BIRMANE, de Christophe ONO-DIT-BIO

Publié le 29 Juillet 2009

Roman de voyage - Pocket - 408 pages - 6.90 €

Résumé : Partir ! « Aujourd'hui, le paradis est à portée de carte bleue. »

En délicatesse avec sa fiancée, son travail, et une vie sans surprise, César décide de gagner l'Asie de tous ses fantasmes avec une idée folle : rapporter de Birmanie, ce pays coupé du monde, l'histoire qui changera sa vie.

De Rangoon la tropicale aux mirages de la Vallée des rubis, il plonge dans une réalité où la violence de la dictature cohabite avec la beauté la plus ensorcelante. Guidé par une jeune femme médecin, il s'enfonce dans le pays. Au cœur des ténèbres, le voyage du jeune Français va se transformer en formidable aventure. Vers une légendaire Femme-Tigre, réfugiée avec son peuple au cœur de la jungle du Triangle d'Or.



                                       

Mon humble avis :Je suis entrée tête baissée dans ce livre, persuadée qu'il serait de ceux qui sont "ma raison de lire". Il réunit tous les ingrédients pour me séduire : voyage, aventure, exotisme, culture, romanesque... L'histoire commence très vite et très fort. Quelques pages seulement suffisent à nous mener dans le vif du sujet. Et puis, très vite aussi, le récit s'est essoufflé pour me laisser un peu sur les rotules, avec une grande hâte d'en finir.

Mon plus grand reproche va à l'insupportable verbiage usé par l'auteur... Je ne compte pas les innombrables "tasse de thé fumante qui lui brûlait les lèvres"... Autres extraits choisis : "L'homme agenouillé était toujours agenouillé" (bof bof, une relecture supplémentaire n'aurait pas été du luxe)... Ou encore : "Je sens le plaisirn qui s'impose et jaillit tandis qu'elle libère un cri aigu dans la nuit pulvérisée d'étoiles" (A trop vouloir faire de poésie, on en tombe dans le ringard, trop de poésie nuit à la poésie, à ma humble avis ) Enfin, un dernier pour la route : " Trois formes s'étaient dessinées à l'horizon, noires, vibrantes, semblables à de gros frelons progressant dans l'éther sous l'impulsion de leurs élytres tournoyantes (Tout ça pour introduire des hélicoptères dans un récit !...)

Autre sujet de déception : Le personnage principal, César. Attachant et captivant au début, il en devient agaçant, transi d'amour et de jalousie obsessionnelle qu'il est après deux petites nuits avec sa dulcinée... Dommage, vraiment dommage que j'en sois parfois venue à me dire que parfois, romanesque rimait avec rocambolesque... Dommage aussi car l'auteur, extrêmement bien documenté et informé, parvient par des précisions presque journalistiques, à capter notre intérêt et notre fascination pour ce pays méconnu qu'est le Myanmar, alias la Birmanie.

Christophe Ono-Dit-Bio nous emmène au fin fond de la Birmanie. Face à nous, la Birmanie des cartes postales avec ses émouvantes et enivrantes cérémonies bouddhistes, ses temples et ses coutumes. Mais aussi la Birmanie que l'on ne montre pas : celle de la junte militaire et de la jet set, de la drogue et de la prostitution. Nous pénétrons aussi l'univers de l'humanitaire et des expats'. Dans tout cela, à travers les mots de l'auteur, nous réalisons pleinement ce qu'est vivre sous une dictature. Et l'on comprend pourquoi ce roman a remporté le prix Interallié. Et il reste que ce livre représente tout de même un magnifique voyage dans cette partie de l'Asie.


                                             

Rédigé par Géraldine

Publié dans #récits ou romans de voyages

Repost 0
Commenter cet article

Le tourisme à la Birmanie 14/03/2013 22:14


Le tourisme


Bien que pauvre en infrastructure d’accueil, la démocratisation du pays et ses paysages splendides contribuent à l’essor du tourisme. La Birmanie
accueille les visiteurs attirés par sa culture, la gastronomie, et son histoire et ses magnifiques paysages. Le tourisme birman invite au voyage poétique, à savourer la musique des harpes Saung
en flottant sur les pagodes du Lac Inlé.


 Le tourisme et la sécurité


La pagode Shwedagon à Yangon, l'une des merveilles du tourisme birman


L’économie du pays repose en partie sur le tourisme mais le pays n’est pas sans tension. Sur place, il conseillé aux touristes de
présenter à l’ambassade de France pour communiquer aux services les informations du passeport et l’itinéraire envisagé.


