L'EFFET LARSEN, de Delphine BERTHOLON

Publié le 26 Juillet 2010

Roman - Editions J.C Lattès - 363 pages - 18 €

  

 

Sortie fin août 2010

 

RENTREE LITTERAIRE SEPTEMBRE 2010

 

 

Résumé : 1998. Paris. Il fait 37 °. LesBleus sont champions du monde. Nola a dix-huit ans et vient de perdre son père, Jacques. Sauvée de la solitude par un job d’été dans un bistrot où les hurluberlus imbibés se succèdent plus vite que les petits ballons de rouge, la jeune fille gère avec les moyens du bord le chagrin de Mira, sa mère, et sa propre colère. Contraintes d’emménager dans l’« immeuble-mutant », reflet architectural de leurs vies décrochées, les deux femmes espèrent se reconstruire. Mais, à peine un pied posé dans le nouvel appartement, Mira présente d’étranges symptômes.

 

 

  

  

                                                                                                                    -toile4.jpg

 

 

Mon humble avis :  J'ignore si ce livre est arrivé au bon moment dans ma boîte aux lettres, mais cette histoire m'a émue, même bouleversée. Alors certes, la vie ne m'a épargnée d'aucun (ou presque) des sujets développés dans ces pages:  Le deuil d'un parent parti trop jeune. Qui est trop jeune ? Tout le monde, le défunt comme ceux qui restent. Les enfants qui deviennent quelques temps  la mère de leur mère veuve, parce qu'il faut tenir, pour ne pas la perdre elle aussi... quitte à emballer leurs propres douleurs dans un coeur en carton, carton qui finit toujours par ramollir. La dépression, l'hyperacousie, les acouphènes, la fuite, la survie, la reconstruction. Alors oui, ce livre, je le connaissais par coeur avant de le lire et pourtant... Je l'ai dévoré. L'écriture est fluide, jeune mais pas dépravée, imagée et soignée sans être assommante. Pas de pathétisme entretenu, cultivé, ou arrosé. De la vérité, des émotions, une analyse clairvoyante des épreuves difficiles, le tout porté par la jeunesse de l'héroïne Nola, qui ne baisse pas les bras, même si le décès violent de son père dans une fusillade en pleine rue la transpose sans palier de l'adolescence inscouciante à l'âge adulte.

Et puis, on pourrait croire l'histoire de "l'effet Larsen" assez linéaire. Point n'en est. L'auteure la dynamise avec respect, malgré la gravité de sa matière. Elle surprend également dans le dénouement, auquel on ne s'attend pas du tout.  Celui -ci donne une part des "pourquoi". Mais il n'a pas répondu à la question que je me posais depuis mes premiers instants de lecture : ce récit est- il autobiographique ? Qu'est-ce qui justifie une telle question : la justesse des mots. Ces mots que je n'ai jamais su dire, que peu de personnes concernées parviennent à prononcer, ni même à exhumer des cendres de leur âmes. Faut il avoir vécu tout cela pour le décrire avec autant de puissance, je ne sais pas. Peut-être, sans doute. A moins que là soit le talent d'un écrivain : imaginer les situations et les mots qui les suivent, ces mots que certains cherchent en vain, mais trouvent enfin dans un livre... Qui a dit que l'art était inutile ???!!!

 

 

" Réclamer de l'amour à une âme si cassée, c'est comme faire l'aumône auprès d'un sans-abri."

 

"La maladie de Maman était un non-sens et les non-sens, rien à faire, on ne sait jamais par quel bout les prendre".

 

" Il n'y a pas de nuances de noir. Le noir, c'est noir, c'est tout. Personne ne peut affirmer que ta souffrance est plus noire que la mienne."

 

"Seulement voilà : il avait bien fallu que je me ressuscite. ... Le coeur redémarra comme il le fait toujours - qu'on soit d'accord où non."

 

" ... Et je me demandais soudain si j'aurais, moi, un jour, des enfants, s'il n'y avait pas dans la reproduction de soi une responsabilité incompatible avec ma propre histoire."

 

"J'ai l'impression d'être assise au bord d'un trottoir à regarder passer ma vie en même temps que les bagnoles...."

 

 

Ce livre est une pépite, ma première lecture de cette rentrée littéraire. Un bon présage. Lisez ce livre... en librairie fin août. Vous êtes blogueuses, ce livre part en voyage aux conditions habituelles. Il va d'abord partir chez Keisha, qui accepte de le faire voyager pour moi qui risque de devoir me mettre en retrait dans quelques temps. VOus pouvez vous inscrire ici, je transmettrais à Keisha...

Quant à moi, je remercie Maud Letthielleux de me l'avoir envoyé.

