LA LIGNE NOIRE, de Jean-Christophe GRANGE

Publié le 5 Novembre 2008

Résumé : Ancien champion de plongée en apnée, Jacques Reverdi est arrêté en Malaisie. Convaincu de meurtres sadiques - il saigne à mort ses victimes, des jeunes femmes -, il risque la pendaison.
A Paris, Marc Dupeyrat, ancien paparazzireconverti dans le fait divers sanglant, se prend de fascination pour lui. Afin d’obtenir ses confidences, il va inventer une femme, dont le criminel tombera amoureux du fond de sa prison, et à laquelle il prêtera les traits de Khadidja, le mannequin en herbe que déjà se disputent publicitaires et photographes.
Commence alors, de Paris à l’Extrême-Orient, une longue odyssée au cœur de la violence et du mal, qui mènera le journaliste bien au-delà de ce qu’il pouvait imaginer ? Et un suspense qui, après Les Rivières poupres et L’Empire des loups, confirme Jean-Christophe Grangé comme un maître du thriller.


                                

Mon humble avis :Rien ne me rend plus heureuse qu'une quatrième de couv' qui ne soit pas menteuse ! En même temps, Grangé n'a pas besoin de cette compagne publicitaire et il s'en passe le plus souvent d'ailleurs. Même si ses thrillers sont de qualité inégale, ils n'oscillent qu'entre la mention "excellent" et "bon". Il n'y a pas de mauvais à mon goût chez Grangé. On achète ces livres en aveugle tout en se préparant à de grands frissons.
 Et cette Ligne Noire est fidèle à la réputation de son auteur, on y passerait des nuits blanches si le devoir ne nous appelait pas à nous lever de bon matin. L'art du suspens, que Grangé maîtrise tel un virtuose, est à chaque page une fois de plus ! Ainsi, Grangé  un des seuls français "page turner" rivalisant avec les auteurs américains. Mon seul bémol dans le style Grangé serait cette espèce de complaisance parfois inutile dans la description des sévices subis par les victimes. Ici, les nouveaux héros de Grangé sèment la terreur à travers la planète, depuis Paris, en passant par la jungle sud asiatique, jusqu'à votre chambre...Leur folie dépasse l'entendement.  D'un seul coup, vous n'avez plus qu'une crainte, mourir étouffé, ouvrir la fenêtre !
Et moi, pendant ma lecture, j'ai failli mourir brûlée vive. Imaginez la scène : coupure d'électricité en Guadeloupe. On allume des bougies pour s'éclairer sur la terrasse. Puis on se dit, mettons une lampe à gaz. La bonbonne est vide il faut la changer. La nouvelle bonbonne fuit un quart de seconde, il y a la bougie... La bonbonne explose, tout part en flamme. Mes bras sont épilés, une mèche de cheveux se ratatine, la flamme monte sur 2 mètres. Mes amis sont sains et sauf aussi. Dieu soit loué, les seules pertes s'avèrent être la nappe et la couverture et les premières pages de La ligne Noire ! Quand je vous le dis, méfiez vous, avec Granger, le danger est partout !



                                           
                                Les restes de "La Ligne Noire" après l'explosion !



    

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost 0
Commenter cet article

maryline 06/11/2008 10:23

Merci de ton message d'amitié !  Et j' espère que tu es  heureuse à Rennes !Si tu aimes les polars, tu peux jeter un coup d'oeil à un de mes articles sur le sujet.  http://moonshadow.over-blog.com/article-22832086.htmlAmitiés de Mary

maryline 05/11/2008 22:11

Comme toi ce livre m'a envoutée. Le style est vraiment très prenant. Un excellent roman noir !Désolée pour ton incendie heureusement pas trop de bobo !(Je découvre que tu vis en Guadeloupe)Aujourd'hui j'ai le coeur en fête, c'est un grand jour pour l'Amérique !!!  Barak Obama est le nouveau Président des USA !!!Amitiés de Mary

Géraldine 06/11/2008 00:39


Bonjour Mary,

Oui, mon coeur est en fait également ! J'ai même versé une petite larme pour cette aire nouvelle qui s'annonce? Et si Obama était LA solution à tout ce qui ne va pas en ce moment !? Par contre, je
n'habite plus en Guadeloupe. J'en suis revenue depuis un peu plus d'un an maintenant. Mais j'y étais à l'époque où j'ai lu la ligne noire. En fait, j'ai un peu la bougeotte. J'ai passé 2 ans en
Gwada de 1999 à 2001. Et puis en février 2007, j'ai voulu retenter ma chance qui a fini par mal tourner et m'a fait regretter le boulot que j'avais à Rennes. Je suis donc revenue à Rennes en
septembre et mes patrons ont accepté de me reprendre ! J'ai donc limité la casse dans tout ce mic mac !