LE MUR DES LAMENTATIONS, de David ABIKER

Publié le 7 Juillet 2015

Le mur des lamentationsRoman - Editions J'ai Lu - 184 pages - 5.40 €

 

Parution chez J'ai Lu en avril 2010

 

L'histoire : Monsieur Maouh a toujours aimé se plaindre, mais pour pas grand chose. Un jour, il apprend qu'il est atteint d'un astéroïde. Voilà le prétexte qui lui manquait pour devenir victime de compétition. L'époque étant propice, Maouh va mettre toute son énergie au service de sa victimisation. Malgré la concurrence, bien rude, il faut le dire.

 

tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL !

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Sur fond de situation dramatique, David Abiker nous sert un livre aussi drôle et cynique que réaliste et burlesque.

Notre société se retrouve déshabillée pour l'été, cette société qui hisse au rang de culte la victimisation systématique, aidée en cela par des médias avides de larmes, d'histoires presque vraiment vécues même si maquillées pour bien passer à la télé.

Il est vrai qu'avec nous autres Français, ses chers compatriotes, Abiker a bien choisi son sujet. Les Français sont réputés pour se plaindre de tout, sur tout, pour tout et partout. Et les français aiment à écouter les plaintes, les confessions gémissantes de leur compatriotes. En témoignent les programmes de certaines chaines de télé ou de quelques radios.

Le culte de la victime est attestée aussi par les numéros verts qui fleurissent, les associations de soutien "à", les cellules de crises mises en place à chaque soubresaut de la planète, la célébrité soudaine et éphémère des "proches parents des victimes", le syndrome de Caliméro des Français (c'est vraiment trop injuste), les dépôts de plainte suivis de procès retentissant dès que l'on attrape un bouton ou qu'on ne digère pas un plat dans un resto, les journées spéciales qui finalement, remplissent presque le calendrier annuel. Le culte de la victime envahit même la blogosphère. Certains blogs deviennent pour leurs auteurs des murs de lamentation pour partager la moindre migraine.

Bref, c'est tout cela et bien plus que David Abiker pointe du doigt dans ce roman qui met en scène un (anti-héros) égocentrique devenu carriériste dans son état de victime... d'un cancer.

C'est bourré d'humour, plutôt fin, de références (vraies ou purement inventées, l'auteur de le dit pas toujours), avec en fil d'Ariane, une réelle réflexion sur le culte des victimes (mérité ou non, suivant la cause du passage de l'état de victimes. Etre victime, pour certains, c'est une façon d'exister aux des autres. Assister au calvaire de certaines victimes rassure ceux qui se trouvent ainsi épargnés et chanceux. Bref, l'Homme a besoin de victimes.

Malgré quelques longueurs (toutes relatives, le livre ne dépassant pas les 184 pages, j'ai bien apprécié cette lecture divertissante, irrévérencieuse mais pas trop, drôle et sérieuse à la fois !

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

A_girl_from_earth 08/07/2015 23:56

Aaah ça me plaît bien, ça, la thématique, l'irréverencieux, l'humour... Mais là, je suis en telle saturation PAL et LAL que je me dis que c'est même pas la peine de noter hahahaha.

L'Irrégulière 07/07/2015 09:38

J'avais bien aimé "le musée de l'homme" du même auteur, donc pourquoi pas, à l'occasion !