Le tourisme en bonne santé


Avant le départ, consultez votre médecin et si nécessaire, souscrivez à une assurance pour couvrir les éventuels frais
médicaux et de rapatriement. Notamment, la dengue, le paludisme et l’encéphalite japonaise.


Le tourisme et le respect des coutumes locales


Le Bouddhisme fait partie intégrante de la culture birmane.


Le tourisme culinaire


Tout comme la musique, la gastronomie birmane est influencées par les pays limitrophes.  Pour en savoir plus LIRE ICI    http://birmanie.fr/le-tourisme/


 



La culture de La Birmanie, ou Myanmar 14/03/2013 22:11


La culture


La Birmanie, ou Myanmar, est un pays riche de traditions croisées qui font de sa culture unique un ensemble étonnant et complexe.
L’hospitalité des Birmans et leur ouverture n’est plus à démontrer, bien que l’histoire politique du pays soit troublée.


Globalement, la culture birmane est riche de métissages uniques ayant contribué à son unicité mais relève bien souvent du bouddhisme. Depuis peu,
la culture musicale birmane, très métissée, s’ouvre également aux influences occidentales. La culture littéraire suit le même principe,
puisque initialement lyrique et inspirée par des influences Pāli, Môn et Thaï mais largement
occidentalisée depuis le XIXème siècle lors de l’intégration de la Birmanie dans l’Empire britannique.


Les coutumes et traditions proviennent en grande partie du bouddhisme. La gastronomie birmane comporte à ce titre généralement du curry peu épicé ou
encore du ngapi, sorte de pâte salée assaisonnée aux poissons ou aux fruits de mer. De nombreuses salades et spécialités
à base de crevettes ou de jeunes pousses coexistent.


Culture birmane représentée ici par la culture du bois


Enfin, on notera l’importance historique du travail du bois, des marionnettes mais aussi la présence de sports locaux
comme la boxe birmane, le chinlon (sport de balle asiatique) mais aussi la prépondérance du football. En Birmanie, la
culture s’exprime donc via des traditions métissées aux pratiques occidentales. 


Pour en savoir plus  LIRE ICI   http://birmanie.fr/la-culture/


 


Culture birmane représentée ici par la culture du bois


 

A_girl_from_earth 02/08/2009 00:33

Hey mais c'est vrai que tu participes à ce défi aussi! Tes extraits choisis m'ont bien fait rire, en particulier celui de l'homme agenouillé. Dommage que le style ne serve pas le sujet, ça aurait pu m'intéresser.

Géraldine 02/08/2009 21:37


@ AGFE : Et oui, plus que trois livre et j'aurais rempli ce défi de lecture !


Aifelle 31/07/2009 13:30

Mince alors ! j'avais envie de le lire pour la Birmanie qu'il connaît très bien, mais ce style .. je ne suis pas sûre de pouvoir l'encaisser.

Géraldine 02/08/2009 21:22


@ Aifelle : Tu peux le lire pour la Birmanie, de ce côté là, tu ne seras pas déçue, c'est très intéressant.


Schlabaya 29/07/2009 15:59

J'aime bien le lyrisme, à condition que ça oit réussi, là c'est ridicule ! J'ai entendu parler d'un concours de nouvelles annuel où le jury affectionne ce genre de verbosité (accessoirement, il y a 3000 euros à gagner).

Géraldine 02/08/2009 01:00


@ Schlabaya : On est tout à fait d'accord !


Marie 29/07/2009 15:34

Comme le commentaire précédent de Mary avec un y, j'aime bien les styles plutôt sobres.Tes extraits et commentaires m'ont bien fait rire !  Bref, je vais absolument éviter ce livre !!!!!!!

Géraldine 02/08/2009 00:57


@ Marie : C'est vrai que les extraits, sortis de leur contexte et en mettant le doigt dessus, sont comiques. Dans la lecture du livre, ils sont gonflants !!!


mary 29/07/2009 12:45

Tes commentaires sur la style m'ont bien amusée ! j'ai tendance à préfèrer un style sobre concis épuré ... que de grandes envolées lyriques !bisous bonne journée !

Géraldine 02/08/2009 00:55


@ Mary : Oui, c'est vraiment dommage que le style soit rendu lourd ainsi car le sujet de départ était très intéressant.