DES CADAVRES TROP BAVARDS, de David BALDACCI

Publié le 19 Septembre 2010

baldacci_cadavrestropbavardsm_1283936616.jpg Thriller , Editions Michel Lafon, 374 pages, 21 €

   

 

Parution : 9 septembre 2010

RENTREE LITTERAIRE

 

Résumé : S’étant fixé pour mission de contrôler les dérives du pouvoir américain, le Camel Club et son fondateur Oliver Stone se sont fait quelques alliés, et surtout beaucoup d’ennemis, dont certains sont prêts à tout pour camoufler leurs activités illégales.

Et Stone s’y connaît en activités illégales ! Quand il était à la CIA, sous le nom de Jason Carr, il a dû « liquider » des traîtres communistes durant la Guerre froide. Mais le fils de l’un de ces prétendus traîtres s’est juré de venger son père.

Un à un, les proches d’Oliver Stone succombent. Sa seule chance : que le tueur ne découvre pas sa nouvelle identité car, officiellement, Jason Carr n’est plus qu’un cadavre…

 

   

 

 

Tentateur : Silvana, service presse Michel Lafon

Fournisseur : Michel Lafon. Un grand merci !

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis :  Très friande des livres et des films d’espionnage, j’adore  quand il est question de CIA ou autres agences plus ou moins officielles mais encore plus secrètes. Je suis fascinée par ces surhommes ultra entrainés, rompus au danger et aux missions les plus improbables ! Et les mots « secret d’état » attisent ma curiosité, c’est systématique. J’étais donc une lectrice acquise pour ce roman. Il lui restait à ne pas me décevoir.

Et là, je dis mission accomplie ! Je me suis régalée de ces « cadavres trop bavards ». Le style est efficace, les chapitres très courts et l’intrigue ne traîne pas en longueur. Pas une seconde mon intérêt ne s’est vu diminué, au contraire. Trois histoires en une, avec un personnage central. Dans la première, nous avons Annabelle, arnaqueuse de haut vol. Elle vient d’alléger Jerry, patron de casino, de 40 millions de dollars. Car Jerry est aussi l’assassin de sa mère. Alors, Jerry « n’aime plus »  Annabelle qui n’a pas encore terminé sa vengeance.  Ensuite,  Lesya et son fils Finn. Le mystère dure un bon moment. Dans la vie Finn est un bon père de famille made in America. Dans les limbes, il se transforme en tueur. Pourquoi ? Enfin, Oliver… vétéran plus que méritant du Vietnam, ancien tueur à la solde de l’Etat. Mais tout cela, c’était il y a 30. Et pourtant, tout refait surface, alors que les cadavres s’amoncellent. Forcément, ces trois histoires se relient à un moment où un autre, mais pas comme on l’imagine. Les rebondissements ne manquent  pas dans ce thriller mené tambour battant. Les personnages sont fouillés, intéressants ou touchants.  Très humains, ils possèdent tous un côté clair et un côté sombre, parfois très ombrageux d’ailleurs ! Les ramifications très bien ficelées vous mènent du bureau oval, à une célèbre espionne Russe en passant par  une tonne de choses pas bien propres faites au nom de l’état… sous peine de voir l’équilibre du monde et les ambitions personnelles bien menacés. Quelques invraisemblances et dialogues un peu caricaturaux ne m’ont pas dérangée plus que cela. Ils servent à n’en point douter l’aspect romanesque du livre et évitent des scènes interminables.

Dernier aspect de l’ oeuvre à mettre en lumière, et non des moindres pour vous convaincre : les romans d’espionnage sont souvent  difficilement compréhensibles et demandent une extrême concentration. Ce n’est pas le cas ici. L’intrigue est on ne peut plus claire et cette clareté ne nuit en rien au suspens. Au contraire, elle garantit une très agréable, distrayante et captivante lecture.

 

Pour info, David Baldacci est aussi l’auteur de « Pleins pouvoirs », adapté au cinéma par Clint Eastwood.

 

                                                                                                       

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost 0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 19/09/2010 18:01



Je note pour les moments où j'aurai envie de thriller. C'est chouette de tomber sur des livres qui ne déçoivent pas de temps à autre!



Géraldine 25/09/2010 16:52



@ AGFE : N'est-ce pas ! Je dirais que ces dernier temps, c'est 1/3 chouette, 1/3 pas mal, et 1/3 bof !



Joelle 19/09/2010 15:23



Je survole ton billet car je vais le lire très bientôt (du style la semaine prochaine !)



Géraldine 25/09/2010 16:53



@ Joelle : Alors, es tu en pleine lecture de cet agréable thriller/espionnage ?! Aimes tu ? je le souhaite en tout cas !



mango 19/09/2010 11:00



Voilà bien longtemps que je n'ai pas lu de romans d'espionnage! Je retiens donc ce titre!



Géraldine 25/09/2010 18:50



@ Mango : Il en était de même pour moi, et pourtant, je suis friande du genre. Et je ne regrette pas cette lecture. Du pur plaisir !



Lystig 19/09/2010 10:18



je ne pense jamais à lire des "espionnages", sauf quand je tombe dessus...



Géraldine 25/09/2010 19:03



@ Lystig : Ce qui fut mon cas, puisqu'on me l'a proposé et qu'il est tombé dans ma boite aux lettres. Disons que les auteurs de roman d'espionnage ne sont pas si célèbres et réputés que ça, du
coup, on ne sait pas trop ou chercher les valeurs sûr. Et puis honnêtement, je pense que les romans d'espionnage ont eu le vent en poupe à une certaine période, la période ou la Russie était
l'ennemi public n° 1.



keisha 19/09/2010 09:36



Je sais, j'aurais dû accepter ce roman qui a tout pour me plaire, mais bon, la rentrée littéraire et autre est arrivée, et voilà...



Géraldine 25/09/2010 20:42



@ Keisha : Mais ce livre fait aussi partie de la rentrée littéraire. Excuse refusée ! Recommence !



Marie 19/09/2010 08:44



J'ai vraiment beaucoup de mal avec les romans d'espionnage...


 



Géraldine 25/09/2010 20:43



@ Marie : Celui ci se lit et se comprend tout seul. Du pur plaisir et de la distraction et du suspens !