DES VENTS CONTRAIRES, d'Olivier ADAM

Publié le 26 Janvier 2010

http://www.lexpress.fr/images/jaquettes/63/9782879296463.gifRoman - Editions de l'Olivier - 255 pages - 20 €

Résumé : Paul Anderen vit seul avec ses deux enfants, Manon et Clément, depuis un an, depuis que Sarah, leur mère, a mystérieusement disparu sans leur donner le moindre signe de vie. Le roman s’ouvre sur un déménagement. Renonçant à habiter plus longtemps leur maison en banlieue parisienne, symbole d’une vie de famille autrefois vivante et unie, Paul part, avec ses deux enfants, à St Malo, sa terre natale. C’est là, près de la mer, qu’il espère donner un second souffle à sa vie.Devenu moniteur dans l’auto-école familiale reprise par son frère, il est le passager privilégié des vies d’Elise, Justine, Bréhel, des élèves avec lesquels il se lie. D’autres rencontres suivront, avec le « Grand » par exemple, avec Combe, des personnages banalement extraordinaires, comme le sont si souvent ceux d’Olivier Adam, et qui aident Paul à réinventer un quotidien, imaginer le meilleur et essayer d’y croire, malgré l’absence mordante de Sarah.








                                 -toile4.jpg



Mon humble avis : Sarah, la femme de Paul, a disparu sans explication il y a un an. Avec Manon et Clément, ses deux jeunes enfants, Paul retourne sur la terre de son enfance, Saint Malo, dans l'espoir de reprendre pied dans la vie.

Voici un livre bouleversant, d'une justesse incroyable, à tel point que l'on pourrait le croire autobiographique. C'est une histoire triste avec quelques notes d'optimisme, comme le sourire de Manon ou la joie que Clément prend à partager une partie de foot avec son père. L'amour que porte ce père à ses enfants vous fend le coeur, et son désarroi devant l'absence de sa femme vous glace le sang. On ressent parfaitement la dualité à laquelle Paul doit faire face : rester digne et s'occuper du mieux qu'il peut de ses enfants et l'envie de se laisser couler, de se noyer entre autre dans le whisky. Tous les sentiments sont extremement bien décrits, comme ceux des personnages que croisent Paul dans sa nouvelle vie et auxquels on s'attache bien vite. Ces personnages ont tous une blessure personnelle à soigner et, malgré sa détresse, Paul va, à sa façon, aider ces gens à surmonter leur faiblesse. Des gens blaissés par la vie, qui se soignent mutuellement. A leur tour, ces personnages pourront, si l'on imagine une suite, aider Paul et ses enfants à se reconstruire.

L'absence de Sarah est présente tout au long de ce roman, même si le sujet est tabou, que personne n'ose réellement l'évoquer, sauf les enfants dans leurs cauchemars. Le lecteur se demande si les dernières pages lui expliqueront cette disparition, lui offriront une réapparition.... Le lecteur, comme le personnage de Paul, ne préfère peut-être ne même pas savoir. Qu'est-ce qui est le plus dur à supporter : l'incertitude qui va avec l'espoir vain, ou la vérité, qui peut-être douloureuse. Faut il savoir ou ne pas savoir pour reprendre la vie ?
L'écriture est précise est varie entre franchise et lyrisme. En effet, Olivier Adam n'a pas son pareil pour décrire les paysages marins de Bretagne et leur atmosphère. Les couleurs, les odeurs, les sons, le mouvement des marées, les plages de St Malo, de St Lunaire (me semble-t-il). Mon seul petit reproche serait que ces passages de descriptions picturales soient un peu trop redondants. Mais peut-être est-ce là pour ajouter encore un peu plus de mélancolie à ce récit. La mer, quand on sait la regarder, peut souvent apporter ce genre de sensation.
Des vents contraires, un livre fin, intelligent, sur l'humanité de la désespérance. A lire, mais pas forcément avec le coeur à marée basse.


Ceci est une lecture commune avec Stéphie. Pour lire son avis, c'est par
ICI

 
                                                                                             http://a32.idata.over-blog.com/200x117/3/28/40/18/challenge-ABC.jpg
                                                                                                                     A

                                                                                            
                                                                                                     coeur_vs3.jpg                





L'avis d'Edelwe

Du même auteur sur ce blog :A l'abri de rien

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Mélusine 03/08/2011 10:56



J'ai été transportée par cette lecture, ma première de l'auteur et j'ai continue avec "A l'abri de rien" et "Le coeur régulier", comme toi et je trouve que la justesse et l'émotion sont toujours
au rendez-vous...pas de déception donc !



Géraldine 04/08/2011 23:30



@ Mélusine : J'adore cet auteur que j'ai découvert relativement récemment. Néanmoins, j'espace mes lectures car l'ambiance est tout de même assez lourde.



Christine 05/07/2010 13:42



Vraiment très bien, j'ai aimé ce livre



angéligue 01/03/2010 21:12


Olivier Adam, j'ai lu un de ces romans. Je n'arrive plus à me souvenir du titre... C'est sombre et sensible. Je retiens pour une prochaine lecture.


Géraldine 02/03/2010 20:30


@ Angélique : Oui, il me semble que Adam ne fait pas dans la gaieté. Mais quel plaisir de te trouver sur ce blog. Il ne te reste plus qu'à t'inscrire à la newsletter, en haut à gauche dans la
colonne !!!


midola 31/01/2010 12:16


Ca y est ? tu es devenue addicted à Olivier Adam ? Je n'ai pas lu celui-ci mais j'en avais entendu beaucoup de bien à sa sortie.


