PARADIS (avant liquidation), de Julien BLANC-GRAS

Publié le 10 Juillet 2014

Récit - Editions Livre de Poche - 188 pages -6.10 €

 

Parution d'origine : Mai 2013

 

Le sujet : Il y a des pays en voie de développement, et d'autres, en voie de disparition. C'est le cas des Kiribati, archipel perdu au milieu de l'océan Pacifique. Vu d'avion, c'est le paradis. Au niveau de la mer, c'est une autre histoire. Car le niveau de la mer dépasse bientôt celui des terres. Aussi, c'est l'engloutissement d'une nation qui est annoncée à plus ou moins long terme. Sur ces iles, il y a bien sûr des hommes, des femmes et enfants qui seront sans doute les premiers sur terre à bénéficier du statut de réfugiers climatiques. Oui, c'est tout un pays qui devra déménager.

Julien Blanc-Gras, journaliste écrivain, a passé plusieurs semaines sur l'archipel. Il observe, rencontre et raconte avec la plume qui est la sienne !

 

Tentation : Le sujet et ma lecture de Touriste, du même auteur

Fournisseur : Ma CB aux Etonnants Voyageurs St Malo

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Je ne sais par quel bout commencer ce billet tant ce livre est dense et riche. Oui, c'est un livre sur fond d'écologie, mais jamais dans le pathos ni la leçon de morale, et ce comme le montre la couverture. Oui, Julien Blanc-Gras nous parle d'une catastrophe annoncée et bien avancée aussi, une catastrophe on ne peut plus réelle et palbable. La montée des eaux salées et de ce fait, la disparition progressive de certaines iles atoliennes, notamment, les Kiribati.

Avec la plume, l'humour, l'ironie, la verve, la fantaisie, l'autodérision et la malice de l'auteur, ce récit, qui aurait pu être plombant sous n'importe qu'elle autre plume, donne plutôt l'effet d'un bol d'air frais, malgré la chaleur tropicale, presque équatoriale, on ne peut plus écrasante qui règne au fil des pages.

Julien Blanc-Gras est dans le constat. Pour cela, il observe, compare, écoute, rencontre les I.Kiribati, les habitants. Depuis l'ancien Président jusqu'au simple pêcheur, en passant par l'ex religieuse devenue combattante climatique ou le rappeur local. Ses rencontres sont tour à tour émouvantes, pittoresques, enrichissantes, étonnantes, drolissimes et toujours variées. Point de grands discours et de statistiques. Quelques données scientifiques oui, il en faut bien pour expliquer ce qui se passe. Mais tout est dit sur un ton qui nous fait ouvrir grand les yeux et point nous endormir de lassitude.

Julien Blanc-Gras pointe le doigt sur les paradoxes mondiaux et locaux. Tarawa, la capitale de l'archipel est une des cités du monde à la densité de la population la plus élevée. Et pourtant, c'est aussi la ville la plus isolée de la planète. L'Etat Kiribati élabore des projets pharaonesques pour sauvegarder l'ile des eaux, mais en même temps, avec le rythme tropical, il faut 6 mois pour réparer un ordinateur. Les habitants construisent sans relâche des digues de fortune alors que des Nations fortunées et très pollueuses ne sentiraient même pas l'allègement financier de quelques millions  de dollars nécessaires pour protéger durablement l'archipel. Durablement ? Rien n'est moins sûr en même temps. Le problème devrait être traité sérieusement à la source, chez nous en occident, mais aussi aux Etats-Unis ou en Inde. Mais chaque sommet mondial pour le climat se referme sur un goût d'échec.

Les îles Kiribati, ce sont des atolls, des lagons bleus avec une eau à 29° toute l'année. Mais aussi une des populations les plus pauvres de la planète. Peu de sanitaires ou de tout à l'égoût. Alors, les besoins grosses commissions, c'est sur la plage que ça se passe, plage recouverte à chaque marée qui emporte les déjections humaines. Il en résulte une eau polluée à souhait, pas baignables pour un touriste, malgré le bleu carte postale. Et, alors que, par définition, ces îles sont entourées d'eau, c'est du poisson importé que l'on consomme sur place. Quand la partie maternité de l'hôpital déborde de nouveaux-nés, on place ces derniers là où il reste de la place, même si c'est dans le pavillon des tuberculeux...

