CG : Je ne décide pas et c'est dommage car cela irait bien plus vite si je décidais. C'est un texte que j'ai écrit plusieurs fois. J'ai commencé en septembre. Donc, quand je suis arrivée au corps du livre, c'était l'hiver. Par contre la relecture s'est faite au printemps, donc c'était moins facile de se croire en plein hiver.

 

 

Ma question : A quoi ressemble une journée de Claudie Gallay, l'écrivaine ?

CG : Je suis au bureau à 5h du matin. C'est l'heure où on ose le plus en écriture... jusqu'à 8 ou 9h, tous les jours. Le soir, je relis. Et l'après midi, je vis ! Ce que je préfère dans le travail de l'écriture, c'est le choix du mot juste, précis. Ne pas trahir la langue, la façon de parler du personnage. C'est compliqué de savoir quand s'arrêter, au moment juste. Je prends beaucoup de notes, j'ai toujours des carnets avec moi.

 

CG : Aucun des personnages de vient d'une seule personne existente. Ils sont vraiment inventés, contrairement aux paysages qui existent.

 

Ma 2ème question : En cas d'incendie, lequel de vos livres sauveriez vous en premier ?

CG : Je sauverais mes notes du prochain livre !

 

 

 

  Passons aux photos qui complètent ma collection d'effets de mains d'auteurs !

 

 

 

SAM_3974.JPGSAM_3965.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SAM_3966.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PEINTURE 3543 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Auteurs : rencontres et conférences

Repost 0
Commenter cet article

Valérie 01/11/2013 12:21


Elle écrit à plein temps alors maintenant? Tu l'as lu ce roman?

Géraldine 08/11/2013 11:42



@ Valérie : Non, pas lu son roman. Quand à savoir si elle écrit à plein temps maintenant, je ne sais pas.... C'est une question que je n'ose jamais poser en fait....



L'or rouge 29/10/2013 13:34


J'adore Claudie Gallay et il est sur ma PAL bien sûr  J'avais eu la chance moi aussi de la rencontrer lors
d'une soirée à ma librairie, c'est une personne très sympathique, elle reste un peu sur ses gardes, on sent qu'elle se protège... Merci pour ce beau moment dont tu as donné un très beau compte
rendu (comment fais tu pour prendre autant de notes, je n'arrive même pas à la moitié , tu dois écrire très vite, ou
alors tu as une excellente mémoire...) Bises et bonne semaine

Géraldine 31/10/2013 21:08



@ L'or rouge : Oui, on sent qu'elle reste en réserve, mais quelle grace, quelle douceur ! Pour info, je ne note pas tout, mes notes sont parfois illisibles pour qui ne les aurait pas prises.
Aucune mémoire, mais quelque part, j'ai réalisé récemment que prendre des notes me permet de rester concentrée sur la conférence. J'ai assisté à certaines d'entre elles sans prendre de note....
et mon esprit par en balade...



sylire 29/10/2013 07:00


Je vais bientôt le lire (enfin j'espère ! - c'est le livre de Price Minister). J'ai lu ton billet en diagonale, je préfère y revenir quand j'aurai fini ma lecture.

Géraldine 31/10/2013 21:14



@Sylire : Et bien j'attends ton avis avec impatience, pour voir si tu y a trouvé l'atmosphère que j'ai deviné lors de la conférence !



L'Irrégulière 27/10/2013 12:55


C'est fou tous ces écrivains qui se lèvent à des heures totalement improbables quand même !

Géraldine 31/10/2013 21:22



@ L'irrégulière : C'est clair, j'en serais bien incapable !  C'est peut-être pour cela que je serai toujours une auteure méconnue !



Emma 27/10/2013 08:10


Sympa, j'y suis allée aussi lorsqu'elle est venue à Toulouse, et j'ai très envie de lire son nouveau roman, j'ai l'impression que je vais y retrouver un peu l'ambiance des  Déferlantes.

Géraldine 31/10/2013 21:23



@ Emma : Aaahh, j'ai pas encore lu les déferlantes, mais il est dans ma PAL ! J'attends d'avoir vraiment du temps devant moi pour pouvoir le lire dans un délais raisonnable et m'y plonger corps
et âme !