FUGUE, d'Anne DELAFLOTTE MEHDEVI

Publié le 26 Février 2011

Roman - Editions Gaïa - 327 pages - 21 €

 

 

Rentrée littéraire septembre 2010

 

 

L'histoire : Une peur immense et des cris.... Le choc. Clothilde, mère de 4 enfants, perd sa voix. Elle se croit d'abord aphone, mais le mal est plus profond, c'est une dysphonie spasmodique du larynx. Elle est alors réduite au silence et confrontée à l'irritation et la distance de ses proches. Elle entame un long chemin de rééducation. Au cours d'une séance, Clothilde réalise que si elle ne peut pas parler, elle peut chanter. Elle est musicienne depuis toujours... Elle s'inscrit à des cours de chants. C'est un autre monde, un autre univers, une autre vie qui s'ouvre à elle.

  

 

 

Tentateur : La blogo

Fournisseur : Clara, merci pour le prêt de ce livre voyageur  

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : J'ai lu ce livre avec une émotion et une attention particulière. Voici deux ans, j'ai été atteint, pendant 3 mois, de la même maladie que Clothilde, le personnage principal de ce très beau roman : la dysphonie spasmodique du larynx. Encore aujourd'hui, un stress, la fatigue ou certains sujets de conversations peuvent me ramener ses troubles du langage d'origine neurologique, déclenchés le plus souvent par un choc ou un gros stress psy.  Sous un spasme généré sur le larynx (pourquoi, on ne sait pas vraiment) par le cerveaux, les cordes vocales s'entrechoquent. Le résultat est un bégaiement, une voix hachée, une voix de robot, de convulsions sur certaines lettres, une élocution de "gogol" si vous me permettez l'expression.... le tout au prix de terribles efforts, au risque d'abîmer définitivement les cordes vocales. Ceci peut aussi réduire au silence, suivant les cas.

 

Bref, tout cela pour dire que je connais bien une partie du sujet du livre, ce qui a certainement influencé ma lecture. Je suis sans doute plus compréhensive et touchée sur certaines choses ou plus sévère sur d'autres. Je vais donc commencer par ce qui m'a dérangé dans ce livre...

Lorsque Clothilde perd sa voix après cette peur et ses cris, je trouve ses réactions plutôt curieuses. En effet, elle envisage très vite de ne plus jamais parler... Étrange, quand on se retrouve aphone, on se dit que c'est un mauvais moment mais on n'imagine pas que soudain l'on puisse être atteint de gros troubles du langages de façon aussi soudaine sans qu'il n'y ait eu de cas similaire dans notre entourage. Comment pourrait on savoir ? Non, quand cela arrive, on se dit : "une bonne nuit de sommeil, du sirop, du miel, une écharpe et cela ira mieux demain". Il faut tout de même quelques jours pour se dire "là, c'est grave et pas du tout normal".

Au niveau médical, elle se contente du médecin de famille et d'une phoniatre et d'une fibroscopie nasale.... Aucune batterie de test neurologiques. Elle refuse toute thérapie psy et le traitement par injection de toxine botulique dans le larynx, qui lui rendrait la parole. Ca pourquoi pas.... L'auteur n'évoque que discrètement les risques de cette intervention qu'elle fait passer pour assez bénigne... Et surtout, ce qui m'a manqué, c'est la raison de ce refus de Clothilde à consulter un psy ou à procéder à ces injections. Nous avons le NON, mais pas le pourquoi, qui aurait été intéressant. Le sujet n'est pas assez creusé. J'ai trouvé Clothilde assez peu révoltée ou frustrée, par moment comme extérieure à cette injustice qu'elle subit. Elle semble s'y soumettre, ne cherche pas plusieurs avis médicaux...

Dans la première partie, le personnage de Beau le chien m'a royalement agacée tant il était trop envahissant dans le récit. Il semblait être là pour remplir une histoire qui n'en a pas.

Enfin, sur la fin, dans les descriptifs des exploits musicaux de Clothilde, mon attention s'est relâchée face à certaines longueurs.

 

Alors pourquoi lire ce livre me direz vous ? Pour plein de bonnes raisons qui ne manquent pas.

