J'AI DESERTE LE PAYS DE L'ENFANCE, de Sigolène VINSON

Publié le 17 Octobre 2011

Roman - Editions Plon - 190 pages - 18 €

 

 

Parution en août 2011

 

 

Rentrée littéraire septembre 2011

 

 

L'histoire : La narratrice est avocate, parfois dans le droit du travail, et souvent, un peu gratuite.... Avant une audiance, elle suffoque d'angoisse et tombe dans les pommes. Pour elle, elle meurt, elle a l'habitude de mourir. En fait, elle fait le grand écart entre ses idéaux d'enfants, ses idées d'adultes et le monde tel qui l'est. Forcément, ça donne le vertige, surtout quandl'enfant courrait sur les cailloux chaud de Djibouti.

 

 

 

Tentation : Le pitch et Babelio

Fournisseur : Babelio et Editions Plon, merci pour l'envoi.

 

 

 

 

 

 

étoile2.5 

 

 

  Mon humble avis : Ce livre est une autofiction.... Ce qui signifie que l'histoire est vraie, même si l'auteur, qui se met en scène, peut prendre toutes les latitudes possibles pour lui donner une dimension romanesque, quitte à maquiller, à exagérer ou à taire certains évènements.

Le fond est louable et le sujet nous affecte certainement tous un peu quelque part. Ce que nous étions enfants, ce que nous voulions devenir et ce que nous sommes. Entre ces états, il y a des trous plus ou moins béants chez chacun de nous. Donc ce sujet est assez universel. C'est plus la forme qui m'a moins convaincue. Cette alternance entre les temps. Le présent où une assez belle écriture frôle parfois une crudité inutile. Dommage, car ce texte compte de nombreux passages magnifiques et pas mal de "phrases citations" à cocher dans la marge. Le passé, tellement poétique qu'il m'a souvent échappé dépassé. Il décrit l'enfance de Sigolène à Djibouti... et finalement, il me reste assez peu d'images fortes et précises de cette époque, à part les machoires de requins que je visualise très bien.

 Ensuite, il est souvent question de positionnement politique dans ce roman et cela m'a fatiguée car pour moi, le fond de la question n'est pas là et on s'éloigne du sujet. Peu importe que la gauche soit extrême ou à droite, Sigolène veut changer le monde et elle n'y parvient pas. Alors certes, cette partie sert surtout à évoquer l'influence paternelle dans la vie de l'auteur, de ce père ancien militant plutôt désenchanté et illuminé... La seule vérité, c'est le rêve... Ensuite, il y a la mère, qui parle en majuscule (un peu comme dans le roman de Sandrine Soimaud, Tu) et qui est si fière du métier de sa fille qui "TRAVAILLE TROP". Sigolène se plaint toujours qu'elle est en train de mourir, et cela m'a agacée. Sigolène est donc en burn out et atterrit quelques jours en unitée psychiatrique, où elle ne prendra aucun médicament. Elle dresse une galerie de portraits d'une poignée d'autres occupants du service, tous "dingues" d'une façon ou d'une autre. Ces portraits peuvent être touchants, je les ai trouvés plutôt caricaturaux et très résumés. Et de ces 4 jours en unité pyschiatriques, il ressort quantité de dialogues entre patients, dialogues qui semblent n'avoir ni queue ni tête (sens caché forcément, étant donné l'état psy) qui ne sont pas franchement agréables à lire ni même drôles. Les échanges Sigolène/psy m'ont même paru improbables donc peut enrichissant. Le seul moment drôle est finalement trop pathétique pour me faire rire. Enfin, c'est pendant ces 4 jours en unité psy que l'auteur trouve "la solution à sa vie"...Et plutôt que ces délires entre patients, j'aurais préféré suivre son cheminement plus en profondeur. De même, mettre autant de temps pour une si simple réponse... Je ne sais pas, je trouve étrange que Sigolène attende d'avoir bien dépassé la trentaine pour retourner sur ses racines qui lui manquent depuis si longtemps.... Bref, il était temps ! Il était temps aussi que je partage de l'empathie avec cette jeune femme qui finalement ne m'a pas émue plus que cela alors qu'elle avait vraiment matière à le faire avec son sujet. C'est quand elle retourne à Djibouti que je me suis  retrouvée plus en phase avec elle, quand elle réalise que les choses ont changé, que les cadres ne sont plus à leur place, qu'elle n'est pas de "là-bas" comme elle le pensait. Cette partie là m'aatteinte car je l'ai vécue, dans une autre dimension. Deux ans en Guadeloupe, un retour pour de mauvaise raison en métropole. Et des regrets, des regrets jusqu'à une marche arrière inévitable. Retour sous les tropiques.... Oui, les choses ont changé, les souvenirs sont toujours plus beaux que la réalité car seuls les souvenirs ne changent pas.

De très beaux passages, des vérités exaspérantes mais si bien dites sur notre système et le métier d'avocat, un sujet louable mais qui pour moi, à cause d'effet de genre littéraire, est un peu survolé. En fait, je pense que ce livre aurait gagné en émotion par une narration moins stylisée, plus linéaire. Un récit m'aurait sans doute plus touchée qu'une autofiction en fait. En attendant, cette lecture me laisse partagée...

 

 

"Va plutôt te rouler te rouler dans les feuilles mortes, celles qui se sont toujours bien foutues du tronc et des racines, car c'est sur les branches qu'elles poussaient" 

 

 

 

L'avis de Cathulu, Praline

 

RL2011b

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Sophielit 23/07/2012 17:12


Bon bon bon, tu as effectivement moins apprécié ce roman que moi ! :)


Je comprends que tu n'aies pas accroché sur le côté politique ; finalement, il suffit de savoir que la narratrice a une conscience politique forte, et d'où elle lui vient, pour avancer dans
l'histoire.


