MAUVAIS GENRE, BD de Chloé CRUCHAUDET

Publié le 18 Juin 2014

BD - Editions Delcourt - 160 pages - 18.95 €

 

Parution en septembre 2013

 

L'histoire (vraie) de Paul, qui, traumatisé par la Première Guerre Mondiale, déserte. Sa désertion lui impose des années de clandestinité dans une chambre d'hôtel avec sa jeune épouse Louise. A eux d'eux, ils batissent une stratégie afin que Paul puisse sortir librement. Pour cela, il deviendra Suzanne. Jusqu'où ira le travestissement et quelles en seront les conséquences ?

 

 

Tentation : La blogo !!!!

Fournisseur : La bib (enfin !)

 

Mon humble avis : Depuis quelques mois, les billets sur cette BD ont fleuri sur la blogo comme des joncquilles au printemps. Si je n'ai pas lu 50 billets, je n'en n'ai pas lu un !!!

Mauvais genre est donc un incontournable du genre. Et je confirme. Même si le graphisme ne m'a pas toujours plus, je dois avouer que l'histoire (hélas vraie) m'a bouleversée.

A peine marié à Louise, Paul est envoyé sur le front, dans les tranchées de 14-18. Il en sera traumatisé à tout jamais. Des années plus tard, des images le hanteront nuit et parfois jour. Pour échapper au combat, il se mutile un doigt, le doigt qui presse la gachette. Et, à l'hôpital fera tout pour ne pas guerir de sa blessure pour finir par s'enfuir, aidé de son épouse. Suivent des mois et des années de clandestinité, jusqu'à ce que s'achève la guerre et que les déserteurs soient amnistiés. Ces années, il les passera dans la peau et l'indentité d'une femme, vivant toujours avec Louise, mais dérivant dans un monde de la nuit que l'on trouve dans les allées isolées du bois de Boulogne. En fait, le couple se retrouve dépasser par l'ampleur et les conséquences sur Paul de ce travestissement qui ne devait être qu'un déguisement pour la liberté. Paul trouve beaucoup plus de plaisir que prévu à ce changement d'identité au point que des troubles de la personnalité semblent apparaitre, toujours accompagnés du traumatisme de guerre. Au point qu'il en devient désagréable, pas aimable. Qu'a fait l'abomination de la vie de cet amoureux transi ???

Cet histoire est traitée d'une façon assez sobre, mais très original, du point de vue graphique. Du noir, du blanc, du sépia... et dans chaque vignette ou presque, une trace de rouge , qui évoque la force de la passion, mais aussi la violence du traumatisme. Beaucoup d'émotions, que ce soit la joie du couple lorsqu'il crée son subterfuge, que plus tard, lorsqu'il se déchire avec violence teintée d'alcool.

NB : Mauvais genre rappelle aussi que c'est avec la Première Guerre Mondiale que les femmes ont du prendre le chemin de l'usine pour replacer les hommes partis au combat.

Cette BD terrible retrace une magnifique mais ô combien tragique histoire d'amour avec des dessins en osmose avec le récit. On ne sort pas indemne de cette BD qui traite d'un sujet connu dans un environnement historique trop connu.

 

 

 

Challenge amoureux chez l'Irrégulière, catégorie "Les histoires d'amour finissent mal... en général"

Challenge amoureux chez l'Irrégulière, catégorie "Les histoires d'amour finissent mal... en général"

12/12, challenge chez Hérisson

12/12, challenge chez Hérisson

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost 0
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 22/06/2014 17:32

Une légère déception en ce qui me concerne : j'avais trouvé la psychose du poilu peu fouillée.

lasardine 19/06/2014 22:44

grand souvenir!

Valérie 18/06/2014 20:56

J'ai vraiment été bluffée par les dessins mais certaines scènes m'ont gênée.

keisha 18/06/2014 16:12

Toi aussi tu as craqué, bonne BD, n'est ce pas!

Noukette 18/06/2014 15:08

Une engouement mérité, cette BD est une vraie pépite !

Midola 18/06/2014 12:07

Et une de plus à être conquise par cet album !

antigone 18/06/2014 08:12

Cette BD suit un petit bout de chemin intéressant, sur les blogs et dans les salons BD également... tant mieux pour elle, elle le mérite amplement.