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Midola 01/11/2010 19:49



Il est à la bib



Midola 31/10/2010 10:01



Bon, tu sais déjà que j'ai adoré ce roman et je comprends comme il a pu te toucher ! J'ai très envie de lire Twist maintenant !



Géraldine 01/11/2010 19:31



@ Midola : Twist n'est pas très gai non plus je pense. Clara l'a lu récemment. S'il est à la bib, je l'emprunterais un de ces 4 aussi !



Aifelle 09/10/2010 08:14



Je viens de le terminer et j'ai aimé ce roman, l'écriture, l'histoire, Delphine Bertholon a du talent. Comme toi, je n'ai pas vu venir la révélation de la fin, c'est très bien amené. J'avais peur
de lire "twist", je suis prête maintenant à me lancer. Merci de l'avoir fait voyager.



Géraldine 11/10/2010 10:21



@ Aifelle : De rien. Contente que ce livre trouve son public car il le mérite vraiment. Et hélas, (bon en même temps, je n'ai pas l'oeil partout), je trouve que les médias ont été très discret à
son sujet lors de cette rentrée !



sybilline 04/08/2010 19:43



Merci pour ta lecture bouleversante, Geraldine !


Faut-il avoir souffert pour en trouver la juste parole? Je pense que oui, parce que la douleur, lorsqu'elle ne se ferme pas, lorsqu'elle reste plaie béante, devient le lieu d'une voix ou
celui d'une oreille... 



Géraldine 09/08/2010 22:50



@ Sybilline : Une voix... une oreille... mais parfois aussi, un mur d'incompréhension ou des mots qui ne sortent pas.


C'est un très beau livre, que je te conseille chaleureusement. Keisha va le faire voyager bientôt si tu veux.



lucie 29/07/2010 23:32



tu me donnes envie...



Géraldine 03/08/2010 10:18



@ Lucie : Surveille le blog de keisha, il y a de fortes chances pour qu'elle le fasse voyager !



isa 29/07/2010 20:11



Impossible de résister avec un tel billet. JE NOTE !!!



Géraldine 03/08/2010 10:17



@ Isa : Ah oui, je pense que ce livre devrait te plaire. En tous cas, il est vraiment de très bonne qualité.



pimprenelle 27/07/2010 17:33



J'aime ces livres qui nous parlent, qui prennent aux tripes.


Ton billet est très beau, très touchant, et me donne très envie de lire ce roman!



Géraldine 30/07/2010 19:32



@ Pimprenelle : Merci, c'est vrai qu'avec moi, ce livre a trouvé son public. Même s'il peut paraître dur à lire pour certains, il est très beau et vaut le "détour".



clara 27/07/2010 16:15



Pour répobndre à te question, je pense que les femmes sont beaucoup plus sensibles ...



A_girl_from_earth 26/07/2010 22:20



Le résumé me semble intéressant et ta présentation du roman me plait bien. Ça n'a pas l'air d'être un sujet facile mais ça a l'air d'être bien traité. Je me le note, j'ai le temps de le voir
paraître à la bib' j'ai l'impression.



Géraldine 27/07/2010 14:00



@ AGFE : C'est vraiment un très beau livre, qui se lit tout seul. N'hésite pas à guetter le billet de keisha pour t'inscire sur le livre voyageur !



Constance 26/07/2010 16:02



Un beau bbilelt pour une auteurre souvent mise en lumière dans ma médiathèque.



Géraldine 27/07/2010 14:02



@ Constance : Je ne connaissais pas Delphine Bertholon, mais j'avoue que dès la réouverture de ma bib, je lirais ses autres oeuvres.



Marie 26/07/2010 13:39



Ton billet est très beau.


J'aurais aimé m'inscrire pour ce livre voyageur mais je ne suis pas là en août. Tant pis, j'attendrai a sortie en librairie !


 



Géraldine 27/07/2010 14:03



@ Marie : Tu sais le temps que prennent les livres voyageurs à effectuer leurs escales... Donc tu peux t'inscrire si tu veux, le livre pourrait n'être chez toi que vers septembre !



clara 26/07/2010 11:15



Trsè beau billet touchant...



Géraldine 27/07/2010 14:06



@ Clara : Merci, c'est le livre qui l'est surtout. Tiens, je me pose une question... Pourquoi les jeunes héroïnes les plus touchantes sont t'elles des filles (avec delphine de vigan, maud
letthielleux,delphine bertholon maintenant...; Les filles auraient elles un plus grand pouvoir émotionnel ????



keisha 26/07/2010 09:52



Je le vois ce billet! Avant j'étais sur mon GR qui n'affiche pas tout instantanément, le vilain!


Dis donc tu en parles bien de ce roman, je vais le lire vite vite j'espère, et il voyage, je gère le truc, ça va? les filles (et les garçons) inscrivez vous sans crainte!