L'ETE DES LUCIOLES, de Gilles PARIS

Publié le 20 Janvier 2014

http://4.bp.blogspot.com/-eX2oOmqqD7o/UsirCcSFpGI/AAAAAAAAC7o/zvUewCW5BTo/s1600/l_t_des_lucioles.jpgRoman - Editions Héloïse d'Ormesson - 222 pages -17 €

 

 

Parution le 23 janvier 2014, nouveauté !

 

 

 

L'histoire : Victor à 9 ans, vit à Bourg en Bresse avec son ado de soeur Alicia et ses deux mamans.  Ces parents se sont séparés parce que son Papa n'avait jamais grandi et dur dur pour sa maman. Son Papa vit à Paris et, il y a des années, a hérité de sa soeur défunte un appartement sur la côte méditerrannéenne. Comme chaque année, tout le monde va y passer le mois d'août, sauf le Papa, qui refuse de mettre les pieds là-bas. Et bien cet été, Victor va découvrir pourquoi, avec l'aide de quelques amis.... étonnants !

 

 

 

 

 

 

 

Tentation : L'éditeur

Fournisseur : L'éditeur, merci pour l'envoi !

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

 

 Mon humble avis : Gilles Paris, la voix de l'enfance. Où aussi la voie de l'enfance pour regarder le monde, s'étonner et se questionner de son disfonctionnement, ses contradictions, ses injustices, ses secrets, mais aussi, ses petits plaisirs simples !

L'été des lucioles est donc une chronique estivale, les vacances d'un enfant au Cap Martin, pas très loin de la frontière Italienne. Dans la résidence où Victor et sa famille posent leurs valises, nous rencontrons plein de personnages hauts en couleur, parfois comme sortis d'une autre époque, touchants, mignons. Chacun d'entre eux fait face à ses propres difficultés et épreuves de la vie. Certaines sont ponctuelles, liées à l'âge, d'autre remontent à un certain temps et laisse des cicatrices qui sans doute ne s'effaceront jamais vraiment. Et puis il y a l'ombre de Félicité qui plane.... Félicité, la tante de Victor, qu'il n'a jamais connue et qui est plutôt sujet tabou dans la famille.

Victor, c'est le monde des adultes qu'il ne comprend pas toujours, et puis, ça y'est, son coeur bat pour Justine !

La Maman de Victor est... libraire ET blogeuse  Elle partage sa vie avec Pilar, mais aime toujours le père de Victor, avec qui la vie est impossible, tant celui ci est un éternel enfant.

Alicia fait face à l'adolescence, l'obsession de son apparence, les amours d'été, et l'absence de son père, qu'elle ne digère pas.  

Gaspard, meilleur copain de Victor, est le petit dernier de sa fratrie, faite de très grands frères qui lui en font voir de toutes les couleurs.

Justine, fille unique, subit l'autorité de sa nounou très stricte et la rigidité artistocratique de ses parents.

Il y a aussi la gardienne, la Baronne dont les enfants sont morts il y a des années dans un accident, et les deux jumeaux, décidément mystérieux, qui partagent leur grande culture sur l'histoire des belles villas de la côte, dans lesquelles ils entrainent leurs copains.

Tout ce petit monde forme une troupe sympathique, où chacun s'attache à prendre soin de l'autre, à le découvrir, à le comprendre.

Le narrateur, c'est Victor himself ! D'ailleurs, il écrit un roman de ses vacances ! Il nous fait voir le monde à travers ses yeux d'enfant ! C'est plein de fraicheur, de tendresse, de belle poésie, et de réflexions, légères ou profondes, mais toujours sensées et souvent amusantes ! Parce que tout le monde le sait, la vérité sort de la bouche des minos !

Mon petit bémol irait à la maturité, que ce soit dans le caractère ou dans l'écriture, que j'ai trouvé par moment trop irrégulière.

L'été des Lucioles est donc une lecture très agréables, qui nous réveille en nous l'enfant que nous sommes toujours quelque part, puisque, malgré les décennies qui nous séparent de Victor, et bien les questions, on se les pose toujours. La différence, c'est que l'on a peut-être perdu quelques illusions. Victor en a encore plein, et il a raison ! Car quand on affronte certaines choses, et bien elles trouvent leur raison et donc leur solution !

Une lecture doudou, qui donne le sourire et réchauffe ! Ben oui, qui ne voudrait pas, à l'heure actuelle, être en été sur la côte et parcourir en short le chemin des douaniers avec une superbe vue sur la Grande Bleue ?

 

 

 

 L'avis d'Alex

 

 

  challenge 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost 0
Commenter cet article

Edelwe 09/04/2014 19:03

Encore un de noté! Le drame de la LAL!

titoulematou 17/04/2014 08:26

hihihi!!!! je crois qu'on a tous le même virus

titoulematou 12/02/2014 17:38


en fait autobiographie d'une courgette est particulier par rapport à l'été des lucioles et à au pays des kangourous, il est beaucoup plus " enfantin dirais-je...

titoulematou 26/01/2014 11:05


mon avis est plus enthousiaste que le votre! j'ai adoré!

Géraldine 28/01/2014 16:54



@ Titoulematou : Disons que j'avais tellement adoré l'autobiographie d'une courgette, j'ai été un peu moins sensible à celui ci. Je viendrai voir ton avis via mon GR



Noukette 23/01/2014 23:59


Bientôt, bientôt... je trépigne...!

Géraldine 29/01/2014 15:35



@Noukette : j'espère que tu as fini de trépigner et que tu es en compagnie de ce petit Victor actuellement !



Yv 21/01/2014 15:37


Pas complètement convaincu par la première partie, mais j'ai bien aimé la seconde

Géraldine 22/01/2014 18:05



@ Yv : Disons que la première partie fait plus chronique de vacances, on se demande un peu où l'auteur veut nous emmener.



A_girl_from_earth 20/01/2014 21:48


De bons échos ici et là. Ça a l'air frais et divertissant. Pourquoi pas donc ? Mais un jour où je serai moins sur"bookée" (hihi le jeu de mot )

Géraldine 22/01/2014 18:05



@ AGFE : Oh, mais tu es en forme !!! Une bonne lecture doudou mimi



gambadou 20/01/2014 19:02


Une lecture doudou, comment ne pas craquer !

Géraldine 22/01/2014 18:06



@ Gambadou : Oui, Gilles n'a pas son pareil pour nous parler à travers les enfants !



L'Irrégulière 20/01/2014 12:34


Oui, j'ai beaucoup aimé ce roman mignon tout plein !

Géraldine 29/01/2014 15:41



@ L'irrégulière : Oui, mignon tout plein, mais pour moi un peu moins touchant que l'autobiographie d'une courgette.



Alex-Mot-à-Mots 20/01/2014 10:38


Une très belle lecture pour moi également.

Géraldine 29/01/2014 15:42



@ Alex : Gilles Paris sait comment nous causer