CHRISTIAN ET ERIC CAZALOT, INTERVIEW EXCLUSIVE !!!

Publié le 17 Juillet 2011

 

Christian et Eric Cazalot, deux frères qui ont réuni leur talent et leur imagination pour écrire l'un de mes coups de coeur estival :Come Back, le livre qui distrait et qui vous emmène dans les coulisses de la télé et du cinéma, tout au long d'une histoire capitvante... où le danger rôde. A lire pour se consoler de la pluie qui tombe ou pour ne pas bronzer bêtement... suivant que vous vous situyez au nord ou au sud d'une certaine ligne, enfin, d'un fleuve...

 

 

Les deux auteurs ont répondu à mes questions !

 

 

 

 

 

 

 

Quel fut le point de départ de Come Back ? A quel moment vous êtes vous dit “on tient notre histoire, on s’y met ?”

C&E.C : C’est une histoire que nous portions en nous depuis longtemps et qui prend place dans un milieu que nous connaissons bien à travers notre expérience de scénaristes télé.

 

Vous êtes frères. Comment écrit-on à 4 mains, qui plus est avec son frère ? Est-ce un partage des tâches, une complémentarité, d'intenses séances de travail entrecoupées de fous rires ou d'accrochages, un rapport de force ? Est-ce que chacun écrit des passages de son côté et les soumet à l'autre ou tout est il écrit en présence des deux ?

C&E.C : Tout est écrit en présence des deux. Mais nous passons des heures, des jours, des mois de conversations, par téléphone ou de visu. Nous prenons des notes, nous nous soumettons des idées au quotidien, des sujets, puis nous travaillons lors de week-end prolongés. Et là, après cette maturation, nous écrivons.

 

Ce livre a t-il été écrit avec un synopsis précis, un début, une fin, des rebondissements prévus à l’avance... Ou vous êtes vous laissés porter par votre imagination et les personnages eux mêmes ?

C&E.C : Il y a eu un synopsis au départ mais pas trop contraignant. Heureusement d’ailleurs car, à partir d’un certain moment, les personnages ont pris le dessus. Nous les avons suivis et jusqu’au mot fin, nous n’étions pas tout à fait sûrs de leur avenir, surtout en ce qui concerne Hélène.

 

 L’édition participative via MMC Book est elle un choix de départ, ou est-elle devenue une évidence devant l’opacité du monde éditorial classique. En 2011, l’édition participative c’est être en avance sur son temps, être bien dans son époque, l’avenir ? Une richesse, une ouverture pour la littérature qui ne se limitera plus au véto ou l’acceptation de quelques éditeurs qui lisent quelques pages de quelques livres ? L’édition de demain, choisie directement par les lecteurs est elle chimérique, souhaitable ou inenvisageable ?

C&E.C :  Même si Come Back fait partie des tout premiers romans issus de l’édition participative, son cheminement a été le même que pour une édition classique. Il a été sélectionné par le comité de lecture de XO éditions qui, à ce moment-là, préparait avec le site My major company, l’ouverture de la plateforme d’édition participative My Major company books et nous a demandé de faire partie de l’aventure. Nous avons dit oui tout de suite parce que l’idée nous semblait très excitante. L’avantage de ce mode d’édition est d’avoir de nombreux lecteurs avant même la publication du livre. C’est très enrichissant. Quoi qu’il en soit, nous avions pleinement confiance en ce que nous proposait l’équipe de Bernard Fixot puisque nous avions déjà travaillé avec eux pour un livre qui nous laisse un excellent souvenir : Dans la lumière, un ouvrage que nous avons écrit en collaboration avec Sylvie Vartan et qui relate sa riche carrière.

 

Dans un roman, on peut écrire à peu près ce que l’on veut. Dans les personnages de Come Back, où commence la fiction et où s’arrête la réalité ? Y-a-t-il des traits caricaturés pour renforcer l’aspect romanesque de certains personnages (comme les scénaristes, le réalisateur) où avez vous croisé dans votre carrière des gens très proches de cette réalité...

C&E.C : C’est un peu les deux. Si toute la base prend appui sur des situations vécues, il est clair que comme dans toute fiction nous nous sommes laissés emporter par notre imagination et par la fantaisie des personnages qui nous a permis bien sûr d’exagérer certains traits et de créer des situations hors normes. C’est exactement ce qui a plu à la directrice littéraire des éditons XO, Caroline Lépée, qui voyait dans ce manuscrit autant de fantaisie que de découverte d’un univers méconnu.

 

On vous sent très attachés à certains de vos personnages, à leur talent, à leur investissement dans le métier, à leur idéologie... Comme si vous vouliez rendre hommage à certaines de ces personnes noyées dans une masse à la mauvaise réputation ? Montrer les failles et les forces de chacun, donc l’humanité pour le meilleur et pour le pire, était il un but précis dès le départ ? L’idéologie, le respect de l’art a-t-il encore vraiment sa place dans un univers où tout semble question d’argent ?

 C&E.C : Certains personnages ressemblent en effet à des gens que nous avons connus par le passé et notamment des productrices de télévision pour lesquelles nous avions beaucoup d’affection. Nous avons également fréquenté de nombreuses actrices et ce sont des personnages qui nous ont toujours beaucoup touchés pour leur mélange de force et de fragilité.

Relativement à la réputation sulfureuse de ces métiers, nous nous sommes attachés à en montrer une facette méconnue qui est la sincérité, l’amour de l’art. On a découvert que la caricature du producteur, telle qu’on la conçoit d’habitude n’existait pas. Ce sont eux aussi des artistes avant d’être des hommes d’argent.