L'écriture, déjà, est magnifique, très soignée et subtile, douce, maîtrisée. Lyrique et musicale, comme une bonne partie de l'oeuvre. Et l'histoire est, dans l'absolue, bien menée.

Ce roman montre parfaitement ce que c'est que de ne pas pouvoir parler. Il met en lumière une maladie peu connue, considérée comme orpheline. C'est déjà un énorme mérite doublé d'un second, celui de l'exactitude de la mise en scène du fossé, que dis-je du canyon d'incompréhension et de difficulté de communication qui peut se creuser entre un patient atteint d'une maladie (qui ne se prouve par aucun scanner ni aucune analyse sanguine) et son entourage. Un entourage qui vous dit que vous avez changé.... Un entourage que votre maladie dérange. Une maladie qui trouve son origine dans les méandres mystérieuses du cerveaux et du psychisme (dysphonie, dépression etc...)."Tu n'as qu'à.... il suffit de... tu ne devrais pas...Tu n'es pas la seule... fais un effort !!!!"

Enfin, les mères de famille trouveront sans doute dans Clothilde une "porte parole" sans parole d'ailleurs... Même si leur vie de famille et leurs enfants leur sont essentiels, ils peuvent ne pas suffir à son total épanouissement. Une mère peut espérer et souhaiter faire autre chose que du repassage, elle a le droit de tomber malade, d'avoir des projets personnels, des passions. Elle peut changer, évoluer. Ne pas forcément toujours correspondre à l'image que l'on a d'elle, qu'elle a toujours donné et que chacun estime pouvoir attendre d'elle. C'est vrai pour une mère de famille, mais aussi pour n'importe quelle personne.

 

Voilà, ce roman a donc beaucoup de qualités pour séduire, pour intéresser, même s'il comporte quelques maladresses et invraissemblances, comme on peut avoir des défauts et être cependant charmant. Que vous soyez père, mère, enfant, amie, handicapé, mélomane, chanteurs.... ce livre a de quoi vous séduire et vous parler dans le silence de la lecture.

 

L'avis de Sandrine; Cynthia; Leiloona; ClaraSaxaoul; Alex; Lystig; lasardine 

                                                                                2%     14/14

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Lystig 12/03/2011 23:07



qq longueurs qui ont gâché mon plaisir...



Géraldine 14/03/2011 12:06



@ Lystig : C'est vrai, ce livre, comme beaucoup d'autre, aurait pu être plus court sans perdre en qualité. Déjà, à mon avis, en suprimant le "personnage" du chien....



lasardine 05/03/2011 18:11



j'ai été déçue par ce livre...



Géraldine 06/03/2011 20:27



@ Lasardine : je peux le comprendre, je pense qu'il parle pas mal en fonction du vécu individuel.



Marie 01/03/2011 08:58



Il faut à tout prix que je lise ce roman !!!!



Géraldine 03/03/2011 20:21



@ Marie : Oui, c'est une lecture enrichissante et de qualité littéraire indéniable.



Edelwe 28/02/2011 16:10



Un roman qui me tente! beaucoup!



Géraldine 02/03/2011 15:11



@ Edelwe : Oui, à lire, qui mène à se poser les bonnes questions sur certains états et certaines maladies.



Alex-Mot-à-Mots 27/02/2011 11:42



Un très beau livre, malgré quelques maladresses, en effet.



Géraldine 02/03/2011 15:10



@ Alex : Oui, mais comme il parait que la perfection rend lisse....!!!!



Bénédicte 27/02/2011 11:14



Le sujet du livre que tu présente de façon très personnelle a tout pour intéresser le lecteur. Est-ce ce titre qui a été récompensé par le prix Femina ?



Géraldine 02/03/2011 15:09



@ benédicte : Non, c'est Patrick Lapeyre qui a reçu le prix femina. Je ne pense pas que Fugue ait reçu un prix quelconque, en tout cas, pas à ma connaissance.



Mary 27/02/2011 10:09



U sujet rare qui nous fait predre conscience du handicap du "silence" Ce doit être terrible tu le sais trop bien je pense. Un témoignage à lire, je note.



