LES AIMANTS, de Jean-Marc PARISIS

Publié le 9 Juillet 2012

Roman - Editions J'ai Lu - 94 pages - 4.95 €

 

 

 

Parution en format poche en janvier 2012

 

 

L'histoire : C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui partagent l'essentiel, mais pas tout. Qui n'insistent pas sur l'Amour, peut-être par confort. Qui sont marqués autant par ce qu'ils sont l'un pour l'autre que par ce qu'ils ne sont pas.

Jusqu'au jour où le temps a passé... Il est trop tard. Reste à s'interroger, à regretter, à aimer, toujours, finalement ? C'est une histoire par défaut.

 

 

 

 

Tentatrice : Silvana de chez J'ai Lu

Fournisseur : J'ai Lu, merci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

 

Mon humble avis : Les aimants.... On pourrait s'attendre à deux amoureux fusionnels, toujours incrustés l'un dans l'autre. Non, ils le sont "au sens des lapidaires du Moyen Âge : de fer et de diamant. Ils s'aiment sans le savoir, sans en être sûr, sans se le dire. Puis ils se séparent, mais la vie les ramène l'un vers l'autre, inexorablement. Inséparable, par confort (liberté) sans doute, ils deviendront âme soeur, comme s'ils formaient une fratrie. Et leur relation sera celle de la confidence, du partage culturel.

Ce roman est avant tout un magnifique portrait d'une femme exceptionnelle, hors normes aux yeux du narrateur, comme s'il devait toujours lever les yeux pour la regarder et la voir. Il semble qu'il ne puisse pas lui donner ce "secret" qu'elle recherche et qu'elle a en elle. Le narrateur dit toute son admiration pour cette femme, Ava. " Seule sur la plage, elle lançait des boules de neige à la mer et elle remontait le niveau des eaux".

Les aimants, c'est aussi l'histoire d'un Lien qui unit deux être différents mais complémentaires. Ce lien nait au début des années 80 et tiendra 25 ans.... Alors l'auteur distille quelques descriptions des décriées 80's qui, finalement, étaient encore bien douces comparées aux années 2000, où nous vivons "dans un monde de damnés, paniqués, fous d'eux- mêmes, prêts à tout pour cannibaliser l'autre.

En lisant, j'ai ressenti une étrange impression. Comme ci l'histoire était secondaire devant l'incroyable qualité d'écriture. Aphorismes, réfléxions philosphiques, poésie, tout est formidablement relié par une prose qui ressemblerait à un ruban de soie que l'on aime faufiler sans fin entre ses doigts pour en jouir encore de la douceur sans aspérité, de la pureté, du sacré. Quelle prose ! Je me demande, en lisant ce type d'écriture, comment et où les auteurs apprennent à manier aussi bien la langue française. J'en conclus que cela doit être un don ! Car même si j'ai suivi un enseignement supérieur, même si je baigne dans les livres depuis toute petite, et bien je me sens minuscule devant un telle écriture. Je ne parle pas de mes fautes d'orthographe qui résultent plus souvent de mon inattention, mais de cette fluidité, de la rareté du vocabulaire choisi et maîtrisé sans que cela paraissent pompeux. Amoureux et fascinés de proses exceptionnelles, ce livre est pour vous.

Il est court et néanmoins, je pense que ma culture et ma personnalité me font dire que même si je remarque le diamant, et bien celui ci brille un peu trop pour conserver mon attention et mon confort de lecture. J'ai apprécié que ce livre ne s'étendent pas plus sur un sujet pourtant traité avec maestria.

Petit bonus bien plaisant : en fin de livre, l'auteur nous offre quelques explications sur le genèse de ce roman, sur sa méthode d'écriture....

Un livre proche de la perfection donc, mais qui m'a un peu lâchée sur la fin, sans doute par son aspect bien plus "contemplatif" et très peu flamboyant. C'est une très belle littérature, sans doute trop haut de gamme pour moi, je n'en ferai donc pas un coup de coeur mais vous le conseille chaleureusement, si vous êtes sensibles aux très belles plumes.

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

titoulematou 11/07/2012 09:00


Avis tentant et intrigant.......

Géraldine 12/07/2012 16:23



@ Titoulematou : et bien laisse toi tenter, le livre est court, le risque donc minime !



clara 11/07/2012 07:38


Il a tout pour me plaire, je le note! Merci

Géraldine 12/07/2012 16:22



@ Clara : Oui, telle que je te connais, tu n'en feras qu'une bouchée !



mary 10/07/2012 12:05


En tout cas ton billet donne envie de découvrir ce livre. Toi aussi tu as un joli brin de plume !!! Bonne journée .


 

Géraldine 12/07/2012 16:21



@ Mary : Merci, mais face à des pointures pareilles, je me sens petite, toute petite, minuscule, ignare pour manipuler la belle langue qui est la nôtre !



L'Irrégulière 09/07/2012 16:42


hhhhaaaaa, que j'ai aimé ce roman !

Géraldine 10/07/2012 10:36



@ L'irrégulière : Moi, c'est surtout le style qui m'a plus. Au niveau de l'histoire en elle même, pas sûre que j'en garde un grand souvenir tout au long de ma vie !



Yannick 09/07/2012 13:11


Et à quoi d'autre doit on être sensible sinon aux belles plumes

Géraldine 10/07/2012 10:35



@ Yannick : Euh.... Aux jolies filles (ou jolis garçons) suivant notre bord ???!!!



Morgane 09/07/2012 11:11


J'aime beaucoup la couverture !

Géraldine 10/07/2012 10:34



@ Morgane : Oui, il y a un côté doisneau dedans !



keisha 09/07/2012 08:23


J'aime les belles plumes, oui, mais j'ignore si le thème m'accrochera...

Géraldine 10/07/2012 10:34



@ Keisha : En même temps, si le thème ne t'accorche pas, le livre ne dépasse pas les 90 pages... Dis moi, intéressée par un éventuel rencart à la fôret des livres ?