TANDIS QUE JE ME DENUDE, de Jessica L.NELSON

Publié le 23 Août 2015

Roman - Editions Belfond - 238 pages - 17 €

 

Parution août 2015 : Rentrée littéraire

 

L'histoire : Angie est prof de Français à Paris. Elle est aussi l'auteur d'un premier roman "Bébé de Brume". A ce titre, elle est invitée sur un plateau de télévision pour promouvoir son livre. Entre un acteur vieillissant et un député aux dents longues, Angie assiste à l'émission plus qu'elle n'y participe, laissant libre court à ses réminiscences et livrant un combat sans merci contre "L'ombre".

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Belfond ou Gilles Paris, je ne sais plus, mais merci !

 

 

 

 

Mon humble avis : Première lecture de cette Rentrée Littéraire pour moi et une chouette surprise ! Enfin disons que ma curiosité a été récompensée, car si je crois qu'un livre ne va pas me plaire et bien je l'évite. Donc j'ai bien fait d'accueillir ce roman chez moi.

Tandis que je me dénude est un roman surprenant, à plusieurs titres.

Sa construction est très originale. L' "action" se déroule sur les 2h30 que dure une célèbre émission télé. Je mets des guillemets à action car il n'y en n'a pas vraiment, puisque chacun reste assis sur son tabouret. Il se transforme en roman choral, car les interventions de différents personnages à la première personne se succèdent, pour revenir à celles d'Angie, l'héroïne de l'histoire. Se suivent donc les pensées de différents membres de la famille d'Angie qui, devant leurs écrans de télévision, la regarde "se dénuder". Bien sûr, il n'est point question d'effeuillage vestimentaire, mais de la sensation d'Angie d'être nue, ou mise à nue devant les (télé)spectateurs, et aussi lors de cette méditation où le voile se lève sur un même. Nous avons aussi les pensées et observations de l'acteur vieillissant, du député, d'un élève d'Angie, d'une spectatrice qui n'a qu'une idée en tête (être sous les feux de la rampe), du Bouffon (alias le Chroniqueur), du Homard, ennemi réel, virtuel ou imaginé d'Angie.

De ce fait, le style change pour chaque confession pour coller au plus près du caractère des confidents. Mais l'écriture est toujours soignée, fluide, parfois faites de phrases très courtes, courtes mais percutantes et d'autres plus classiques. Il y a beaucoup de réflexions intéressantes sur la société actuelle gavée de médias, de réseaux sociaux et débordée d'égo en tous genres. Le texte foisonne de sujets abordés ou développé. Le tout saupoudré tantôt d'une jolie poésie, ou tantôt d'un réalisme froid. Je n'ai pas eu l'impression de tourner les pages, comme si j'étais sous hypnose quelque part. Et qui dit roman choral, dit un lien qui unit chaque protagoniste, lien qui se précise au fil des pages.

L'auteur, Jessica L.Nelson a longtemps été chroniqueuse littéraire pour les émissions Vols de nuit et au Field de la nuit. On imagine donc qu'elle a eu l'occasion d'observer le déroulement de ce type d'émission et d'en tirer une chouette inspiration. Ce ne sont pas les coulisses d'une émission qu'elle livre ici, mais les coulisses intérieures de chacun des protagonistes, les fissures, les comportements, le regard de la caméra, l'observation du voisin, l'hypocrisie, les animateurs qui n'ont pas lu le roman, qui coupent leurs invités etc...

Bien sûr, Jessica L.Nelson ne prend pas pour modèle UNE émission en particulier, mais effectue un mix bien parlant. Pour moi, il y a un peu de C à vous, un peu du Petit/grand Journal, beaucoup de Thierry Ardisson, d'on n'est pas couché, de Laurent Baffi (ici le Bouffon). Bon, là, c'est mon interprétation, à ne pas prendre pour argent comptant.

Pour conclure, je dirais que Tandis que je me dénude est un roman d'une belle originalité, plein d'émotions, un roman à tiroir. Bref, une réussite.

 

« Et si en revêtant un masque on en disait plus sur soi parce que, enfin, on se sent libre ? »

 

 

logo challenge rentree litteraire 2015

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 05/09/2015 12:44

Ça me dit bien, j'aime l'originalité du contexte, je pense que ça pourrait me plaire ce voyeurisme particulier. Je me le note donc si je tombe dessus à l'occasion, sachant que ma PAL ne me laisse pas beaucoup d'espoir...

L'Irrégulière 24/08/2015 10:34

ça a l'air pas mal du tout en effet !

Alex-Mot-à-Mots 23/08/2015 20:58

Et pourquoi pas ?