LE PERE ADOPTE, de Didier VAN CAUWELAERT

Publié le 21 Août 2009

Roman - Livre de Poche - 248 pages - 6.00 €

Résumé : Quels drames et quels enjeux faut-il pour qu'un enfant décide de gagner sa vie comme écrivain, à l'âge où l'on perd ses dents de lait ? En révélant ses rapports avec son père, Didier van Cauwelaert nous donne les clés de son oeuvre, et nous offre son plus beau personnage de roman. Un père à l'énergie démesurée, à l'humour sans bornes et aux détresses insondables, qui a passé sa vie à mourir et renaître sans cesse. Un père redresseur de torts et fauteur de troubles, qui réenchanta le monde par l'incroyable force de son destin, de ses talents et de ses folies au service des autres. Drôle, bouleversant, généreux et tonique, Le Père adopté est à la fois un merveilleux récit des origines et un irrésistible appel à inventer sa vie en travaillant ses rêves.

                                  

Mon humble avis :  Troisième rencontre avec cet auteur, et rencontre enfin réussie, même très réussie. Dès les premières pages, j'ai su que ce livre allait me plaire, qu'il me donnerait de savoureux moments de lecture dès que je m'y plongerais. On assiste ici à la naissance de la vocation d'écrivain de Didier van Cauwelaert. Si tôt, que cela en est touchant et pourrait paraître improbable. Et pourtant, des années plus tard, van Cauwelaert est un des auteurs les plus prolifiques de sa génération, qui plus est couronné de multiples prix littéraires, dont le Goncourt.

Le père adopté est avant tout un vibrant hommage pour le père défunt de l'auteur. C'est un dialogue à une voix. Van Cauwelaert s'adresse à son père et construit ce roman en suivant l'enchaînement de ses émotions de romancier et du fils qu'il était. Ce fils qui, mythomane, rêvait sa vie et s'en inventait d'autres, qui aimait et admirait son père par dessus tout au point de ne jamais vouloir le décevoir, quitte à inventer encore et toujours. Quelle belle genèse de vocation ! On sourit beaucoup à la lecture de cette magnifique et infaillible complicité entre un père et son fils ! Didier van Cauwelaert nous parle aussi de l'histoire de sa famille, cette histoire qui fait qu'il est ainsi, lui, fils, petits fils et arrière petit fils. Il se promène ainsi dans son arbre généalogique et nous rapporte nombre d'anecdotes tantôt tendres, touchantes,  comiques, bouleversantes mais toujours justes. Au fil de pages, se dresse les portraits de ses aïeux, personnes ordinaires au destin rendu encore plus extraordinaire par la plume intimiste, pudique et humoristique de l'auteur. J'ai perdu mon père il y a plus de quinze ans et lors de ma lecture, je me suis pris à remplacer des anecdotes de l'auteur par d'autres personnelles. Oui, c'est certain, Didier van Cauwelaert dit ici ce que l'on aimerait savoir dire et formuler à notre propre père ou que l'on aimerait avoir dit avant qu'il ne soit trop tard. Il crie haut et fort "mon père, ce héro" !

"Je ne suis pas dupe, je sais pourquoi tu as encouragé ma vocation de romancier, dès l’enfance : si tu as été mon maître à rêver, c’était aussi pour que je devienne ta machine à écrire." (DVC)

" La vraie générosité se nourrit toujours d'une part d'exaltation égoïste, sinon, elle n'est qu'abnégation - un élan obligé, beaucoup moins efficace." (DVC)




                                                       livre lu dans le contexte 
                                                              
                                                                

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 23/08/2009 00:45

Tu sais que ces sélections prix du lecteur commencent à me sortir par les yeux aussi!lolJ'étais en librairie cet apr-m et dès que je voyais un livre estampillé "sélection blabla" je le contournais! En ce moment je ne sais pas pourquoi, je fais une grave réaction allergique à tout ce qui est rentrée littéraire, prix chose, mise en avant de tel livre, j'ai l'impression d'être agressée, qu'on me fait du forcing pour que je lise tel ou tel livre! Ca doit être l'effet post-panne de lecture.

Géraldine 23/08/2009 20:56


@ AGFE : Tant que c'est post panne et non pré-panne c'est déjà ça. Ce qui est clair c'est que moi aussi, à l'avenir, je me méfierai des livres estampillés "selection Livre de Poche" !


Edelwe 22/08/2009 19:04

Je vais attendre un peu avant de continuer avec cet auteur, car la dernière lecture en date m'a déçue...

Géraldine 23/08/2009 20:53


@ Edelwe : Oui, j'ai vu ça sur ton blog !


Fleur 22/08/2009 12:17

j'ai fait l'impasse sur celui-là pour le mois d'août, pas le temps... j'ai commencé les 2 autres mais pareil par manque de temps je ne les ai pas lus jusqu'au bout :( Mon vote ira qd même pour le Totem du Loup !

belledenuit 21/08/2009 17:43

C'est le seul que je n'ai pas lu. J'ai abandonné après avoir lu une dizaine de pages. J'avais du mal à entrer dedans. Peut-être plus tard...

Géraldine 22/08/2009 20:52


@ Belledenuit : Encore une fois, les goûts et les couleurs. Moi, j'ai aimé ce livre dès les premières pages !Et c'est sur les deux gros pavés que j'ai fait l'impasse !


Leiloona 21/08/2009 15:51

J'ai aimé ce que j'ai lu de lui, alors pourquoi pas !

Géraldine 22/08/2009 20:51


@ Leiloona : Celui ci est très intimiste et personnel.


Moka 21/08/2009 14:16

J'aime beaucoup cet auteur !

Géraldine 22/08/2009 20:51


@ Moka : Demon côté, il me faudrait une lecture supplémentaire pour me faire mon idée. Cela tombe bien, j'ai encore un  de ses livres dans ma PAL !