Et puis, ce ne sont pas des métiers si différents des autres. Tous les milieux professionnels sont relativement fermés, tournés sur eux-mêmes et répondent à leurs propres codes. La différence avec les milieux artistiques c’est qu’il y a beaucoup plus de sincérité et de fibre, tout du moins en ce qui concerne les artistes.

 

 

Si je vous dis qu’en lisant comme Come Back, j’attribuais à Hélène Lancel le visage d’Isabelle Adjani ? Je brûle ou je refroidis ? Aviez vous un visage, un modèle en tête, en créant le personnage et étiez vous d’accord tous les deux pour ce même modèle où chacun fantasmait il sur son icone ?!!  

C&E.C : Hélène Lancel est une star virtuelle. Elle réunit à peu près toutes les icônes du cinéma français comme américain. La plupart des gens pensent effectivement à Isabelle Adjani, Carole Bouquet, Sophie Marceau. Si elle n’était une des héroïnes du livre, Catherine Deneuve aussi bien sûr. Mais nous pensions aussi à toutes celles qui ont contribué au mythe de la star, Marlène, Marilyn, Bardot. C’est pour ça que nous avons choisi le 12, avenue Montaigne pour la résidence d’Hélène qui était l’adresse parisienne de Marlène Dietrich. Il y a également de très forts clins d’œil à Marilyn, notamment le titre de l’une des parties du livre qui est une référence à son dernier film, inachevé. Quant à Bardot, elle est évoquée à travers l’incapacité d’Hélène à se fixer dans sa vie amoureuse, enchaînant les hommes les uns derrière les autres. Et d’une certaine manière, le fait qu’Hélène ait été James Bond Girl,

ne fait que renforcer l’identification à Sophie Marceau ou Carole Bouquet, elle-même égérie Chanel comme Hélène.

 

Finalement, le milieu de la télé et du cinéma, c’est un peu comme n’importe quel milieu : il n’y a de la place que pour les meilleurs, tout les coups sont permis et derrière les apparences, chacun est bien seul face à sa solitude une fois que les flashs ne crépitent plus ?

C&E.C :   Oui, et nous avons eu la chance extraordinaire de recueillir les témoignages et confidences d’une vraie star. Sylvie Vartan a su nous retranscrire avec une rare sincérité la violence du silence et de la solitude qui suivent le crépitement des flashs et l’amour du public. On ne peut pas nier que le fait d’avoir travaillé avec elle pendant deux ans nous a énormément apporté pour certains traits de personnalité des héros. Ce sont des métiers où seuls les plus forts sont capables de survivre. On a peur qu’ils tombent et on voit qu’ils se relèvent toujours alors qu’autour d’eux c’est l’hécatombe des artistes oubliés.

 

Peut on espérer retrouver tous ces personnages dans d’autres aventures en gardant la garantie de rebondissements, de moult péripéties, et de révélations surprenantes, le tout assaisonné de beaucoup d’humour et de dérision. Car il est bien des personnages que j’aimerais encore suivre, soit dit en passant... Le sujet télé/Scénariste/star est il épuisé où inépuisable sans risquer la redondance ?

C&E.C :  Nous aussi nous avions envie de suivre nos personnages à tel point que le volume deux est déjà écrit même s’il nous reste encore à travailler. Pour nous le sujet est inépuisable tellement nous nous sentons à l’aise dans ce milieu. Il y a tant à dire sur les mondes du cinéma comme de la télévision que nous pourrions y créer bien des aventures pendant des années. Mais est-ce ce que nous ferons ? Car nous avons aussi d’autres projets, d’autres histoires et de nouveaux personnages qui commencent eux aussi à nous réveiller en pleine nuit. Alors…

 

Vous êtes habitués à l’écriture entre autre pour la télévision. Alors pourquoi, tout à coup vous voici dans le format Roman et non scénario ? D’ailleurs, une scénarisation serait elle envisageable ? En cours ? Auriez-vous dans votre entourage une certaine “Françoise” qui se lancerait dans la production de Come Back ? Car un livre sur la télévision est fait pour être adapté non ? C’est bien une petit idée, même secrète, qui vous est passée par la tête ?

C&E.C : Le roman est le format le plus libre qui puisse exister. Contrairement à la télévision, une directrice littéraire ne vous impose pas telle ou telle direction. Tout au plus vous aide-t-elle à développer celle que vous avez choisie.

Bien sûr que nous aimerions que Come Back soit adapté au Cinéma mais pour cela il faut bien sûr qu’il vive sa vie en tant que livre.

 

L’été est là, propice à la lecture sur une plage, une chaise longue, en terrasse. Quel livre emporterez-vous dans votre valise ? Et quel est, pour chacun, votre dernier coup de cœur littéraire ?

 

C&E.C : Eric a déniché Les particules élémentaires dans ma bibliothèque et tient à le lire avant d’attaquer La carte et le territoire. Il va également lire le dernier volume des Chroniques de San Francisco. Quant à moi, je choisirai au dernier moment dans ma PAL. Sans doute Le dîner, de Herman Korch, La couleur des sentiments et le dernier John Grisham dont je suis fan.

 

Voilà....

 

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Interviews exclusives !

Repost 0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 18/07/2011 19:54



Je commence à voir se livre un peu partout en librairie. Voilà qui aurait fait mon affaire à l'aéroport j'ai l'impression! Tu as encore mené une interview de main de maître en tout cas. Euh, les
auteurs ont-ils vraiment utilisé le mot PAL dans ta dernière question?:)



Géraldine 19/07/2011 22:41



@AGFE : Ah oui, un livre super sympa, avec du suspens et dans les coulisses de la TV, j'adore ! Oui, l'auteur a dit spontanément et de lui même le mot PAL.... Un initié sans doute, à nos
curieuses coutumes !