LA LIONNE BLANCHE, de Henning MANKELL

Publié le 7 Octobre 2008

Résumé : Alors qu'en Afrique du Sud un groupe d'Afrikaners fanatiques commet un attentat, en suède le corps d'une jeune mère de famille, Louise Akerblom, est retrouvé au fond d'un puits. L'inspecteur Wallander enquête en vain. Jusqu'à ce qu'il découvre près du lieu du crime le doigt tranché d'un homme noir...
Y aurait-il un lien entre la réalité quotidienne de la province suédoise et la lutte sanglante qui se déchaîne à l'autre bout du monde ?

Une enquête particulièrement complexe pour l'inspecteur Wallander et surtout une superbe occasion pour le maître du polar suédois de concilier ses ambiances nordiques et son goût de l'Afrique où il vit une partie de l'année.


                               

Mon humble avis :  Assez de suspens dans le livre ! Je vous le dis tout de go, j'ai
ADORE !
Je ne suis pas allée vers ce livre, ce livre est venu vers moi, via Kitou, messagère très inspirée qui m'a offert cet excellent polar ! La quatrième de couv' m'a immédiatement interpellée... Afrique du Sud... Comme c'est curieux ! J'ai terminé récemment le premier tome d'Afrika Trek 1, par lequel j'ai accompagné les Poussins dans leur traversée de l'Afrique du Sud en 2003. Et La Lionne Blanche me catapulte à nouveau dans ce pays, mais 11 ans plus tôt, 2 ans après la libération de Mandela, 2 ans avant son accession au pouvoir (environ).

En peu de temps, deux livres de genres opposés (un récit et un polar) m'ont  poussée moi, lectrice, à me poser plus de questions  sur cette mosaïque complexe qu'est l'Afrique du Sud, à considérer son Histoire sous un autre angle... Bref, à m'interroger, à réfléchir, à chercher et à me dire que ce qu'il y a de terrible avec l'Histoire, c'est que si elle ne vous concerne pas directement, elle a parfois une fâcheuse tendance à glisser sur vous. Je suis une contemporaine le l'abolition de l
'Apartheid, de la libération de Mandela et plus tard de son accession au pouvoir, faits HISTORIQUES de premier ordre. Et pourtant, je n'en garde aucun souvenir, aucune "émotion médiatique". Comme le dit Zazie dans une chanson, j'étais là... et je ne m'en souviens pas. J'ignorais même toutes les ramifications que cela impliquait. Et pourtant, je me souviens parfaitement de la chute du Mur de Berlin, ou plus dérisoire, de l'aventure d'un président américain avec une stagiaire. Je sais exactement ce que je faisais et où je me trouvais lors de l'attentat du 11 septembre 2001. Mais la libération de Mandela...

Mais revenons en au sujet qui nous réunit ici... Le roman de Mankell
Si je me fie aux informations du site de la Fnac, La Lionne Blanche est la  septième enquête de commissaire Wallander, héros de Mankell, auteur Suédois prolifique à la renommée internationale ( 
Il a reçu les Prix Mystère de la Critique, prix Calibre 38, Trophée 813 en France --, sans parler des millions d'exemplaires vendus dans le monde.)
L'intrigue est remarquablement construite, nous menant en alternance en Suède ou en Afrique du Sud au fil de chapitre. Dès le début, le lecteur est captivée par cette enquête qui semble insoluble. Et pourtant, dès la centième page ou presque (sur 490), le lecteur connaît la fin, l'Histoire (celle avec un grand H !) étant ce qu'elle est ! Mais ce qui nous importe, nous lecteur, c'est la méthode qu'utilisera Mankell pour réunir deux bouts d'histoire et deux bouts du monde. Mais comment va-t-il faire ? Et puis, comment va-t-il empêcher l'impensable de se produire ? Mankell le fait en tenant son lecteur en haleine à chaque page ! Pas de temps mort dans ce jeu de chats et de souris où les souris deviennent chats, les chats se transforment à leur tour en souris... A moins que chaque protagoniste dans l'histoire soit chat, qu'il n'y ait pas de place dans ce monde pour les souris... Vous l'avez compris, polar de très bon cru. D'ailleurs, je me servirais bien un autre verre des aventures de Wallander ... même si ce millésime là a la réputation d'être le meilleur !!


                                        
                       

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost 0
Commenter cet article

droopyvert 28/09/2010 10:47



J'aime énormément les Suédois et Mankell entre autres, c'est un grand.



Géraldine 02/10/2010 20:23



@ Droopyvert : et connais tu la suédoise Helen tursten ? Elle est excellente. Son héroïne est une flic et une femme "normale" : pas alcoolique, pas divorcée, bien dans sa vie, son métier et son
couple. C'est rare et ça fait du bien !



Nicolas 13/10/2009 12:20


J'ai aussi adoré ce roman, l'un des meilleurs de Mankell, on y trouve plus de suspense que d'ordinaire dans ses romans. Je l'ai dévoré de A à Z. Un régal.


dasola 14/04/2009 18:19

Bonjour, la 4ème de couv ne m'avait pas trop tentée et puis je l'ai quand même lu et c'est en effet une réussite. Un bon roman tout court (pas seulement policier). Bonne fin d'après-midi.

Géraldine 17/04/2009 14:58


@ Dasola : C'est un kdo qu'on m'a fait et j'avoue qu'au début, le côté condensé de la présentation m'effrayait un peu. Et puis finalement, j'ai été vite prise par l'histoire et attachée aux
personnages !


Karine :) 10/10/2008 16:10

Il faut définitivement que je découvre cet auteur qui me fait de l'oeil depuis un bon moment!!!

Géraldine 10/10/2008 17:23


Et bien bonne rencontre, tu ne le regretteras pas ! (enfin en tout cas, je l'espère !)


A_girl_from_earth 08/10/2008 21:54

Très convaincant ton commentaire! J'apprécie beaucoup le fait que tu en dises assez pour intriguer mais pas trop pour ne pas spoiler (ça me fait toujours peur ça quand je lis les commentaires). Je voulais lire un des romans de cet auteur depuis longtemps sans trop savoir lequel. Adjugé vendu pour celui-là!

Géraldine 09/10/2008 00:47


Tu ne le regretteras pas !


Sigdrak 08/10/2008 19:43

Moi qui ne suis pas fan du genre policier, j'avais lu Le Guerrier solitaire de cet auteur avec le même enquêteur et avait apprécié sans plus. Cela commence à remonter cependant, donc je ne pourrais pas m'appesantir sur les qualités du roman. Certains romans ont été ou vont être adaptés en série de téléfilms par la BBC: cf. ce lien à cliquer.