LE SYNDICAT DES PAUVRES TYPES, d'Eric FAYE

Publié le 20 Février 2010

01060120851.JPEGRoman - Editions Folio- 205 pages - 5.32 €

Résumé :

Le roman s'ouvre sur le transfert du corps d'Antoine Blin, du Panthéon... au cimetière de sa banlieue natale. Ce modeste employé des postes, un floué de la vie, un gibier pour les arnaqueurs de tout poil, est passé soudain de l'ombre à la lumière. A quarante-quatre ans, Antoine est élu Monsieur tout-le-monde et célébré comme l'une des personnalités les plus populaires du pays. C'est par une journée de canicule que tout a basculé, dans la ville moite et étouffante. Depuis quelque temps, Antoine est persuadé qu'il 'sent', une odeur tenace et obsédante. En sortant de chez son médecin, il fait la première rencontre qui va changer son destin, jusqu'à sa fin tragique. 'Le syndicat des pauvres types' est une fable subversive et cruelle. Antoine, antihéros solitaire, à l'écart de la marche du monde, aura à peine le temps de goûter aux feux de la gloire qu'il meurt assassiné. Eric Faye mêle avec délectation l'absurde et le quotidien, l'angoisse et l'humour.





                                                 -toile1.jpg

 

Mon humble avis :  Inutile de vous dire que c'est ce titre aussi attractif qu'impertinent qui fut à l'origine de cet achat compulsif. La quatrième de couv' me promettait un bon moment de lecture amusant et sans doute légèrement décalé. Un monsieur "Tout le monde" qui est recruté par "le syndicat des pauvres types" et qui est, en même temps, sélectionné par une émission de téléréalité. Le voilà élu Monsieur tout le monde de l'année. Ca, c'est si vous n'avez pas eu le courage de lire le résumé, un résumé qui garantit délectation, absurde, quotidien, angoisse et humour. Je pensais aussi pouvoir ajouter à cela cynisme, insolence et j'ouvrais ce livre espérant y trouver une histoire qui me révolterait presque pour son inconvenance.
Hélas, au fil des pages, point d'humour, point de mordant ni de sardonique, ni même de bons mots ou de phrases choc que l'on apprendrait par coeur pour bien les placer un soir en société et produire son petit effet. Par contre, le livre foisonne de quotidien comme promis, à tel point que cela devient ennuyeux. Les moments qui auraient pu être intéressants sont bâclés et les autres s'étalent sur des pages. Et cette histoire de syndicat ne rime pas à grand chose, n'est pas du tout aboutie. On parle vaguement des exclus de la société de consommation, de la solitude, de la téléréalité, de cette gloire aussi vite acquise qu'éphémère. Ces sujets ne sont que survolés et auraient mérité approfondissement. Mais j'ai tenu le coup car là où l'auteur se révèle très doué, c'est que l'on se demande vraiment là où il veut nous mener, ce qui est le minimum vital que l'on attend d'un livre. Parvenue à la dernière page.... Ô Stupeur, ô tremblement... Il m'a semblé que l'auteur n'ait voulu nous mener nulle part. A moins que je sois peu futée et que toute cette philosophie me soit passée au dessus de la tête. Dans ce cas, devrais-je songer à m'inscrire au syndicat des pauvres filles ?


 

                                                                                                              

Livre lu dans le cadre d'une lecture commune avec Cynthia

 

 

DAL PAL : 96-18
42823900_p.jpg

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Marie 25/02/2010 16:44


Visiblement l'impression générale a été un terrible ennui !!!


Géraldine 26/02/2010 10:48


@ Marie : On peut résumer les choses comme ça; ou comme un désintérêt général !


Constance 23/02/2010 12:03


Tu peux compter sur mon soutien et sur un coup de main de temps en temps pour des choses simples !!!


fersenette 22/02/2010 18:58


"ou de phrases choc que l'on apprendrait par coeur pour bien les placer un soir en société et produire son petit effet." Tiens donc, nous serions
plusieurs à le pratiquer ?


Géraldine 23/02/2010 12:23


@ Fersenette : je pense que oui, mais dieu qu'il est dur de ce souvenri de ces fameuses phrases au moment adéquat !!!!


