AYA DE YOPOUGON, T5

Publié le 7 Avril 2011

BD - Gallimard - 107 pages - 16.50

 

 

L'histoire : A Abidjan les problèmes s'accumulent pour Aya : Mamadou fait le "génito" pour la femme de son professeur de biologie, tandis que Félicité est séquestrée au village par son père. De son côté, Grégoire, le Parisien moisi, s'est fait recruter par un pasteur, fondateur de la très prospère "Eglise Réformée de Dieu Zéro Malade".

Pendant ce temps à Paris, Innocent, l'aventureux coiffeur, découvre que l'homosexualité n'est peut-être pas aussi bien acceptée en France qu'il l'espérait...

 

 

Dessins de Clément Oubrerie

Textes de Marguerite Abouet

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis :  J'ai moins aimé ce tome 5, même si j'en retiens tout de même de sacrés moments mémorables. J'ai l'impression qu'on survole plus les histoires des uns et des autres, à qui les auteurs consacrent des doubles pages, voire des quadruples, avant de passer aux mésaventures d'une autre protagoniste. Les personnages s'éloignent les uns des autres, "moralement" (Hervé semble mener sa vie...) comme physiquement et géographiquement : Moussa est toujours dans la brousse, on ne sait pas trop où, en tout cas, ses parents le suivent pas à pas. Felicité est retenue prisonnière au village et Inno affronte toujours les déconvenues de la vie Parisienne. Nous ne sommes plus dans la petite vie de quartier du début, c'est un peu dommage. On s'éparpille un peu et de ce fait, certaines intrigues sont presques passées inaperçue dans ce tome (comme l'histoire du méchant prof de fac par exemple).

Mais... Mais, les réparties, expressions et dictons locaux sont toujours aussi jubilatoires et l'attachement que l'on ressent pour les personnages et leur destin reste intact. Et toujours, le bonus ivorien en fin de volume. Cette fois ci, il porte sur le commerce de l'Eglise en Afrique.... et par chez nous.

J'espère bientôt pouvoir me procurer le nouveau tome, le tome 6, sorti fin 2010,  via ma bib' (hum hum, va en fait falloir encore attendre un peu, ma bib ne fait que 3 sessions d'achats BD par an) ... Bonne nouvelle, Aya et ses copines réinvestissent la couverture un peu malmenée depuis 2 tomes :

 

 

 

Mauvaise nouvelle : il s'agirait du dénouement final !

 

 

"On ne naît pas intelligent, on le devient si on sait écouter les conseils des autres."

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost 0
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 18/02/2011 10:12



Chic, le dernier tome ! En revanche, les histoires de sa petite soeur n'avancent pas vite....



Géraldine 19/02/2011 13:03



@ Alex : J'espère franchement que ce ne sera pas le dernier tome et que l'insistance des lecteurs poussera les auteurs à poursuivre ces aventures !



A_girl_from_earth 16/02/2011 22:45



Euuuh juste pour dire... ton billet date du 05/03/11 (ou je suis miro), et s'affiche sur Google Reader mais pas sur ton blog (ou je suis miro).



Géraldine 17/02/2011 23:12



@ AGFE : Non, tu n'es pas miro.... Ce billet est bien programmé pour mars... Il apparaît sur le GR car quand je l'ai programmé, j'ai oublié de changer le mois... Il est donc d'abord paru 1 mn en
février avant que je me rende compte de mon erreur... Mais trop tard, c'est arrivé sur le GR et chez mes abonnés...



keisha 15/02/2011 10:50



Un point partout, balle au centre!



A_girl_from_earth 14/02/2011 22:02



J'ai le souvenir d'avoir moins aimé ce tome aussi, comme s'il s'agissait d'un "en attendant...".


Pas de souci, je peux te ramener le tome 6 en mars! Tu pourras le garder jusqu'à ce qu'une occaze te fasse monter sur Paris et qu'on se recroise.



Géraldine 15/02/2011 19:45



@ AGFE : je te confirme cela après mon passage à la bib. Ma bibliothécaire me confirmera si la date d'achat est lointaine ou proche !



keisha 13/02/2011 15:50



Ben j'ai emprunté le 6 à ma bibli, na na nère (je sais, tu me hais ^_^)



Géraldine 14/02/2011 21:42



@ Keisha : pour l'instant, je ne te hais pas, billet publié par erreur, devait être programmé, me suis trompée de date. Donc il repassera !


Pour le tome 6... Ma bib devrait l'avoir un jour, sinon, AGFE me l'amènera peut-être à Rennes pour le salon  Là,
c'est toi qui me redéteste.