LA VAGUE, de Todd STRASSER

Publié le 28 Mars 2017

La vague par StrasserRoman - Editions Pocket - 153 pages - 6.30 €

 

Parution d'origine en 1981

 

L'histoire : Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d'Histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : " La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l'Action. " En l'espace de quelques jours, l'atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire.

 

Tentation : La réputation du livre

Fournisseur : La bib de Cécile

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Voici un roman captivant que j'ai littéralement dévoré. Fascinant et on ne peut plus inquiétant pourtant, et encore plus lorsque l'on sait que cette histoire est inspirée d'un fait réel qui s'est produit dans un tranquille lycée de Californie en 1969...

Ben Ross est un professeur d'histoire compétant et apprécié de tous, et surtout des élèves, chose assez rare pour le souligner. Il sait capter leur attention et ses cours ne ressemblent à aucun autre cours.

Lors d'une leçon sur les débuts du nazisme en 1934, la 2ème Guerre Mondiale et les camps de la mort, Ben précise à ses élèves qu'à cette époque, seulement 10% de la population allemande appartenait au parti nazi.

- Alors, pourquoi personne n'a essayé de les arrêter ? demande alors un élève.

Ben Ross n'a pas de réponse claire à apporter à ses auditeurs. De ce fait, il crée alors comme un jeu de rôle, qui sera comme une expérience au niveau de sa classe pour faire comprendre à ses élèves le processus nazi. Les mots d'ordre sont force, discipline, communauté, action. Au début, cela amuse tout le monde mais bientôt, le lycée est proche du chaos. 

En effet, les élèves n'ont en rien pris cette expérience comme un jeu, ni ce jeu comme une expérience. Jamais ils ne se sont posé la question de l'objectif de celle-ci, ni de sa finalité. Leur réaction est saisissante, effrayante. Ils se lancent dans ce mouvement expérimental sans réfléchir, abandonnent leur libre arbitre, juste parce que c'est nouveau, que chacun y a un rôle à jouer, que l'on y promet d'égalité, que chacun trouve un certain goût, le prof lui-même, dans l'autorité et le pouvoir. Alors, le mouvement "La vague" prend une ampleur qui dépasse tout le monde, même la poignée d'élèves qui n'y adhèrent pas du tout et se demandent comment faire cesser tout cela.

Les élèves de toutes les classes, par fidélité à "La vague" transforme alors ce lycée en véritable microcosme totalitaire, avec évidemment toutes ses déviances, le rejet de la différence, le racisme, le lynchage, l'intolérance, l'intimidation, la dénonciation, les menaces etc.

Bref, ce roman est effroyable, très rapide à lire car captivant, c'est sûr, mais aussi écrit sobrement, sans fioriture ni détails inutiles. Tout va droit en but, rien n'est enrobé. Mais surtout, La Vague résume parfaitement le mécanisme du totalitarisme et démontre à quel point il est aisé de créer un mouvement populaire fasciste, dans une société en perte de repères ou comme dans ce livre, en recherche de repères, puisque les élèves de Ben Ross ne sont encore que des adolescents.

Ce roman a un peu le même effet sur le lecteur que la chanson de Frédéricks, Goldman et Jones : "Et si j'étais né en 1917 à Leidenstat. Il amène forcément la réflexion suivante : Et moi, qu'aurais-je fait à leur place, aurais-je été victime ou bourreau ? A 16 ans, j'ignore quelle aurait pu être ma réaction, timide, mal dans ma peau et dans ma tête, et déjà victime d'un relatif harcèlement moral de la part de certains de mes congénères... Mais déjà brûlait en moi révolte et colère. Donc je pense qu'à 45 ans, je ne serais ni ni victime, ni bourreau. Car j'ai l'oeil ouvert, l'oreille à l'écoute, et on ne m'embrigade pas. Ce n'est pas par moi que l'Histoire recommencera. Je préfère en baver en respectant mes valeurs morales que de m'en sortir en oubliant mes idéaux.

 

Un roman à lire, de toute urgence !

 

PS : Un film a été également inspiré de ce roman... Film que je n'ai pas vu, mais qu'après en avoir discuté avec des amis, je vous déconseille, car il perd beaucoup du sens du message, déjà en aillant été transposé en Allemagne.

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost 0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 31/03/2017 00:07

Je me souviens quand le film est sorti, je ne l'ai pas vu non plus. En revanche, j'ignorais qu'il y avait un livre. Ça m'intéresse davantage, et puis ton billet est convaincant !

Rebecca G. 29/03/2017 12:45

Bon, il me le faut. C'est clair! Je le note. Merci pour cette découverte, je n'en avais pas entendu parler...

Anne 28/03/2017 15:46

Je 'avoue, je n'ai vu que le film, il y a déjà un certain temps. Mais depuis e temps que je me dis que je dois ire e ivre... Merci pour a piqûre de rappe ;-)

Alex-Mot-à-Mots 28/03/2017 13:59

Une lecture percutante.

OLLIVIER Armelle 28/03/2017 12:56

Je confirme, moi aussi je l'ai lu et j'en ai fait qu'une bouchée tellement j'ai été prise par le récit de ce livre.

luocine 28/03/2017 10:31

si j'étais enseignante je ferai lire ce roman à mes élèves.