DADDY COOL, film de Maya FORBES

Publié le 17 Juillet 2015

Daddy Cool : Affiche

Film de Maya Forbes

Avec Mark Ruffalo, Zoé Saldana, Imogene Wolodarsky, Ashley Aufderheide

 

Synopsis : Entre fous rires et crises de larmes, Cameron Stuart ne sait plus où donner de la tête. Diagnostiqué bipolaire, Cameron suit un traitement dans le but de reconquérir sa femme Maggie et de réintégrer le cocon familial qu’ils forment avec leurs deux filles. Mais lorsque Maggie décide de quitter Boston pour partir à New-York reprendre ses études, la jeune femme n'a pas d'autre choix que de confier la garde de ses enfants à ce père pas tout à fait comme les autres… 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : La bande annonce laisse présager une réelle comédie, ce que ce film n'est pas... et ce qui n'est pas plus mal étant donné qu'il traite d'un sujet grave : la dépression et particulièrement, la bipolarité, la maniaco dépression.

Encore que l'on dit "la" bipolarité alors qu'il existe différents types de bipolarités (1 et 2) et diverses intensités. Alors ne pas prendre l'exemple de Cameron pour argent comptant, tous les bipolaires ne sont pas comme lui. Ils peuvent partager des similitudes comportementales ou émotionnelles, comme être franchement distincts.

Il n'empêche que Daddy Cool est un bon film qui évoque parfaitement un des aspects de cette maladie, ici, surtout en phase maniaque. Les émotions sont vraiment bien dosées et maitrisées, on ne part pas dans le grand n'importe quoi juste pour faire rire. D'ailleurs, ce qui fait rire pourrait presque aussi faire pleurer. On oscille entre sourire aux lèvres et mélancolie, mais on ne tombe pas dans le pathos déprimant. C'est émouvant, mais sans grands effets pour y parvenir.

On sent que la réalisatrice éprouve beaucoup de tendresse pour Cameron, son personnage principal, qui fait de son mieux pour gérer ses filles tout en étant un père différent, et soi même. Cette tendresse est partagée très vite par le spectateur qui a plaisir à voir l'amour que lui vouent ses filles et son épouse. Celles si ne peuvent se permettrent trop de tendresse d'ailleurs, car la fermeté pour que les choses filent droit, c'est elles qui l'incarnent.

Le comportement très extraverti et ultra pêchu du bipolaire en phase maniaque est bien montré. La réalisatrice s'est inspirée de son histoire familiale pour mettre ce film en scène.

Ce chaos familial est admirablement servi par ses interprêtes, tant adultes qu'enfants ! Vraiment, tous bluffants.

J'ai juste trouvé quelques longueurs et il m'a manqué un petit quelque chose indéfinissable pour faire de Daddy Cool un coup de coeur.

A savoir que Daddy Cool n'est pas une grosse production hollywoodienne, mais un film indépendant.

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost 0
Commenter cet article