AVENUE DES GEANTS, de Marc DUGAIN

Publié le 2 Septembre 2012

Roman - Edidions Gallimard - 361 pages - 21.50 €

 

 

Parution en avril 2012

 

 

 

L'histoire : A 15 ans, Al Kenner approche les 2.20 mètres et son QI frôle celui d'Einstein. Sans lien de cause à effet, le jour de l'assassinat de Kennedy en 1963, il tue ses deux grands parents d'une balle dans la nuque.

Cinq ans plus tard, il sort de l'hopital psychiatrique, considéré comme guéri. Combien de temps cet homme d'intelligence supérieure saura faire illusion auprès des autres et surtout, auprès de lui même. C'est l'un des nombreux sujets de ce roman qui nous emmène dans les tréfond de l'âme de ce criminel.

 

  

Tentation : L'auteur à la Grande Librairie + la blogo

Fournisseur : la bib

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Avertissement !!!! Marc Dugain s'étant inspiré d'un personnage réel pour écrire ce roman, inutile de d'en lire trop à son sujet avant d'entamer votre lecture, ou votre plaisir risque d'être entamé à mesure que votre surprise diminuera. Certains billets livrent d'entrée le nom du tueur de référence, et même si celui ci est livré par l'auteur en dernière page, je vous jure, moins vous au saurez et plus se livre vous captivera.

Malgré un début de lecture au ralenti, pour cause d'environnement "plage", Avenue des géants a par la suite vite fait de me captiver, au point d'opérer sur moi une attraction terrible, dont la seule issue fut d'en découdre au plus vite avec ce livre.

Les neuf dizièmes de la narration se font à la première personne du singulier. C'est Al qui raconte, commente, explique, détaille, raisonne, démontre, expie, avoue, s'amuse, critique, provoque, se vante, souffre, réfléchit, lutte contre son mal, se livre du plus profond de lui même. De ce qu'il a de pire en lui, comme le meilleur qu'il tente réellement d'atteindre. Le dizième restant est à la 3ème personne du singulier, c'est donc Marc Dugain qui reprend sa place. Nous sommes alors dans le parloir d'une prison, où Al est enfermé depuis des decennies et commence à écrire sa bio qui serait ce roman.... Alors, comme on sait rapidement qu'Al sort de HP cinq ans après le meurtre de ses grands parents, on se demande tout au long du livre quel autre crime ou carnage le mènera derrière les barreaux pour la vie entière. La tension monte alors petit à petit pour le lecteur, on s'attend à tout moment à ce qu'Al perde son sang froid.... le roman devient un page turner et pourtant, nous ne sommes pas dans un thriller. Nous sommes néamoins dans un désert de sentiment, comme l'est la vie du personnage... De ce fait, il y règne quelque part toujours comme une distance.

Nous sommes plutôt dans une étude psychologique, voire psychiatrique romancée d'un serial killer, le tout sous fond d'une Amérique qui fait le grand écart entre la guerre du Vietnam et la jeunesse qui prend la route et crée le mouvement libertaire hippy...

Cette histoire aurait pu aboutir à un roman classique, sauf que, pas du tout, en tout cas, pour ma part. Ce récit vous balotte, vous remue, vous met à mal dans les pensées qui se diffusent en vous. Le manichéisme est complètement absent de ce livre. Moi, pauvre lectrice, j'en suis venue à douter de ma définition du bien et du mal. En effet, Al, très intelligent et forcément manipulateur (comme le sont souvent les tueurs de son espèce), parvient à vous faire penser qu'il n'a pas tord, que son raisonnement tient plus que la route, même si celui ci est condamnable par les lois. Il faut dire qu'Al a un paquet d'excuse dans son histoire familiale... mais néanmoins, moi lectrice, je suis presque parvenue à le comprendre, à avoir de l'empathie pour lui qui n'en a jamais ressenti pour personne, à l'admirer pour la justesse de certaines réflexions, à apprécier son cynisme sur certaines situations sociales, à être ahurie face à sa lucidité mêlée de distance froide et pragmatique devant ses crimes.... Bref, je suis tombée dans le piège que tend souvent ce genre d'individu à ses victimes et à la société.