En revanche, je ne partage pas ton avis sur le titre : "le pays des braves" ne m'aurait pas du tout parlé avant lecture, et cela m'aurait même peut-être fait passer à côté de ce roman. Alors que
"J'ai déserté le pays de l'enfance" m'a paru beau, poétique et plein de promesses... qui, de mon point de vue, sont tenues.

Géraldine 30/07/2012 08:36



@ Sophie Lit : effectivement, au pays des braves aurait sans doute était un titre moins vendeur, mais plus proche du livre à mon avis.



Noukette 26/10/2011 18:59



Dommage, le titre était pourtant très beau et plein de belles promesses...



Géraldine 30/10/2011 12:56



@ Noukette : Je trouve qu'ils auraient du garder le titre d'origine, qui aurait ajouté une belle part de mystère : "j'ai déserté le pays des braves" !



clara 21/10/2011 09:35



Je l'ai commencxé et j'avoue que pour lemoment, il est en stand-by dans la pile des "vais-je les continuer ? ". Je vais rédigerun billet récap de mes derniers abandons... ce sera plus simple!



Géraldine 24/10/2011 14:18



@ Clara : Je pense qu'il vaut tout de même la peine de le finir, histoire d'avoir une idée la plus bjective possible. Et puis ce livre n'est pas très long...



keisha 19/10/2011 07:34



C'est la qustion que sûrement beaucoup se posent, en parler ou pas? Dans mon cas il s'agit de livres que je n'ai pas toujours terminés, donc ce serait injuste, quand même. Et puis passer à écrire
un billet du temps mieux occupé à la lecture? ^_^ je n'ai pas de vraie solution.


j'ai failli aussi te dire, pour mes goûts, qu'il suffit de voir ce qui n'apparaît pas dans mon blog , mais cela ne marche pas à 100 %, j'ai eu des lectures formidables, avant blog, dont je ne
parle pas.


 



Géraldine 21/10/2011 20:37



@ Keisha : Mon problème, c'est que je vais au bout des livres, même si je n'aime pas. Donc je peux en parler "objectivement". Il n'y a quel l'appel de l'ange, que j'ai commencé au sri lanka
l'année dernière que je n'ai pas avancé d'une page. D'ailleurs, je l'ai remis dans ma PAL !


Idem que toi, y'a plein de livres qui me plaisaient avant le blog et dont je n'ai pas parlé... je dis, je dis pas ? J'adoré les livres de Paul loup Sulitzer !



gambadou 18/10/2011 21:43



le titre et la couverture sont tentants, ta lecture, moins !



Géraldine 21/10/2011 20:38



@ Gambadou : Oui, je suis mitigée, même si j'ai apprécié plus d'un moment tout au long de ses pages.



L'Irrégulière 18/10/2011 15:29



Le titre est très beau. Pour le reste, je ne suis pas plus tentée que ça...



Géraldine 21/10/2011 20:40



@ L'irrgulière : Oui, et encore, à l'origine, le titre était encore plus joli je trouve. C'était "j'ai quitté le pays des braves".... je l'aurais préféré et il aurait bien convenu au livre,
aurait sans doute été plus intriguant ? plus attirant ?



Alex-Mot-à-Mots 18/10/2011 14:37



Pas pleinement convaincue alors. Mais moi qui aime bien l'aspect politique dans les romans, je me laisserai bien tenter.



Géraldine 21/10/2011 20:42



@ Alex : Attention, l'aspect politique est relativement secondaire, il est plus dans l'approche des personnages réac du père et de l'un des patients, de l'esprit politique dans lequel l'auteur a
été élevée.



Tioufout 17/10/2011 22:00



Merci pour le lien sur l'interview de M.H. Lafon; très intéressante!



Géraldine 18/10/2011 13:34



@ Tioufout : De rien, il serait bien que je ne tarde pas trop à lire ce livre !



A_girl_from_earth 17/10/2011 20:26



C'est exactement le genre de livre où je passe mon chemin rien que pour le titre, la couverture...:) J'ai tout de même lu ton billet des fois que, mais non, ce n'est ni un improbable, ni un
incontournable, ni... bon, tant mieux pour ma PAL.;)



Géraldine 18/10/2011 13:36



@ AGFE : Moi le pitch me tentait bien. Mais tu vois, à l'origine, le titre était "j'ai quitté le pays des braves" et ils auraient du garder ce titre qui aurait été plus mystérieux et donc
peut-être plus tentant !



canelle56 17/10/2011 09:46



Pas trop mon "truc"..mais bon ; il faut aussi savoir evoluer


Bises



Géraldine 18/10/2011 14:01



@ Canelle : Honnêtement, ce n'est pas un livre vers lequel je t'orienterai en fonction de ce que je devine de toi.



keisha 17/10/2011 08:26



On enjolive souvent les souvenirs des coins où on a vécu de belles années, je le sais aussi!


Quant au roman, bah, l'année dernière j'ai lu deux nouveautés dans cette collection, je n'en ai pas parlé, des déceptions...



Géraldine 18/10/2011 14:04



@ Keisha : Ah oui, tu ne parles pas de tes déceptions ? Moi, je trouve que pour être le plus objective possible envers les lecteurs, il est autant important de parler de ce qui plait que de ce
qui déplait, pour que les lecteurs puissent se faire une idée précise de tes goûts et de là.... es comparer aux leurs.