WINDOWS ON THE WORLD, de Frédéric BEIGBEDER

Publié le 28 Juillet 2008

« Le seul moyen de savoir ce qui s'est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la Tour Nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c’est de l'inventer. » FB

Résumé : Beigbeder retrace à la minute près le petit déjeuner au "Windows on the World" (d'où le titre du livre), restaurant du 107e étage de la tour Nord du World Trade Center, entre un père divorcé et ses deux fils. Pour se mettre en situation, l'auteur est monté au restaurant du 56e étage de la tour Montparnasse, "Le Ciel de Paris". De là vont se mêler le destin tragique de cette famille américaine (inventé, réinventé) et l'itinéraire affectif, familial et culturel de l'auteur.

                                     
Mon humble avis :  Et bien il est partagé !
C'est mon premier livre de Beigbeder. Le style est efficace et moderne. Il jongle entre émotions et sarcasmes. J'apprécie cela. Comme le culot de tirer de l'événement géopolitique le plus tragique des X dernières années un roman on ne peut plus réaliste. D'ailleurs, on a parfois l'impression de ne plus être dans un roman mais au plus profond de l'horreur de la réalité. L'atrocité vécue par les victimes du 11 septembre, on l'a certainement tous imaginée d'une façon ou d'une autre. Beigbeder y met des mots, et pas n'importe lesquels : des mots justes. C'est dur à lire. Mais nous lisons cela confortablement installé dans un canapé et on l'espère, à l'abri d'une telle folie meurtrière... Alors...
Par contre, les vas et viens entre le héros dans le World Trade Center et  l'auteur  au sommet de Montparnasse sont laborieux et à mon sens déplacés. Le roman en devient long. L'histoire de ce père et de ces deux enfants prisonniers de l'enfer aurait suffi à faire un roman prenant. Et je me demande : pourquoi mélanger une traumatisme mondial avec les petits problèmes de Frédéric himself ? Par provocation, pour remplir, par narcissisme.... A moins que quelque chose me soit passer par dessus la tête...J'ai fermé ce livre avec un certain scepticisme même si je le reconnais, l'écriture est percutante.


Les attentats du 11 septembre m'ont bouleversée comme vous tous j'imagine. Je m'attendais à ce que les artistes soient nombreux à évoquer ou à developper ce thème obsédant. Certes, les séries américaines y font quelques allusions au cours d'épisodes, des reportages sont diffusés régulièrement, Oliver Stone a réalisé un film. A ma connaissance, c'est à peu près tout. Sauf, sauf cette chanson duo Renaud / Axelle Red

MANHATTAN / KABOUL

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

Lylou 20/05/2010 18:56



Je n'ai vraiment pas aimé. J'ai réellement un probleme avec cet auteur ; je ne supporte jamais ses livres (à part L'amour dure 3 ans et quelques passages de 99F). J'aime le côté un peu provoquant
habituellement mais avec lui ça ne passe pas, et je trouve toujours beaucoup trop de narcissisme. Bref bref... ;)



Géraldine 21/05/2010 10:06



@ Lylou : Pour le narcissisme, c'est clair !



Damien 17/01/2009 16:35

J'ai beaucoup de mal avec ce type de livre : en fait, le fait qu'il soit sorti très peu de temps après les événements du 11 septembre m'ont donné une curieuse impression de récupération à des fins purement financières (un livre sur le sujet est forcément lucratif)...mais j'peux me tromper !

Géraldine 17/01/2009 16:37


Tu peux te tromper.Mais en tout cas, là, tu as bien compris comment me faire obtenir mon mode privilège !!!


coltrane 09/01/2009 07:53

Très bonne analyse ! Sa façon de parler de lui et de s'introduire dans le récit ne m'a pas gêné...après tout l'auteur d'un livre est toujours là, "caché" derrière son livre...là l'auteur se met en scène au moment où il écrit ...et ça l'a surement aidé à comprendre, de grimper en haut de la tour Montparnasse...

Catherine 03/09/2008 09:09

Bonjour Géraldine,
Encore merci pour les commentaires que tu as laissés sur mon blog.
Pas lu ce roman de Beigbeder mais d'autres oui. C'est son style, égocentrique et génial, on aime ou on n'aime pas, comme pour Amélie Nothomb, c'est comme ça en ce qui concerne les originaux.
Je dois me préparer pour aller au travail mais I'll be back !
Bonne journée,
Catherine.

Mélaine 27/08/2008 09:57

Lu et pas approuvé. Je n'ai pas aimé. Trop de "moi je" dans un style pompeux et sans surprise. NON !

Liza 31/07/2008 06:57

J'avais lu ce roman à sa sortie et j'avais bien aimé. Ce parallèle entre cet homme dans le restaurant du World Trade Center à NY et cet homme du restaurant de la Tour Montparnasse à Paris est bien trouvé. Une autre manière de raconter ce que tout le monde, à la télé, a pu, hélas, voir en direct...