Géraldine 01/02/2010 11:08


@ Midola : Disons que quand ma PAL ou les livres qu'on peut me prêter le permette, j'essaie dorénavant de lire 2 livres du même auteur presque à la suite pour mieux pénétrer son univers !


pom' 30/01/2010 09:04



"A l'Abri de rien" et celui ci m'ont plus plu que les précédents, moins brouillon et une fin plus claire



Géraldine 01/02/2010 11:24


@ Pom' : Je ne peux comparer, ce sont les deux seuls que j'ai lu !


Christine 28/01/2010 21:11


J'ai très envie de lire ce livre. Pourras tu me le prêter ? Merci


Géraldine 30/01/2010 12:24


@ Christine : Ce livre appartient à ma mère et je lui ai déjà rendu. Il faudrait que je songe un jour à le ramener de chez elle...


Thaïs 27/01/2010 19:20


Ca fait longtemps que j'ai envie de le découvrir cet auteur. Noté ! mais je crois que c'est déjà fait


Géraldine 28/01/2010 13:29


@ Thaïs : En plus, il sort en poche dans quelques jours, donc aucune excuse !!!


Marie 27/01/2010 15:55


J'aimerais bien lire ce livre, je le note dans ma liste....


Géraldine 28/01/2010 13:31


@ Marie : C'est un auteur à découvrir absolument !


Lilibook 27/01/2010 11:21


Cette lecture me tente bien.


Géraldine 28/01/2010 13:06


@ Lilibook : C'est vraiment un livre très touchant sur les détresses humaines et les efforts que font les gens pour s'en sortir.


Liza 27/01/2010 11:02


C'est vrai que ce dernier roman commence un peu à dater :(


Géraldine 28/01/2010 13:05


@ Liza : Je suppose qu'il ne va pas tarder à en sortir un autre... En plus , j'ai vu qu'il était invité au salon du livre de Paris...


esmeraldae 27/01/2010 08:52


un bon souvenir de lecture avec la fin qui m'avait assez surprise!


Géraldine 28/01/2010 13:03


@ Esmeraldae : Oui, Olivier Adam est assez doué pour mettre une note d'optimisme au milieu d'un drame.


Mango 27/01/2010 01:17


Tu me donnes envie de le lire mais seulement pour l'ambiance  et les descriptions de St Malo, même redondantes comme tu dis,  parce que les histoires d'abandon d'enfants,  j'en ai
trop lu ces derniers temps, surtout si en plus on ne sait pas pourquoi la mère est partie! 


Géraldine 28/01/2010 13:03


@ Mango : les enfants ne sont pas abandonnés, il leur reste leur père.... Quand au pourquoi du départ de la mère... il faut attendre la fin du livre !


Edelwe 26/01/2010 20:13


Un livre dont je garde un souvenir très fort!


Géraldine 27/01/2010 10:22


@ Edelwe : Oui, d'ailleurs, je compte lire d'autres livres de l'auteur sitôt que ma PAL aura un peu baissé !


Alex-Mot-a-Mots 26/01/2010 18:46


C'est sûr que c'est un livre qu'il vaut mieux ne pas lire en étant déprimé. Mais Olivier Adam n'est jamais bien gaie à lire non plus.


Géraldine 27/01/2010 10:24


@ Alex : C'est vrai que c'est le 2ème que je lis et que ça ne déborde pas de gaieté !


Ys 26/01/2010 17:54


Je n'ai jamais lu cet auteur que je pense, peut-être à tort, un peu trop systématiquement désespérant...


Géraldine 27/01/2010 10:25


@ Ys ; Non, car il y a toujours de bonnes notes d'espoir, d'espérérance. Ses livres sont très touchants.


Cynthia 26/01/2010 13:23


Arf, en lisant ton billet j'ai bien envie de savoir pourquoi cette Sarah a quitté un papa et deux adorables enfants...
Mais quelque chose me dit qu'à ce niveau-là, le livre risque de me laisser sur ma faim (?)


Géraldine 27/01/2010 10:27


@ Cynthia : T'inquiète, à la fin, tu ne resteras pas sur ta fin. Mais je ne peux pas en dire plus, sous peine de spoiler....


pimprenelle 26/01/2010 12:36


Il est dans ma LAL depuis un moment, et comme il vient de sortir en poche, je vais en profiter ;)


Géraldine 27/01/2010 10:31


@ Pimprenelle : oui, tu verras, c'est vraiment une très belle histoire, avec des personnages brisés certes, mais qui ont encore des réserves et qui sont très attachants.


Liza 26/01/2010 11:03


Effectivement, un superbe roman !
A recommander !
En plus cet auteur est breton, que demander de plus ? ^^


Géraldine 27/01/2010 10:32


@ Liza : Rien, sauf qu'il continue à écrire par exemple ?!!


**Fleur** 26/01/2010 10:57


Très bon roman même si mon préféré reste à L'Abri de Rien


Géraldine 27/01/2010 10:33


@ Fleur : je suis d'accord avec toi, je me suis sentie plus proche du personnage de Marie.


denis 23/01/2010 20:34


ce billet me confirme que je dois absolument lire cet auteur en 2010


Géraldine 24/01/2010 22:56


@ Denis : Oui, je pense que c'est un auteur français avec lequel il faut compter, donc connaître ! Les 2 livres que je viens de lire sont vraiment de bonne qualité, même s'ils ne sont pas de
première gaieté !


canelle56 19/01/2010 08:38


OUPSS pas de texte
bises geraldine


Géraldine 19/01/2010 11:35



Canelle : Oui, il y a parfois des ratés ou j'appuie sur envoyer trop vite, avant d'avoir programmé la date ou en m'étant trompé de date. Là, en l'occurence, je l'avais programmé pour 1970, époque
ou même internet n'existait pas encore, ni moi non plus d'ailleurs !