L'IDEAL, film de Frédéric BEIGBEDER

Publié le 28 Juin 2016

L'Idéal : Affiche

Film de Frédéric Beigbeder

Avec Gaspard Proust, Audrey Fleurot, Jonathan Lambert

 

 

Synopsis : L'ancien concepteur-rédacteur Octave Parango de « 99 francs » s'est reconverti dans le "model scouting" à Moscou. Cet hédoniste cynique mène une vie très agréable dans les bras de jeunes mannequins russes et les jets privés de ses amis oligarques... jusqu'au jour où il est contacté par L'Idéal, la première entreprise de cosmétiques au monde, secouée par un gigantesque scandale médiatique.
Notre antihéros aura sept jours pour trouver une nouvelle égérie en sillonnant les confins de la Russie post-communiste, sous les ordres de Valentine Winfeld, une directrice visuelle sèche et autoritaire.
Entre les réunions de crise à Paris, les castings à Moscou, une élection de Miss en Sibérie, une fête chez un milliardaire poutinien et une quête des "new faces" aux quatre coins de l'ex-URSS, le fêtard paresseux et la workaholic frigide vont apprendre à se supporter et peut-être même à se sauver.

 

 

Mon humble avis : On aime Beigbeder et on veut du Beigbder, alors on est servi et ce film nous ravit. En cas contraire, je pense que l'on s'abstient, ou qu'alors on est prêt pour une découverte, un film hors norme, aux apparences (apparences uniquement) superficielles, au ton on ne peut plus décalé, caustique, cynique même. Moi, j'aime et me suis bien régalée.

L'idéal est l'adaptation du roman "Au secours, Pardon" de Beigbeder himself. Mais c'est aussi et surtout une parodie très impertinente et perverse du monde de la mode, des cosmétiques, de la beauté. Car derrière l'Idéal, nom de la marque de cosmétique dans le film, on devine bien l'Oréal, parce que je le vaux bien !

Le visuel est très moderne et inventif (même dans les scènes d'orgies) ! Dialogues et répliques font mouche, toujours dans l'irrévérence, of course ! Gaspard Proust reste le "sosie" parfait de Beigbeder, qui, comme Hitchcock, s'offre une apparition discrète dans le film. Jonathan Lambert, en patronne de l'idéal, est plus qu'idéal, hilarant !

Mais l'Idéal est avant tout une satire acerbe du monde de la beauté et donc une critique de notre monde en général, qui ne vit que sous le dictat de la beauté, du toujours plus, de la consommation et de la tentation. Du modèle que l'on vous sert en pâture et à qui il faut ressembler à tout prix pour paraitre normal. 

C'est un film où l'on aime détester les personnages, car derrière les apparences lisses, grotesques ou frivoles, se cache une faille qui les rends finalement assez humains.

 

Le lien vers ma chronique sur le roman Au secours pardon, que j'ai lu en 2009

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost 0
Commenter cet article