Si je devais rédiger une dissertation sur tous les sujets évoqués dans ce roman (le mal est il en nous dès la naissance, la rédemption est elle possible, qui est responsable (celui qui tient le fusil, ou celui qui a donné le fusil), le bienfondé ou non du mouvement hippy et ses multiples contradictions, un meurtre individuel dans un certain contexte est il plus condamnable qu'un meutre collectif dirigé par un gouvernement donc légalisé, peut on être réellement responsable de tels actes sans être dérangé du cerveau... etc...), bref, si je devais rendre une copie de philo là dessus, je serais bien incapble de distinguer la thèse de l'antithèse. Une synthèse serait encore plus impensable, tant les idées du personnage s'insinuait en moi au point que je ne parvenais plus à différencier les siennes des miennes. bref, j'ai vraiment été remuée par ce livre magistralement écrit (malgré quelques longueurs) par Marc Dugain (qui s'amuse d'ailleurs à affubler un personnage majeur d'un nom annagramme du sien). Si l'objectif de Marc Dugain d'éprouver son lecteur et de le faire osciller entre empathie, dégoût et une certaine fascination pour Al au point de se sentir mal à l'aise avec ses sentiments émergeants, je dois dire que l'objectif est grandement atteint.

Heureusement, le final glaçant de ce livre nous remet dans le droit chemin de nos idées et valeurs et nous permet de remettre une dimension manichéenne dans le monde, cette dimension qui sans doute, lui assure un relatif équilibre. Et de conclure : quel livre ! Chapeau Monsieur Marc Dugain.

 

 

" Mets toi dans la tête que la société te reconsidérara le jour  où tu sentiras coupable  de ce que tu as fait, que tu auras de l'empathie pour tes grands-parents. Sans culpabilité, pas de civilisation, Al, on redevient des animaux... et toi, un cas pathologique"

 

 

L'avis de Clara

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Hélène 21/10/2012 12:26


Je ne suis pas aussi enthousiaste que vous sur ce roman, le style m'a vraiment dérangée et j'ai trouvé des longueurs...

Géraldine 26/10/2012 16:59



@ Hélène : Justement, j'ai aimé que ce roman me dérange et me remue !



ulaz 24/09/2012 13:54


Coucou,


Ca fait longtemps que je ne t'ai pas laissé de commentaire... J'ai lu ton coup de gueule sur les maisons d'édition and co et il est tout à fait justifié ! Je pense que (tous) les blogueurs te
rejoignent là-dessus ! 


Quant à ce livre de Dugain, je l'avais repéré et vais m'y intéresser de plus près (mais pas trop, selon tes conseils) ! Merci pour ton billet.


Bonne journée

Manu 19/09/2012 07:18


Celui sur la CIA est La malédiction d'Edgar. 

Géraldine 20/09/2012 00:31



@ Manu : Alors il s'agit plutôt du FBI alors et de Edgar Hoover, son créateur



Stephie 17/09/2012 06:42


Ton billet me donne rudement envie de le lire ;)

Géraldine 18/09/2012 22:32



@ Stephie : je dirais que c'est un livre plutôt incontournable



Manu 16/09/2012 16:45


Un écrivain que je dois encore découvrir. Ce roman me tente tout comme celui sur la CIA. 

Géraldine 18/09/2012 22:55



@ Manu : je ne connais pas celui sur la CIA (quel est le titre ??). En tous cas, celui ci est vraiment extraodinaire !



anjelica 15/09/2012 22:37


Superbe billet, Géraldine ! J'ai beaucoup aimé Marc DUGAIN et sa chambre des officiers, je vais noter et surligner ce livre de suite ! 

Géraldine 17/09/2012 22:36



@ Angélica : C'est vraiment un livre magistral, bien travaillé, avec du suspens... bonne lecture !



Alex-Mot-à-Mots 04/09/2012 18:36


Noté depuis des lustres, et toujours pas lu.