Laeti 22/02/2010 08:13



Heureusement que tu donnes ton avis sinon je l'aurais sûrement acheté vu le titre accrocheur! Au nom de mon porte monnaie et de ma passion littéraire MERCI! :-D



Géraldine 23/02/2010 11:39


@ Laeti : Oui, les éditeurs sont très doués pour présenter des livres en trompe l'oeil !


Constance 21/02/2010 20:43


Ca serait une bonne idée...mais je manque cruellement de temps et des compétences techniques de bases. Néanmoins si tu te lances compte sur moi pour le fréquenter !!!


Géraldine 22/02/2010 12:02


@ Constance : Même si je suis overdébordée, j'y pense tout de même, je te tiens au courant !


Ys 21/02/2010 19:05


Ah, trompée par un titre et une couv', je vois ce que ça peut donner ;-)


Géraldine 22/02/2010 10:19


@ Ys : Et bien cela donne une grosse déception ! ... Mais dont je me remettrais !!!


Cynthia 21/02/2010 08:58


Moi aussi je me suis ennuyée durant cette lecture :/ J'ai l'impression que le registre de l'absurde est à double tranchant : soit on le trouve ennuyeux soit on le qualifie de génial...
Et pour ce qui est de l'humour. A part la scène de l'aéroport où Antoine va attendre Blandine et se rend compte que d'autres hommes sont là pour les mêmes raisons (qui m'a fait sourire, pas rire
aux larmes), rien dans ce roman n'a suscité le moindre rictus :/


Géraldine 22/02/2010 10:16


@ Cynthia : Oui, nos avis se rapprochent. PAr contre, la 3ème lectrice semble bien emballée !


Pluto DINGO 21/02/2010 07:29


Besoin d'un fou rire ? http://www.fous-rires.com


A_girl_from_earth 21/02/2010 00:11


J'adore toujours tes billets quand tu n'as pas aimé un livre - c'est vraiment drôlissime - on sent que ça vient du coeur. J'espère que ta prochaine lecture sera plus heureuse!


Géraldine 21/02/2010 11:55


@ AGFE :J'avoue que pour moi ce sont les billets les plus faciles à écrire. Ils montent en moi au fil de ma lecture et après, y'a plus qu'à écrire. Je pourrais peut'être devenir une zeymourette !!!


Constance 20/02/2010 20:44


Heureusement que j'ai lu ton billet jusqu'au bout car comme toi la couverture et le mot de l'éditeur auraient suffi à me faire plonger.
Je te proposerai bien de fonder le club des incorrigibles naïves qui croient les 4° de couverture à la place de celui des pauvres filles !!!


Géraldine 21/02/2010 11:57


@ Constance : Tu sais que ton idée me trotte dans la tête. Pourquoi ne pas créer un blog collectif, un peu comme celui d'ABC 2010, ou chacun pourrait éditer ses billets, sur les trompées des 4ème
de couv ! Qu'en penses tu ?


Manu 20/02/2010 18:29


Tout comme toi, le titre et le résumé me tentaient. Pour une fois, j'ai bien fait de ne pas céder à la tentation !


Géraldine 21/02/2010 11:52


@ Manu : Oui, et moi, j'aurais mieux fait de ne pas aller chez leclerc culture ce jour là !!!


Alex-Mot-a-Mots 20/02/2010 12:29


Le titre et la première de couverture donnait en effet l'idée d'un roman drôle.


Géraldine 21/02/2010 11:50


@ Alex : Leçon N°1 : se méfier des couvertures
Leçon N° 2 : se méfier encore plus des quatrièmes de couv' !


Liyah 20/02/2010 10:09


Me tente pas du tout celui la !


Géraldine 21/02/2010 11:48


@ Lyah : Non, pas la peine de te démener dans le désert pour le trouver !!!


Moka 20/02/2010 09:00


Bon, je me contenterai de ton article alors...


Géraldine 21/02/2010 11:47


@ Moka : Je pense que tu ne manques pas grand chose, il existe tant de livres potentiellement plus intéressants !


clara 20/02/2010 08:20



J'attends l'avis de la Miss Cynthia. Je suis  très peu tentée...



Géraldine 21/02/2010 11:46


@ Clara: Ca y'est, ma miss Cynhtia a publié son billet qui rejoint assez le mien !