LE DERNIER GARDIEN D'ELLIS ISLAND, de Gaëlle JOSSE

Publié le 24 Février 2015

Roman - Editions Noir sur Blanc - 176 pages - 14 €

 

Parution le 4 septembre 2014 (Rentrée littéraire)

 

L'histoire : Novembre 1953, à New York. Dans quelques jours, le centre d'immigration d'Ellis Island fermera définitivement ses portes. John Mitchel, le directeur, en est le dernier gardien. Seul sur l'ile après le départ du dernier migrant, il prend alors papier et stylo et se souvient de la quarantaine d'années passée sur l'île, de ses centaines de visages croisés, de destins bouleversés, de Liz, de Nella, des choix parfois coupables qu'il a du faire, coupables face la nation dont il tenait la porte d'entrée, coupables face quand sa fonction lui interdisait plus d'humanité.

 

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur  : La bib'

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Pas étonnant que quelque temps après sa visite du musée de l'immigration d'Ellis Island, cette histoire soit venue dans la tête de Gaëlle Josse. Ellis Island, quand on y pose les pieds, on n'en revient pas tout à fait indemne. Je parle en connaissance de cause. 

Hiver 1994, j'étais à New York, après un séjour estudiantin de 5 mois en Floride. En presque 24h de bus, j'étais passée des 35° subtropicaux à la déroute enneigée de la mégalopole. A New York, je songeais à faire prolonger mon visa afin de trouver un travail en qualité de jeune fille au pair, nanny comme on dit là-bas.

Lorsque mes pas de touriste m'ont menée sur Ellis Island, inutile de vous dire comme mon émotion était grande. J'avais 21 ans et je me demandais si New York allait m'engloutir, l'Amérique me rejeter ? Ou si c'est moi qui allait croquer la Grosse Pomme ! Obtiendrais-je le fameux sésame pour rester sur le sol Américain. Finalement, ce ne fut ni l'un ni l'autre, l'aggravation subite de l'état de santé de mon père m'a obligée à rentrer en France 3 semaines plus tard.

Mais quoiqu'il en soit, je marchais dans les traces de 12 millions de prétendants à l'immigration qui, entre 1892 et 1954, foulèrent cette île pour quelques heures, jours ou semaines, attendant la délivrance d'un papier faisant d'eux un citoyen Américain, qui parfois était refusé. Ces hommes et femmes arrivaient là après 3 semaines de traversée transatlantique dans des conditions inhumaines et pour la plupart, fuyaient la pauvreté, une guerre, le racisme, une famine, une interdiction de culte, la persécution. Moi, je ne fuyais rien, je voulais juste prolonger une expérience enrichissante.

Venons-en au roman tout de même. A part quelques personnages secondaires, tous les protagonistes de cette histoire sont fictifs. Ils sont néanmoins criants de vérités. A travers la voix de John Mitchel, Gaëlle Josse couvre, d'une écriture sublime, soignée, précise et juste, quarante ans d'histoire de cette ile, porte du rêve américain. Le personnage de John est très touchant, emmêlé dans les contradictions de sa vie et des choix qu'il regrette, qui le laissent à jamais mélancolique. Les lieux, les odeurs, la surpopulation, les cris, les pleurs, les rêves brisés, les morts, les maladies amenées par les émigrants sont parfaitement retranscrits par Gaëlle Josse, tout comme la grande Histoire du monde qui est vécue ici en vase clos et de loin, apporte son lot d'exilés.

Ce roman est les mémoires d'un homme qui a vécu toute sa vie sur cette île dont il a géré le quotidien, d'un homme qui malgré ses hautes fonctions, restait un homme. Un homme qui a aimé légalement, et inégalement.

De l'émotion, il y en a ici à chaque page, mais en retenue, sans pathos ni grands effets. C'est un roman, mais avec assez de réalisme historique pour être lu comme un témoignage. C'est un roman sublime qui rappelle que la première puissance mondiale actuelle s'est construite par l'immigration et que pratiquement chaque américain contemporain descend de hongrois, d'Irlandais, de Français, de Polonais, d'Italien (etc) qui sont passés par Ellis Island. 

La fin m'a surprise sans vraiment me surprendre en fait. Elle ne pouvait pas vraiment être autre. Et puis, elle reste ouverte et j'y ai mis ma petite idée qui me plait bien.

Une lecture dense et intense, où l'intime rejoint l'universel, à découvrir, sans aucun doute !

 

 

Pour en savoir plus Ellis Island : Wikipedia

 

 

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article

sylire 06/03/2015 21:57

J'ai beaucoup aimé ce livre également !

dasola 27/02/2015 11:38

Bonjour Géraldine, je pense que je lirais peut-être. En tout cas, j'ai visité Ellis Island il y a plus de 20 ans : une visite intéressante et émouvante. Bonne journée.

Alex-Mot-à-Mots 25/02/2015 15:05

Une lecture qui m'a déçue car trop romancée à mon goût.

A_girl_from_earth 24/02/2015 23:38

Ça fait toujours plaisir de voir une lecture 4 étoiles sur ton blog ! Jamais lu cette auteur mais visiblement elle vaut le détour. Ton billet donne envie en tout cas. Le sujet m'intéresse, j'ai moi aussi été émue en allant à Ellis Island, c'est un récit qui devrait vraiment me parler.

Noukette 24/02/2015 22:43

J'aime beaucoup la plume de cette auteure, je le lirai forcément un jour celui là !

gambadou 24/02/2015 20:18

Il tourne dans mon groupe de lecture et j'ai hâte de le lire. Je n'ai malheureusement pas pu visiter le site l'année dernière lors de mon voyage aux Etats Unis, c'était fermé, mais j'imagine que cela doit être très émouvant.

Anne 24/02/2015 11:19

Toujours dans ma pile, mais il aura sa place. J'ai aimé les deux premiers romans de Gaëlle Josse... très fine et très sympa, cette auteure ! (je l'ai rencontrée à Lille)

**Marie** 24/02/2015 10:59

J'aime beaucoup l'écriture de Gaëlle Josse.
Le dernier gardien d'Ellis Island m'a touchée.