Géraldine 05/09/2012 15:44



@ Alex : Les lustres deviennent vite long avec toi, le livre n'est sorti que depuis quelques mois !



keisha 03/09/2012 19:00


Où donner les liens pour le challenge? En haut en haut (challenge des livres et des ils), pas moyen de mettre un commentaire


Mon livre


http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2012/09/alexis-zorba.html

Géraldine 05/09/2012 15:48



@ keisha : Dans ma colonne de gauche, sous mon logo de challenge, il y a un lien ! Tu es la première à dégommer avec Zorba, je suppose qu'AGFE ne va pas tarder !!!



keisha 03/09/2012 18:50


J'avoue que parfois j'avais l'impression d'être dans un roman américain...J'y avais pensé!


Mais pour Les petits succès sont un désastre, présenté récemment, et français, ça se passe à Montmartre, non mais!

Géraldine 05/09/2012 16:00



@ Keisha : Bon, ne te reste plus qu'à te mettre aux romans du terroir !!!



Christine 03/09/2012 13:43


J'ai bien hésité devant cette couverture et je suis très heureuse de lire ton avis. Donc maintenant plus d'hésitation, surtout que j'aime bien l'écriture de l'auteur

Géraldine 05/09/2012 16:02



@ Christine : Effectivement, ce livre est captivant, fascinant et franchement remuant !



A_girl_from_earth 02/09/2012 23:29


Je suis perdue, j'ai déjà tellement de titres de cet auteur à lire, et je dois en lire au moins un pour découvrir enfin sa plume ! Ton billet pour ce livre-ci est très très convaincant. Mais ses
autres livres me tentent aussi. Quel dilemme...

Géraldine 05/09/2012 16:01



@ AGFE : Là, je te jure que c'est du lourd !!! Captivant au bout de 50 pages !!!!



gambadou 02/09/2012 22:05


il est sur ma LAL, tu me le remets en mémoire.

Géraldine 05/09/2012 15:18



@ Gambadou : C'estun livre captivant, ne surtout pas passer à côté !



Didi 02/09/2012 22:00


Ce livre me tente beaucoup j'avais entendu l'auteur en parler et ça m'a captivé.


Allez hop dans les LAL !


Bisous et bonne nuit

Géraldine 05/09/2012 15:17



@ Didi : Ce livre mérite directement une place dans ta PAL !!!!



Philippe D 02/09/2012 20:49


Je ne connais ni le titre ni l'auteur mais ce que tu en dis est assez alléchant...


Bonne semaine. 

Géraldine 03/09/2012 13:38



@ Philippe : Il y a donc nature à faire coup double et à combler deux lacunes d'un seul coup !



DeL 02/09/2012 19:03


Je n'ai lu que de bonnes critiques sur ce livre, je le surligne dans ma liste ;)

Géraldine 03/09/2012 13:37



@ DeL : Effectivement, je ne vois pas quel reproche notoire on pourrait faire à ce livre !



clara 02/09/2012 16:33


Un livre adoré!!!!!

Géraldine 03/09/2012 13:35



@ Clara : Oui, c'est ton billet qui a achevé de me convaincre suite au passage de l'auteur à la Gde librarie !



Anne 02/09/2012 12:19


Aaaarg je rêve de lire ce livre et je n'ai pas le temps de l'emprunter à la bibli, trop d'autres projets de lecture en ce mois de septembre !! Mais je le lirai un jour, je le lirai :)

Géraldine 03/09/2012 13:34



@ Anne : Ne pas lire se livre serait effectivement une grave erreur !



keisha 02/09/2012 08:55


Snif, on aurait pu faire une lecture commune! J'ai dévoré ce bouquin, mais le billet est dans mes tuyaux de blog! Moi aussi je pense qu'il ne faut surtotu pas aller chercher des renseignements
avant sur le personnage réel, et totu découvrir à partir de zéro.


T'as vu, encore un roman français qui me plait, youpi!

Géraldine 03/09/2012 13:33



@ Keisha : Oui, je remarque tout de même que les romans français qui te plaisent ont une fâcheuse tendance à se dérouler aux Etats Unis !!!!!