Les Kiribati, c'est aussi des ministères où l'on travaille pieds nus, et des hommes politiques qui ne jurent que par Dieu pour sauver l'île, ou que par la communauté internationale.

Les Kiribati, c'est aussi 10% de la population qui, chaque année, tente sa chance à la lotterie pour gagner le droit d'émigrer en Nouvelle-Zélande, alors que les neuf dixièmes de ces 10% n'ont même pas les moyens de se payer le billet d'avion pour cet Eden de pays qui pourra offrir un avenir pieds au sec à leurs enfants.

Paradis (avant liquidation) est bien évidemment un livre INCONTOURNABLE, qui vous apprendra 10 choses par page, des choses pas toujours très gaie dans l'absolu, mais qui, portées par l'énergie de Julien Blanc-Gras et son humour, pourrait presque passer pour une lecture divertissante, il faut le dire. En même temps, c'est bien connu, y a-t-il meilleur moyen d'apprentissage que le divertissement ? Julien Blanc-Gras a donc tout compris pour toucher sa cible et son but : INFORMER, ALERTER !

Et puis ce livre est aussi et surtout un formidable récit de voyage, avec toutes les anecdoctes, les péripéties et la magie que cela comporte !

 

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #récits ou romans de voyages

Repost 0
Commenter cet article

Edelwe 24/07/2014 21:10

Le thème est intéressant. Je note! :)

Géraldine 29/07/2014 20:38

Edelwe : Ce livre est INCONTOURNABLE !!!

Manu 15/07/2014 22:04

J'ai déjà "Touriste" dans ma PAL. Bah, les pays occidentaux ne se soucient déjà pas de leur propre pollution ni de l'avenir sombre de leur propre lopin de terre, donc pourquoi se soucieraient-ils de ces îles ? Surtout si il n'y a aucun avantage économique.

Géraldine 29/07/2014 20:38

Touriste est excellent, plus drôle, plus léger quelque part. Je me souviens avoir eu de sacrés crises de rire !

Géraldine 29/07/2014 20:38

Touriste est excellent, plus drôle, plus léger quelque part. Je me souviens avoir eu de sacrés crises de rire !

Géraldine 29/07/2014 20:38

Touriste est excellent, plus drôle, plus léger quelque part. Je me souviens avoir eu de sacrés crises de rire !

hélène 14/07/2014 20:07

"touriste" me tente beaucoup, j'ai découvert l'auteur avec cet opus qui m'avait plu ...

Géraldine 29/07/2014 20:35

Hélène : Ah oui, rue toi sur Touriste !

clara 13/07/2014 13:23

je l'ai répéré en poche... à voir !

Géraldine 29/07/2014 20:34

Clara : Pas à voir, à lire !!!

gambadou 13/07/2014 11:28

Voilà un livre qui a l'air très intéressant, et en poche en plus !

Géraldine 29/07/2014 20:34

Gambadou : Pour moi, un texte incontournable !

A_girl_from_earth 12/07/2014 14:17

Merdoum ! Il me le faut ! (ravie de te voir au top de ta forme côté lecture et billets.^^)

Géraldine 29/07/2014 20:34

AGFE : ben oui, pour faire des pauses entre 2 chapitres du comte !!!

Philippe D 10/07/2014 21:05

J'ai eu ce livre en mains tout à l'heure mais, comme ma PAL est énorme, je l'ai reposé...
Bonne fin de semaine.

Géraldine 29/07/2014 20:33

Philippe : Dommage, ce livre est passionnant et vraiment pas épais !

Noukette 10/07/2014 09:55

Je ne suis pas fan de récits de voyages mais là je suis presque tentée ! ;-)

Géraldine 29/07/2014 20:33

Noukette : C'est bien plus qu'un récit de voyage ! C'est surtout un témoignage sur la disparition de certains points de la planète !

keisha 10/07/2014 08:38

Forcément je veux le lire (et en poche = tentation)
Merci!

Géraldine 29/07/2014 20:30

Keisha : Alors, depuis 19 jours, tu as peut-être eu l'occasion de te le procurer ?