Géraldine 02/03/2011 15:06



@ Mary : Oui, le silence et l'écart qui se forme avec les autres devant l'incompréhension des maladies dites "psychiques".



A_girl_from_earth 27/02/2011 00:54



Un titre simple derrière lequel se cache une lecture d'un grand intérêt visiblement malgré tes bémols. Tu le présentes bien en tout cas. Je le note.



Géraldine 02/03/2011 15:05



@ AGFE : Oui, un livre à lire car il évoque des sujets plutôt rares en littérature et finalement pas si rare que ça dans la vie...



Didi 26/02/2011 17:03



Je ne connaissais pas cette maladie dont tu as été victime. Je suis heureuse qu'elle ne te dérange plus que de façon ponctuelle.


Il est intéressant de lire tes impressions de lecture sur un livre qui traite de quelque chose que tu as vécue de très près.


Bisous et bon WE !



Géraldine 02/03/2011 15:04



@ Didi : C'est clair qu'on lit différement dans ces cas là, et on trouve aussi souvent des mots que l'on a été incapable de te trouver pour évoquer notre ressenti.



Tioufout 26/02/2011 16:16



Un livre que tu donnes envie de lire.



Géraldine 02/03/2011 15:03



@ Tioufout : Il a beaucoup de qualité et évoque intelligemment des sujets peu courrants...



Cynthia 26/02/2011 13:56



C'est justement tout l'aspect psychologique qui fait cruellement défaut à ce roman :/ Toute la partie "cours de chant" ne m'intéressait pas, sans doute parce que je ne me sentais pas concernée
par le sujet...


Et puis comme tu le sais, l'omniprésence de ce "Beau" chien m'a également horripilée ;)



Géraldine 02/03/2011 15:02



@ Cynthia ; oui, le chien aurait vite du s'appeler paf.... paf le chien... Je sais, c'est nulle comme blague !



saxaoul 26/02/2011 13:46



J'ai été trèsd sensible à l'indépendance de Clothilde vis à vis de sa famille. Je l'ai trouvé très courageuse dans ses choix. C'est vrai que l'aspect médical est assez vite mis de côté, sans
doute parce que cette perte de voix n'était qu'un prétexte pour l'auteur....



Géraldine 01/03/2011 20:17



@ Saxaoul : Oui, mais il y aurait pu avoir un côté médical plus developpé et de ce fait plus crédible et moins d'histoire de chien que cela n'aurait pas nuit à la qualité du livre !



mango 26/02/2011 12:18



C'est un roman qui doit être poignant et inquiétant aussi sans doute! Dès sa sortie en poche  je le lirai volontiers! 



Géraldine 01/03/2011 20:15



@ Mango : Pas si inquiétant que cela, puisque l'héroine ne parait pas vivre si mal que ça sa situation.... Enfin, c'est ce qu'il m'a semblé...



Sandrine(SD49) 26/02/2011 09:06



J'aime beaucoup l'écriture de cet auteur, j'ai été touchée par la partie musiscale, avec ma chorale nous allons faire un concert avec une chorale d'aphasiques qui ont des pbs de parole mais qui
peuvent chanter, j'ai bien sûr pensé à toi et à ce livre. BIZ



Géraldine 01/03/2011 20:14



@ Sandrine : Oui, via ton focus, j'ai cru comprendre que cette auteure était un coup de coeur pour toi !



Anne 26/02/2011 08:58



Il est noté sur ma LAL depuis un moment mais il ne sera dans ma PAL qu'en format poche donc patience, patience !!



Géraldine 01/03/2011 00:02



@ Anne : Peut-être peux tu le trouver en bibliothèque ?



keisha 26/02/2011 08:30



J'ai fait ta connaissance quand tu ne pouvais pas parler, et t'ai revue alors que tu avais retrouvé tes capacités de papotage, donc je confirme! Un roman intéressant, alors, vu sous cet angle,
même si le personnage n'explique pas son refus de tout traitement (note : les effets de la toxune botulique disparaissent au bout de deux ou trois mois...).



Géraldine 01/03/2011 00:01



@ Keisha : C'est vrai que tu m'as connue à cette époque...