3 COEURS, film de Benoit JACQUOT

Publié le 20 Septembre 2014

Synopsis : Dans une ville de province, une nuit, Marc rencontre Sylvie alors qu’il a raté le train pour retourner à Paris. Ils errent dans les rues jusqu’au matin, parlant de tout sauf d’eux-mêmes, dans un accord rare. Quand Marc prend le premier train, il donne à Sylvie un rendez-vous, à Paris, quelques jours après. Ils ne savent rien l’un de l’autre. Sylvie ira à ce rendez-vous, et Marc, par malheur, non. Il la cherchera et trouvera une autre, Sophie, sans savoir qu’elle est la sœur de Sylvie…

 

Avec Benoit Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg, Chiara Mastroïani, Catherine Deneuve

 

 

 

 

étoile2.5

 

Mon humble avis : J'aurais aimé me montrer plus enthousiaste envers ces 3 coeurs. Hélas, la passion ne m'a pas tant dévoré le coeur que ça !

Pourtant, les comédiens sont irréprochables. Il faut dire que nous avons la une sacrée brochette, avec en prime, le plaisir de voir mère et fille ensembles à l'écran (Catherine et Chiara !). J'aime énormément Poelvoorde, qui excelle dans les rôles dramatiques, bien plus que dans ces rôles comiques où il devient parfois saoulant. La relation fusionnelle et très complice entre les deux soeurs est enviable aussi. Les mouvements de caméra sont judicieux et montrent parfaitement la montée du malaise qui s'installe au fur et à mesure que la passion amoureuse envahit ces 3 coeurs.

Alors, où le bât blesse-t-il ? Dans le rythme tout d'abord. Comme ce film m'a paru long !

Dans la musique ensuite ? Quel besoin de mettre une musique stressante à souhait, agaçante même, à la façon Shutter Island ou Eyes Wide Shut. Soit elle nous fait attendre quelque chose qui ne vient pas, soit elle n'est pas adaptée, car la comparaison avec Shutter Island et ces 3 coeurs s'arrête à la musique !

Enfin, dans la narration. Voilà qu'en milieu de film surgit une voix off, une narration extérieure, dont on se demande ce qu'elle vient faire là, surtout pour nous dire dans une banalité affigeante ce que l'on voit très bien à l'écran.

Et puis, il y a moi qui suis moi, et qui n'ai pas vraiment cru à cette histoire. Petits détaisl, Charlotte Gainsbourg achète dans un bar (non tabac) un paquet de Malborow à 5 €.... Ce prix là, c'était y'a 10 ans....

Tout au long du film, qui se déroule sur plusieurs années, Charlotte Gainsbourg porte le même style de chemise aérée et transparente.... Avec toujours le même soutien-gorge noir par dessous. Je ne sais pas si le personnage achète ses soutifs par 10 ou si elle en achète des qui soient garantis 10 ans !!!

Alors qu'elle marche dans la rue de nuit, elle se laisse aborder par Poelvoorde qui n'a d'autres manières que celui d'un dragueur avec ses gros sabots, et erre toute la nuit durant dans la ville endormie avec lui. Logiquement, une femme de cette "CSP" aurait vite coupé court à cela.

Enfin, que juste une nuit d'errance dans une ville provoque une telle passion qui dévastera tout des années plus tard, et bien je n'y crois pas une seconde. Peut-être suis-je désabusée au sujet de l'amour ?

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost 0
Commenter cet article

clara 07/10/2014 09:55

J'ai été le voir et j'ai été déçue, très déçue...Et je l'ai trouvé looong !

She reads a book 29/09/2014 21:10

Ah dommage... mais la bande annonce ne m'attirait pas plus que ça. Je vais attendre le passage TV.

Tiphanie 21/09/2014 21:59

erf j'avais bien envie de voir ce film, justement pour la même raison que toi, Poolevorde étant beaucoup plus crédible et touchant dans ce genre de film. Si tu n'as pas envore vu Pride je te le conseille vivement c'est une très très belle histoire, avec de l'humour et de l'émotion, cours-y!!

L'Irrégulière 21/09/2014 11:00

Je le verrai sans doute quand il sortira en VOD, mais je ne piaffe pas !

Valérie 20/09/2014 19:51

Les invraisemblances sont capables de me gâcher le plaisir. Il em semble que le travail bien fait consiste aussi à vérifier ce genre de détails.

Anne 20/09/2014 14:17

J'ai entendu une critique (de critique) pareille à la tienne sur l'invraisemblance...