L'HERMINE, film de Christian VINCENT

Publié le 24 Novembre 2015

 

L'Hermine : Affiche

Film de Christian Vincent

Avec Fabrice Luchini, Sidse Babett Knudsen, Eva Lallier

 

 

Synopsis : Michel Racine est un Président de cour d'assises redouté. Aussi dur avec lui qu'avec les autres, on l'appelle " le Président à deux chiffres ". Avec lui, on en prend toujours pour plus de dix ans. Tout bascule le jour où Racine retrouve Ditte Lorensen-Coteret. Elle fait parti du jury qui va devoir juger un homme accusé d'homicide. Six ans auparavant, Racine a aimé cette femme. Presque en secret. Peut-être la seule femme qu'il ait jamais aimée.

 

 

Mon humble avis : Ce film a plein de qualités mais j'ai trop vu ses défauts. Peut-être ceux-ci m'auraient moins "obsédée" si je n'étais pas une vraie cht'i, même si Bretonne d'adoption depuis quelques années.

Car voilà, là où le bât blesse, ou me blesse le plus, c'est que "L'hermine" est une caricature XXL du Nord. L'histoire se déroule à Saint Omer. Pourquoi ne pas tourner ce film dans une région différemment réputée, d'où l'on ne montre une fois de plus et quasi systématiquement les cas sociaux ? Pourquoi le tournage s'est-il fait en saison hivernal, d'où ne sort pas un pet de lumière ni de rayon de soleil ? Pourquoi chaque figurant, chaque personnage ou chaque juré semble être une parodie, avec l'accent à couper au couteau, avec des idées souvent ras des pâquerettes et des réactions clichés à la pelle ? Curieux tout de même que pour un procès, tous les jurés soient d'origine prolétaire, sauf un, ou plutôt une... La médecin, qui est danoise ! Bref, cela m'a agacée. La France est un savoureux mélange, et bien le Nord aussi figurez-vous ! Et le film se cache bien de le montrer.

Cependant "L'hermine" offre comme chacun sait un beau rôle à Luchini (prix d'interprétation à Venise) qui par amour de la magnifique et super classe Sidse Babett Knudsen, de l'homme détesté devient un homme humaniste. Comme quoi l'amour peut changer un homme ! Cette histoire d'amour, filmée tout en délicatesse et pudeur, on y croit, le reste manque de consistance. Certes, on assiste à un procès d'assise presque de A à Z, ce qui est intéressant. Mais l'on n'est surpris que ce soit lors du procès que l'on réalise que l'enquête fut quelque peu bâclée, nous n'assistons pas à la délibération des jurés... Bref, il manque peut-être une demi-heure de film pour que le spectateur soit plus empathique envers les personnages du procès et ne sorte pas de la salle de cinéma avec une sensation d'incomplétude frustrante.

Une phrase de Luchini fait froid dans le dos tout de même :"La justice n'est pas là pour faire éclater la vérité, mais pour faire respecter la loi".

Bref, L'hermine est un film qui oscille entre finesse et caricature qui doit beaucoup à ses deux principaux comédiens.

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost 0
Commenter cet article

dasola 25/11/2015 18:56

Bonsoir Géraldine, globalement j'ai aimé le film mais il manque des têtes à tête entre Michel et Ditte. Bonne soirée.

Valérie 24/11/2015 21:41

J'ai aimé mais je suis d'accord avec ton gros bémol. d'ailleurs, mon amie qui a été jurée m'a dit que ce sont exactement le même genre de cas qu'elle a jugés. Ils auraient donc pu transposer l'action en Normandie, je trouve que c'est un peu too muc pour le Nord qui n'a pas besoin de ça.
Moi j'ai trouvé très intéressant de voir le rôle des différentes parties.

Odilel 24/11/2015 16:52

Tout à fait d'accord avec toi. La fin arrive un peu trop vite, on sort un peu frustrée de ce film. Heureusement qu'il y a Luchini et cette actrice danoise .